Menu
A la une / Témoignage

L’annonce de l’infertilité : tous ces questionnements…

J’ai décidé de me lancer à l’eau pour partager avec toi mes (més)aventures. Ces temps, il nous arrive un truc pas cool. Et j’ai besoin de le partager avec des gens… L’anonymat aidant, et ayant aussi envie d’avoir des retours de personnes ayant vécu ça… me voilà ! (J’attends donc tes commentaires !)

Je me présente : j’ai une trentaine d’année. Je suis – paraît-il – rigolote, curieuse, très optimiste, gourmande, amoureuse de la vie et des découvertes en tout genre… Mariée avec mon homme idéal (en tout cas pour moi), nous essayons depuis 2 ans environ d’agrandir notre famille. Mais… ça ne marche pas !

Les médecins se penchent sur notre cas, nous prescrivent des tests peu glamours (spermographie) et parfois même terriblement douloureux (hystérosalpingographie et j’en passe)… Et le diagnostic tombe : mon chéri a des problèmes (une tératozoospermie sévère), et moi, j’ai de l’endométriose (ce que je savais déjà depuis un moment). À nous deux, nous gagnons des chiffres et des lettres, mais nous ne faisons pas prospérer le taux de natalité de notre pays.

Bref, nous devons nous rendre au Centre de Procréation Médicalement Assistée de la région pour investiguer plus en avant… (Déjà là, je peux te dire que rien que prendre rendez-vous, c’est un sacré effort psychologique…). Le rendez-vous est pris, on a de la chance, on a une place suite à un désistement, ce qui nous évite d’attendre 6 mois. On s’y rend… et le Centre en question est situé…. OH ! Dans la maternité. (Je peux comprendre pour le côté pratique du corps professionnel, mais il faut avouer que niveau délicatesse, ce n’est pas ce qu’on fait de mieux !)

infertilité la décision de prendre les décisions

Crédits photo (creative commons) : Martina Photography

Un médecin adorable nous accueille et nous reçoit pendant 1h30 (ce que j’ai énormément apprécié). Il se penche sur notre cas et nous explique tout. Bref, je t’épargne le laïus médical – celles qui s’intéressent à ce genre de choses trouveront leur bonheur sur Doctissimo. Le médecin nous dit cash : l’insémination est absolument impossible, il y a 0% de chance que ça fonctionne… Il nous reste (éventuellement) la FIV ou l’ICSI… mais avant cela, nous allons devoir subir toute une batterie de tests supplémentaires.

Mis à part avoir appris un tas d’acronymes, nous sommes ressortis de ce rendez-vous complètement sonnés. Le médecin était super gentil, et du coup, la nouvelle est presque passée trop gentiment. Ce n’est que 2 jours plus tard où je me suis dit : mais en fait… il nous a dit qu’on ne pouvait pas avoir d’enfants ?!? (Du moins, jamais d’enfants naturellement…)

Les jours qui suivent sont difficiles. Je déprime…. Mon chéri moins, mais le résultat est encore tellement flou.

On ne sait pas ce qu’on doit faire… Si on doit l’annoncer à nos proches. Si on doit attendre que les résultats tombent définitivement d’ici 2-3 mois. D’un autre côté, ça se voit que nous n’allons pas fort.

J’avoue avoir très peur de décevoir et d’attrister mes parents qui se réjouissent beaucoup à l’idée d’être grands-parents. Et j’ai aussi du mal avec l’idée de sangloter tous ensemble dans leur salon… Du coup, je ne sais pas ce que je dois faire, quand est-ce que je dois leur dire, et surtout… comment.

C’est difficile à gérer. D’autant plus que dans ma famille, une naissance a eu lieu entre-temps, et deux de mes cousines nous annoncent leur grossesse. De plus, 4 de mes amies sont enceintes. Difficile de faire bonne figure ! Et en même temps, je ne veux pas le leur dire pour le moment, tant que rien n’est sûr… Et je me dois de rester sympa – c’est une bonne nouvelle tout de même !

Les petites phrases du genre : « Et alors, vous vous y mettez quand ? » ou encore « Ah, vous verrez quand vous aurez des enfants… » sont encore plus difficiles à avaler. Surtout que certains sont vraiment insistants.

De plus… nous nous interrogeons beaucoup sur la FIV. Beaucoup de points nous effraient. J’ai peur que tout ceci nous éloigne, mon chéri et moi. Il paraît que c’est long et difficile, et que c’est une réelle épreuve pour le couple. Le traitement autour de la FIV me fait peur (les piqures d’hormones, etc.). Mon amoureux a peur pour moi, que je ne supporte pas les traitements ou que ça soit nocif pour ma santé.

Et j’ai peur aussi pour le potentiel futur bébé à venir : si nous ne pouvons pas avoir d’enfants, n’est-ce pas dû à un mauvais capital génétique ? La nature n’a-t-elle pas souvent raison ? Comment savoir s’il y a zéro risque pour l’enfant ? J’ai lu les statistiques… J’ai entendu des témoignages, mais c’est une ombre que je n’arrive pas à effacer du tableau.

C’est compliqué.

On pense à l’adoption, mais tout se mêle et s’entremêle dans notre tête, sans que nous arrivions à nous poser et calmer nos émotions. De vraies montagnes russes.

On pèse aussi dans la balance le côté financier. C’est cher… Vraiment… et ce n’est pas remboursé. Pouvons-nous nous le permettre ? Comment réagirons-nous si ça ne marche pas ? Il n’y aurait que 20% de réussite par FIV… Ça me donne un peu l’impression d’acheter mon futur bébé. C’est idiot, je le sais. Mais mes sentiments se mélangent, et tout se bouscule. Je n’arrive pas à avoir une seule pensée claire et chaque matin, le disque dur est effacé et mes pensées recommencent à tourner.

Bref… pour le moment, voilà où nous en sommes. C’est-à-dire… nulle part. On est perdus. On va à nos rendez-vous, on effectue nos tests et on attend nos résultats… le temps passe si lentement.

Je te raconterai quand on aura eu le « verdict », et comment se déroulera la suite (nos réflexions etc.). On ne risque pas de beaucoup rigoler. Mais bon, c’est la vie, n’est-ce pas ?

Et toi ? Tu as découvert que tu ne pourrais pas avoir d’enfants naturellement ? Est-ce que tu as connu ces nombreux questionnements ? Qu’as-tu décidé finalement ? Viens en parler…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !