Menu
A la une / Témoignage

La découverte de l’haptonomie, ou comment établir une relation avec ton bébé

L’une des premières choses que j’ai fait à la rentrée de janvier, c’est d’appeler la sage femme et haptothérapeute de la maternité dans laquelle je suis suivie. Il n’y en a qu’une seule. Et l’haptonomie étant le mode de préparation à l’accouchement assez à la mode, je ne veux pas que ça me passe sous le nez !

J’ai eu mon premier rendez-vous presque en même temps que mon échographie du 3e mois. Et à vrai dire, c’est un peu tôt.

La sage-femme nous accueille dans son cabinet, décoré et équipé de plein de matériels comme une gym ball, des peluches à tout va, et bien évidemment un lit. La première séance est basée sur le dialogue et la communication. Bref, nous faisons connaissance. C’est important qu’une relation de confiance s’installe.

Elle m’explique que je suis sa première patiente qu’elle voit aussi tôt dans le parcours de la grossesse. Elle s’intéresse à mon engouement de pratiquer l’haptonomie (pour tout te dire, j’en ai beaucoup entendu parler durant ma formation d’auxiliaire de puériculture), et nous explique ce que c’est et comment ça va se passer.

Globalement, l’haptonomie est la science des interactions et des relations affectives humaines. Elle permet d’entrer en contact par le toucher pour guérir, rendre entier, confirmer. Ainsi, l’haptonomie peut être appliquée en accompagnement pré/per/post-natal, en psychothérapie, ou encore dans les soins médicaux et paramédicaux.

Tu as peut-être simplement entendu que l’haptonomie permet d’entrer en communication avec le bébé par le toucher. En effet, mais pas que ! C’est bien plus profond que cela.

Lors de la deuxième séance, un mois plus tard, nous sommes entrés dans le vif du sujet. A ce moment-là, je ne sens pas encore le bébé bouger. De plus, j’ai quelques petits soucis de transit, ce qui m’empêche de capter les sensations pendant la séance.

Je suis un peu frustrée parce que finalement, ma sage-femme sent le bébé bouger avant moi. Et effectivement, lorsqu’elle pose ses mains sur mon ventre pour la première fois, elle me dit qu’il est bien là, ce bébé. Ouf, me voilà rassurée, il y a bien quelqu’un là dedans. Elle nous explique donc comment ça marche. Elle guide beaucoup mon mari pour l’aider à ressentir le bébé.

photo de grossesse toucher le ventre

Crédits photo (creative commons) : ljlphotography

Comment se déroule une séance

Avant de pouvoir établir un lien avec ton mari et le bébé, tu dois d’abord prendre conscience de tout ce qui t’entoure (la pièce, le mobilier, les bruits, les personnes), afin de te sentir en sécurité et être détendue. Ton état de bien-être se répercute alors sur le bébé. Tu peux y parvenir très facilement grâce à une petite séance de relaxation.

Ensuite, il faut absolument établir un lien profond, grâce au regard, avec ton mari, qui pose une main légère sur ton ventre. Une relation en triangle se forme : toi, ton mari, et le bébé.

C’est le moment d’établir la communication avec le bébé, de le considérer comme un être à part entière, toujours en gardant le lien avec ton mari.

La séance se termine lorsque ton mari le décide, mais il est primordial de laisser le bébé sur un côté, pour éviter de le laisser seul en plein milieu dans un grand espace. Bah oui, imagine toi, seule, au centre d’une immense parc, c’est source de stress, non ?! Et d’effectuer un petit rituel, comme pour lui dire au revoir. Par exemple : une carresse, toujours la même. Personnellement, avec mon mari, nous terminons toujours la séance par une séance de massage du ventre avec une huile anti-vergetures. Autant joindre l’utile à l’agréable.

Après cette séance, je suis toute émoustillée et je n’ai qu’une hâte : enfin sentir notre bébé bouger. Le lendemain, mes soucis de transit étant atténués, nous nous mettons en conditions. Et il suffit de quelques secondes pour que le bébé nous dise bonjour. Cette sensation et cette émotion est indescriptible ! Nous sommes tous les 3, les yeux dans les yeux avec mon mari, et le bébé qui s’agite. Rien que d’y repenser, ça m’émeut encore beaucoup. Je suis alors à 16 semaines d’aménorrhée, et nous captons enfin le petit être qui grandit en moi. Je me sens enfin « habitée ».

Selon les pratiques haptonomiques, il peut y avoir quelques différences. En ce qui me concerne, c’est le papa qui est dans la relation tactile (c’est à dire que c’est toujours lui qui pose les mains sur mon ventre) et moi qui suis plus dans un ressenti psychologique. Ainsi nous sentons tous les deux notre enfant bouger, mon mari de l’extérieur et moi de l’intérieur. Bien entendu cela ne m’empêche pas de toucher mon ventre en dehors des séances d’haptonomie. Mais une chose est certaine, je ne ressens pas du tout les mêmes sensations que mon mari.

L’interêt de l’haptonomie est l’assiduité afin que chaque jour ton bébé puisse se sentir en sécurité, puisse se sentir intégré à notre famille. Ça le prépare également à l’arrivée sur terre. Il parait que les bébé-hapto sont des petits êtres calmes et très observateurs du monde que les entoure. Je te dirai ça dans quelques mois !

Ainsi, chaque soir, avec mon mari, nous pratiquons notre petite séance. Ça ne dure pas très longtemps. Cinq minutes peut-être. Mais cinq minutes précieuses, durant lesquelles le bébé est avec nous, nous sommes tous les trois dans une relation fusionnelle, apaisante et sécurisante pour tout le monde.

Nous avons à peu près une séance par mois. Les trois premières séances sont bien axées sur une séance telle que je l’ai décrite plus haut. Les suivantes sont axées sur la relaxation, sur l’effort expulsif, sur la douleur, mais toujours en rapport avec l’haptonomie. La sage-femme me montre également des exercices, avec l’aide de mon mari, pour soulager mes douleurs lombaires. Le papa a ainsi un rôle important tout au long de la préparation parce qu’il reçoit beaucoup d’astuces afin de me soulager que ce soit à la maison ou lorsque le moment d’accoucher viendra. Il est donc autant acteur que moi, et ne se limitera pas à me tenir la main ou les cheveux en m’encourageant.

Il y a aussi des séances post natales, permettant au bébé de libérer les tensions vécues lors de l’effort expulsif, que j’ai hâte de découvrir et de te faire partager. Mais il va falloir être patiente.

Tu connais l’haptonomie ? Raconte moi ton vécu ! Quelle préparation à l’accouchement as-tu choisie ? Est-ce que ton conjoint a envie d’être impliqué dans les cours de préparation à l’accouchement ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

A propos de l’auteur

Je suis Madame Louli. Tu as sans doute dû lire les chroniques de mon mariage sur Mlle Dentelle. Me voici à raconter l'évolution de ma grossesse sur Dans Ma Tribu. Je suis mariée depuis le 10 novembre 2012. Nous sommes devenus parents d'une petite fille le 31 août 2014. Nous sommes un couple sportif : roller, danse de salons. Ma passion c'est la petite enfance et tout ce qui en découle. Je ne suis donc pas devenue auxiliaire de puériculture par hasard. Je suis également une maman de deux chats.