Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon quotidien avec un bébé pleureur


Publié le 2 octobre 2015 par Charlottofrez

Lorsqu’on me demande comment je vais, comment ça se passe avec mon bébé de 3 mois, je dis parfois la vérité : ma fille pleure beaucoup et je suis à bout de nerfs. Mal m’en prend, cependant, car rares sont les personnes qui comprennent ce que ça signifie.

Chacun y va de son petit commentaire bateau qui ne m’aide pas :

  • « C’est normal, un bébé, ça pleure ! » (Oui, d’accord, c’est mon premier bébé, mais je me doute quand même de ce qui est normal et de ce qui ne l’est pas en matière de pleurs !)
  • « C’est les coliques des 3 mois, ça va passer ! » (Ah oui, tu crois ?)
  • « Moi aussi, mon bébé pleurait souvent le soir, parfois pendant une heure ! » (Est-ce que je t’ai dit que chez moi, ça se limitait au soir ? Que ça ne durait qu’une heure ?)

Ces réactions, qui n’ont pourtant rien de méchant, m’attristent et m’énervent. Du coup, je n’en parle plus, et avec mon mari, on en bave en silence, ou presque.

Qu’a-t-elle, ma fille ? Du mal à trouver le sommeil, alors que tout va bien. D’où une fatigue quasi permanente. Qui engendre de la mauvaise humeur, des grognements, puis des pleurs, des cris et parfois même, lorsque les heures passent et que le sommeil ne vient pas, des hurlements.

Bébé pleure

Crédits photo (creative commons) : Haylee Sherwood

Nous avons tout essayé : rythme de vie régulier, quotidien calme, musique apaisante, bain du soir, massages, infusion au fenouil, écharpe de portage, ballon de gym, la laisser tranquille, la laisser un peu pleurer au moment de dormir, la bercer…

Nous sommes actuellement suivis par une pédiatre exerçant en clinique qui est spécialiste des bébés aux comportements anormaux. Je n’irais pas jusqu’à dire que ma fille est anormale, mais usante, oui !

La pédiatre nous a donné des conseils pour la faire dormir dans son lit, nous a préconisé de la faire manger et dormir aux mêmes heures (difficile de s’y tenir !) et nous fait faire un compte-rendu des journées de notre fille : biberons, pleurs, siestes, tout y est rapporté. L’idée est de voir les tendances, le rythme qui s’en dégagent. Pour l’instant, je ne vois pas grand-chose !

Lorsque je balaie les forums, je constate que je ne suis pas la seule à avoir un bébé qui pleure beaucoup… et à en être crevée et souvent désespérée ! Quelque part, ça rassure, mais le quotidien avec ce bébé, nous sommes quand même seuls à le gérer !

J’ai demandé un congé parental d’un an, et heureusement, car je pense qu’un bébé comme ça, aucune crèche n’en veut ! Mon mari a eu la chance de pouvoir réduire son temps de travail quasi du jour au lendemain. Décision prise une nuit à minuit, désespérés tous les deux de ce bébé qui ne faisait que crier depuis des heures.

Je gère donc mon bébé le matin, et mon mari, l’après-midi. Ça permet à chacun de nous de souffler un peu. Quand l’un de nous n’en peut plus, il sort quelques heures faire un tour, s’asseoir à la terrasse d’un café, lire un livre… Quand ça va vraiment mal, j’écris dans mon journal toute ma peine, ma colère, ma frustration.

Il y a des matins passés à pleurer à côté du berceau, des soirs passés à avoir envie de jeter le bébé par la fenêtre et soi avec. Mais il y a aussi des jours où je reprends courage, où je me dis que chaque journée qui passe est une journée de cris en moins, que ça ne va pas durer, que tout ça ne sera « bientôt » plus qu’un mauvais souvenir, qu’il vaut mieux ça que de ne pas avoir de bébé du tout (et dieu sait qu’on a eu du mal à l’avoir, puisqu’elle est le résultat de notre deuxième FIV ICSI).

Je me demande quand nous verrons le bout du tunnel ? Oui, c’est un tunnel ! Dans lequel il fait plutôt noir, même si des lumières brillent de temps à autre, et se rapprochent au fur et à mesure que l’on progresse…

Car du progrès, malgré tout, il y en a : nous n’avons plus eu de crise du soir de plus de deux heures depuis des semaines, les nuits sont souvent relativement bonnes, à présent, elle arrive à dormir autre part que dans nos bras, et à jouer toute seule sur son tapis sans broncher pendant presque une heure.

Comme le dit si bien ma belle-sœur : « Il faut relativiser, mais pas minimiser. » Je relativise donc : elle est en parfaite santé et très active, nous nous en réjouissons. Mais je ne minimise pas : ça fait trois mois qu’on supporte plusieurs heures de pleurs par jour et qu’on s’épuise à essayer de la calmer.

Nous sommes stressés et énervés. Et bien sûr, nous nous disputons, ce qui n’arrange rien, au contraire. Bref, difficile jusqu’à présent de nager dans le bonheur d’être parents.

J’ose espérer que ma fille trouvera la paix d’ici la fin de l’année, et que je pourrai enfin souffler un grand coup et profiter de notre vie de famille !

Enfin, à toutes celles qui connaissent ces pleurs excessifs, je dis (comme je nous dis) : COURAGE.

Et toi ? Tu as eu une période difficile avec ton bébé ? Est-ce que lui aussi pleurait très très souvent ? Comment as-tu géré ? Viens en parler…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

29   Commentaires Laisser un commentaire ?

Cyrielle (@lhuberlulu)

Bonjour, je voulais juste vous relater ce qui s’est passé pour ma nièce, c’était un bébé qui pleurait tout le temps, mais vraiment tout le temps, le jour et la nuit, cela a duré 3 ans, jusqu’au jour où ils ont découvert une intolérance au lait et aux oeufs ce qui lui causait des troubles intestinales très importants, depuis c’est le jour et la nuit, elle est souriante, ouverte, joyeuse, peut être une piste à creuser…

le 02/10/2015 à 07h42 | Répondre

Mlle Moizelle

Oui, en lisant l’article, j’ai tout de suite pensé à ça. J’ai entendu beaucoup de témoignages de parents désespérés qui ont finalement trouvé une intolérance alimentaire à leur bébé, et après modification du régime de la maman si tu allaites ou du lait infantile spécialisé, tout est rentré dans l’ordre et les parents ont, enfin, soufflé. Bon courage en tout cas, je compatis!!!

le 02/10/2015 à 11h41 | Répondre

La belette

Effectivement, en lisant ton témoignage, j’ai retrouvé la situation dans laquelle nous avons vécu mon mari et moi à la naissance de notre fille. Elle ne dormait quasiment pas (dodos de 20 min max) et pleurait presque tout le temps. Elle souffrait d’un reflux gastrique œsophagien. Après le début du traitement, il a encore fallu attendre plusieurs semaines pour trouver une ambiance plus facile à vivre.
Je comprend dans quel enfer vous avez le sentiment d’être pris. Surtout, parlez-en autour de vous pour obtenir autant d’aide que possible de la part de votre entourage. Bien souvent, même les plus proches peuvent ne pas se rendre compte à quel point la situation est difficile.
Accrochez-vous !!

le 02/10/2015 à 14h05 | Répondre

Didi111

J’ai également vécu la même mais seulement pendant un mois, alors je n’ose pas imaginer ça pendant plusieurs. Mon bébé souffrait également d’une intolérance à la protéine de lait de vache, avec un pic de douleurs après un gros repas fromages de ma part (je l’allaitais). Résultat: 1 semaine d’hospitalisation car il perdait beaucoup de sang dans ses selles. J’ai arrêté d’allaiter car je n’avais plus la force de continuer, j’étais vidée dans tous les sens du terme. 3h après mon arrêt, il a arrêté de se tordre de douleur. Il a fait son premier sourire et son premier areugh le jour d’après. Il ne souffrait enfin plus. Evidemment il a fallu qqs semaines pour qu’il apprenne à faire des siestes, lui qui n’en avait jamais faites. Regardez pê de ce côté là, ça change tout!

le 02/11/2015 à 14h41 | Répondre

Madame B

Que dire, à part …courage. Un jour ça s’arrêtera et tout çà ne sera qu’un lointain souvenir, même si c’est difficile à croire! Une amie a moi a vécu çà mais sur une période limitée: en fait c’était une maladie infantile non-détectée pcq les symptômes n’étaient pas les mêmes que d’habitude. Surtout, surtout, n’hésite pas à demander de l’aide et si tu as l’impression de ne pas être entendue par le corps médical : insiste.

le 02/10/2015 à 07h58 | Répondre

Croco

Comme je vous plains ! J’ai un bébé qui pourtant ne pleure pas beaucoup (et heureusement car ses cris aigus réveillent des accouphène chez mon mari en moins d’une minute) , mais les quelques nuits où il a refusé de dormir et grogné toute la nuit ont été très dures.
Essayer quand même de vous préserver, même si j’ai conscience que ce n’est pas facile et que vous avez déjà fait beaucoup d’efforts (d’ailleurs, bravo à ton mari pour le temps partiel). Mais les bébés sont sensibles à la tension de leur entourage, donc plus on est énervé, moins ils se calment (et plus on s’énerve, cercle vicieux). Je vous souhaite beaucoup de courage, et j’espère que ça va passer rapidement !

le 02/10/2015 à 09h01 | Répondre

Madame Vélo

Oh la la comme je comprends ce que tu vis !!
Notre bébé n’est sans doute pas aussi pleureur que le votre, mais il a eu ses périodes. Il a toujours très peu dormi, alors forcément il pleurait plus que des bébés qui dormaient beaucoup. Ce qui m’énervait c’est quand la pédiatre nous demandait « est-ce qu’il pleure beaucoup ? » – Comment veux-tu que je le sache, c’est mon premier bébé, oui forcément il pleure « beaucoup » puisque dans l’idéal on voudrait qu’il ne pleure pas !! ça veut dire quoi « beaucoup » ?!
Dans ses périodes de pleurs où il n’y a rien à faire je me trouvais aussi désespérée et en colère que toi. C’est bien que vous réussissiez à prendre le relais l’un de l’autre pour aller prendre l’air. C’est dur mais ça fait du bien.

le 02/10/2015 à 09h02 | Répondre

Madame Vélo

En t’écrivant je me suis souvenue d’un numéro vert que j’avais lu dans un bouquin dans un chapitre traitant des pleurs de bébé. Je l’ai retrouvé et je suis allée sur le site internet, et ça a l’air intéressant, ça peut peut-être vous apporter du soutien et des réponses. C’est Allo Parents Bébé (http://www.alloparentsbebe.org/) et le numéro 08 000 34 56
Pour toutes les mamans qui passent forcément par une période de doutes, de questionnement, qui sont fatiguées et ne savent pas toujours comment faire…

le 02/10/2015 à 09h06 | Répondre

mélodie

as-tu été voir un ostéopathe??
franchement je te le conseille car ils ont un regard différent sur le corps et l’équilibre du bébé. il pourra peut être soulager ton bébé et l’apaiser. tu peux toujours consulter pour une séance et ça ne fera rien de mal à ton bébé et peut être que ça atténuera ses pleurs

le 02/10/2015 à 09h45 | Répondre

Mlle Moizelle

Oui, là aussi j’ai entendu des témoignages qui semblaient « miraculeux » de la part de quelques unes de mes amies. Tu vois, il reste des choses à essayer, ne désespérez pas! 😉

le 02/10/2015 à 11h44 | Répondre

Yelena (voir son site)

La phrase de ta belle-soeur est très sage. Comme certaines, se rapprocher d’un espace pour parler en collectif pourrait vous soutenir ! Bon courage.

le 02/10/2015 à 09h55 | Répondre

Georgina

Bonjour
Notre première fille a pleure tout le temps, jour et nuit, inconsolable, comme que vous décrivez, jusqu’à 18 mois. Elle dormais alors 4h par nuit et on était content. On a été voir pédiatre, gastroentérologue, ostéopathe ect…
Notre deuxième fille est née, a commencé a pleurer en continue. Cette fois on s’est dit, non, ce n’est pas possible, il y a forcément une raison !! Et heureusement pour elle on a trouve avant ses un mois : comme cyrielle : intolérance aux protéines de lait. J’ai évincé tout les produit de mon alimentation car je l’allaite. Trois jours plus tard, les pleurs étaient terminés. Vers 4mois j’ai recommence a réintroduire progressivement les protéines de lait dans mon alimentation, très doucement. Et c’est terminé…je suis soulagée pour ma deuxième et triste pour mon aînée qui aurait pu éviter tout ça car je suis persuadée que c’était le même problème.
As tu essaye d’arrêter tout ce qui est plv ou de lui donner du lait de riz plus d’une semaine ?
Bon courage

le 02/10/2015 à 10h00 | Répondre

pitch

j’ai entendu plusieurs récits de bébés impossible à calmer parmis mes amies et comme Cyrielle, pour l’une il s’est avéré que son bébé avait une allergie, et pour l’autre il faisait des remontées acides. Pour l’allergie, une fois détectée ca va généralement rapidement beaucoup mieux, mais pour les remontées acides pour mes amis les pleurs ont commencé à passer quand le bébé a commencé à se tenir debout et à marcher… peut être une piste aussi… en tout cas courage et n’hésite pas à contacter les numéros cités plus haut

le 02/10/2015 à 10h06 | Répondre

Hellodie

Je rejoins les commentaires de Cyrielle et de Madame B. Fais toi entendre par les pédiatres, n’hésitez pas a changer, pour creuser si il n’y a rien côté santé. Mes jumeaux avaient deux comportements très différents, l’un des deux pleurait en continu, jamais un sourire, jamais une seule nuit complète… Et avec des jumeaux pas possible de se reposer sur le papa, on en avait toujours un dans les bras. Jusqu’au jour où je trouvais son ventre vraiment dur, alors les coliques je veux bien mais quand même… Je l’ai emmené chez un nouveau pédiatre pour ses 5 mois. Résultat : cancer du foie! Une tumeur de la taille d’une orange qui appuyait sur son estomac. On est en chimio, loin d’être sorti d’affaire, mais c’est devenu un autre bebe, souriant et gentil. Les cas aussi graves sont rares, mais cherche quand même. Bon courage a toi et au papa.

le 02/10/2015 à 10h11 | Répondre

la grogniasse

Comme je reconnais mon bébé dans ta description!
Et oui, c’est très difficile à vivre, et pour nous, le plus difficile a été les commentaires et l’incompréhension de l’entourage.
Je me souviens des nuits entières passées à rebondir sur le ballon de gym parce qu’il n’y avait que ça qui l’appaisait, des journées à déambuler comme un zombie dans les rues en poussette (après la nuit sur le ballon) parce qu’il n’y avait que comme ça qu’il dormait, de la solitude terrible que je ressentais car mon mari travaillait énormément et me laissait de 7h à minuit environ toute seule… puis avait besoin de dormir pour pouvoir réattaquer le lendemain.
Je me souviens des journées passées sans manger ni prendre de douche parce que je n’avais objectivement pas le temps
Ce qui m’a aidé :
– reprendre le travail, car être assise dans un fauteuil, pouvoir se consacrer à quelquechose, avoir à manger à la cantine… ça n’a pas de prix
– agir selon mon instinct et pas selon les recommandations : ne pas faire un drame et psychoter toute la journée parce que je m’étais endormie avec mon bébé dans les bras, ne pas lutter pour espacer de 5h les tétées comme mon pédiatre m’enjoignait de le faire, envoyer promener les voisins qui venaient se plaindre du bruit…

Et aujourd’hui, à 9 mois, cela va beaucoup mieux. Non, il ne dort pas bien, mais auparavant, je ne pouvais pas le poser plus de 20 minutes (et encore)… aujourd’hui, il peut dormir 4 heures d’affilées la nuit dans son berceau, et pour le reste, il dort avec moi et je peux donc dormir un peu
Il commence à marcher et je n’ai donc plus besoin de le porter dans mes bras ou en écharpe toute la journée. Il est très curieux et très sociable, c’est un bonheur!
J’ai même eu des excuses de la part de mes beaux-parents, qui ont reconnu qu’ils avaient pu dire ou penser des choses fausses au sujet de ma façon de m’occuper de cet amour.
Certains disent « ah! c’est quand ils se déplacent que ça devient compliqué! on ne peut plus les lâcher! »… ceux-là ne savent pas ce que c’est qu’un bébé comme le mien.

Allez, courage! Dans 18 ans, ça ira mieux!

le 02/10/2015 à 10h38 | Répondre

Galeopsis

Courage ! A voir les commentaires postés sous ton article, tu vois que tu n’es pas la seule ! 🙂
Comme le dit ta belle-soeur, je pense qu’il faut savoir relativiser (sans minimiser) : par exemple, un bébé de trois mois qui joue seul pendant une heure, c’est juste ENORME Oo Quand ma fille de 10 mois joue seule pendant 15 min c’est déjà exceptionnel, la danse de la joie et on en parle pendant trois mois. 😛 Le fait que ton bébé arrive à dormir ailleurs que dans vos bras, à trois mois, c’est super aussi, tu sais ! 🙂 Nos bébés vivent un vrai chamboulement à la naissance : avant tous leurs besoins étaient instantanément comblés, ils n’avaient jamais froid, jamais faim, n’étaient jamais seuls. Maintenant ils connaissent la solitude (relative, mais quand même !), la sensation du froid sur la peau, la faim, la frustration, la fatigue ! Bref c’est très difficile pour eux tout ça, alors en tant que parent on ne peut que s’armer de beaucoup de patience et d’amour pour les accompagner dans leur développement 🙂 (mais je comprends qu’à un moment on ait juste envie de jeter bébé par la fenêtre !)
Bon, et en dehors de tout ça, c’est vrai que ça reste à mes yeux « anormal » qu’un bébé pleure si ses besoins primaires sont comblés (au chaud dans les bras de ses parents et sans avoir faim, le must étant de téter dans les bras de sa maman !). Si un bébé pleure autant et que ses parents n’arrivent pas à le consoler, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. La piste des allergies a été évoquée plusieurs fois dans les commentaires plus haut, et c’est vrai que c’est une cause récurrente des pleurs de bébés. Pour savoir si cela est en cause, je te conseille effectivement de lui donner du lait artificiel sans protéines de lait de vache (préparation pour nourrisson à base de riz, par exemple) ou si tu l’allaites, de faire une éviction de tous les produits contenant du lait ou de ses dérivés (beurre, crème, yaourt, etc) dans ton alimentation. Si ton bébé est effectivement allergique tu verras rapidement une amélioration et tu découvriras un nouveau bébé style catalogue Vertbaudet qui rigole tout le temps !!
Pour diminuer les coliques, sinon, tu as testé les probiotiques (Biogaïa par exemple) ? (c’est connu pour être très efficace mais comme tu n’en as pas parlé je me permets de le citer, au cas où)
Enfin, tu n’en as pas parlé non plus donc je me permets de le rajouter également : l’ostéopathie peut vraiment faire des miracles ! Une séance chez un osthéopathe habilité à manipuler les nourrissons fera sûrement beaucoup de bien à ton bébé pleureur !
Bref, je résume ce pavé : un bébé de trois mois qui pleure pour être dans les bras de ses parents, qui ne joue pas seul, qui se réveille plusieurs fois par nuit, c’est vrai que ça peut être pénible pour les parents mais c’est juste normal, c’est un comportement normal de bébé qui est par nature hyper dépendant de ses parents, selon moi il n’y a pas à s’inquiéter (sauf peut-être pour la santé mentale des parents qui ne s’attendaient pas à devoir subir tout ça !). Par contre, des crises de pleurs de deux heures alors que ses parents font tout pour l’apaiser, là ce n’est pas normal et il faut trouver pourquoi bébé pleure autant (pour le bien de tout le monde !) : soit une allergie (c’est souvent les protéines de lait de vache chez les nourrissons), soit des coliques (que les probiotiques peuvent apaiser), soit des tensions / douleurs articulaires ou autres que l’ostéopathe peut soigner. J’espère que rien que ça suffira à apaiser votre bébé ; et si ce n’est pas le cas, j’espère que votre pédiatre vous aidera à diagnostiquer le problème.
Désolée pour le pavé… et bon courage, bientôt vous serez récompensés par des grands éclats de rire et des « mamamaman » ! 🙂

le 02/10/2015 à 11h29 | Répondre

Louna

Je ne peux que m’associer aux autres commentatrices pour vous soutenir et vous souhaiter bon courage.

Peut-être y a-t-il effectivement des pistes à explorer ?

En tous cas, malgré le cri de désespoir que tu nous envoies à travers cet article, j’ai l’impression que le papa et toi mettez tout en œuvre pour réussir à passer cette épreuve : profitez des moments de calme que l’autre peut vous offrir, relativisez sans minimiser (quelle expression parfaite !) et armez vous de courage.
Je vous envoie plein d’ondes positives !

le 02/10/2015 à 11h56 | Répondre

Madame M

Pas évident d’avoir un bébé pleureur H24. Ma chouchou a beaucoup pleuré les 3 premiers mois mais pas au point d’en devenir dingue, c’était juste des coliques (ce qui veut tout et rien dire). As-tu essayé de consulter un Osthéopathe? Perso j’en suis adepte et je trouve que ça fait beaucoup de bien à bébé (et papa et maman).
En tout cas comme tu dis bon courage, il y aura des jours meilleurs.

le 02/10/2015 à 12h33 | Répondre

Mlle Mora

Ca doit être difficile à vivre, épuisant, stressant. Comme tu le dis, vous êtes les seuls à vivre ce quotidien… C’est super que ton homme te relaie l’après-midi déjà. Et c’est super que ton bébé puisse « jouer » une heure en solo, à 3 mois c’est vraiment bien !
J’espère que cela va se calmer au plus tôt, et je vous souhaite beaucoup de patience et de courage. J’imagine que votre pédiatre vous suit bien, mais comme le disent nombreux commentaires, n’hésitez pas à consulter d’autres spécialistes, on sait jamais !

le 02/10/2015 à 13h34 | Répondre

Margot

J’ai aussi pensé immédiatement aux allergies. Ou alors (je dis ça grave au pif hein, au cas où), un problème émotionnel que le bébé ressentirait et qui le perturberait?
j’ai lu l’histoire d’une maman dont l’une des deux jumelles était beaucoup trop agitée et pleurait souvent. La maman a vu quelqu’un genre éthiopathe qui a exploré la piste psychologique. Il y avait effectivement eu blocage psy (la maman qui avait paniqué à l’annonce de la grossesse gémellaire et avait été très en colère durant cette grosses). La maman a donc parlé au bébé en lui expliquant cela, qu’elle aimait son bébé etc, et les problèmes comportementaux se sont apaisés. who knows
en tous cas j’ose à peine imaginer votre souffrance et je comprends un peu, car la privation de sommeil est quelque chose de très difficile. J’admire le fait que vous exploriez autant de pistes. Vraiment.

le 02/10/2015 à 17h36 | Répondre

quantin

Bon courage ! Je sais ce que c’est aussi. Notre bébé a beaucoup pleuré les premiers mois et pas que les 3 premiers mois. Je pense qu’il y a pire que nous car j’ai déjà entendu des histoires de bébés qui hurlait vraiment non stop jour et nuit.
Nous l’avantage c’est qu’il pleurait et dormait tellement peu en journée, il a rapidement fait ses nuits… Donc à 3 mois on avait de belles nuits mais des siestes de max 30 min. On berçait à longueur de journée pour l’endormir et il se réveillait en hurlant au bout de 10 minutes ou un peu plus… L’écharpe lui a permis de faire de longues siestes sans soucis ! Et il a continué pendant des mois à beaucoup pleurer (« hurler » plutot) pour s’endormir. On tentait le rituel, de l’apaiser, la musique etc, mais à partir de 3 mois comme avant on l’endormait ds nos bras on s’est dit il doit apprendre à s’endormir seul mais malheureusement c’était des longues séances de pleurs où on tentait de le laisser pleurer juste un peu pour qu’il aprenne à s’endormir et on faisait des allers retours…. Et enfin vers 10 mois je dirai à peu pres car ça change tout le temps on a eu des siestes sans pleurs des endormissements dans le calme et des longues siestes l’après midi. Il commencait déjà à le faire avant mais c’est la que c’est devenu très régulier ! sauf période de poussées dentaires et ça revient très souvent ça et ça déregle tout !!! Voilà sinon faut tout essayer quite à ce quelque chose marche ! Nous on a trouvé qu’il a du reflux interne, il ravalait souvent, se mettait à hurler et jusqu’à presque 1 an des rots et renvois loin des repas ! Il a 1 an tout semble beaucoup mieux enfin ! Bon courage !

le 02/10/2015 à 17h48 | Répondre

Madame Violine

Et je rajouterai : préservez-vous, vous 2, votre couple. Faites venir la famille ou amis pour garder bébé une soirée, un après-midi, une journée pour vous évader à 2, vous balader, prendre l’air et surtout SANS culpabiliser de l’avoir laissé (rassures-toi, il ne sera pas malheureux et s’il pleure avec la personne qui le garde, dis-toi que cette personne le supportera, ne t’inquiètes pas pour cela).
Courage, et tiens-nous au courant des progrès de ton bébé !

le 02/10/2015 à 19h05 | Répondre

Madame D

Je ne peux te souhaiter que bon courage et peut être d’explorer les pistes ci dessus. Ici aussi bébé pleurait beaucoup. Mais on a eu de la chance pas la nuit. Et j’ai eu une pédiatre super qui a su m’écouter et comprendre qu’il y avait un problème. Après visite chez le gastro enterologue et un traitement adapté plus de pleurs !
N’hésite pas à faire ta relou quoi que te dise les gens. C’est toi la mère.

le 02/10/2015 à 19h15 | Répondre

Démétra

J’ai l’impression de retrouver mon bébé dans cet article, à ceci près que j’arrivais à calmer ma fille à bras parfois.
Résultat d’une FIV ICSI, je me demandais ce qu’on avait fait pour mériter ça !
Et j’ai lu un article sur les BABI qui lui correspondait bien. On a encore aujourd’hui, à 11 mois, des crises mais ça va mieux depuis qu’elle tient assise et là, depuis le 4 pattes 😉
J’ai connu les phases où tu en viens presque à détester ton bébé et à dire des choses que tu regrettes ensuite… Dans ces cas là, je la mets dans son parc et je prends le temps de me calmer.
Ma fille est suivie par un ostéopathe et je te conseille, comme d’autres mamans avant moi, d’emmener aussi ton bébé.
Bref, bon courage à vous et encore bravo pour tout ce que vous faites !

le 02/10/2015 à 20h20 | Répondre

yaelle

pas facile… ici c’est pour mon fils , apres un sejour a l’hopital ou il a failli y rester, je suis tombé en dépression, il ne faisait que pleurer , dormait très peu. il avait beaucoup de reflux et tout les traitements y sont passé, sans résultats ( y compris pour une suspicion d’intolerance au proteines de lait de vache ). Cela a été très dur pour nous mais surtout pour moi car je deprimais vraiment… en plus c’est un cercle vicieux car plus bébé pleur plus c’est stressant, et bébé ressent très bien ce stress , donc, il pleur …. au final c’est le temps et surtout la communication qui ont changé la donne, j’ai parlé a mon bébé, ca peut paraitre farfelu mais apres ca allait de mieux en mieux ! bon courage , bientot ca ira mieux 🙂

le 03/10/2015 à 09h55 | Répondre

marie

Je ne rajouterai pas grand chose à part que si une crèche peut l’accueillir :). Ce n’est bien sûr pas un critère et ça peut être un relais pour un heure une matinée … ou la halte garderie … les’professionnelles de la petite enfance sont sensibilisées et savent qu’il est parfois essentielle pour des parents d’avoir un relais

le 03/10/2015 à 17h15 | Répondre

Charlottofrez

Merci pour vos encouragements ! Depuis que j’ai écrit cet article, le temps a passé : Ma fille a presque 5 mois, elle s’endort souvent toute seule dans son lit sans broncher, fait des nuits de 11h, trois siestes par jour de 45 minutes à 2h… Bref ça va beaucoup mieux ! Elle pleure bien moins, je dirais environ une heure par jour au total, dont 30 minutes d’affilée l’après-midi avec de grosses larmes sans qu’on sache pourquoi… L’ostéopathie n’a rien donné. Lundi prochain on attaque des séances de kiné, on verra bien si ça la détend, car elle reste un bébé facilement énervé. Mais on a appris à faire avec ! Et puis je crois qu’elle commence à faire ses dents, donc ça peut expliquer aussi son mal-être. En tout cas je ne suis plus désespérée, tout au plus énervée parfois. Pas question par contre d’en avoir un deuxième et prendre le risque de repasser par là ! Ça a été trop dur !

le 05/10/2015 à 10h36 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Héhé… Je crois qu’on se connait. 😀

le 06/10/2015 à 16h39 | Répondre

Yoclaet

Bjr,
Je suis très touchée à la lecture de votre témoignage. J’espère que depuis octobre cela va un peu mieux.
J’ai 4 enfants. Pour les trois premiers je ne me suis jamais posée de question sur comment faire, quel rythme ils devaient avoir. Le petit dernier et arriver dans un contexte particulier, l est arrivé apres un bébé qui n’a pas vu le jour, et rien ne s’est passé comme pour les précédents.
Il a beaucoup pleuré, ne dormait pas la journée, en tout cas pas plus de deux siestes de 25 minutes, n’a fait ses nuits qu’à un an. Il pleurait énormément quand on voulait le coucher, quand on sortait de la pièce. J’en perdait mon latin, mon calme, ma nature de maman. Je ne savais plus faire. Je me demandais pourquoi. Je l’ai meme emmené chez une magnétiseuse qui n’a rien pu faire pour son sommeil mais m’a dit gênée que je l’aimais trop. Lol.
Et puis vers 10 mois nous avons regardé des photos des enfants quand ils étaient petits, bébés. En me voyant avec eux, me souvenant de ces moments précis, je me suis retrouvée. Comme ca, en une fraction de seconde.
Tout ça pour vous dire que je comprends le désarroi que cela représente d’avoir le bonheur d’avoir un enfant apres des difficultés, et de déchanter face aux pleurs. Je comprends aussi combien les remarques faciles de l’entourage qui n’est pas la le soir quand on pleure parce que la journee a été difficile et qu’elle nest pas finie, sont insupportables et que l’on finit par ne plus rien dire car on ne veut plus de leurs bons conseils et quelque part on a un sentiment de honte. Ce serait tellement utile d’avoir quelqu’un qui vous comprenne dans ces moments la.
Pour vous dire aussi que les choses s’équilibrent. Cela peut prendre du temps. Et ca c’est l’inconnue. Mais il faut malgré tout être confiants et patients. Encore. Ca vaut le coup. La motricité qui se développe favorisera l’autonomie, la dépense physique et la bonne fatigue.
Je vous souhaite beaucoup de bonheur avec votre enfant.

le 17/10/2015 à 10h02 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?