Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Madame l'Abeille

J'ai suivi Mademoiselle Dentelle lors de mes préparatifs de mariage et Dans ma tribu lors de ma toute récente grossesse, et je ne décroche toujours pas ;-). De nature plutôt positive, on m'appelle l'abeille parce que je virevolte d'une action à l'autre et j'ai du mal à me poser!

Ses contributions

Nouveau-né

Mon accouchement physiologique : de mes souhaits à la réalité

À moins d’avoir une césarienne programmée, il est difficile de savoir comment ça va se passer, même si tu as un projet de naissance ou des souhaits particuliers, on ne contrôle pas tout !

Des souhaits, ça oui, j’en avais ! Mais pour ne pas être déçue, je m’étais mis en tête que « si au moins ça ne se termine pas en césarienne, je serai contente, tant pis si ça doit durer longtemps, si je dois avoir des forceps, une épisiotomie etc. » J’étais prête à tout, mais pas à une césarienne. J’avais en tête que la majorité des accouchements se déroulaient par voie basse, sans complication, « donc il y a quand même des chances que ce soit aussi mon cas».

Stethoscope

Mon suivi de grossesse : par qui ? comment ?

Quand je suis tombée enceinte, je savais que trois professionnels pouvaient suivre la grossesse : le gynécologue-obstétricien, pour les grossesses « à risque », la sage-femme et le médecin généraliste, pour les grossesses « normales ».

J’ai contacté le cabinet de sages-femmes libérales le plus proche de mon nouveau domicile. Je pensais qu’une sage-femme pouvait m’apporter une vision assez globale de la maternité, avec un côté humain que j’apprécie. Pendant mes études, j’ai côtoyé des sages-femmes adorables qui m’ont sensibilisée aux techniques d’accouchement « naturel ». Et puis ça m’arrangeait bien que ce soit la même personne qui fasse tout : suivi, préparation, rééducation.