Menu
A la une / Récit de grossesse

Ma 3ème grossesse : l’annonce aux grandes sœurs (et aux autres)

Après les frayeurs du premier trimestre, j’entame bien plus sereinement le second trimestre de grossesse, qui, chez moi, comme pour les deux premières fois, se traduit par un regain de forme. Je n’ai plus envie de dormir à tout bout de champ, mon ventre n’est pas encore trop gros pour m’empêcher de dormir sur le ventre.

Il prend tout de même un peu plus ses aises ce ventre, maintenant que nous sommes rassurés et que nous l’annonçons un peu à tout le monde.

Étant donné qu’on avait préparé nos proches au fait qu’on voulait un 3ème enfant, personne n’a été très étonné par la nouvelle. Et puis, il faut aussi reconnaître qu’un petit 3ème, ça fait un peu réchauffé, on ne s’offusque pas que nos amis et familles ne s’enthousiasment pas plus que ça, même s’ils sont contents pour nous, évidemment.

Comme nous connaissons le sexe, nous annonçons en même temps que c’est une petite fille. La 3ème, oui.

Crédit photo : illustration de Kate Greenaway

Je lis dans le regard de mes interlocuteurs, à chaque fois qu’on l’annonce, une lueur de déception. Mon mari, bien sûr, se fait gentiment moquer par les collègues et amis avec le fameux « tu ne sais pas t’y prendre… » Mon mari a suffisamment confiance en lui pour ne pas être heurté par ces propos.

Et puis, surtout, il est très content d’avoir une 3ème fille, lui ! Mais personne ne le croit : forcément, ce 3ème c’était pour faire un garçon, c’était d’ailleurs la seule bonne raison pour se lancer dans l’aventure d’un 3ème enfant, pas vrai ?

Pour ma part, j’avoue avoir éprouvé une légère déception quand j’ai su qu’on attendait une petite fille. Non pas que je voulais à tout prix un garçon, mais je me disais qu’un peu de diversité dans la fratrie ce serait pas mal. Et puis, très vite, je suis passée à autre chose et j’y ai vu aussi des d’avantages : pas besoin de racheter des vêtements (oui, chez nous, c’est beaucoup de robes, donc il aurait définitivement fallu tout racheter…) et j’imagine bien 3 petites filles s’amuser et se chamailler.

Tiens, d’ailleurs, qu’est-ce qu’elles en ont pensé nos deux premières filles ?

La plus petite, Poupoune, aura 22 mois à la naissance de sa petite sœur, donc, quand on leur a annoncé, elle avait à peine 16 mois. Quant à Little Girl, elle allait avoir 4 ans.

On voulait absolument qu’elles l’entendent clairement de nous et avant l’annonce aux autres.

On a attendu qu’elles aient fini leur diner, et au moment du dessert, on leur a annoncé que ça y est, maman avait un bébé dans le ventre et que dans quelques mois elles auraient une petite sœur.

Poupoune n’a absolument pas réagi : bof, rien de concret pour elle.

Little Girl s’est mise à pose des tas de questions, elle voulait que ce soit des jumeaux, comme ça, un bébé pour elle, un pour papa et maman garde Poupoune en bébé.

Non, il n’y a qu’un seul bébé.

Ah.

Alors c’est un garçon ? Parce qu’on a déjà une fille, donc maintenant, il faut un garçon, pour papa.

Elle nous a bien fait rire en tout cas.

Elle était très déçue quand on lui a dit que c’était une fille, presque fâchée, comme si on avait fait exprès !

Mais une fois passée la déception, elle s’est faite à l’idée qu’il y aurait une fille de plus à la maison. Elle a notifié que papa serait le seul garçon. Et ensuite, elle a suivi l’évolution de mon ventre avec beaucoup d’intérêt, disant bonjour tous les jours, faisant attention à ne pas me donner de coups ou que sa sœur m’en donne, elle a très bien compris la fatigue que ma grossesse pouvait engendrer, et d’elle-même, elle nous aide plus dans le quotidien, elle m’apporte des trucs pour que je ne me lève pas… Adorable, quoi !

Quant à Poupoune, j’ai pris le temps de lui réexpliquer plusieurs fois, avec un livre sur le corps, où on voit le bébé dans le ventre de la maman. Du coup, elle a pris l’habitude de caresser mon ventre en disant : « bébé ? », je fonds à chaque fois ! Bon, je ne suis pas certaine qu’elle ait compris qu’il y allait y avoir concrètement un bébé à la maison, mais au moins, elle a compris qu’il y en avait un dans mon ventre… On se demande juste comment elle accueillera ce bébé, puisqu’aux dernières nouvelles, le bébé de la maison, c’était elle. Mais elle grandit, elle est tirée vers le haut par sa sœur, du coup, je ne suis pas certaine qu’elle va s’attacher à rester un bébé coûte que coûte, comme ce fut le cas de Little Girl.

Même si je suis plus en forme et qu’il n’y a aucun problème particulier pendant cette grossesse, mon corps fatigue beaucoup plus tôt et arrivée au 6ème mois, j’ai souvent des vertiges le matin, jusqu’à ce que ce soit systématique, je m’endors très tôt le soir et m’occuper des filles le mercredi commence à être épuisant.

On ne trouve pas de prénom. On a bien quelques idées, mais aucune qui ne nous plaît vraiment – enfin, surtout à moi, en fait !

La chambre est loin d’être prête : il faut d’abord faire la transition pour Poupoune entre le lit à barreaux qu’on veut récupérer et son lit de grande.

Elle est vraiment cool car, elle n’avait rien demandé et en une semaine c’est réglé, elle dort dans son nouveau lit sans aucun regret pour le lit à barreaux (alors que l’aînée avait mis 3 mois à accepter de changer de lit!)

Je bénéficie donc du congé pathologique, et j’arrête donc d’aller travailler 10 semaines avant l’accouchement présumé (au lieu de 8 pour un 3ème enfant).

A présent, je peux attendre l’arrivée de la petite Merveille en me reposant et préparant sa chambre.

Et toi, as-tu vécu une 3ème grossesse ? Comment as-tu annoncé à tes enfants l’arrivée du bébé ?

A propos de l’auteur

Trentenaire (eh oui !) mariée, maman d'une géniale Little Girl et d'une ravissante Poupoune, j'aime écrire, lire et commenter mes séries TV et films préférés. J'adore voyager, d'ailleurs, avec Chouchou, nous avons fait un tour du monde d'un an : que nous rêvons de réitérer, avec notre tribu !