Menu
A la une / Témoignage

Nous avons décidé de faire baptiser religieusement Kate, 3 ans et demie

Si tu suis mes aventures catéchuménesques, tu dois savoir que nous avons décidé de faire baptiser religieusement Kate, à l’âge de (presque) 3 ans et demie. Et c’est justement de ce baptême (et de notre vision des choses) dont je vais te parler aujourd’hui.

 

Crédit photo (creative commons): Profile

Pourquoi faire baptiser un enfant « âgé »?

En général, il est communément admis qu’on ne baptise pas les enfants passé l’âge de 3 ans. L’Église considère en effet qu’il est plus judicieux d’attendre l’entrée au catéchisme (« l’âge de raison ») si l’enfant n’a pas été baptisé dans les mois qui suivent sa naissance. Entre 3 et 5/6 ans, le petit enfant est dans une sorte d’entre-deux: il n’est alors plus un bébé, certes, mais il n’est pas encore assez « mature » pour exprimer sa foi et son envie d’être baptisé. Bien évidemment, il s’agit d’une généralité, et cette décision est en réalité laissée à l’appréciation du curé de la paroisse, selon la situation des parents (j’ai ainsi dans mon groupe de préparation au baptême un couple de parents qui vient faire baptiser son enfant de 4 ans avec le petit frère de 6 mois).

Dans notre cas, le curé a donc accepté de faire une petite entorse à la règle: je suis en effet entrée en catéchuménat il y’a quelques mois de cela seulement, il est donc parfaitement logique que Kate n’ait pas été baptisée à la naissance. Il faut également ajouter à cela que, étant moi-même en cours d’apprentissage accéléré pour devenir catholique, il apparaît comme assez évident que je transmettrai naturellement une éducation chrétienne à ma fille (et comme je le disais au prêtre qui nous prépare au baptême, « c’est hyper pratique, ma fille et moi on va faire notre apprentissage religieux en même temps ».)

J’ai également souhaité un baptême rapide pour Kate pour une autre raison très simple: je sais à quel point il est « difficile » de demander le baptême plus tard, passé la petite enfance, justement. Il y’a le regard des autres (même dans la cour de récré), il y’a le train train quotidien, il y’a toujours de « bonnes raisons » de ne pas le faire, en somme. Et je voulais que Kate parte armée d’un bagage religieux (et culturel) dès son enfance (au lieu de se lire « Le christianisme pour les nuls » tous les soirs avant de se coucher, comme sa maman adorée). Elle en fera ce qu’elle veut plus tard, mais elle aura les connaissances nécessaires pour faire son choix en toute liberté (car sommes nous vraiment libres de ce que nous ne connaissons pas?) (vous avez deux heures).

 

Quel format choisir?

Une fois l’accord de principe obtenu à la paroisse, il nous a fallu réfléchir au « format » souhaité. Je me suis beaucoup promenée sur internet pour m’inspirer et trouver de bonnes idées. Il nous est rapidement apparu deux choses:

  • Nous voulions un baptême en tout petit comité
  • Nous ne voulions pas d’un « mini-mariage ».

Pour le petit comité, c’est plutôt simple: nous n’avions pas le temps de mettre les petits plats dans les grands et de débloquer un budget conséquent. Et puis l’intérêt d’un grand baptême, c’est aussi de présenter le bébé. A 3 ans et demi, autant te dire que tous nos proches connaissent Kate, le cérémonial d’introduction dans la famille n’était pas forcément nécessaire.

Sur la question du mini-mariage, cela rejoint le point précédent: souvent les parents enchaînent « mariage & bébé », donc l’organisation d’un baptême dans les mois/ années qui suivent peut logiquement amener les parents à réutiliser des bonnes idées et même un reste de déco pour organiser une grosse fête super joyeuse.

Sauf que nous sommes mariés depuis presque 6 ans, les préparatifs de notre mariage sont déjà très (très) loin derrière nous, la déco, n’en parlons même pas, et je suis désormais complètement larguée quand je regarde les blogs de la weddosphère (las: il y’a encore 5 ans, j’étais in-co-llable sur les prestataires en Ile-De-France. Force est de constater qu’aujourd’hui, beaucoup ont fermé. #CoupDeVieux).

Et puis, surtout, la « star » de la journée est complètement en âge d’assumer ce statut de star: il s’agira donc de « sa » fête, et non pas de la nôtre.

Voila pour notre vision du baptême de Kate, et je réalise que je t’ai déjà pondu un mini roman, donc je m’arrêterai la pour cette fois.

On reparlera la prochaine fois de l’organisation du baptême en tant que telle, et d’un challenge de taille: entre la demande de baptême, et la date proposée pour le jour J, nous n’avions que 7 petites semaines…

Et toi, tu as préféré faire baptiser ton enfant à la naissance? Tu as aussi envisagé le baptême pour un enfant plus grand? Tu as déjà du organiser un baptême « express »? Raconte-moi tout!

A propos de l’auteur

Je m'appelle Julie, executive woman le jour, blogueuse/ instagrammeuse la nuit. Passionnée de littérature et de séries TV, je suis aussi et surtout maman d'une petite fille absolument adorable (#zéroobjectivité), mais aussi de deux bébés qui n'auront pas pu vivre. Tu peux me suivre sur mon blog perso (La Marmotteuse) et mon compte instagram spécialement dédié au deuil périnatal : à nos étoiles