Menu
A la une / Récit de grossesse

Un deuxième trimestre, plus rock’n roll


Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Après un premier trimestre très cool, j’étais contente d’entrer enfin dans le deuxième trimestre ! Enfin, on sortait de cette zone grise où tu ne sais pas bien si tu peux l’annoncer ou pas, où l’épée de Damoclès des fausses couches est au-dessus de ta tête, où tu n’es pas forcément bien, où tu es fatiguée, mais où personne ne comprend pourquoi… Et il paraît que c’est le meilleur des trois trimestres, alors allons-y gaiement !

Sous le signe des voyages

Ce deuxième trimestre a donc été fort en voyages. On a presque testé tous les moyens de transport : voiture, bateau, métro et avion ! Il manquait juste le train, mais aux USA, ce n’est pas un moyen de transport très développé.

Yosemite voyage enceinte grossesse

Crédits photo : Photo personnelle

Mirror Lake, Yosemite National Park : ça valait le coup de faire un peu de voiture et de marche, non ?

Pour la voiture, notre voyage (fait à 14SA) comprenait quatre trajets, trois de six heures et un de neuf heures. J’avais auparavant demandé l’accord à ma gynécologue, et elle n’y avait pas vu de contre-indications. Mon état le permettait, et peut-être aussi que les Américains étant les rois de la voiture et des longues distances, ça leur fait moins peur. Avec des changements de conducteur et des pauses toutes les deux heures/deux heures et demi, je n’ai eu aucun souci !

Pour l’avion (fait à 21-22SA), je me suis présentée au bureau d’embarquement pour signaler que j’étais enceinte. On avait trois vols de six heures, quatre heures et trois heures. Comme c’étaient des vols sans places attitrées, ils m’ont fait passer en même temps que les fauteuils roulants et les papys/mamies avec des cannes. J’ai donc pu m’asseoir sans problème où je voulais. D’ailleurs, je recommande à celles qui prennent l’avion de choisir :

  • une place couloir, pour pouvoir étendre les jambes et se lever sans réveiller le voisin à chaque fois,
  • le plus près des ailes (au centre de l’avion) : les turbulences sont moins fortes qu’à l’arrière de l’avion.

J’avais aussi toujours une bouteille d’eau avec moi dans l’avion pour pouvoir boire un maximum sans attendre que les hôtesses le proposent. Je n’ai pas mis de bas de contention, ma gynécologue trouvait que ça pouvait être pire s’ils étaient mal ajustés, elle m’a plutôt recommandé de marcher et de me lever souvent.

Et pour le métro, j’ai utilisé une petite astuce. Mon ventre ne se voyait pas beaucoup à cette époque, on se disait juste : « Huuum, elle a mangé trop de burgers ou… ? » Pour avoir une place assise, j’ai donc mis tous les jours un bandeau de grossesse avec le message « bébé en téléchargement » (en français), avec la petite barre qui se remplit (je parle bien des bandeaux en tissu, pas des ceintures de grossesse : ils se trouvent dans les rayons maternité et ne coûtent pas grand-chose généralement). Même aux US, le message est passé : pas besoin de traduction, ils m’ont laissé de la place quasi à chaque fois !

Ensuite, une fois sur place, nous avons parfois adapté les visites, et surtout fait des pauses plus régulières, trouvé des sièges et des bancs plus souvent. Mais ça ne nous a pas du tout frustrés, on a pu faire tout ce qu’on voulait !

Donc, en résumé, si tu te sens bien et que tu n’as pas de contre-indications médicales : voyage !

À la base, au lieu de New York et du Texas, nous avions prévu d’aller en Australie. Mais là, pour le coup, il y avait quatorze heures d’avion minimum depuis la Californie (hiii), et surtout, j’avais peur du virus Zika. Nous avons donc annulé ce voyage.

Et puis on a eu la deuxième échographie…

À 20SA, nous avons fait l’échographie du second trimestre, la fameuse écho morphologique.

Ils ont commencé toutes leurs mesures et l’observation des organes par la tête, en descendant pour finir vers les pieds. Et puis à un moment, vers le ventre, ils ont commencé à passer beaucoup de temps au même endroit, beaucoup (beaucoup) trop de temps. On ne comprenait pas bien ce qu’il y avait sur l’écran, on voyait des bulles noires, on les entendait prononcer des mots : estomac, rein, vessie, utérus (ah tiens, c’est donc bien une fille ?)…

À la base, il y avait donc deux personnes dans la salle d’écho : l’échographiste et une personne qui l’aidait parce qu’elle venait d’arriver dans l’hôpital. Quand elle a commencé à passer du temps sur le ventre, elle a fait appeler quelqu’un, et une gynécologue est arrivée. Elle a regardé, lui a dit des trucs qu’on n’a pas entendus, est repartie et revenue avec une autre gynécologue (il y avait alors quatre personnes dans la salle, si tu suis bien).

Elles sont reparties toutes les deux, et sont revenues avec le chef de service et un autre homme dont je ne connaissais pas la spécialité à ce moment… Et là, on s’est dit que ça commençait à sentir le boudin. Ils mesuraient des trucs dans tous les sens, cherchaient visiblement certains éléments, visualisaient les organes et leurs connexions. Mais à ce stade, on ne comprenait pas trop quel était le souci.

Après une heure et quart d’échographie, le chef de service nous a expliqué ce qu’ils avaient observé : le rein gauche de la Poupette avait un problème. Bien. Super. Il nous a tout de suite rassurés en nous disant que le rein droit et tous les autres organes avaient l’air normaux et sans souci (c’était déjà pas mal).

Puis il nous a expliqué un peu plus en détail : il y avait des bulles autour du rein, il était plus gros que la normale, ils ne pouvaient pas dire précisément pour le moment ce que c’était, mais il nous a dit de ne pas nous inquiéter, que c’était un problème fréquent, que ce n’était a priori pas vital. Pour en savoir plus, on devrait refaire une échographie deux semaines plus tard et un IRM.

On est donc ressortis de l’écho pas du tout rassurés. J’étais très stressée. Tout ce qu’ils avaient dit tournait dans ma tête. Je me disais que ce n’était pas possible pour un premier bébé, qu’elle ne soit pas « finie », qu’il manque des morceaux… Je cherchais si des gens avaient des problèmes de rein dans la famille pour le côté génétique. Mais en même temps, je sentais des tout petits coups qui me disaient qu’elle était bien là.

Mais on n’a pas vraiment eu le temps de réfléchir : on avait notre état des lieux l’après-midi même, et notre voyage en avion le lendemain… Je te raconte dans quelque temps la suite des événements et comment on a vécu tout ça !

Toi aussi, tu as fait plein de voyages pendant ta grossesse ? Comment ça s’est passé ? Tu as des conseils pour certains moyens de transport ? Et toi, ça te stressait, l’écho morpho ? Raconte !

A propos de l’auteur

Mariée depuis 2 ans, en couple depuis 8 ans, expatriée en série. J'expérimente ma première grossesse à cheval entre deux pays : les USA et la France. Bébé numéro 1 est prévu pour Octobre 2016! La devise qui me correspond le mieux : "Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué." Sinon j'adore les voyages, la photo, la pâtisserie, les blogs (oui je suis une geekette!)!