Menu
A la une / Vie de maman

Le début de notre vie à trois : mon congé maternité

La dernière fois, je t’ai laissée après mon séjour catastrophique à la maternité. Je venais juste de partir, et j’avais vraiment hâte de pouvoir retrouver mon chez-moi, mon lit, mes repères et mon chat.

Étant donné le petit mois d’avance de mon loulou sur la date prévue d’accouchement, j’ai eu la chance de profiter de lui dans le cadre de mon congé maternité jusqu’à ses 3 mois révolus.

Congé maternité

Crédits photo (creative commons) : Matheus Otero Suivre

Le premier mois

Mois de joie et d’allégresse, car on l’a vraiment passé à trois, mon mari ayant pu (en posant ses congés payés plus son congé paternité) passer un mois complet avec nous ! C’est donc tous les trois que nous avons trouvé notre nouvel équilibre.

La découverte et la mise en place de la routine du bain, du changement de couche, des soins de notre petitout dans notre univers. Le début des nuits chaotiques. Les visites de la sage-femme à domicile et la première visite chez le médecin. Tout ça, nous avons pu le faire à trois, et c’était vraiment chouette.

Pouvoir me reposer sur mon mari pour faire les tâches ménagères, les courses, ou prendre bébé avec lui pour que je me repose un peu et récupère de l’accouchement, c’était vraiment un luxe. Surtout que mon épisiotomie m’a fait énormément souffrir jusqu’à deux semaines après l’accouchement (merci le point trop serré, qui a sauté dès J2. Je ne souhaite à personne d’avoir une plaie ouverte à cet endroit de son anatomie).

Durant ce mois, nous avons vu passer le soir de Noël, que nous avons fait tous les trois, et le Nouvel An. Nous étions épuisés, mais heureux de passer ces moments entre nous, avec cette toute nouvelle famille que nous venions de construire.

Nous avons un peu passé ce mois en autarcie, ne voulant pas exposer Petit Habitant aux maladies hivernales. Nous sommes restés le plus possible à la maison, et étant donné mon état, nous n’avons pas passé nos journées à recevoir… Le mois s’est, du coup, extrêmement bien passé. Nous étions bien, tous les trois, à nous découvrir et à atterrir suite à ce flot d’émotions qu’est la naissance.

Bébé a eu la chance de voir une ostéopathe très tôt, qui a aidé sa petite tête à se remettre de l’action des spatules et à décoincer ce qui avait pu être un peu tendu à cause du travail (un peu long).

En fin de mois, nous avons vu apparaître les coliques. Petit nuage dans notre mois parfait, mais gérable tant que l’on était tous les trois ensemble toute la journée. Malheureusement, le jour est arrivé où mon mari a dû reprendre le travail…

Le deuxième mois

Les deux premières semaines de ce deuxième mois ont été très fortement marquées par les coliques. Je passais mes journées avec bébé accroché au sein (une des seules choses qui calmaient ses coliques… le seul souci, c’est que ça les alimentait encore plus… tu vois le cercle vicieux ?).

Et je commençais sérieusement à trouver les journées longues, seule avec Petit Habitant. Je me languissais de voir rentrer mon mari tous les soirs et, allant mieux, je ressentais de plus en plus l’envie de sortir. J’ai donc commencé tout doucement les sorties seule avec bébé, sans mon mari. En commençant à mon rythme, j’ai progressivement pris plus d’assurance pour les promenades, et j’ai aussi réduit la durée de notre préparation !

Coup de chance lors de la troisième semaine de ce mois : je suis tombée sur une de mes copines de gros bidou de l’aquagym prénatale ! Un vrai plaisir de la revoir avec son petit bout. Surtout qu’à cause de ma MAP, j’avais malheureusement dû abandonner cette activité du jour au lendemain, sans pouvoir prévenir personne.

Elle a un petit prince qui a juste trois semaines de plus que le mien… autant dire que nos sujets de préoccupation sont très semblables, en ce moment ! La fin de ce deuxième mois s’est donc passé avec de longues balades en poussette entre jeunes mamans, et ça m’a fait du bien !

En revanche, Petit Habitant ne faisait toujours pas ses nuits. Ce petit souci ajouté à mes nouvelles activités diurnes et à l’absence de mon mari en journée, j’ai terminé ce mois exténuée. J’ai même repris les siestes de temps en temps !

Le troisième mois

Le troisième mois a débuté avec les premiers vaccins. Alors, comment te dire… Je pense que mon cœur de maman s’est littéralement brisé en mille morceaux en entendant les pleurs de douleur de mon bébé. Je me suis moi aussi mise à pleurer dans le cabinet du médecin, d’ailleurs. Et je n’avais même plus l’excuse des hormones !

Durant ce troisième mois, j’ai commencé à (du moins essayé de) mettre en place un rythme de biberons dans la journée, pour habituer Petit Habitant au rythme qu’il aurait chez l’assistante maternelle. Je me suis donc mise à tirer mon lait régulièrement, pour lui donner dans un premier temps deux biberons par jour (un le matin et un l’après-midi). J’ai gardé au début la tétée du midi, parce que j’aimais ça (bah oui, j’avais aussi droit à mon moment câlin avant la sieste : j’en ai profité tant que je n’avais pas repris le travail !), et j’ai fait des stocks de lait congelé, pour me permettre de continuer le plus longtemps possible en cas de difficultés à tirer mon lait au travail ou de diminution de ma production.

Ce mois a marqué aussi le début des weekends à l’extérieur avec bébé. On est d’abord allés chez mes beaux-parents, à une heure en voiture, puis deux semaines après chez des amis, à deux heures de chez nous, ce coup-ci. (On s’y est mis petit à petit… Et puis, comme c’était un peu le déménagement à chaque fois, on s’entraînait avec des trajets que l’on connaissait bien.)

Durant ce mois, j’ai aussi eu la bonne surprise de constater que Petit Habitant commençait à faire des plages de sommeil un peu plus longues la nuit (cinq heures un jour, puis six heures un autre, puis sept heures et demi…). Et du coup…

*Mise en situation : 4h du matin, je me réveille d’un coup. Aucun bruit*

Moi : Bon, qu’est-ce qu’il se passe ? Je n’ai pas envie de faire pipi. Je n’ai pas soif. Ni trop chaud, ni pas assez. Bah alors, pourquoi est-ce que j’ai les yeux grands ouverts ??

Instinct maternel : Euh… En fait, c’est moi qui viens de te réveiller.

Moi : Pourquoi tu as fait ça, Instinct Maternel ? Que tu me réveilles au moindre pleur, ok, mais là, il dort ! Il est 4h du matin, et je suis peinarde, pour une fois !

Instinct maternel : Bah oui, mais du coup, tu ne trouves pas que ça fait longtemps qu’il ne nous a pas réveillés ?

Moi : Bah non, c’est normal : il va commencer à espacer les tétées, et c’est plutôt une bonne chose ! Tu me laisses dormir, maintenant ?

Instinct maternel : Non mais quand même, tu ne veux pas vérifier qu’il respire encore ?

Moi : Pfff… T’es pas la moitié d’un relou, toi. Bon ok, je regarde.

*Se penche sur le berceau*

Moi : Regarde comme il est mignon, quand il dort, notre petit ange ! Tu vois, il va très bien.

Instinct maternel : Oh oui, je fonds, il est vraiment beau !!

Moi : Bon, du coup, je peux me rendormir, maintenant ?

Instinct maternel : Oui, vas-y, tu peux. Tout va bien.

(Note : le pendant masculin « Instinct Paternel » réveille bien le papa. Mais lui, au lieu de se lever pour aller voir, il tape sur ton épaule pour te demander si tu as bien nourri ton fils depuis 22h : « Oui Chéri, à 1h du matin, mais tu ne t’es pas réveillé – chanceux. Tu me laisses dormir maintenant ? »)

Bref, un troisième mois qui s’est déroulé sans trop d’encombre, à part une petite rhino-pharyngite (pour bébé et moi), et qui s’est terminé par la semaine d’adaptation chez l’assistante maternelle, me permettant d’utiliser une partie de mon cadeau d’anniversaire : une heure de massage – hum, le pied !

Bon, maintenant, Mélimélanie, il va falloir reprendre le boulot !

Et pour toi ? Comment se sont passés les premiers mois avec ton bébé ? As-tu pu avoir le papa avec toi ? T’es-tu sentie seule ? T’es-tu disputée avec ton instinct maternel ? Raconte !

A propos de l’auteur

Mariée a un mari hyper protecteur depuis ma grossesse extra utérine j'ai commencé par être piquée par le virus des blogs grâce à mademoiselle dentelle avant de découvrir les deux autres blogs "Dans ma tribu" et "Sous notre toit". Je suis la maman chat d'une grande minette de salon qui ne porte de félin que le nom. Mais surtout la maman comblée de Petit Habitant et Petit Excité qui ont 18 mois d'écart. Je viens te raconter mon quotidien de maman et mes grossesses qui pourraient mieux se passer 😉 !