Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Quand j’ai appris que les fausses couches précoces étaient si courantes…


Publié le 9 avril 2015 par Reeza

J’aimerais parler d’un des plus grands tabous de la grossesse : la fausse-couche. Quand on s’est lancé dans l’aventure bébé avec mon mari, on connaissait déjà ce chiffre, comme une épée de Damoclès : 20% des grossesses se terminent en fausse-couche sur les trois premiers mois. C’est triste, mais on s’y était préparé. C’est un risque à prendre, on croisera les doigts et on ne restera surtout pas tout seuls.

Ce qu’on ne savait pas, c’est qu’il y a un deuxième chiffre qui est plus inquiétant : il y a 50% de fausses-couches sur les deux premières semaines de grossesse…

Apprendre ces risques de fausse-couche à nos dépends…

Jour J

J’ai la surprise de voir un + sur mon test urinaire. Je m’étais imaginée cet instant pendant des mois. J’étais sûre que j’allais me mettre à pleurer, sauter de joie, etc. Mais je me sens surtout sentie vide d’émotions. Je me répète que je me trompe sans doute, et que je lis mal le test. Pour être sûre, j’en refais un dans la journée, positif également, mais je n’arrive toujours pas à y croire ! Je ne peux pas croire que je sois enceinte car, à part l’absence de règles, je n’ai aucun symptômes…

Je décide d’appeler mon médecin pour qu’il confirme la grossesse par une prise de sang. L’assistante médicale est très surprise que je sois si pressée de confirmer par un test sanguin du fait qu’il s’agisse d’une grossesse désirée. Elle me rassure en m’affirmant que les tests urinaires positifs sont fiables, et que je peux vraiment me considérer comme enceinte, que ça arrive de ne pas avoir de symptômes évidents, etc. Elle est vraiment très gentille et compréhensive, et me propose de revenir le lendemain pour la prise de sang.

Puisque l’assistante semble si sûre, c’est sans doute moi, avec ma toute première expérience de grossesse, qui suis un peu perdue. Je décide de faire mon annonce à mon mari le soir, avec une jolie lettre de bébé qui lui annonce qu’il va être papa. Je lui précise que j’ai rendez-vous le lendemain pour confirmer cette grossesse, mais que tout devrait être normal. On passe une merveilleuse soirée, à se projeter, à parler prénoms, déco, annonces aux familles, etc.

Jour J+1

Comme prévu, je vais faire cette prise de sang. On m’avertit que j’aurais la réponse le lendemain. Je passe le reste de l’après-midi à faire les boutiques, à regarder les vêtements de grossesse ou pour enfants, à feuilleter des livres sur le sujet, sans rien acheter par superstition.

Le soir, je constate que j’ai quelques pertes de sang. Je suis vite inquiète, mais je sais que ça peut être des règles anniversaire alors je ne panique pas trop. Mais au fond, je me prépare à le voir partir.

Les règles anniversaire, c’est quoi ?

Il arrive que certaines femmes subissent un phénomène très peu connu nommé « règles anniversaire ». Il s’agit d’un léger saignement, survenant à la date théorique des règles chez la femme enceinte. Généralement, ce phénomène survient chez les femmes ayant déjà eu plus d’un enfant, mais cela peut aussi arriver chez les femmes qui connaissent leur première grossesse. Ces règles anniversaire peuvent souvent être très abondantes ou juste être de petites taches de couleur un peu claire ou marron.

fausse couche précoce : quelque chose de courant qu'on nous dit si peu

Crédits photo (creative commons) : b0jangles

Jour J+2

En me levant le matin, je sais que quelque chose cloche. J’ai mal au ventre comme pour lors de mes menstruations, et mes pertes de sang sont plus importantes que la veille. Je décide d’avoir la confirmation du test sanguin avant de m’alerter. Si ça trouve, ce sont mes vraies règles et ça prouverait que je ne sais vraiment pas lire un test de grossesse… Pourtant, dans la matinée, je reçois un message de mon médecin qui confirme ma grossesse d’une semaine !

J’éclate alors en sanglots dans les bras d’une amie lui apprenant « l’heureuse » nouvelle et ma quasi-certitude que j’allais le perdre dans la journée. Je téléphone aux urgences gynécologiques, qui confirment mes inquiétudes. Même si c’est un processus naturel, il est préférable que je m’y rende pour être certain qu’il n’y aura pas de complication, surtout que mes saignements deviennent de plus en plus abondants.

La fin est sans surprise. La doctoresse certifie que j’ai fait une fausse couche. C’est avec beaucoup de douceur et de tact qu’elle nous apprend que c’est tout à fait normal, et que 50% des grossesses se terminent ainsi dans les deux premières semaines. En général, ces fausses-couches passent inaperçues, car on les confond avec des règles abondantes (mouais, les miennes étaient brunes avec plein de caillots dégueux, je ne vois pas comment j’aurais pu confondre). Elle nous dit également que dans leur jargon, ils appellent ça une « grossesse chimique ». Sans l’exprimer clairement, elle essaie de nous faire comprendre qu’il n’y a pas eu de grossesse réellement, il n’y a eu qu’une réaction chimique, rien de plus. Elle termine avec plein de douceur, de réconfort et des mots d’encouragement.

Nous rentrons chez nous, déçus et tristes évidemment. On pleure dans les bras l’un de l’autre. On y avait tellement cru. Pourtant, nous sommes conscients que mon corps a fait un bon boulot en ne laissant pas s’installer un fœtus non-viable. On se console comme on peut, en se disant que le prochain sera le bon. Nous appelons nos amis et famille pour nous aider. Et on parle avec eux. Et on parle, et on parle, et on parle beaucoup.

Pourquoi tant de désinformation ?

Je n’arrive pas à comprendre pourquoi notre société insiste tant à nous faire croire que la grossesse, c’est tout rose, avec des papillons et des licornes. Pourquoi j’ai dû activement chercher pour connaître ces 20% de fausses-couches sur les trois premiers mois ? Pourquoi je n’ai jamais entendu parler de ce 50% sur les deux premières semaines ?

Évidemment, le conseil de ne pas faire de test avant deux semaines de retard s’éclaire soudain. Ce n’est pas parce que le test n’est pas fiable de suite : c’est seulement que le risque de fausse-couche se faisant passer pour des règles est trop élevé pendant ces deux semaines !

Après la tristesse, je me sens indignée. Pourquoi on ne nous prévient pas ? Paraît-il que c’est pour préserver les femmes, que c’est horrible de faire un enfant avec ces épées de Damoclès au-dessus de nos têtes, que c’est plus simple de dire qu’il n’y a pas eu de fausse-couche.

J’ai été enceinte pendant une semaine. Je n’ai pas peur de le dire, et je n’en ressens aucune honte. Je n’aime pas qu’on me cache la réalité sur mon corps, sous prétexte qu’on ne me juge pas apte à affronter la vérité. On cache les réalités de la grossesse, on fait des montagnes pour des processus naturels et sains. La conséquence est qu’on se sent seul quand ça nous arrive. La culpabilité n’est jamais loin et surtout on est choqué d’apprendre la réalité de cette façon. Nous nous sommes sentis terriblement bêtes et ignares. Heureusement, tous les professionnels de santé que nous avons croisés ont tous été compréhensifs, plein de tact et réconfortants.

Notre entourage a été très étonné que nous en parlions si ouvertement. Je ne comprends pas. La grossesse, les fausses-couches, les douleurs, la joie… ce sont des choses naturelles. Pourquoi ces tabous ? Pourquoi avons-nous donc peur à ce point de communiquer sur ces sujets ? J’ai besoin d’en parler. J’ai besoin d’attirer l’attention sur ce sujet et de dire « Hey ! Ça m’est arrivé et je sais que je suis pas la seule ». Est-ce que la tristesse aurait été atténuée si nous savions dès le début qu’il n’y avait qu’une chance sur deux pour qu’il s’accroche ? Je ne sais pas. Je ne crois pas. Mais je crois par contre que je ne me serais pas sentie aussi choquée.

Ce que nous a appris cette épreuve

Paradoxalement, mon mari est plus affecté que moi. Peut-être parce que c’est mon corps et que je comprends très bien le travail qu’il a fait, pour lequel je l’ai remercié. Il ne faut pas oublier que le rôle de « spectateur » est tout aussi difficile et lourd à porter.

Il m’a dit en me serrant fort contre lui : « J’avais peur de ne pas être prêt à être papa. Vu comme je suis affecté, vu comme j’ai mal qu’il soit si vite parti, je sais maintenant que je suis prêt. Je n’éprouve aucun soulagement, aucun réconfort à me dire que c’était sans doute trop tôt. J’ai trop d’amour à lui donner… ».

Nous réalisons également que ça avait fonctionné. Ouaip, rien que ça. Nous sommes fertiles tous les deux, et ça, c’est quand même une grande nouvelle après 5 mois d’essai ! Je suis beaucoup plus sereine maintenant. Je sais que je n’ai pas de problème, que ce n’est pas de ma faute. J’ai beaucoup moins cette pression sur les épaules.

Nous sommes aussi heureux qu’il soit parti si vite. Même en ne se projetant que pendant 2 jours, la douleur et la tristesse étaient intenses. Nous avons une pensée sincère pour tous les couples qui le perdent à 3 mois et plus…

Et enfin, la dernière leçon : je vais éviter les ascenseurs émotionnels en attendant 2 semaines de retard avant de faire un test de grossesse.

La vie est quelque chose de merveilleux, mais aussi d’horriblement complexe. En fait, c’est sans doute la chose la plus complexe dans l’univers ! Et comme très souvent en biologie, il faut d’innombrables ratés pour une réussite. C’est ce qui fait le miracle de la vie. Nous avons appris dans la douleur quelques réalités. Loin de nous abattre, nous sommes prêts plus que jamais à relever le défi. Cette épreuve, aussi courte et aussi intense qu’elle a été, a renforcé notre couple et notre désir d’être parents.

Et toi ? Tu as vécu une fausse-couche après avoir fait un test de grossesse très précoce ? Tu connaissais ces chiffres ? Viens en discuter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

73   Commentaires Laisser un commentaire ?

Jahanara

J’ai aussi fait une fausse couche, mais plus tardivement que toi (j’ai écrit un article à ce sujet ici si jamais ça t’intéresse). Comme toi j’ai décidé d’en parler parce que je comprends pas pourquoi tout le monde fait comme si ça n’existait pas. Et c’est en en parlant que j’ai réalisé qu’une amie en avait fait une aussi ! Mais effectivement on se sent très seuls dans ces moments là… Surtout quand par la suite des personnes qui ne sont pas au courant demandent s’il n’y a pas un bébé en route ??! Deux dans la même journée alors que j’avais du mal à penser à autre chose, ça ne m’a pas vraiment fait rire…
Pour la prochaine fois où je ferai un test de grossesse, j’oscille entre l’envie de savoir et la peur d’être de nouveau déçue en cas de fausse couche précoce. Mais comme je suis très impatiente, je sais que je vais avoir du mal à attendre ne serait-ce qu’une semaine de retard lol !
Bon courage pour la suite, j’espère que cet épisode douloureux ne sera bientôt plus qu’un souvenir.

le 09/04/2015 à 08h25 | Répondre

Reeza

Ah oui, la fameuse question du bébé en route… je ne peux pas m’en plaindre car nous avons fait le choix de répondre positivement si on nous posait des questions sur le projet bébé. Du coup, on me demande régulièrement des nouvelles sur le sujet… Mais ça ne me dérange pas habituellement. Là c’est sûr, que j’ai fait la grimace à cette question (comme toi, deux fois le jour suivant).
J’aime tellement me projeter que ça va être difficile de rester les pieds sur terre et de pas m’emballer après 1 seul jour de retard… pour autant, je refuse de sombrer dans la paranoïa.
Je te souhaite aussi bon courage et persévérance 🙂

le 13/04/2015 à 09h43 | Répondre

Melo

Reeza
Voila 1 ans que j’ai fait une fausse couche spontané et maintenant à chaque fois sûre mes règle sont en retard j’ai peur de refaire une fausse couche et je m’inquiète car depuis ben je bne tombe plus enceinte donc j’aimerai savoir si vous avez réussi à avoir un bébé et si oui au bout de combien de temps après ?

le 11/04/2018 à 22h11 | Répondre

Mariounche

Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis, on n’est pas informé suffisamment du risque de fausse couche, ce qui fait qu’on peut se sentir seule quand ça arrive je pense. Ma cousine a fait une fausse couche avant d’avoir son premier enfant et c’est à ce moment là que j’ai découvert que ça arrivait très fréquemment mais personne ne nous en avait parlé avant. Mais comme toi elle nous en a parlé et je pense que c’est important, pour elle et pour l’entourage.

le 09/04/2015 à 08h27 | Répondre

Reeza

Je pense que nous avons toutes et tous des besoins différents face à la tristesse, la douleur et autres. C’est vrai que, perso, j’ai un énorme besoin de parler à mon entourage. Mais je conçois qu’en tant qu’entourage ça ne doit pas être facile non plus d’être à l’écoute tout le temps… c’est bien si ta cousine a pu vous parlé et que vous-même vous ayez pu la soutenir 🙂
Conclusion : vive nos amis et nos familles 😀

le 13/04/2015 à 09h47 | Répondre

Madame D

Je ne sais plus comment mais je le savais. Même si je n’avais pas le bon chiffre. Pour moi c’était 30%. Et je savais que la plupart des femmes ne le savaient pas car elles ne sont même pas au courant qu’elles sont enceintes.
Et c’est ce qui m’est arrivé. Apres 2 mois d’essai, j’ai eu mes règles en avances. Et vraiment spécial. Comme tu dis dégueu et tout ! J’étais contente de ne pas avoir su que j’étais enceinte avant. Car même si ça été dure, je n’ai pas eu le temps de me projeter.
Et puis je ne sais pas si ça peut te rassurer, mais je suis tombé enceinte le cycle suivant et le bébé c’est accroché. Ma fille a 16 mois ! Par contre je n’ai pas attendu les 3 mois fatidique pour en parler à ma famille et mes amies car je savais qu’en cas de fausse couche j’aimerais qu’ils soient au courant pour me soutenir.
Courage pour tes essais !!

le 09/04/2015 à 08h57 | Répondre

Reeza

Je suis comme toi, je ne pense pas attendre les 3 mois avant de l’annoncer à mes proches. Je suis aussi la première dans mon cercle d’amis à me lancer dans l’aventure, alors je sens que je vais avoir plein de questions d’eux et de mon côté beaucoup besoin de soutien:D
C’est super pour ta fille ! J’espère suivre ton exemple 😉
Merci pour les encouragements !

le 13/04/2015 à 09h54 | Répondre

Miss Chat

Je n’ai jamais entendu, ni lu qu’il fallait attendre « deux semaines de retard de règle » pour faire un test… Ma gynéco m’avait dit de faire ces examens dès 5 jours, ça correspond à ce que j’ai pu entendre ailleurs et quand on est en essai bébé, je trouve que ça vaut la peine de faire ces tests, même si c’est pour risquer des (faux) négatifs.
Je ne veux pas minimiser votre peine parce que je sais que, foetus viable ou non (comme tu dis), à partir du moment où on apprend qu’on est enceinte, il y a un attachement qui se crée envers ce bébé, peu importe le temps qu’il restera. Toutefois, je trouve que dire « On cache les réalités de la grossesse, on fait des montagnes pour des processus naturels et sains. » est complètement exagéré. Le monde médical ne ‘cache’ pas cette information en tant que tel, rien n’empêche les futurs parents de prendre leurs informations par rapport à cela : perso je connaissais ces chiffres pour m’être renseignée en commençant les essais bébé et ma gynéco avait annoncé la couleur directement (« ça arrive fréquemment, c’est un processus normal du corps, pas d’inquiétude »).
J’aime être informée plus que tout, j’essaye de lire le plus possible sur tout ce qui peut arriver pendant une grossesse et un accouchement, pour avoir une idée de ce qui peut arriver mais il ne me semble pas nécessaire de critiquer le monde médical pour un point aussi peu significatif : le corps est bien fait comme tu l’as dit, il est fait pour ça, pourquoi créer potentiellement une psychose chez des futures mères pour un processus somme toute naturel ?

le 09/04/2015 à 09h04 | Répondre

Miss Chat

Je me rends compte à la relecture que mon message peut sonner agressif donc je tiens à préciser qu’il ne l’est pas 😉 Ton article m’a interpellée parce qu’il me semblait soulever un problème qui n’en était pas vraiment un et que tu essayais de rejeter la ‘faute’ sur le monde médical qui au final ici ne fait finalement rien de mal (puisqu’il ne fait rien)…

le 09/04/2015 à 09h16 | Répondre

Reeza

Ne t’inquiète pas, je n’ai pas mal pris ton commentaire 🙂

Si j’ai essayé de rejeter la faute sur qqun, c’est plutôt sur la société en général qui prône le côté bisounours, plutôt que sur le milieu médical. Je ne pense pas ne pas m’être documentée sur le sujet… j’ai passé beaucoup temps sur internet, dans des bouquins etc. Pourtant je n’avais jamais entendu parlé de ce 50%… Et ni mon médecin ni ma gynéco m’en ont parlé non plus. Je ne leur en veut pas du tout vu que je n’ai pas posé la question directement.

Je ne pense que je sois si exagérée en disant « On cache les réalités de la grossesse », le « on » faisant référence à cette envie de rendre rose la grossesse. Honnêtement, les côtés pas glamours ne sont pas souvent évoqués… J’ai attrapé tous les prospectus de la maternité en allant voire une collège. Dans aucun d’entre eux ils ne parlent de fausse couche aussi précoce… Je suis allée au planning familiale posée mille questions y compris sur les fausses couches et on ne m’en a pas parlé. Pourtant, quand j’en parle, les parents me regardent avec un air entendu et me disent que oui, c’est normal et c’est fréquent. Mais si c’est si fréquent et banal, comment j’ai pu passer à côté de l’info ?

Je pourrais nuancer en disant qu’on ne cache pas ces réalités mais qu’il faut pas mal remuer pour les trouver. J’ai maintenant l’impression d’être entrée dans le club de ceux-qui-savent et je n’aime pas beaucoup ça.

Pour le « on fait des montagnes pour des processus naturels et sains », ma formulation est clairement pas terrible. Ce que je voulais dire c’est qu’à cause de cette diificulté d’accès à l’information (en tout cas, dans mon cas), ça favorise à faire des montagnes pour au final qqch de normal. Triste et douloureux, mais normal. Et par montagne, j’entends « c’est ma faute s’il s’est pas accroché », « j’ai un problème, jamais ça marchera », « faut absolument que je bouge pas d’un orteil les 2 premières semaines », etc. En tout cas, c’est le genre de pensées qui m’a largement traversé et je sais ne pas avoir été la seule. Bon, même en sachant que c’est normal et fréquent, ça empêche pas le 100% des pensées culpabilisantes, hein. Mais, dans mon cas, ça les a beaucoup réduit.

Et je ne pense pas créer une psychose supplémentaire en soulevant cet état de fait. Le 20% de fausse couche sur les trois premiers mois fait tout aussi peur, et ça n’empêche pas des couples de se lancer dans l’aventure.

Quant à « attendre deux semaines de retard avant un test de grossesse », j’avoue que je ne sais pas d’où ça vient. C’est le genre d’information rangé à côté de « il ne faut pas annoncer publiquement une grossesse après 3 mois » et autres. Pourtant, même en discutant avec ma mère, elle m’a confirmé que c’était mieux d’attendre. Je trouvais paradoxal ce temps d’attente alors que certains tests peuvent être utilisé dès le jour supposé des règles. Après si « ça vaut la peine de faire ces tests, même si c’est pour risquer des (faux) négatifs », je pense que c’est à chacune de décider selon ces envies 🙂

Merci en tout cas pour tes remarques 🙂 et désolée du pavé ^^’

le 13/04/2015 à 11h04 | Répondre

miju

Je tiens à rebondir sur l’attente de 15j de retard pour faire un test.
J’ai fais une fausse couche précoce également, mon taux n’évoluait plus à partir de 20j de grossesse. J’ai du recevoir une injection pour aider mon corps à évacuer au plus vite. Et je pense qu’il est important finalement de ne pas attendre ces 15j, surtout dans une région comme la mienne (région parisienne) où les délais des rdv médicaux sont longs.
En effet, en dehors des FC précoces, il y a aussi des grossesses extra utérines (GEU), et une GEU plus vite elle est décelée et moins de séquelles il y aura. Donc moi j’encoure à attendre 7 jours maxi pour faire un test … lol. Perso je retente l’aventure bientôt et je sais déjà qu’au 1er ou 2nd jour de retard je ferai un test car j’aurai trop peur d’avoir une GEU (qui potentiellement est peut-être ce qu’il m’ait arriver aussi car aucuns sac gestationnel dans mon utérus…)

le 03/11/2016 à 14h30 | Répondre

Marina

Cà m’est arrivé aussi… Premier mois après arrêt de pilule, les règles qui ne viennent pas, j’ai fait un test, négatif. Au bout de 30 jours de cycle, des règles d’aspect normal, mais longues… au bout de 10 jours, j’ai voulu en avoir le coeur net en faisant un test sanguin, qui était positif avec un faible dosage de bhcg. J’ai appelé mon médecin qui m’a dit au téléphone que je faisais probablement une fausse couche précoce, et m’a envoyé chez le gynéco. Malheureusement pour moi ce jour là ma gyneco avait un remplaçant : une ordure. Je lui ai expliqué que mon test sanguin était positif et que j’avais des saignements. Il n’a pas dit un mot, m’a examiné, et m’a annoncé de but en blanc en me faisant une écho avec son appareil « , vous n’êtes plus enceinte, tant mieux pour vous, l’embryon devait être mal formé, vous l’avez évacué ». Pas une once d’empathie, un mot de réconfort. Je me suis sentie comme un vulgaire bout de viande.
C’est çà surtout qui m’a marqué, parce que
dès l’instant où j’ai su que j’étais enceinte, j’ai su aussi que je le perdais, je n’ai pas eu le temps de me projeter.
Miss Chat je n’ai pas compris l’article comme toi : je ne pense pas que Reeza visait le monde médical en disant qu’on nous cache les réalités de la grossesse. Je suis du même avis sur le fait que l’idée générale, c’est que la grossesse, et plus largement la maternité, c’est un monde merveilleux de bisous, de tendresse, de petits coeurs, de femmes épanouis… de la même façon que c’est souvent mal vu de dire qu’on n’aime pas être enceinte et que si on pouvait on s’en passerait bien, c’est mal vu aussi de parler de fausse couche, de sang, de glaires… Toutes ces choses qu’on doit cacher parce que « c’est sale ». Ces jours ci d’ailleurs il y a un très bon article sur le site de Libération sur les règles, je vous le conseille…

le 09/04/2015 à 09h24 | Répondre

Reeza

Dans notre cas, la qualité des professionnels de la santé a été indispensable. Je ne les remercierai jamais assez pour leur tact et leur douceur… Je suis vraiment désolée pour ta mauvaise expérience… C’est plus que désagréable d’être traitée comme un numéro !
Et oui, toutes ces choses « sales » que fait notre corps alors que c’est une merveilleuse machinerie ! C’est tellement dommage de s’imposer ces chapes de silence.
Merci pour l’article, je vais sans doute aller le lire !

le 13/04/2015 à 11h12 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je ne comprends pas non plus pourquoi attendre 2 semaines après les règles… Si on compte que l’ovulation a lieu 14 jours avant la date présumée des règles, au 1er jour de retard, on a déjà passé le cap fatidique des 2 semaines, non ?
Par contre, effectivement je rejoins Miss Chat : dès que j’ai commencé à me renseigner je suis tombée sur ces chiffres effrayants, autant de fausses couches que de grossesses menées à terme même si la plupart passent inaperçues et que la moyenne c’est 1 FC par femme… Je ne me suis jamais dit qu’ils étaient « cachés ». Mais c’est vrai que dès qu’on voit le + sur le test, on a une fâcheuse tendance à se projeter ! J’espère que la prochaine fois sera la bonne pour toi !

le 09/04/2015 à 11h12 | Répondre

Reeza

Faut-il encore connaître le jour exact de l’ovulation… Même avec un cycle régulier, il peut se passer avec plusieurs jours dedécalage. Ca arrive de « louper » un mois entier après tout…

C’est sûr que quand on commence à vouloir sortir des chiffres, on devient vite blanc. C’est dans ces moments-là que je me rends compte que la vie est vraiment un miracle ! Ca ne la rend que plus belle et précieuse 🙂

le 13/04/2015 à 11h16 | Répondre

Madame Genève

J’ai perdu mon bébé à 12 semaines. C’est l’écho des trois mois qui nous a révélé que son coeur s’était arrêté environ 3 semaines avant… je n’ai pas perdu une seule goutte de sang, rien qui aurait pu nous laisser présager de cette issue.

Nous aussi on se projettait, moi aussi je flanais dans les magasins en prévision des mois à venir. Et puis tout s’arrête. Et là c’est vrai que ce que tu as vécu devient un tabou… personne n’ose parler de quoi que ce soit pour ne pas te rendre triste.

Maintenant qu’on a vécu ça, on se rend compte que c’est un phénomène qui touche tellement de monde. On ne l’avait juste pas envisagé pour nous….

Dernièrement, le meilleur ami de mon mari lui a demandé si on mettait le « deuxième » en route. C’est tellement bizarre d’entendre ces mots…. mais du coup je te rejoins, le jour où ça arrivera, ce sera ma deuxième grossesse, mon deuxième bébé…

Sur une note positive, avec cette épreuve, j’ai re-découvert pourquoi mon mari était l’homme parfait et pourquoi l’épouser avait été la meilleure décision de ma vie!! :):)

le 09/04/2015 à 12h14 | Répondre

Reeza

Je suis vraiment désolée pour ta fausse-couche… Certaines personnes préfèrent ne pas en parler, d’autres briser le silence. C’est important de trouver notre meilleure façon.
On peut pas nier ce qu’il s’est passé c’est sûr. J’ai vraiment aucune honte à dire que j’étais enceinte pendant une semaine, et que la prochaine grossesse sera la 2ème, mais est-ce que ce sera mon 2ème bébé ? Je crois qu’il y a eu si peu de temps dans mon cas que il n’a pas dépasser le stade de concept… C’est bizarre que je puisse différencier grossesse et bébé…
Mais c’est sûr que dans ton cas, après 12 semaines… difficile de pas le considérer comme tel !

C’est vrai que ce genre d’épreuve ressoude plus encore un couple. Je ne pensais pas que mon homme réagirait ainsi. Il y a toujours du bon dans les situations même si ce n’est qu’une toute petite étincelle.

Je vous souhaite plein de courage et d’amour pour vos futurs essais !

le 13/04/2015 à 11h31 | Répondre

Mme Ebène

Merci pour l’information, je ne savais pas non plus. Par contre je ne comprend pas l’histoire de 2 semaines de retard. si ce sont les 2 premières semaines après l’ovulation on est plus ou moins obligé de les attendre car les hormones que détectent les tests ne commencent à être secrétés qu’une fois l’embryon implanté dans l’utérus. Les meilleurs tests commencent à marcher 10 jours après l’ovulation mais la fiabilité du test à ce moment là est quasi du 50-50…

le 09/04/2015 à 16h38 | Répondre

Reeza

Les deux semaines dont je parle sont les deux semaines de retard de règles à partir du jour présumé des règles. Le conseil est d’attendre la fin de ces deux semaines de retard car les règles peuvent simplement se faire attendre… Mais je crois, à la lecture de vos commentaires,, qu’il s’agit plus d’une croyance populaire que d’un véritable conseil…

le 13/04/2015 à 11h34 | Répondre

Madame D

Une de mes amies m’avait dit d’attendre 10 jours de retard pour faire le test. Histoire de pas être déçu surtout car les règles peuvent ne pas être régulière (surtout après 8 ans de pilule). Mais je ne l’ai pas écouté. J’ai fait un test au bout de 3 jours de retard. Il était négatif. J’en ai refait un une semaine plus tard car je n’avais toujours pas mes règles. Positif. Ma date d’ovulation n’était pas celle que je pensais. Du coup j’étais enceinte d’une semaine et demie lors du premier test.

le 13/04/2015 à 13h14 | Répondre

saunier

Bonjour, je me permet de réagir car je suis en plein dedans…. je fais une fausse couche tres précoce et c’est très difficile. J’ai su mercredi la veille de l’arrivée présumés de mes regles que j’étais enceinte grâce à un test de grossesse le lendemain je file au laboratoire pour test sanguin qui confirme le résultats. Du coup j’appelle mon médecin qui de but en blanc me dit qu’elle veux bien me faire une ordo pour deuxième prise de sang mais qu’il faut que j’attends deux semaine pour ma faire au cas où fausse couche. … je ne l’ai pas écouter et j’en suis la quand même…. mais ne lisant l’article je comprend mieux pourquoi elle m’a dit ça. … dommage qu’elle ne met pas donner de chiffre j’aurai peu être analyser différemment… même si ma peine aurait était la même.

le 05/12/2015 à 12h50 | Répondre

Madame S.

Bonjour, j’ai également fait une fausse couche précoce et cela a été très dur. Je ne connaissais pas les chiffres. Je n’en ai parlé à personne (à part mon mari bien sûr).
La chance que nous avons eu est que je suis tombée enceinte 1 mois après et que tout s’est bien passé. Aujourd’hui notre fille a 4 mois et demi et se porte à merveille.

Bon courage à vous.

le 09/04/2015 à 21h25 | Répondre

Reeza

Je suis désolée pour votre fausse couche… peu importe le temps de la grossesse, c’est douloureux et triste…
Je suis très contente pour votre petite fille ! J’espère très fort rejoindre rapidement le club des jeunes parents 🙂

le 13/04/2015 à 11h36 | Répondre

Yaelle

ca m’est arrivé car j’avais l’habitude de faire des tests tjs avant mes règles présumé, mes règles sont arrivés avant d’avoir les résultats de la prise de sang. je ne pense pas qu’il y ai de la désinformation, je pense surtout qu’aujourd’hui on est trop obsédé a tout contrôler, on ne devrait pas a avoir a s’inquiéter d’une potentielle grossesse avant la date présumé de nos regles non? autre chiffre 1 grossesse sur 8 est une grossesse gémellaire sauf que la majorité d’entres elles finissent par l’avortement d’un des 2 embryons , la plupart du temps c’est très tot dans la grossesse et les seules façon de le savoir c’est de faire des échographies très tot ( et dans l’immense majorité des cas ces echo sont tout a fait inutile ). .. c’est triste mais a tout vouloir contrôler on se fait du mal pour rien. ..

le 09/04/2015 à 23h55 | Répondre

Reeza

Je te rejoins sur ce désir de tout controler. J’avoue que je suis un peu comme ça mais que cette période d’essai m’apprend à lâcher prise et à mieux accepter. Oui bon, c’est facile de dire ça maintenant, je suis pas à la fin de mon cycle à trépigner d’impatience et à redouter l’arrivée de mes règles 😀

Je ne savais pour les grossesses gemellaires ! C’est fou ! Nos corps sont trop incroyables ! Je croyais que c’était beaucoup plus rares que ça. Après j’imagine que le 50% est sur chacun des embryon…

le 13/04/2015 à 11h43 | Répondre

Mlle Rêveuse

Merci pour ton témoignage très touchant et ces informations que je ne connaissais pas.
Plein de bonheur pour la suite <3

le 13/04/2015 à 12h17 | Répondre

Miss Littlebulle

J’ai également fait une fausse couche il y a deux ans…je ne connaissais pas les chiffres mais je savais que ça pouvait arriver dans des proportions non négligeables.
J’ai fait ma fausse couche deux semaines après avoir fait le test…j’ai eu des spottings 1 semaine après le test et j’avais eu un premier RDV avec un gynéco qui a trouvé que la taille du sac vitellin ne correspondait pas aux dates que je lui disais, qu’il n’était pas assez grand…il m’a prescrit la prise de sang pour confirmer par le taux d’hormones et en voyant les résultats, je me suis doutée que quelque chose n’allait pas, le taux n’était pas très haut…et puis pile poil deux semaines après le test, j’ai eu de grosses douleurs au ventre et les pertes de sang ont augmenté…on est allé aux urgences et la sage femme m’a confirmé que je faisais une fausse couche…elle a été très compréhensive et c’est là qu’elle m’a dit qu’une grossesse sur trois se terminait par une fausse couche et que malheureusement pour moi, ça tombait sur la première fois…mais qu’il y avait 99% de chances que la prochaine fois, ça fonctionne très bien !
Et un an plus tard exactement, je suis retombée enceinte et ma grossesse s’est merveilleusement bien passée.
Bizarrement, j’ai été très sereine, et ce, dès les premières semaines. Dans ma tête, tout allait bien se passer et oui, tout s’est bien passé.

Par contre, j’en ai parlé à très peu de personnes sur le coup…pas par tabou mais parce que je ne voulais pas que ma famille et celle de mon mari soient tristes…nous ne voulions pas les inquiéter et nous ne voulions pas dans le même temps être plaints. La situation était déjà difficile, j’étais au bord des larmes assez souvent mais je ne voulais pas que les gens (familles comme amis) partagent ma tristesse car ça l’aurait augmentée…
J’en ai parlé longtemps après à ma famille et mes amies, quand je me suis sentie prête à en parler sans pleurer…:)

le 17/04/2015 à 20h21 | Répondre

maxelle

Bonjour
Je viens de vivre ce que vous racontez sauf que j’ai déjà un grand garçon et que j’ai vécu ça à 10 semaines.
Il ne m’était plus possible de cacher cette grossesse dès la 7e semaine. Je ne rentrais plus dans mes pantalons. Je portais déjà des vêtements de grossesse. J’ai eut des pertes légèrement colorées. Je suis allais aux urgences attendant à un décollement placentaire et une mise au repos.
À l’écho de contrôle le médecin m’annonce avec compassion quil n’y a plus d’activité cardiaque (je précise que 15j avant il y en avait été constaté une par la gynécologue et tout allait bien).
Donc plus d’activité et vu la taille de l’embryon le cœur ne battait plus depuis la 9e semaine soit 1 semaine après l’écho précédente.
Là le monde s’écroule. Difficile de perdre ce bébé alors que ça fait 2mois on vit avec… on avait planifie tellement de chose.
Il a fallu prévenir tt le monde famille amis collègue et supérieur parce que maintenant il faut attendre l’expulsion…
Le corp à été expulsé 3 j après. Je l’ai senti et vu sortir. Difficile de louper un embryon de 2, 5cm et tt le contenu placentaire sans que ça se sente.
Moment horrible à vivre mais nécessaire.
En avisant les amis plus de 60% m’ont rassuré en me disant qu’elles avaient vécues ça.
Je savais que c’était fréquent mais jamais je n’ai cru que je le vivrai…
C’est trop beau une grossesse pour qu’on ait envie d’entendre que 3sur 5 ne vont pas au bout. C’est le chiffre annoncé par le médecin des urgences qui m’a reçu pour la vérification utérine. C’est énorme mais tellement vrai.
Le pire ça a été le jour de cette consultation. Assise en salle d’attente au service gyneco avec des futures mamans partout. Une femme à côté de moi qui vient d’apprendre qu’elle est enceinte et que passe par les urgences pour une écho de contrôle parce qu’elle ne veut pas attendre un RDV… non mais on a perdu la notion d’urgence là…
Et d’attendre en salle d’écho située entre les salles de naissance et les chambres d’accouchees… avec des photos de bidons et de bébé partout. Attendre 3 h là et avoir le cœur bien accroché…
Les heures les plus longues de ma vie.
On devrait en parler plus. Ce ne doit pas être un tabou.
C’est trop fréquent et trop douloureux pour que ça reste sous silence.
Courage à ttes celles qui le vivent

le 01/06/2015 à 07h51 | Répondre

Marion

Un témoignage qui me parle et dans lequel je me retrouve malgré les années qui sont passées. J’apprends que je suis enceinte à la fin de mes études, ne me manquait plus que le papier pour dire que j’étais diplômée. je suis heureuse que ça arrive à ce moment là, une période charnière, je n’avais pas encore de boulot mais l’on avait pu acheter notre chez nous et mon conjoint de l’époque avait un emploi qui nous le permettait. Prise de rdv chez la gyneco toute contente. le jour du rdv, quelques pertes de sang, mais lorsqu’elle m’ausculte, une douleur aiguë se fait sentir. Ni une ni deux, elle m’envoie aux urgences qui sont au bout de la rue pour des analyses, une échographie… car elle suspecte une fausse couche. je fais les analyses, qui s’avère que je suis bien enceinte mais le taux est faible, il faut en refaire une le lendemain. chose que je fais et j’aurais les résultats en fin de journée. les résultats tombent, je suis en train de faire une fausse couche précoce.
Cette fausse couche je m’en souviens comme si c’était hier car mon conjoint de l’époque n’a pas souhaité reporter un week end avec des potes. j’ai donc vécu cette étape toute seule enfin avec ma mère qui n’a pas toujours eu les mots pour me consoler, mon cousin qui a été un chef, son groupe d’amis qui m’a soutenu et qui est toujours présent aujourd’hui. 2 mois après cette fausse couche, j’ai eu la chance d’être de nouveau enceinte et mon fils a aujourd’hui 5 ans. Par contre je suis séparée du papa depuis qu’il a 2 ans et demi car entre autre chose, je ne lui ai jamais pardonné de ne pas avoir été à mes côtés lors de ma première grossesse car oui j’étais enceinte. Aujourd’hui je me reconstruis sans jamais oublier que j’ai été enceinte 2 fois et maman une fois d’un petit gars qui ma comble de bonheur.

le 07/09/2015 à 16h26 | Répondre

Samy

Bonjour,

J’ai fait un test de grossesse au bout de 3 jours de retard et il était positif, j’étais super contente ! Seulement 2 jours après, grosses pertes de sang, très abondante et douleurs abdominales douloureuses ! Je n’avais même pas encore eu la confirmation du test sanguin alors je me suis dit que peut-être je n’ai jamais été enceinte et que le test urinaire n’était pas fiable. Direction les urgences, on me fait une prise de sang qui confirme la grossesse. Ensuite, on me fait une échographie pour voir s’il y a un foetus, s’il est bien situé etc. Et là : rien … absolument rien ! Aucune trace de cette grossesse ! Mon corps avait déjà tout expulsé ! Ce fut très déstabilisant et très difficile moralement, j’avais l’impression de n’avoir jamais été enceinte. Je ne le souhaite à personne !

le 10/10/2015 à 12h48 | Répondre

TONI

Bonjour Reeza,

Je ne sais au combien vous remercier pour cet article ! Vous m’avez fait pleurer (au bureau qui plus est), Vous m’avez rassuré, vous m’avez reboosté.

Moi et mon épouse avons vécu exactement la même histoire. Nous avons appris le Lundi que mon épouse était enceinte. Le test indiquait 1-2 semaines (nous étions dans la semaine de ces menstruations). Quelle joie ! Quel bonheur ! J’ai pleuré de joie ! Nous nous sommes tout de suite projeté dans l’avenir avec futur Bibou ! Toute la semaine ne fût qu’envolées lyriques, d’enthousiasmes, et de prospection vers l’avenir (annonces, faire-parts, financements, matériels…). Nous savions qu’il y avait un risque de fausse-couche, mais aucune connaissance des chiffres que vous énoncez, et aucune envie de rechercher les potentiels échecs (« pourquoi cela nous arriverait-il après tout ? »).
Le mardi : prise de sang. Enceinte : tout va bien (même si le chiffre nous parait bas (26) mais après tout nous sommes à la première semaine de grossesse). La gynéco donne rdv à mon épouse dans 2 semaines. Nous nous étonnons de ce rdv tardif. Mais après tout, c’est peut-être normal.
Le reste de la semaine se passe très bien ! Nous nous disons le vendredi soir : ça va faire deux semaine, on tient le bon bout !
Samedi : pointes de côté. On s’alerte un peu, on regarde sur internet. Tous les sites semblent dire que c’est normal, pas d’inquiétudes, si ce n’est d’en parler au Gynéco.
Dimanche : les douleurs de ventre de ma femme s’intensifie brutalement. A la limite du supportable. On s’inquiète. Nous sommes Dimanche, pas de médecin de garde là où nous habitons. Nous temporisons. 10 minutes après la crise, tout est revenu à la normal. Nous faisons une balade, tout va bien. Mon épouse en rigole : « Eh beh ! si ça doit être comme ça pendant 9 mois : tu vas en chier mon chéri ! » Oh oui, je n’attends que ça ! Quelques douleurs surviennent, mais rien d’alarmant.

Lundi matin : appel de la Gynéco : doute sur la grossesse : elle nous indique que la grossesse risque de ne pas tenir : fécondation trop proche des règles ; taux anormalement bas du HCG (26). Dans la minute qui a suivi l’appel, mon épouse fait de nouveau une crise, et cette fois-ci beaucoup de sang coule. Elle m’appelle en larme. C’est finit ! Le rêve qui a duré une semaine s’écroule. Ce sentiment est très étrange, car nous n’y sommes pas préparés, nous ne comprenons pas, nous sommes désemparés… On se sent seul, on n’ose pas en parler… Nos sentiments vacillent entre la déception, la honte, la culpabilité. Nous en arrivons même à dire : « Tant pis on laisse tomber ! » Puis le chagrin passe à une sorte de colère inexplicable : « Qu’avons-nous fait de mal ! », puis avec une prise de recul, on passe à la résignation « Ok ! c’est comme ça ! Tu es en bonne santé (mon épouse) ! Donc tout va bien! » Et puis on s’y réattaque, mais tout se décallage temporelle nous met le doute. In fine, tous nos calculs sont faux : nos carrières, nos vacances, nos envies, nos allusions auprès de nos amis…
Enfin, la dernière émotion que l’on a ressentie c’est le sentiment que je qualifierai de « merde ! aller ! merde ! » : « Merde ! Rien ni personne ne nous empêchera de tracer notre chemin comme on l’entend : on veut un enfant pour lui donner tout notre amour, et on y arrivera ! Aller ! Allons-y »

Ce que nous retenons de cette historie c’est que cela reprends dans les grandes lignes ce que vous écrivez chère Reeza. Une prise de recul est nécessaire, la patience avant l’enthousiasme et la projection est de rigueur. En parler, car cela permet de se rendre compte que l’on est pas seul dans cette situation. Ne pas s’arrêter là ! rien de grave si ce n’est de vivre un moment classique de la vie !

On recommencera, et on donnera naissance à un enfant qui jouira de la vie à son tour !

le 03/11/2015 à 11h28 | Répondre

So

Et bien je suis choquée aussi par ces chiffres … Et je pense de plus en plus être concernée.
Test de grossesse fait mardi après 10jours de retard de regles. Il est positif ! Nous sommes super heureux, on commence à s’imaginer notre nouvelle vie… Rdv pris pour Jeudi pour la prise de sang. Le mercredi quelques pertes de sang mais en farfouillant sur internet je vois que ça arrive , considéré comme regles anniversaire. Le résultat de la prise de sang est à peine assez élevé pour être sur. On me conseille de refaire une prise de sang dans une semaine et de ne pas m’inquiéter pour ces saignements qui durent … J’ai toujours eu des regles douloureuses alors je me dis que c’est peut être normal… Et Hier je vais voir le Medecin qui me dit simplement « votre prise de sang ne veut rien dire. Et si vous avez eu vos regles c’est sûrement simplement que vous n’êtes plus enceinte ». Tout en délicatesse et sans plus de précision. Je refais un test de grossesse ce matin qui est négatif… Je referai une prise de sang vendredi comme conseillé par le Medecin mais je n’y crois plus …
Ce qui me surprend le plus c’est effectivement le manque d’informations et le fait que ça semble quelque chose de normal pour mon Medecin. Elle m’a dit ça comme elle m’aurait dit « vous avez une bronchite  »
Et c’est vrai que pour le coup je me sens complètement perdue et surtout seule… Même si mon homme est la et me soutient en me disant que nous sommes là l’un pour l’autre. J’ai l’impression d’avoir raté quelque chose…
Merci pour ton article qui m’aide à y voir un peu plus claire et à me rendre compte que finalement c’est courant même si tabou

le 11/11/2015 à 18h54 | Répondre

cindy

Merci infiiment pour cet article.
Je vis en Espagne et j´ai beaucoup de mal à avoir des réponses claires de la part des médecins.
Il y a 2 semaines environ, je suis alle aux urgences car persuadée d´être enceinte, je ne comprenais pas que mes testes sortent négatifs à la maison. Une fois le test urinaire fait, on me confirme ma grossesse (qui aurait dû être de 5 semaines à ce moment là). MAIS rienà l´écho (pas de sac ni d´embryon). Suite à l ´examen sanguin jái un hormone HCg à 147 ce qui est faible mais les médecins se veulent confiant et me disent c´est surement parce que c´est tout frais. Ils ne demandent de revenir dans une semaine.
Moi qui n´avait pas entendu parlé des risques de FC, j´étais bien enceinte dans ma tête. La semaine suivante je vais à l´écho toute excitée de voir mon piti embryon et là toujours rien. Et depuis ils me demandent d´y retourner toute les 48h pour vérifier de tx d´hormones et s´assurer qu´il ne s´agit pas d´une grossesse extra uterine. Depuis qq jours j´ai des pertes de sang (inférieur à des règles normales), selon la gyneco urgentiste je ne vais pas saigner car je n´ai rien à evacuer. Psychoologiquement j´aimerais me « vider » mais ca ne vient pas.

Je vous raconte tout ca car on ne m´a jamais donné d´explications claires… La seule explication proche était celle de l´oeuf claire. Mais le hic c´est que je n´avais même pas de sac. Donc MA théorie et celle qui me plait le plus est qu´il y a eut fécondation mais que mon ovule était en train de mourrir donc il ne s´est jamais développé.

Voilà, de nouveau merci pour cet article qui m´a aporté beaucoup de réponses

le 18/01/2016 à 12h27 | Répondre

deborah1982

Merci REEZA pour votre post qui correspond exactement à ce que j ai vécu ce week-end.

Horrible du bonheur on passe au désaroi. J ai vécu la même histoire que vous avec ce fameux test « Enceinte 1-2 semaine ». C est cruel quand les régles surviennent le lendemain. Mon homme si heureux la veille pensait que je stressai trop en lui disant c est fini j ai mes régles. J’avoue qu’appeler sa fausse couche me perturbe car j ai des amies qui ont perdu leur bébé à 3 mois de grossesse ce qui est beaucoup plus intense a ce stade surtout que la premiere écho est passée.

Pour parler de moi j’ai la chance d’avoir eu ma fille, qui a fêtée ces 4 ans au mois de février.
Lorsque je suis tombée enceinte au 3eme cycle d’essai, j avais fait une courbe de température qui était tryphasique (1er palier entre 36 et 36.8 – 2eme palier entre 36.8 et 37.1 et enfin le jour du test 3eme palier 37.2 .
37.3.
Scientifiquement j’ai attendu 3 jours de retard pour faire le fameux test Clear**** electronique.
Je me souviens que le jour ou j attendai mes régles ma température à chuté à 36.8 puis le lendemain 37.3. A partir de la j ai sus que c était bon nous avons avertis nos familles alors que je n avais même pas fait d écho. A l’ époque j avais 29 ans, tres stréssée mais j ai menée une grossesse sans encombre avec un bébé poids naissance 3.7 kilos. HEUREUSE.

Les années passes…à l’aube de mes 33 ans et des 3ans de ma fille je me sent préte pour une deuxiéme grossesse, mon homme à decrocher son CDI et j ai un emplois stable…

Nous commençons nos essais en avril 2015 sans trop ce presser. Je me dis que j appelerai ma gyneco en septembre si rien ne viens. Comble de mon malheure elle part à la retraite et ne peut s occuper de mon bilan. En octobre toujours pas enceinte, j arrive a trouver une nouvelle gyneco pret de chez moi. Je mens un peu je l avoue, je dis que sa fait un an d essai et toujours rien. Elle me fait une bilan de fertilité et une hysterographie en decembre. Tout va bien…Elle me précise qu’a mon age en moyenne on tombe enceinte au bout de 9 mois d’essai. En tout voila 10 cycle et toujours mes régles qui arrive. J achète des teste d ovu et fait ma courbe de température. Toujours biphasique. J avoue que j aime bien le coté technique (prendre la tempé la notée…) et puis ce début mars, étrange, ma température reste à 37° et mes régles n apparaisse pas. Je fais un test par bandellette. La ligne est a peine visible à 15 DPO, sa me semble etrange sa devrais etre plus marqué. Je ne dis rien… Le lendemain 4 h du mat je fait le clea***** et la youpi je montre a mon homme. Mais c est pas comme pour ma fille. Ma tempéraure reste seulement à 37°, j ai des douleurs aux ovaires mais pas à l utérus. Et le samedi soir perte marrons… puis régle tout simplement avec température 37°.

Ce qui me fait peur, c est pourquoi sa na pas marché…trisomie? annomalie des ovules ? Je savais au fond de mois que sa n allais pas car j avais pas la courbe triphasique.

Effectivement Reeza il vaut mieu faire le test 5 jours plus tard afin d eviter les larmes. La fécondation à lieu mais ne tiens pas.

Je vais revoir mon gyneco cette fin de mois…

Merci de m avoir lue… Et j espere que pour toute celle qui ont posté vous etes enceinte avec des bébés en bonne santé…
Nourrissez vous bio et idem pour les produits de beauté et ménager car les perturbateur andoctriniens y sont pour beaucoup + l age.

Gros bisous

le 07/03/2016 à 13h11 | Répondre

Snow

Même si cet article date d’il y a un an… je m’y retrouve !
J’ai aussi été enceinte d’1 à 2 semaines en décembre dernier et j’en ai voulu à la Terre entière (et aux médecins incompétents) qui ne m’ont pas dit ce qui m’arrivait (j’ai été aux urgences pour des saignements « bizarres »… et on m’a renvoyé chez moi avec un « reposez-vous et refaite une prise de sang dans 48h sans faute »).

Nous sommes en Mars… j’ai passé des fêtes de fin d’année à en pleurer parce que ma belle-sœur est enceinte et une amie proche venait d’accoucher alors que moi… ça venait de s’arrêter et que… j’ai du l’annoncer (parce que tout le monde savait que nous étions en essai bébé depuis la fin du mariage (octobre) donc tout le monde attendait la « bonne nouvelle »)…

Depuis, même si ça ne fait encore que quelques mois, que ça « reviendra » puisque que ça « a fonctionné une fois, ça refonctionnera », que « vous êtes jeunes »… (toutes ces phrases m’insupportent à un point) et bien rien ne veut fonctionner chez moi et les divers examens en cours ne montrent rien qui ne fonctionnent pas… mais je suis sans ovulation donc sans cycle depuis ma fausse couche sans raison…

Et ça nous affecte… aussi bien que Monsieur et moi… Et nous n’avons personne avec qui en parler… personne qui ne peut comprendre parce que j’ai l’impression que personne dans notre entourage n’a vécu ce que nous vivons :/

le 20/03/2016 à 11h52 | Répondre

camille

Bonjour, merci pour cet article, je me suis sentie concernée par ce que tu disais. J’ai appris pendant 4jours que j’étais enceinte, je devais l’être de 1 semaine et demi pas plus. Avec mon mari on était heureux et on se projetait déjà.
Au bout de 4 jours j’ai des saignements donc je fais une prise de de sang et la on apprend que c’est finit.. je vais voir mon medecin et la il me dit « si vous aviez attendu une semaine de plus avant de faire le test vous n’auriez jamais sut que vous étiez enceinte ».. Quel goujat ce médecin, quel manque de sympathie.
La aujourd’hui ça fait 36jours que c’est arrivé et toujours pas de règle donc j’ai fait de nouveau un test et il se révèle positif. Je ne sais plus quoi penser. Je vais attendre pour en faire un 2e et pas me faire encore de fausse joie trop vite.

le 06/04/2016 à 15h04 | Répondre

Madame D

Désolé pour ce qui t’es arrivé …
Ne désespere pas … parait que nous sommes encore plus fertile apres une FC. J’en ai fait une aussi de FC précoce. Le mois suivant j’etais enceinte et celle ci a tenu.
Courage !

le 06/04/2016 à 16h18 | Répondre

camille

J’ai fait une prise de sang il y a une semaine, positive.. j’ai rdv lundi prochain pour une échographie de datation mais pour l’instant ça tient toujours, je suis trop contente..:-)

le 20/04/2016 à 13h43 | Répondre

Madame D

On croise les doigts pour toi alors !

le 20/04/2016 à 13h51 | Répondre

Annie-Kim

Bonjour à tous mamans, futurs et en essai comme moi !
Je suis très touché par ton texte.. Après 2 mois d’essais je suis tombé enceinte et Malheureusement j’ai perdu un bébé à 8semaines et 4 jours.. Ta phrase Comme quoi que la grossesse ces par un arc en ciel et des licornes, m’a bien fait réagir. Pourquoi? Car malheureusement lorsque tu essais d’avoir un enfant tu as l’inquiétude de savoir si tu vas tomber enceinte ou pas.. Par la suite, super la grande joie test positif.. Commence les démarches pour le retrait au travaille.. Viens donc l’annoncer puisque garder un aussi beau secret est quasi impossible… Le bonheur règne tout le monde est heureux. Et tu te projètes loin au courant de la prochaine année, on discute finance, projets avec la venu bébé, etc. Et BANG! Les saignements commencent… On capote, on comprend pas.. Direction hôpital, et les batteries d’examen.. Littéralement j’ai appris être forte à travers ce moment, la phobie des prises de sang à dû être mise de côté puisque la seule solution était de faire le suivi sanguin. Après cet événement j’ai dû prendre 1 semaine d’arrêt au travail pour vraiment penser à moi, discuter avec pleins de gens, recevoir beaucoup d’amour et d’empathie dans se triste moment. Je dirais donc à chacune de garder l’espoir, l’amour et surtout le moral malgré les durs moments. Après tout il faut voir autrement et de recommencer à avoir plaisir pour concevoir ce joli poupon tant désiré et en attendant débouché toi une bonne bouteille de vin!!

le 01/05/2016 à 05h17 | Répondre

Camille

Tu as eu de la chance de tomber sur des bons praticiens…
J’étais super heureuse d’être enceinte (4 tests pour être sûre de sûre). Une fois chez mon gynéco, il commence l’échographie, me dit « il n’y a pas de sac noir, c’est embêtant. » Le téléphone sonne, et il va répondre…
Je n’ai vraiment réalisé qu’une fois sortie dehors…

le 18/05/2016 à 11h53 | Répondre

Morgane bouillaut

Je viens de lire ton article car j’ai moi même vécue un sacrée ascenseur émotionnel le 12/08 à 10h25 test de grossesse positif après 8 jours de retard douleur au seins qui certaines nuits me réveiller si je me mettais sur le ventre. Quand j’ai vu le resultats une joie immense ma envahie, le papa pareil. Dans la journée je me rends compte que mes seins ne me font plus mal, j’ai une drôle d’appréhension je me dis que je me retourne le cerveaux pour rien. Le lendemain 8h46 reveil avec douleur abdo, hémorragie j’appelle le samu qui me demande de venir en urgence,réveil du papa on part en urgence la j’attends 7h pr voir un gygy qui m’annonce la mauvaise nouvelle. Je lui explique que 2 semaines auparavant j’ai pris du Nurofen pour des douleurs dentaires, pour lui c’est fort probable que sa soit les cachets qui ont provoquer la faisse couche ou une grossesse chimique. Quoi qu’il en soit même si sa été que 24h la douleur et bien là et je pense bien que malgré qu’il ne me me montre pas le papa en souffre beaucoup plus que moi car moi je me dis que mon corps à bien fais son boulot en expulsent un embryon pas fiable. Voici mon histoire moral de l’histoire pour celle qui ne sont pas au courant comme moi ne jamais consommer de l’ibuprofene quand on est en essaie bébé, je le savais pendant la grossesse mais pas avant.

le 15/08/2016 à 11h05 | Répondre

lilas

IL y a deux mois, je me lève un matin et grosse douleurs utérine, pesanteur dans le bas du ventre, etc… je vais quand meme au travail…qui sait ce sont peut etre encore mes règles qui me jouent un tour…. bref la douleur s’intensifie dans la journée… je décide d’aller au doc: suspicion d’infection des reins…. ok, sauf que quelques jours plus tard toujours de grosses douleurs, et contraction de l’utérus avec perte abondante de sang … (je ne fais pas le lien direct avec ma première grossesse, n’etant pas en essai mais parlant de plus en plus de mettre en route un deuxieme bebe). Verdict j’ai fait une fausse couche… je ne sais pas ce qui m’a le plus bouleversé… ne pas avoir conscience d’etre enceinte et s’en rendre compte quand il part…., je voulais juste ecrire ces quelques mots, seul mon mari et moi sommes au courant….

le 16/08/2016 à 16h09 | Répondre

Sansan

En juillet j’ai des regles tres douloureuses, un chouille en retard je met ça sur le compte du stresse dans mon quotidien et au boulot… Mes regles ont toujours été tres abondantes du coup je ne me pose pas de question… Trois jours plus tard j’ai du lait qui sort des seins, je m’inquiete explique tout cela au medecin, apres mainte examens nous en sommes surs maintenant, j’ai fait une fausse couche précoce, notre entourage nous dit « tu t’en fiche, tu ne savais pas que tu etais enceinte, ça ne t’atteind pas…  » … pourtant si! ça m’atteind, un an que nous essayons d’avoir un bébé que nous nous interrogions sur notre fertilité, maintenant nous savons que je peux tomber enceinte … mais nous avons quand meme du mal a avaler la nouvelle… Que c’est il passer? Ou ai je fauter? des questions qui resterons sans reponse…

le 12/09/2016 à 14h49 | Répondre

cinzia

Merci… juste merci pour avoir partagé ton expérience et d avoir partagé ce que tu as appris suite à ta fausse couche.
Je viens de vivre ma première fausse couche pour un essai 1er bébé. J ai fais rapidement un test de grossesse avec un résultat très légèrement positif. J ai donc fait une prise de sang pour vérifier et confirmer la joie d une grossesse. Malheureusement mon taux était de 7 à 18jours après ovulation et j ai compris que c etait pas bon. J’ai des regles abondante et douloureuses aujourd’hui… ma prise se sang de demain mon confirmera ma perte…
Ton experience m aide a penser que je suis normal alors merci encore et désolé que ça te soit arrivé

le 21/09/2016 à 23h23 | Répondre

Streichy

Je me reconnais tellement dans ton histoire. J ai également fais une fausse couche précoce .. voilà 6 mois que nous étions en essai bébé. Apres un retard de règle d’une semaine .j ai fais vendredi un test pipi qui s est avéré positif, samedi une prise de sang qui a confirmé la grossesse.. mais le dimanche qui a suivi j ai fais une fausse couche … même si je n étais enceinte qu une semaine j ai encore du mal à réaliser … je suis triste et a fleur de peau .. j ai encore du mal à digérer. Mes symptômes de grossesse ont disparu (seins tendus notamment) aussi vite qu ils sont apparu. Heureusement mon copain est à mes côtés .. J espere etre a nouveau enceinte très vite mais j ai peur de ne pas vivre sereinement une nouvelle grossesse … ton post date d il y a quelques temps j espère que tu t es remise …

le 13/10/2016 à 21h22 | Répondre

Alexandra

Bonsoir. ..tout d’abord dsla vous toutes pour vos fausses couches. ..pour moi parcours compliqué. Avec mon ex mari, 5 ans en pma échec sur échec. Divorce. J’ai refait ma vie !!!! Et ça fait 5 ans qu’ On est en pma….On est plus soudé que jamais. Mais on est rendus à 4 fausses couches precosse….c’est toujours compliqué. On est content c’est positif et ensuite la dégringolade des taux et fausse couche. …hier on a eu un positif mais faible. Pour mon gyneco ça annonce encore une fausse couche. J dois refaire une pds demain mais c’est juste pour vérifier le taux qui chute….à 14 dpo ( post ovulation ) je ne suis qu’à 11 ui…..

le 25/10/2016 à 23h31 | Répondre

Leila

Bonsoir,
Ce que j’ai envie de te répondre quand tu dis qu’on ne nous parle pas des réalités de la grossesse et qu’on nous ment (je suis assez d’accord) c’est qu’une grossesse n’est tout simplement pas synonyme d’avoir un bébé.
Pour ma part, j’ai eu deux grossesses et je n’avais à priori pas de mal à tomber enceinte (2 mois pour la première et 5 mois pour la deuxième).
Mais les deux se sont terminées en catastrophe car j’ai accouché prématurément à 28 SA et mon petit cœur est décédé 8 heures après sa naissance, il s’est bien battu. Et pour la deuxième grossesse, j’ai fais une grossesse extra uterine et on a dû m’enlever une trompe, 9 mois après la perte de mon bébé,
Alors être enceinte ne rime pas toujours avc bonheur à la clé, je suis d’accord arrêtons de croire qu’on vit dans le monde des bisounours. Le malheur peut frapper et visiblement plusieurs fois, donc restons humble car rien n’est jamais gagné. Quand je vois des filles se faire des plans sur la comette des qu’elles apprenent leurs grossesses…
J’espère connaître à mon tour la maternité heureuse.

le 04/11/2016 à 18h47 | Répondre

Thea

Merci pour ce témoignage. J’affronte ma deuxième fausse couche. La première a eu lieu un peu avant les trois mois. J’ai mis quasiment un an à retomber enceinte et cette fois ci fausse couche des la première semaine. Moi non plus je ne comprends pas pourquoi ce sujet est tabou. Étant prof, de svt de surcroît, je parle de ce problème à mes élèves car je pense qu’en parler c’est mieux et qu’elles doivent savoir que ça peut leur arriver… j’ai de la chance d’avoir un conjoint aimant et prévenant qui me soutient et on retentera notre chance des que possible en croisant les doigts pour que cela fonctionne la prochaine fois !

le 21/01/2017 à 10h33 | Répondre

Sophie

Il m’est arrivée quasiment la même ‘aventure’ je me reconnais dans votré témoignage. Malheureusement pour moi je suis tombée sur une gynécologue peu délicate qui m’a directement annoncé la fausse couche avec une froideur, j’avais envie de pleurer mais je sentais que j’étais juste un numéro dans sa liste de consultation de la journée. Les jours suivants ont été très dur et je me demande si j’arriverai un jour à vivre cette grossesse que j’attends tant.

le 01/02/2017 à 18h53 | Répondre

Julie

Courage à toi Sophie.. Certains professionnels, habitués de ces situations, oublient que chaque personne est unique, chaque souffrance l’est aussi et que ces annonces froides font mal, et n’aident pas ..
Courage

le 25/03/2017 à 12h01 | Répondre

Priscillia

Bonjour à toutes,

Je m’apelle Priscillia j’ai 27 ans, mon compagnon et moi sommes en essai bb1 depuis plus d’1 an.
Le mois dernier j’ai fais une fausse couche. Très précoce puisque ça s’est passé un ou deux jours après l’ovulation. J’avais fais ma courbe de température et mon test d’ovu était pour la première fois au maximale. J’ai perdu de l’eau, première fois que mon pantalon de pyjama était trempé, je vais vite au toilette et au moment de tirer la chasse je m’aperçois qu’il y a comme des caillots de sang. Je vous avoue jétais dans le déni, j’en ai juste parler à ma mère qui m’a dit que ce n’était pas bon signe. J’ai réaliser en y repensant quelques jours après que c’était bel et bien une fausse couche.
C’est moins difficile de le savoir à ce stade là. Et c’est vrai ça prouve que nous ne sommes pas stériles donc une bonne nouvelle dans ce malheur.
Maintenant, nous faisons une pause bébé. La nature finira bien par nous offrir ce qu’on souhaite le plus cher au monde…
Courage à vous les filles

le 24/03/2017 à 10h13 | Répondre

clem

Bonjour,

Suite à de multiples lectures je comprends que les 50% dont il est question concernent les FC très précoces ayant lieu entre la fécondation et la date présumée des règles: Oeufs qui ne s’accrochent pas la plupart du temps ou mal (un peu de HCG peut passer dans le sang suite à une nidation partielle). Les 20% concernent les FC précose entre 5 SA et 12SA une fois la grossesse avérée. Il faut donc attendre la date présumée des règles si on connait le jour de son ovulation (tests) pour effectuer un test de grossesse (aucun risque de faux négatif avec les test à 10 UI), un peu plus si on est pas sur de son jour d’ovu. Surtout ne pas attendre 2 semaines après la date présumée des règles CAD 6 SA; effectivement, les délais pour avoir des RDV médicaux sont très long et il faut voir vers 7 SA si la grossesse est bien implantée dans l’utérus et non dans les trompes /col de l’utérus.

le 21/04/2017 à 17h26 | Répondre

Kiks

Je viens de vivre une fausse-couche précoce… J’ai eu le malheur de faire un test de grossesse à 5 jours de retard à peine – test positif – en ne connaissant absolument pas ces chiffres (je pense que je me serais abstenue le cas échéant !) Pire encore, les saignements (hémorragiques) dus à cette fausse-couche, sont survenus en plein mariage de ma meilleure amie ! Avant de lire cet article, je m’en suis un peu voulue en me disant que peut-être je ne me ménageais pas assez, ou que que j’avais fait quelque chose de travers… Merci en tout cas pour ce témoignage, on réessayera, ce sera j’espère pour une prochaines fois ! J’ai déjà une bebe de 2 ans et demi, et j’ai dû subir un avortenemt en décembre dernier pour raisons médicales… Je ne pensais pas que cette fausse-couche m’affecterait, mais maintenant que les festivités sont terminées et que toute mon attention est portée sur moi-même, je réalise qu’en fait ça m’affecte un peu. J’en suis même arrivée à me demander si je n’étais pas punie pour m’être faite avorter il y a 4 mois ! Comme je l’ai dit précédemment, in réessayera pour une prochaine fois 🙂

le 24/04/2017 à 00h25 | Répondre

Marjorie

Un grand merci pour ce témoignage!

le 07/06/2017 à 07h53 | Répondre

berengere

pour mon témoignage, à 7 mois de grossesse je consulte mon médecin car je trouve que bébé ne bouge plus, mon médecin me dit que tout va bien mais me dirige vers la maternité afin de faire un monito et me rassurer. Monito ok, ouf tout va bien! ce jour là est plutôt calme, la sage femme me propose alors une échographie, je suis ravie et accepte! mais lors de cette echo , mes yeux sur l’écran, je découvre mon bébé sans réaction, comme s’il flottait. La sage femme appel une gynécologue qui m’annonce avec froideur et irrespect sur un ton violent comme si j’était coupable « vous êtes venue seul? VOTRE BEBE IL EST MORT Là »! Je suis rentrée chez moi et j’ai passé le weekend avec ma petite fille sans vie dans mon ventre, le lundi matin retour a l’hôpital et après 30 H de contraction j’ai accouché d’une petite Ipomée morte née! ma grande fille ne m’adresse alors plus la parole, elle m’en veux de ne pas avoir su garder sa petite sœur en moi, mon mari se refuse de me voir souffrir et devient peu patient ! 1an et demi plus tard ma blessure se referme, j’accouche d’un petit garcon. 2 ans se passe nous parlons d’un autre bebe….6 mois de grossesse et le cauchemard recommence….depuis j’ai fait 2 fausse couche une à 7 semaine et l’autre à 4! mais je sais que au fond de moi, ma tristesse partira que le jour ou je sentirai la chaleur d’un petit être contre ma peau.

le 27/07/2017 à 15h12 | Répondre

Lemon

Bonjour,

Déjà je te remercie du fond du coeur pour ce témoignage qui m’a vraiment aidé.
Je sais que je vais probablement en choquer certaines avec mon témoignage, mais j’ai besoin de pouvoir le dire et savoir que certaines vont me comprendre.

J’ai 17 ans, en couple depuis 6 mois avec mon amoureux. Lors d’un rapport, la capote a craqué alors que j’étais en pleine période d’ovulation. J’ai pris la pilule du lendemain mais au fond de moi je savais qu’elle n’avait pas marché.

Comme quoi cette petite chose voulait s’accrocher. Je savais que je ne pouvais pas le garder, que j’allais devoir faire ce qu’il fallait faire. Mais au fond de moi je me disais que je ne pourrais pas. Je ne pouvais que m’imaginer avec cet enfant.
Ma logique me disait le contraire mais je voulais être la maman de cette petite chose.

J’ai quand même fait un test de grossesse, pour être sûre, qui est revenu positif. Le soir même, j’ai commencé à perdre du sang. Beaucoup. Ca faisait tout pile une semaine. Je savais ce que ça voulait dire.
J’ai pleuré. Non stop, pendant des heures.

Je me disais que je n’avais pas réussi à le garder, que je n’étais pas assez forte. Le fait que je ne pouvais PAS le garder à la base n’entrait pas en ligne de compte.

Cette expérience m’a dévasté. On m’a dit, encore et encore, « ça ne faisait qu’une semaine, tu ne peux pas être touchée autant pour une petite semaine »… Et ça ne changeait rien à ma douleur.
Pire, mes amies qui m’ont dit « tu devrais être contente, tu n’as même pas à aller avorter ». Et je pense que c’est ça qui m’a fait le plus mal.

Ce qui m’a un peu aidé, c’est ton témoignage. Donc je te remercie encore….

le 16/08/2017 à 15h19 | Répondre

Droopypluche

Pour ma 3eme grossesse, un retard de règles. Youpi… Mon compagnon et moi attendions cela avec impatience. Test positif. Le bonheur. C’était le 1er bébé de mon ami. Je travaille dans un secteur à risque donc j’annonce le vendredi que je suis enceinte de 7 semaines. Mon employeur me dit de terminer ma journee et que mon écartement commence le lundi. J’annonce à tous mes collègues la bonne nouvelle. Le lendemain, je marche dans le jardin et je sens ce liquide chaud. Je sais au fond de moi que tout est fini. Mon cher et tendre me dit d’aller à l’hôpital. J’attends une éternité aux urgences pour une prise de sang. J’attends encore une éternité la réponse qui confirme mon pressentiment. J’avais fait une fausse couche. Les larmes ne cessent de couler mais il faut affronter les autres, mes enfants, mon chéri, mes amis, mes collègues…. Mes amies me réconfortent m’avouent que ça leur est arrivé aussi. Mais je n’arrive pas à remonter la pente. Personne n’a compris le vide, le manque…. Heureusement quelques mois plus tard, j’étais enceinte à nouveau. Le souvenir reste mais les rires de ma puce sont plus importants…
Et là essai de bébé. Je pense que j’ai fait une fausse couche précoce. Beaucoup de caillots et surtout ce petit bout de je ne sais quoi de la taille d’un grain de sésame clair…. Je ne le saurais jamais.

le 17/08/2017 à 14h13 | Répondre

Elsa

Ton témoignage m’a énormément touché car j’ai vécu la même chose que toi. J’avais quelques jours de retard de règles moi qui d’habitude est très réglée au jour près. J’ai alors fait un test qui s’est révélé positif. Puis une pds qui a confirmé cela. Mon mari et moi étions les plus heureux. Même si je savais que les 3 premiers mois de grossesse étaient les plus critiques. On le sait mais nous ne sommes jamais vraiment preparés à ça.
Je commence alors à me documenter, à imaginer notre vie avec ce petit bout bref à imaginer une vie à 3. Un matin, je sens que quelque chose ne va pas j’ai des pertes de sang et des douleurs comparables aux règles. Je comprends de suite que tout cela n’est pas bon signe. Nous partons alors aux urgences on me rassure tant bien que mal. Je pleure sans pouvoir m’arrêter car j’espérais tellement mener cette grossesse à terme. On me prescrit une nouvelle prise de sang. Le lendemain je retourne à l’hôpital pour connaitre les resultats. Mon pressentiment était le bon malheureusement. Et là je tombe sur une sage femme qui minimalise la chose en m’expliquant que ce n’était que le tout début de ma grossesse, son discours me donnait l’impression que je m’étais enjouée un peu trop vite sur cette grossesse. J’ai eu l’impression d’être incomprise mais surtout je me sentais bête. Tu as tout à fait raison lorsque tu dis que nous ne sommes pas assez informées sur ces fausses couches précoces. En tout cas, Merci pour ton article qui m’a mis du baume au coeur…

le 30/10/2017 à 18h10 | Répondre

Cathhyy

Bonjour
J’aimerais savoir,
J’ai fait deux FC précoce d’affilée une au mois d’octobre et une au mois de novembre la semaine dernière je me pose énormément de questions
Es que j’ai un problème ? Es que sa arrive souvent ? Ou es que c’est moi qui y pense trop ?
J’aimerais avoir votre avis
Merci beaucoup les filles
Bisous

le 17/11/2017 à 17h08 | Répondre

Julie

Bonjour Cathhyy, il m’est arrive la même chose en début d’année et j’ai commencé à me poser pas mal de questions … Ma doctoresse m’a beaucoup rassuré m’expliquant que les fausses couches précoces arrivaient souvent et que la plupart des femelles des femmes ne s’en rendaient même pas compte. Pour ma part, elles étaient très précoces mais je sentais à chaque fois …
Ma doctoresse m’avait simplement dit que si cela se reproduisait, on pourrait envisager des tests pour savoir si c’etait benin ou non. Elle m’a aussi prescrit de l´acide folique..
La troisième fut la bonne car je suis maintenant enceinte de 7 mois.. Rassurez vous 😊

le 17/11/2017 à 19h21 | Répondre

Jessica

Merci pour ce témoignage dans lequel je me reconnais entièrement, car je viens juste de vivre cela. Dur dur à vivre, surtout quand on attend ça depuis un moment. J’espère pouvoir retomber enceinte rapidement et ne pas revivre la même chose…

le 06/12/2017 à 16h59 | Répondre

Morgane

Bonjour à toutes,
J’ai appris ma grossesse le 06/12 après 15 mois d’essais sans résultat pour bébé 1. PDS faite dans la journée qui confirme la grossesse avec un taux de 161. Étant quelqu’un d’angoissée de nature et ayant peur de la fausse couche j’appelle mon médecin pour avoir une nouvelle prise de sang. Je tombe sur sa remplaçante également gyneco, qui essaye de me rassurer et qui me dit de ne pas stresser, que tout se passera bien. Hier le 11/12 je pars faire ma PDS, je récupère les résultats à 17h et là, le taux a baissé légèrement 136. Je sais que ça n’annonce rien de bon et j’appelle ma gyneco qui me dit qu’il est trop tôt pour une échographie et confirme que je vais certainement faire une fausse couche. Elle me prescrit une nouvelle pds a faire ce vendredi. Je précise que je n’ai Aucun saignement et seulement de légères douleurs de règles. Je suis triste, je n’arrête pas de pleurer, Parce que ce bébé on le désirait tellement… et parce que j’ai peur de n’en pas retomber enceinte rapidement. Mon chéri est triste aussi mais me soutient énormément. Personne dans notre entourage n’est au courant et j’avoue que je préfère le garder pour moi…

le 12/12/2017 à 18h04 | Répondre

Elsa

Coucou morgane!!! Ne te décourage pas, j’ai également fait une fausse couche c’est dur à encaisser c’est sur. Mais le fait de pleurer permet d’évacuer notre tristesse et notre douleur face à ce qui nous arrive. Tu es tombée enceinte cela montre que ça a fonctionné et que vous n’avez pas de souci de ce côté là. C’est déjà une Bonne nouvelle même si je sais que pour le moment c’est dur de voir le côté positif mais tu verras la peine s’estompe au fur et à mesure d’autant plus si ton mari te soutient c’est une très bonne chose ça ne fera que renforcer encore plus votre couple. garde confiance et surtout ne te dis pas que c’est de ta faute car ce n’est absolument pas le cas nous nous culpabilisons beaucoup mais nous y sommes pour rien!!!

le 12/12/2017 à 20h19 | Répondre

Morgane

Coucou Elsa, merci pour ton message de soutien. J’ai mal c’est sur et j’ai maintenant envie que ça se termine vite pour pouvoir passer à autre chose…

le 12/12/2017 à 21h29 | Répondre

Lydie

Bonjour à toutes,

Merci pour tous vos partages d’expérience.

Tout comme vous je viens de faire une fausse couche. J’avais 2 semaines de retard de régles. J’ai fait un test avant la date présumée qui s´est révèle positif. Suivi d’une PDS le 20/12. Alors évidemment on se projète un peu… beaucoup….. on l’a même dit à nos mamans… Puis saignements type règles depuis hier.
Mes seins se sont détendus également. J’attends les résultats d’une PDS réalisée aujourd’hui et je dois recommencer dans 2 jours pour suivi mais je sais que c’est fini.
Je suis très triste et j’ai peur de ne pas retomber enceinte ou de refaire une fausse couche. J’ai 36 ans et j’ai subi une IVG à 7 semaines il y a 3 ans, je n’avais aucun symptôme et tout allait bien mais je ne désirais pas d’enfant à ce moment là.Si je n’arrivais pas à avoir d’enfant je m’en voudrais toute ma vie d’avoir Interrompu cette première grossesse.
Mon conjoint est désarmé, il ne sait pas comment me réconforter.
J’ignorais les 50% et moi aussi je patienterai quelques semaines avant de faire le premier test si prochaine fois il y a.
Certains commentaires m’ont beaucoup rassurée alors « Haut les cœurs!! » comme on dit 😉

le 27/12/2017 à 14h06 | Répondre

Vic

Bonjour,
Merci pour ce bel article que Je découvre aujourd’hui et qui me rassure beaucoup. Je suis en plein dedans, après avoir decouvert la semaine dernière un petit + sur le test, j’ai eu saignements et grosses douleurs il y a quelques jours et des resultats de prise de sang très peu encourageants. Je garde un micro espoir jusqu’à la prochaine prise de sang mais vu les symptômes c’est plutôt sombre.
Je suis complètement d’accord avec le ton et le point de vue de l’article et personnellement j’ai l’impression que ma sage femme, qui me suis depuis un an, a occulté cette possibilité, un peu trop. Je suis allée la voir après deux tests urinaires positifs, parce que je voulais une confirmation avec prise de sang, et après un retard de deux semaines, elle m’a directement parlé d’échographies, de séances de préparation à l’accouchement et de bébé. Pfiou.
Je me dis que j’aurais préféré avoir l’information et la digérer. Les chiffres, entre 20 et 50%, sont tout de même énormes, et il me semble normal de tenir au courant une patiente, notamment quand c’est le tout début et que tout est si incertain.
La science devrait vraiment rester humble, heureusement la vie est la pour nous rappeler l’essentiel, et je suis heureuse de voir cet article et ces commentaires qui prouvent que nous sommes sur la bonne voie.
Je vous souhaite à toutes un bon courage dans cette épreuve que je n’aurais jamais imaginé si difficile.
Je termine en posant une question : existe t-il un lieu, une association, des personnes engagées sur cette question ?

le 07/01/2018 à 05h55 | Répondre

Kiks

Bonjour,
Cela fait un peu plus de 10 mois que j’ai pris mon courage à 2 mains pour m’exprimer sur cette page.
Aujourd’hui, je voulais vous dire que je suis finalement enceinte, à l’heure où j’écris, de 21 SA 🙂 et nous en sommes très heureux, mon mari, mon fils (de 3 ans) et moi.
Par contre, le début a été un peu chaotique : décollement résorbé seulement à la fin de mon 3ème mois, quelques frayeurs en cours de route, … Aussi, avec toutes les péripéties par lesquelles je suis passée, je ne suis pas sereine au quotidien. Par ex, à chaque fois que je mange quelque chose que je n’ai « peut-être » pas tout à fait le droit de manger, j’angoisse à mort en mode cauchemars, j’y pense constamment, je cours vers le labo d’analyses pour faire une petite prise de sang rapide et m’assurer que tout va bien…
Bref, tout ça pour vous dire que les épisodes passés sont heureusement derrière nous, et que j’espère que tout se terminera bien avec ma petite en bonne santé 🙂
Bon courage à vous toutes !!

le 08/01/2018 à 10h16 | Répondre

Alexandra

Reeza,
J’ai 27ans, je viens de tomber sur cet article qui date un peu mais dans lequel je le retrouve à 100%.
Et oui comme malheureusement beaucoup de femmes je suis victime d’une fausse couche precoce survenue à presque deux semaines de grossesse.
Tout comme toi je me sentais etrange j’avais du retard sur mes regles (8jours exactement) c’etait mon seul symptome. Je me suis donc lancé dans l’aventure de prendre un test de grossesse et vous ce qui en resulte et la miracle après 13mois d’essais premier test positif je ne realise pas bien, je pense a un test defectueux… j’en refais donc deux de differente marques le lendemain toujours cette barre pâlichotte.
Je decide de passé par la prise de sang, le resultat dans la journee même => positif mais trop faible à 22,7/ui on me demande de recontrolé dans 48 à 72h. J’annonce la super nouvelle a mon compagnon qui a du mal aussi a realisé que je suis enfin tomber enceinte. Je lui dit aussi que j’ai un mauvais préssentiment concernant l’evolution et connaissant mon taux qui est je trouve bien trop faible.
48h plus tard je refais donc la seconde et derniere prise de sang et la le choc mon taux chute à 12,5/ui je sais que c’est la fin de l’espoir.
Le lendemain de cette derniere prise de sang je comlence à avoir de terrible douleur dans le bas du ventre le travail commence, viennent ensuite quelques heures plus tard les premiers saignements.
Je souffre et le seul reconfort que je me trouve est de me dire que plu vite ce mauvais moment sera passé plus vite mon corps se remettra en marche pour de nouveaux essais et cette fois si un beau + VIABLE!

A toutes celles qui vivent cette epreuve sachez que vous n’etes pas seules, parlez en ca fait toujours du bien.
Courage a vous toutes soyez fortes ne baissé jamais les bras. Notre +++ c’est pour bientot.

le 28/01/2018 à 13h55 | Répondre

mirette

Bonjour,

je viens apporter ma petite contribution !
Les chiffres de 50% et 20% je les connais par le net, effectivement il y a peu d’infos sur le corps des femmes à l’école.

En fait, à mon avis, qui n’engage que moi…, il y a peu d’infos sur le corps des femmes car la recherche, constituée en grande partie d’hommes, s’en fout un peu. En 2012 (2012 !!!) Jonathan Tilly a même découvert qu’en fait, les femmes n’ont pas un « stock » épuisable mais continuent à fabriquer des ovules toute leur vie, contrairement à ce qu’on pensait avant et depuis au moins un demi-siècle.

Pour ce qui est des fausses couches précoces, effectivement elles passent souvent inaperçues, sauf si on est très sensible aux hormones. C’est triste, mais il vaut mieux mieux se dire que la nature est plutôt bien faite et nous évite d’avoir des bébés « non viables » dès le début, ou même de lancer des grossesses qui risquent d’être très compliquées pour la mère ou le foetus.

Si les fausses couches sont trop fréquentes il vaut mieux bien sûr consulter, c’est qu’il y a probablement un problème à régler pour pouvoir procréer.

le 10/02/2018 à 18h01 | Répondre

Cisou

Bonjour à toute,
Je viens partager ma douloureuse experience avec vous.
Il y a un mois de ça j’apprend suite à un retard de règles ma grossesse, je contacte immédiatement un gynécologue, qui ne voit rien à l’échographie, mais prise de sang à 520beta donc rassurée, mais la deuxième prise de sang trois jours après le lundi 467… baisse je me rend à l’évidence, FC… Je décide d’aller à la maternité prise de panique car mon gynécologue suspecter une GEU… La maternité : qu’on ne me parle plus de cet endroit froid et sans la moindre empathie… la gynécologue que je rencontre me précises que ça n’est pas une urgence et que la moindre des choses étant de téléphoner avant de se rendre ici pour une fausse couche, ça se passera seul vous avez pas besoin de nous, c’est comme des règles. Vous essaierais le mois prochain.
Tout ça alors que je lui explique qu’on suspecte une GEU… incompréhensible et insensible, j’ai rarement vécu de moment si déstabilisant, d’autant plus que à la maternité elle ne m’a même pas examiner…
Sujet trop tabou, duquel nous ne sommes pas assez informee.. et pour ce qui est des douleurs de règles, j’aimerai bien savoir combien elle a mal elle dans le cadre de ces règles, j ai passée deux jours pliee en deux à pleurer de douleur et de fatigue…

le 28/02/2018 à 14h44 | Répondre

Aliette

Bonjour! Je viens de lire cet article et les autres témoignages…..
Je réalise qu’une fausse couche à 1 semaine ou 2 mois de grossesse reste une épreuve difficile. J’ai fait une fc il y a 3 jours à 8 semaines, et même si je sentais bien que quelque chose n’allait pas la surprise et l’effroi de perdre mon petit bébé ont été assez effroyables. Je m’en veux de ne pas avoir refait une PDS pour vérifier le taux d’hormones et demander une écho de contrôle. Je suppose que l’activité cardiaque (s’il y en a eu une!) devait être arrêtée depuis quelques semaines car je n’avais plus les symptômes du début (seins tendus et ventre douloureux). Malgré tout fatigue et irritablilité avec mes deux autres enfants m’invitaient à penser que la grossesse se déroulait bien.
Maintenant je me dis que l’apprendre avant n’aurait pas été plus simple, et qu’une expulsion naturelle est certainement plus simple qu’une expulsion par voie médicamenteuse.
Depuis je passe des moments d’énorme tristesse et des moments où je suis plus sereine. Et je me félicite de n’avoir rien dit aux enfants (3 ans et 5 ans et demi), nous voulions attendre avec mon mari l’écho qui aurait dû avoir lieu dans 10 jours…
Lire des témoignages et en parler à l’entourage (ceux au courant de la grossesse) m’aide à avancer.
Ma gynéco me conseille d’attendre un cycle avant de réessayer, c’est ce qu’on va essayer de faire! Ça avait trop bien fonctionné (retrait du stérilet et ovulation le soir ou le lendemain!!), je reste positive quant à la suite!
C’est une première de poster un commentaire sur le net, et ça fait du bien de poser les mots sur cette épreuve…

le 06/04/2018 à 10h33 | Répondre

Julie

Même si tu as fait ce post, il y a plus de 3 ans, je t’en remercie parce que ça me permet de comprendre ce qui met arrivée. ça fait la deuxième fois que j’ai une « grossesse chimique »…
Dans mon cas les tests urinaires sont positifs mais les tests sanguins négatifs… Puis règles quelques jours plus tard !!
Donc merci pour ce post car je me sens moins seule car aucune de mes copines ont vécu ça, alors qu’elles ont de quoi faire un livre avec tout ce qu’elles ont vécu mais pas ce cas là ! Soyons originaux, ne faisons pas comme les autres ! 😉
Mais encore une fois merci parce que pour moi, il n’y a jamais trop d’informations (peut-être mon côté chercheur) et la prochaine fois j’attendrai bien 15 jours avant de faire un test pour ne pas revivre cette fausse joie…

le 05/07/2018 à 11h11 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?