Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Quel bonheur d’être enceinte ! Et pourtant je déteste ça – Partie 2


Publié le 18 avril 2020 par Charlotte Chocolat

Suite à mon 1er article sur ma grossesse, je reviens te raconter la suite.

Le 2ème trimestre … quand l’épanouissement tant promis n’arrive pas

Arrive à grands tout petits pas le 2ème trimestre. Je me remets à manger depuis quelques semaines mais … j’ai extrêmement mal au dos. Le matin, tout va bien et puis à partir de midi (enfin entre 11 et 14h), la torture commence. Je me tortille sur ma chaise de bureau, j’ai mal, c’est dur.

Ce 2ème trimestre où nous sommes sensées être rayonnantes … très peu pour moi. J’ai juste HYPER MAL AU DOS, je dors mal, c’est galère.

« Normalement » c’est le trimestre où les futurs heureux parents annoncent la belle nouvelle. Pas chez nous … Soit on l’a annoncé très tôt, soit aux 12 SA, soit vers 5 mois et demi.

Ceux qui l’ont su très tôt, ce sont nos familles très proches (et mon employeur ahem). Ceux qui l’ont su à 12 SA, notre famille un peu moins proche et nos amis très proches. Enfin, ceux qui l’ont su vers 5 mois et demi, des amis et connaissances.

J’avais très peur de perdre notre bébé et je ne voulais pas devoir annoncer aux gens que c’était terminé (je te raconterai cette peur qui ne m’a pas quittée, même sur la dernière ligne droite de l’accouchement). Mari Didou a forcé pour que nous l’annoncions après l’écho T2 parce que la grossesse était quand même bien entamée.

Je n’avais quasiment pas de ventre donc c’était assez facile à cacher … ce qui, au passage, n’est pas très pratique pour prendre le métro. J’ai dû attendre que le 7ème mois soit bien avancé pour que j’ai un peu de bidon et qu’on me laisse la place.

Petit dhomme a su la bonne nouvelle vers 4 mois/4 mois et demi il me semble mais nous l’avions préparé en amont. Je te raconterai les différentes annonces dans un article consacré à cela.

J’ai perdu une de mes meilleures amies aussi durant ce trimestre. Très difficile à diriger … Quelques jours plus tôt, avec notre petite bande, nous parlions de nous faire un long week-end au soleil toutes les 4.

Elle était interne en médecine, elle s’est suicidée à cause de la fatigue liée aux 80h hebdo minimum qu’elle faisait par semaine … L’hôpital public et les patients ont perdu une femme brillante, nous avons perdu notre copine …

En tant qu’amies d’enfance, nous avons participé à la cérémonie d’adieu, ça a été très dur à encaisser, très dur d’imaginer qu’elle ne serait pas là pour participer à cette nouvelle vie et j’ai beaucoup culpabilisé de faire vivre ça in utero à mon bébé. Mon seul réconfort était de me dire que nous nous étions beaucoup vues ces derniers mois mais ça n’a pas beaucoup apaisé mon chagrin. Encore aujourd’hui, j’ai du mal à me dire qu’elle n’est plus là …

Mais revenons à quelque chose de plus joyeux :

Le 3ème trimestre, celui que j’ai préféré

A cause de ma peur, je n’ai quasiment rien acheté avant le 3ème trimestre. En guise de babymoon, nous sommes partis dans un pays de l’est et on a ramené une valise complète de vêtements pour bébé (et de jouets pour Petit Dhomme). Enfin, nous commencions les achats.

Ma Grand-Mère m’a fait envoyer un gros colis Petit Bateau avec des vêtements en taille naissance et 1 mois. J’étais super heureuse !

Étonnamment (si jamais tu as une explication, n’hésite pas à me la donner), mon mal de dos a commencé à partir petit à petit. Le bonheur !

Non ce n’est pas moi … pourtant j’aurais aimé avoir le nombril qui ressort autant ahah
Crédit photo (creative commons) : Andre Furtado

Nous avons aussi fait une séance photos de grossesse. Mari Didou n’aime pas trop cet exercice (on avait fait une séance photo avec nos costumes de mariés en voyage de noces) mais qu’est ce que j’aime avoir ces beaux souvenirs !

A 3 semaines de mon congé maternité, mon employeur m’a informée qu’il me licenciait … Soit j’acceptais une rupture conventionnelle, soit j’étais licenciée. J’ai gentiment fait comprendre que je n’allais pas accepter une rupture conventionnelle avant mon congé maternité et qu’ils ne pouvaient pas me licencier. Mon manager direct ne m’en a jamais parlé ! C’est la RH qui me l’a annoncé et je pense que quelque chose a disjoncté dans son cerveau … Licencier une femme enceinte aussi proche de son terme, elle jouait clairement avec le feu. Le PDG de la boite m’a reçue une semaine plus tard, après un joli mail détaillant les faits, pour me dire de profiter de mon congé maternité et qu’on en reparlerait après … Trop de bonté …

Petit Dhomme attendait avec impatience que le bébé arrive. Sur la fin, il lui parlait et lui demandait d’arriver vite pour qu’on puisse lui faire des bisous et des câlins.

Le congé maternité m’a fait beaucoup de bien, j’ai fait de le peinture dans la chambre, j’ai beaucoup trop marché et j’ai dormi (oh oui dormir, que ça m’a manqué après ahah)

Petite frayeur à 35+6 SA. Plus de 10 contractions dans la journée, je vais faire un checkup à la maternité et j’ai effectivement des contractions. Ils me gardent en observation mais comme rien ne bouge, je peux rentrer chez moi. Je me suis calmée par la suite mais au final, pas tant que ça (et j’ai accouché à 40+1 SA).

Je me sens lourde mais ça va. Mon seul souci, c’est que je n’arrive pas à trouver de position pour dormir et surtout que je m’ennuie … J’ai la concentration d’un poulpe donc je n’arrive pas à faire grand chose. J’ai énormément lu sur la fin de la grossesse, si bien que 6 mois après l’accouchement, moi qui adore lire, je n’avais toujours pas repris. J’ai clairement fait une overdose à force de lire pour passer le temps et non plus juste pour le plaisir.

On va me trouver un léger diabète gestationnel (122 au lieu de 120 pour celles qui connaissent) à 37 SA (ou 38 SA, je ne sais plus) et je vais avoir le droit de me piquer avant et après chaque repas. Il s’avère que la veille de la prise de sang, je m’étais goinfrée de fruits, ce qui explique très probablement le taux légèrement supérieur à la norme supérieure. Pour autant, je n’ai rien changé à mon alimentation (bonjour les glaces) parce que je voyais aux contrôles que j’étais totalement dans les normes.

Un léger stress aussi m’anime … Qu’allons-nous faire de Petit dhomme si j’accouche quand il est avec nous ? Si l’accouchement dure longtemps ? Au final, ma meilleure amie était prête à débarquer tout de suite si j’accouchais. Et si Petit Dhomme n’est pas avec nous, on va devoir annoncer à l’ex-femme de mon époux qu’on a notre bébé ? Mais je n’ai pas envie de lui dire …. Et va-t-elle accepter qu’il vienne à la maternité ? Bon au final, je te spoile un peu mais Petit Dhomme n’était pas avec nous, oui nous avons annoncé à l’ex-femme de mon mari que j’avais accouché mais nous l’avions annoncé avant sur facebook (very important ^^) et nous avions peur qu’elle annonce elle à Petit Dhomme qu’il était grand frère. L’envie de l’annoncer nous à Petit Dhomme a été plus forte que l’envie qu’elle ne participe pas (même de très loin) à la naissance de notre bébé.

Quid du prénom ? Je ne voulais pas annoncer le prénom à nos familles avant la naissance, je n’avais pas envie d’entendre des commentaires sur notre choix. Je me disais que si on l’annonçait à la naissance, les gens n’oseraient plus rien dire puisque ça serait fait … mais ! Je savais que j’aurais dû mal à ne pas l’annoncer et je n’avais aucune confiance en mon mari pour garder le secret (il m’a annoncé la destination de notre voyage de noces plusieurs semaines avant alors que ça devait être une surprise …). Du coup, après avoir épluché bon nombre de listes, avoir sélectionné deux prénoms (qui sont restés secret), nous nous sommes décidés officiellement 3 jours avant la naissance de notre fille. Nous n’avons rien dit à nos proches et tout le monde a appris le prénom tant attendu à la naissance de notre bébé.

Bref un troisième trimestre qui s’est très bien passé même si je n’aimais pas la sensation d’être enceinte. J’avais envie d’accoucher, pas tant parce que j’en avais marre d’être enceinte, lourde, grosse, etc, mais parce que j’avais envie de voir mon bébé.


Pendant la grossesse, tu t’imaginais épanouie, heureuse, avec un joli ventre rond, et bien sûr, il y a de ça. Mais tu n’étais peut-être pas tout à fait préparée pour les vergetures, les coups de pied dans la vessie à 2 heures du matin et les galères administratives. On ne te la refera pas deux fois. Avec le guide hyper complet et concentré de Dans Ma Tribu, tu sauras exactement ce qui t’attend après l’accouchement. Clique ici pour en savoir plus.

Guide accouchement

Commentaires

Les commentaires sur cet article sont fermés.