Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Bienvenue à Mrs British, maman depuis 2016 !


Publié le 10 mars 2020 par Mrs Bristish

Bienvenue à toi par ici ! Nouvelle chroniqueuse, je vais d’abord commencer par me présenter (et expliquer ce pseudo !) avant d’entrer dans le vif du sujet : ma seconde grossesse !

Qui sommes-nous ?

Je suis Mrs British, en couple depuis 8 ans et déjà maman d’un magnifique petit loulou de bientôt 4 ans, né en Juin 2016.

Nous vivons depuis un peu plus de 2 ans et demi maintenant, en Angleterre. Nous nous sommes installés ici, pour le travail de mon mari mais aussi pour que notre Loulou puisse apprendre l’anglais (et moi aussi, par la même occasion). Nous considérions que ceci était également une opportunité unique de découvrir une autre culture et un autre système d’éducation.

Crédit photo (Creative commons) : Free-Photos

Auparavant, nous avons vécu une dizaine d’années dans le Sud de la France. Oui, le choc météorologique a été rude dans un premier temps ! Ce n’est pas qu’un cliché : il pleut souvent en Angleterre…

Mais maintenant, nous aimons tellement d’amour notre pays d’adoption que nous ne voulons plus le quitter. Nous avons même prolongé notre expatriation de 2 ans.

Il faut dire que nous vivons dans une très belle ville, ni trop grande, ni trop petite, entourée d’espaces verts et de très bonnes écoles, à une demie-heure de la mer. L’idéal pour une vie de famille !

J’aurai l’occasion de t’en reparler lors de prochaines chroniques mais ici, tout est fait pour et autour de l’enfant. Du pub, aux musées, en passant par les activités en journée, pour les jeunes enfants n’allant pas encore à la crèche ou à l’école (les fameux play-groups).

Dans la « vraie vie », je suis professeure de mathématiques, plutôt sportive et trop très active ! J’adore voyager (et j’ai de la chance d’avoir un mari qui partage cette passion), visiter des nouveaux lieux, des musées mais aussi la salsa, voir des comédies musicales et sortir avec nos amis.

Mon mari, un peu plus casanier, est ingénieur. Il fait des très gros horaires depuis que nous sommes installés ici mais il essaie de rentrer un peu plus tôt tous les soirs, depuis l’annonce de ma grossesse (malheureusement, le partage de la charge mentale n’est pas encore optimal !).

Notre loulou d’amour, quant à lui, a fait son entrée en pré-school, en avril 2019, un peu avant ses 3 ans. Il est tellement chou dans son uniforme !! Il est scolarisé dans l’école où je travaille ce qui me permet de le surveiller regarder s’amuser avec ses amis, dans la cour de récréation.

Curieux, plein de vie, un peu timide, très câlin et un brin têtu, nous sommes très fusionnels ! D’où ma petite appréhension avec l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur.

Un deuxième mini-nous

Revenons-en justement à nos moutons puisque je vais te parler ici, de ma seconde grossesse !

Crédit photo(creative commons) : Free-Photos

Nous avons longtemps hésité avant de commencer les essais, en partie à cause des nombreuses incertitudes concernant mon travail. Encore à ce jour, je ne sais toujours pas si je vais pouvoir retrouver mon poste et je n’ai surtout droit à aucun congé de maternité autre qu’une petite allouance accordée par l’Etat (du fait de mon statut professionnel de « self employed » ou auto-entrepreneur).

En Angleterre, les frais de garde sont exorbitants : environ 1500 € par mois, sans aucune aide ou presque, avant l’âge de 3 ans. Ces frais expliquent, à mon avis, pourquoi de nombreuses mères anglaises font des enfants rapprochés et les nombreux playgroups : elles (car oui, malheureusement, ce sont majoritairement des femmes) s’arrêtent souvent de travailler pour limiter les frais de garde. Il est rare de voir des enfants avant un an, en crèche et avant 3 ans, à temps complet.

Nous avions également réussi à trouver un équilibre à 3 : notre Loulou a eu de grosses, très grosses difficultés pour dormir… encore aujourd’hui, il dort peu. Nous avons donc subi pendant des mois, que dis-je, des années, un manque de sommeil très important. Voulions-nous vraiment nous replonger là-dedans ?

Et en même temps, l’idée que notre enfant soit seul ne nous convenait pas. J’ai une relation très forte avec mon frère et j’avais envie qu’il puisse, lui-aussi, avoir un compagnon de jeux et de confidences.

Crédit photo (Creative commons) : sathyatripodi

C’est donc après plusieurs mois de réflexion, puis d’attente que mini-nous s’est installé en septembre… quasiment 4 ans, jour pour jour, après notre loulou. Notre deuxième loulou devrait donc venir nous rejoindre, pour notre plus grand bonheur, fin juin (« Bébé arrive après mon anniversaire, après mes 4 ans ! ») .

De quoi me permettre de comparer mes grossesses, mes états d’esprit et les systèmes de santé !

Alors, à très vite ?


 


Commentaires

2   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Bienvenue Madame British !
J’ai hâte de te lire sur la grossesse en Angleterre.
Et nous aussi on a hésité à remettre le couvert à cause des problèmes de sommeil.
Mais spoiler, il semble qu’on soit un peu plus chanceux sur le second bebe. Ou alors on est juste plus zen ! Mais je ne parle pas trop vite on verra sur la durée.

le 10/03/2020 à 11h07 | Répondre

Maud (voir son site)

Bienvenue !
Hâte de lire des récits d’outre manche !
Comme quoi, on se plaint en France mais concernant la garde, on s’en sort bien finalement !

le 10/03/2020 à 22h00 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?