Menu
A la une / Récit de fête

Le baptême de Numérobis

Pourquoi le baptême ?

Lorsque nous nous sommes mariés avec M. Tad, nous nous sommes engagés à donner une éducation chrétienne à nos enfants. Entendons-nous bien, chacun est libre de croire, ou de ne pas croire. Mais tout comme nous ne laissons pas le choix aux enfants d’aller à l’école pour apprendre à lire, à écrire, à compter, nous ne laisserons pas le choix à nos enfants d’aller au catéchisme. Ils iront, ils apprendront, ils développeront -je l’espère- leur foi.

La première étape, donc, c’est de demander le baptême pour nos enfants. Choupinette a été baptisée environ quatre mois après sa naissance, par le prêtre qui nous avait marié. Depuis, il a pris sa retraite, et du coup, pour Numérobis, nous nous sommes orientés vers un baptême dans la paroisse de notre ville. Il aura alors un peu moins de quatre mois.

Le choix du parrain et de la marraine

Que c’est compliqué ! Pour chacun de nos enfants, le parrain ou la marraine est soit un membre de la famille, soit un ami très proche. Nous souhaitions choisir des gens qui comprennent l’engagement que cela représente, et n’acceptent pas uniquement pour le côté mondain. En fait, contrairement à une croyance extrêmement répandue, le parrain ou la marraine n’ont pas de rôle légal dans la vie de l’enfant en cas de disparition des parents. La version civile, le « baptême républicain » est tout aussi symbolique. Nous n’avions pas l’intention de mourir d’ici les 40 à 50 prochaines années, donc tout va bien ! Nous comptons uniquement sur les parrains et marraines pour être présents dans la vie de nos enfants, que ce soit d’un point de vue religieux (être présent pour les étapes de la vie chrétienne, les accompagner à la messe parfois, leur parler de leur foi, ou de leurs doutes…) ou en tant qu’adulte référent. A certains moments de leurs vies (disons l’adolescence par exemple !), nos enfants auront peut-être du mal à communiquer avec nous. Nous aimerions qu’ils aient suffisamment confiance en leurs parrains et marraines pour leur confier leurs interrogations ou leurs soucis dont ils n’osent pas nous parler.

La préparation

Il y a deux aspects dans cette préparation : la préparation logistique et la préparation de la cérémonie. Comme pour un mariage en fait ! Côté logistique, nous avons choisi de faire la fête en petit comité avec les grands-parents, oncles et tantes des nos enfants, parrain et marraine. Pourquoi ? Parce que sinon, on passe tout de suite dans une autre dimension, d’une quinzaine de convives à une petite cinquantaine. Le budget ne suit plus ! Comme nous n’avons pas la place pour recevoir à la maison, nous irons donc tous au restaurant.

Crédit photo : falco

Pour la préparation de la cérémonie, je pense que chaque paroisse a une certaine liberté pour l’organisation. Chez nous, cela se traduit par une réunion de groupe avec un prêtre puis une réunion chez un couple accompagnateur, avec les parents dont les enfants seront baptisés le même jour ou le même mois. La réunion avec le prêtre est « un point d’information », pour rappeler ce qu’est le baptême, et savoir ce qu’il représente pour chacun. Il n’y a pas de jugement, juste de l’accueil et de l’écoute. Pas de justification à apporter, ni le besoin de montrer qu’on est « un bon catholique » ! N’importe qui peut demander le baptême pour ses enfants. La seconde rencontre, avec le couple accompagnateur, consiste à construire la cérémonie (choix des textes et des chants) et régler les détails matériels (certificats de baptême des parrain/marraine, acte de naissance de l’enfant, don…). Concernant le livret de cérémonie, il est souvent mutualisé (une famille fait la saisie et la mise en page des textes et des chants, et l’envoie aux autres) : ça évite que tout le monde y passe du temps !

Faire-part, cadeau et tenue

Nous avons réalisé un faire-part/invitation très simple, format A6 avec uniquement la date et le lieu du baptême. C’est franchement symbolique puisque les futurs convives sont déjà au courant de ces éléments. Pour le cadeau aux invités, nous faisons dans le classique et la simplicité : des dragées. Nous prévoyons également de faire de pochons supplémentaires pour offrir à tous ceux qui ont généreusement contribué à habiller Numérobis en taille 3 mois pour les 18 prochaines années, qui ont peuplé sa chambre de doudous, … Bref, tous ceux qui lui ont fait un cadeau de naissance ! Pour le packaging, il nous reste des pochons en organza blanc du mariage. Hop ! Recyclage, on ajoutera un ruban bleu, une étiquette et voilà !

Concernant la tenue de Numérobis, nous hésitons à lui faire revêtir la même tenue de baptême que celle de Choupinette cousue par les soins de belle-maman, mais elle trouve que cette tenue fait trop fille (à cause de la dentelle du bonnet ou des rubans en satin de la robe ?) donc peut-être qu’il aura une nouvelle robe de baptême.

Et après ?

Et bien après le baptême, Numérobis aura son parrain, sa marraine et des souvenirs en photo de ce grand jour. Il suivra les enseignements de l’Eglise catholique, puis fera un choix éclairé quand il sera grand. Il ira peut être chez les scouts, et participera sûrement aux activités de la paroisse. Il se fera son idée sur les préceptes de la religion, sur le décalage qu’il y a parfois entre ces préceptes et la vraie vie, et verra s’il peut s’en accommoder. Une fois adulte, il fera son propre choix en matière religieuse, en fonction de ses croyances, et nous, nous aurons fait notre job de parents !

 

Et toi, as-tu souhaité faire baptiser tes enfants ?

A propos de l’auteur

Je suis Rigel, mariée, maman d'une Choupinette née début 2016, et de Numérobis, de début 2018. Je n'aime pas le matin et le dimanche soir. J'aime les plannings bien organisés, le sport et le chocolat.