Menu
A la une / Témoignage

Les premiers jours de Minipuche

Je n’ai pas beaucoup aimé nos premiers jours, à la maternité. Je vais laisser le soin à ma puchette de te raconter celà…

C’est fatigant de naître

Je suis enfin sortie. C’est grand dehors, c’est froid aussi… On m’a mis dans les bras de Papa et je l’ai tout de suite reconnu à sa voix. Il a chanté, il m’a parlé… mon Papa, mon point de repère dans ce monde inconnu et nouveau.

On m’a dit de manger au sein de Maman. Je ne sais pas encore faire, Maman n’a pas l’air de savoir non plus. Je crois que je lui fait mal, elle se crispe. Il va falloir qu’on apprenne ensemble. Je reconnais Maman, son odeur, sa voix… ma Maman, ma Maman à moi.

Crédits photos (creative commons) : Pixabay

On est arrivés dans un nouvelle pièce. J’étais fatiguée, j’ai dormi… jusqu’au matin.

Lorsque le jour s’est levé, un monsieur qui n’est pas mon papa est arrivé. Il a voulu me regarder sous toutes les coutures. J’ai pleuré, je n’ai pas aimé ça. Il a dit que je devais manger. On a reessayé avec Maman, on a fait de notre mieux. Elle a mal, et moi je ne m’y prends pas très bien… ça m’énerve vite, alors je pleure.

Manger, Dormir… Apprendre aussi

Je perds du poids. Il paraît que c’est normal que tous les bébés perdent du poids. Mais ils disent que je perds trop de poids.

Je commence à comprendre comment manger, mais je sers très fort. Maman a mal, encore… Alors elle met des petites tétines et ça va mieux.

Il y a beaucoup de gens, de passage, de bruits… Je n’ai pas l’habitude moi. Alors je pleure, je veux ma Maman, ses bras, son odeur… mon Papa, sa voix, ses bras. Je dors, beaucoup.

Crédits photos (creative commons) : Pixabay

Ils ne veulent pas qu’on sorte, tous ces gens que je ne connais pas, qu’on rentre dans notre maison. Ils disent que je suis trop petite, trop faible, que je ne reprends pas assez de poids. On me donne un biberon, c’est facile. Mais du coup, au sein je ne comprends pas : il faut tirer fort pour avoir du lait, ça m’embête, je ne veux pas faire d’efforts. Maman pleure, a peur, m’encourage. Maman s’inquiète, Maman s’inquiète de tout, Maman s’inquiète tout le temps. Papa reste, le soir et la nuit. Il rassure Maman, il me chante des chansons. Mon Papa… je m’endors.

On rentre à la maison

Heureusement, on rentre à la maison. Papa et Maman m’apprennent à prendre le sein… ils sont malins : Maman tire du lait et le met dans un biberon, ensuite elle me met au sein et Papa fait tomber du lait sur son sein. Moi je suis contente, ça m’encourage d’avoir du lait tout de suite. J’ai fini par comprendre, c’est gagné.

A la maison, Maman s’inquiète moins qu’à la maternité, ça va mieux et Papa reste aussi avec nous. Mes papis et ma mamie viennent me voir : je mange, je dors, je mange, je dors… mais ils sont heureux de me rencontrer quand même.

Une dame vient nous voir tous les jours pendant quelques jours. Elle me pèse, me regarde : il parait que je vais bien, que je grandis bien.

Bébé koala

Crédits photo (creative commons) : Pixabay

Au bout de quelques jours, je ne veux plus être posée : le lit est froid, il n’a pas l’odeur de Maman… il ne m’intéresse pas.

Je veux Maman, et c’est tout ce que je veux au monde. Elle est mon univers, elle est tout ce que je veux, tout ce dont j’ai besoin. Alors si elle me pose je pleure… j’hurle. La journée, je veux ses bras… La nuit aussi. C’est là que je dors, que je mange, que je vis. Son odeur, les battements de son cœur… ça me rassure dans ce monde qui me fait peur.

Alors je vis là, entre les bras de Papa et Maman…

A propos de l’auteur

Tout juste 30 ans, vivant en concubinage en région parisienne dans un petit F2 avec le Doud', et dans l'attente de Minipuche, notre mini peluche prévue pour février 2019. Bretonne d'origine, ascendant tétue comme une mule; globe trotteuse et ne tenant pas en place; passionnée de photographie; gourmande et attachée à ma famille et mes amis (qui sont ma deuxième famille). Voilà tout ce qu'il faut savoir de moi...