Menu
A la une / Vie de maman

Notre diversification totale dès 4 mois : retour d’expérience

Aujourd’hui, je voudrais revenir avec toi sur notre expérience en diversification totale. J’avais abordé le sujet ici il y a plus de deux ans, où je l’avais surnommée « diversification permissive ».

Pour rappel, nous avons appliqué avec mon mari une méthode de diversification qui consiste à donner de tous les aliments à nos bébés dès 4 mois, sans exception, y-compris ce qu’on considère traditionnellement comme des allergènes (oeufs, cacahuètes, crustacés, etc.). Avant que tu ne me jettes une tomate, je précise que cela n’inclut pas l’alcool, le fast food ou les produits transformés comme les sucreries ou les biscuits apéritifs !! On garde ça pour plus tard évidemment (ou jamais, soyons fous).

Rétrospectivement, je trouve que le terme « diversification totale » reflète mieux la réalité car « permissif » laissait entendre qu’on parlait d’une permission quelconque de notre part ou de la part du corps médical. Or, il s’agit bien d’un choix parental comme on en fait tous les jours. Je préfère donc décrire en quoi cette diversification consiste réellement, plutôt que l’orienter et donner éventuellement un jugement de valeur.

Petit préambule et disclaimer sur les recommandations de l’OMS parce que c’est une question qu’on me pose souvent ! Déjà, le lait est conseillé jusqu’à 6 mois pour la bonne et simple raison que l’OMS fait des recommandations globales, qui doivent notamment protéger la santé des enfants dans les pays pauvres. Or, dans beaucoup de ces pays, le lait maternel est le seul moyen d’alimenter et protéger correctement certains petits bouts. C’est une manière d’être sûrs qu’ils auront leurs apports nutritionnels et seront protégés le plus longtemps possible contre certaines maladies. C’est beaucoup moins vrai chez nous, où les enfants, même sans lait maternel, auront accès à une alimentation équilibrée et suffisante et à des soins de santé performants. Ensuite, et je crois que c’est le plus important, il ne s’agit pas de remplacer le lait de ton bébé par une purée de scampis et courgettes mais bien de les lui faire goûter ! Le lait reste donc l’aliment principal de son alimentation entre 4 et 6 mois ; ça ne change pas.

Bref, aujourd’hui donc, je me suis dit que cela pouvait t’intéresser d’avoir un petit feedback après près de 3 ans dans cette méthode de diversification… et un deuxième enfant qui en a encore plus bénéficié que sa grande soeur !

Crédits photo (creative commons) : PublicDomainPictures

Croquette, 3 ans, et sa diversification

Croquette, bien que bercée à la diversification totale dès le plus jeune âge, a mis beaucoup de temps à accepter certains aliments. Il a fallu attendre presque 18 mois pour qu’elle accepte de manger des fruits par exemple, elle détestait les morceaux jusqu’à l’âge de 15 mois et nous faisait mixer tous ses repas. Le riz et les pâtes, en raison de leur texture un peu plus solide et « tenue », ne sont entrés dans les bonnes grâces de Mademoiselle que vers 2 ans et demi !! Pourtant, on a essayé…

Elle a en revanche toujours accepté de goûter ce qu’on lui proposait et reste jusqu’à aujourd’hui curieuse de tout en matière de nourriture. Elle a développé une passion pour les produits de la mer, les épinards et le fromage, mange aujourd’hui presque de tout sans qu’on doive se battre. Par contre, elle picore du bout des lèvres voire refuse les légumes sucrés comme la carotte ou le panais.

Mis à part ce qui relève donc de la préférence alimentaire, elle n’a pour l’instant développé aucune allergie. Nous n’étions pas spécialement inquiets, puisque je l’avais dit, nous en avons très peu dans la famille et aucune nous-mêmes, mais cela restait une question en suspens : pourrait-elle, malgré les nouvelles recommandations d’allergologie et comme avancé auparavant, développer une allergie à cause de sa mise en contact précoce avec ces aliments ? Dans notre cas, la réponse est non en tout cas. Nous avions eu des doutes avec le champignon et la fraise au début mais l’histoire a montré que Croquette s’en accommode en fait très bien et les mange avec plaisir (bon, je vais être honnête : le champignon a quand même d’abord droit à un regard suspicieux !)

Deuxième enfant, deuxième expérience

Petit Sushi a donc bénéficié de notre première expérience réussie avec sa grande soeur… et même plus ! Les deux ou trois premiers repas ne contenaient qu’un légume unique et de la pomme de terre, pour l’habituer au goût nouveau de la « vraie nourriture » et à la sensation de la cuillère. Après une semaine à ce rythme, nous avons directement repris les bonnes vieilles habitudes et lui avons servi une purée de courgettes et patates, garnie d’un peu de viande hachée et assaisonnée d’ail frais et de cumin. Le jour suivant, quelques scampis mixés : un succès gustatif, il a ouvert bien grand la bouche !

La directrice de la crèche était au début choquée qu’on ose faire ça à Croquette. On ne se connaissait pas encore très bien et je pense qu’elle a franchement considéré que nous étions fous (et possiblement de mauvais parents). Au fur et à mesure des mois et des années, elle a fini par s’habituer à notre manière de faire, plus libérée que la sienne, disons. Au point que, quand Petit Sushi a commencé la diversification, elle a rigolé quand on a annoncé les scampis au menu et commenté d’un petit « Ah oui c’est vrai que vous donnez de tout ! Ca marche bien apparemment vu comment Croquette mange. » Petite victoire !

La raison pour laquelle je disais plus haut que Petit Sushi a encore plus bénéficié de la diversification totale que sa sœur, c’est que Monsieur est un vrai gourmet gourmand et qu’il est encore plus curieux (et jaloux !) de ce que son entourage mange à côté de lui. Il a très vite compris qu’on ne mangeait pas la même chose que lui, parce que c’était en morceaux plutôt qu’en purée tout simplement et que ça avait l’air plus intéressant de croquer et faire fondre sur le palais… ou parce qu’effectivement, donner une olive ou un petit pain mou garni de fromage frais à un enfant de 5 mois ne nous paraissait pas évident ! Petit Sushi nous a très vite fait comprendre que ça n’allait pas se passer comme ça (je ne te l’ai pas encore dit, je crois, mais il a un sacré caractère de m*rde) et qu’il avait tout autant droit que nous à sa part de tartines. A grands renforts de cris suraigus jusqu’à ce qu’on lui propose enfin l’aliment convoité. Bon ben… ok c’est parti.

Tout comme pour Croquette, au fil des semaines puis des mois, nous n’avons vu aucune allergie se manifester chez Petit Sushi. Il n’a même jamais eu la moindre réaction cutanée, contrairement à sa sœur. Il a maintenant 14 mois, mange de tout sous presque toutes les formes (on n’a pas encore testé le pavé de viande grillé au barbecue, j’avoue) et ne refuse que le beurre de cacahuètes et les fromages à pâte dure, au grand désespoir de son papa qui ne mange que ça (tant mieux, ça fait plus de camembert pour Petit Sushi et moi !)

Mon coup de cœur définitif pour la diversification totale

Tu l’auras compris, après deux enfants et trois ans de pratique, je suis définitivement convaincue par cette façon de diversifier un enfant. On ne saura jamais si elle a éloigné le spectre (bouh !) des allergies alimentaires mais elle nous a en tout cas apporté du plaisir à faire découvrir les aliments à nos enfants dès le plus jeune âge, de la détente et du recul par rapport à ce qu’on pouvait ou ne pouvait pas donner (bah oui, facile ici).

Je n’en fais pas un cheval de bataille (je ne suis pas vraiment du genre militante… à part pour les vaccins) mais, quand on me demande, j’essaye toujours d’expliquer à mes interlocuteurs les raisons qui nous ont motivé et les résultats qui nous ont convaincu. Je suis consciente que c’est un cap à passer, que cela ne convient pas forcément à tous (je pense notamment à l’incompatibilité avec la DME) et qu’il est très difficile de passer outre les recommandations de ton pédiatre s’il te dit que tu vas tuer chouchou en lui donnant un bout d’huître à 5 mois. Mais sache que ça existe… et que ça peut très bien se passer !

Bon appétit, les petits loups !

Alors, vas-tu tenter la diversification totale avec ton bébé ? L’as-tu déjà fait ? Comment as-tu trouvé l’expérience ? Que penses-tu de cette nouvelle méthode ? (Top ou flop ? 😉 )

A propos de l’auteur

Lectrice assidue des blogs de la famille Dentelle depuis l'organisation de notre mariage en 2014, je suis surtout maman d'une petite fille née en avril 2015 et d'un petit garçon né en avril 2017. Passionnée de littérature, de pâtisserie, de langues étrangères et de cosmétiques, je viens partager ici mes impressions et mon vécu.