Menu
A la une / Récit de grossesse

L’annonce de la grossesse à nos proches

Maintenant que bébé est installé, il faut annoncer la bonne nouvelle.

Pour bien te resituer le contexte, il faut savoir que si nous sommes à Lille, toute notre famille ainsi que nos amis sont en région parisienne. Notre idée première était d’attendre la première échographie mi-janvier pour annoncer la bonne nouvelle à tout le monde. Nous ne redescendons pas très régulièrement sur Paris, et cacher le premier trimestre de grossesse à distance aurait donc dû être plutôt facile… Mais c’était sans compter les fêtes de fin d’année !

Entre les repas à répétition, mon niveau de fatigue et mon amour bien connu pour le champagne, difficile de faire semblant, même si nous avons quand même dû ruser pour les premiers repas de famille.

Mais ce qui a beaucoup influencé notre décision de ne pas attendre l’échographie, c’est surtout que Noël était le moment idéal pour faire nos annonces, car nous étions sûrs de voir beaucoup de monde en très peu de temps… ce qui est rarement le cas lorsque nous rentrons seulement pour un weekend.

Annoncer une grossesse à ses proches

Crédits photo (creative commons) : www.RachelMFry.com

J’étais à peine à 2 mois de grossesse, et le risque de fausse couche était encore là… Mais après pas mal de réflexion et de discussions avec L’Amoureux, nous nous sommes dit : tant pis ! Si tout se passe bien, ces annonces resteront de superbes moments. Et sinon… eh bien, tous ces gens seront aussi là pour nous consoler.

Hasard du calendrier, les premiers à être au courant ont été des amis de L’Amoureux, qui revenaient du Canada. Ils étaient vraiment super heureux pour nous, et leur réaction nous a fait très plaisir. Pour la première fois, nous avons pu parler grossesse et bébé avec d’autres personnes, ce qui m’a vraiment fait beaucoup de bien.

Pour la maman de L’Amoureux, nous lui avions fabriqué une tasse où nous avions inscrit son « nom de mamie ». Lors d’un déjeuner, il y a assez longtemps, nous avions plaisanté sur le fait que quand bébé serait là, elle devrait se choisir un surnom. Et elle avait tout de suite eu une super idée, à la fois originale, personnelle et très mignonne. Sauf que comme la conversation datait de plusieurs mois, nous avions peur qu’elle ne s’en souvienne plus. Mais elle a réalisé tout de suite, et était très contente pour nous !

Pour mon petit frère (qui s’impatientait de devenir tonton), j’avais aussi fait une tasse avec inscrit « Super tonton », et j’avais acheté pour mes parents un livre d’activité intitulé « Au secours, mes petits-enfants débarquent ». Nous leur avons bien sûr demandé d’ouvrir leurs cadeaux en même temps ! Ils étaient tous ravis et super émus… et mon frère m’a secouée comme un prunier, avant de réaliser que ce n’était peut-être pas la meilleure chose à faire !

Sauf qu’une fois au courant, mes parents mouraient d’impatience d’annoncer à la terre entière qu’ils allaient être grands-parents (en même temps, j’aurais dû m’en douter). Du coup, il a fallu les freiner jusqu’à la première écho, même si je suis sûre que certains de leurs amis proches ont été au courant bien avant.

Pour le reste de la famille et de nos amis, nous leur avons annoncé directement. C’était rigolo, car L’Amoureux et moi avions deux manières très différentes de présenter les choses. Moi, plutôt très cash (« Je suis enceinte. »), alors que L’Amoureux avait plutôt tendance à tourner autour du pot pour faire durer le suspense le plus longtemps possible… ce qui me rendait littéralement dingue !

Le César de la mignonnitude revient à ma filleule de 3 ans. J’avais décidé de lui dire à elle avant de l’annoncer à ses parents. J’ai profité d’un moment où l’on jouait toutes les deux dans sa chambre pour lui expliquer que « j’avais un bébé dans mon ventre ». Annonce qui a semblé ne lui faire aucun effet, puisqu’elle a continué à me montrer ses jouets. Mais un peu plus tard, alors que nous étions tous en train de bruncher, elle a annoncé fièrement à tout le monde que « Marraine avait un bébé dans son ventre ».

Dans la série des anecdotes rigolotes, il y a aussi l’annonce à ma bande de copines ! Deux d’entre elles étaient déjà au courant depuis le réveillon que nous avions passé ensemble, et j’avais prévu de le dire aux deux autres lors de notre journée à Londres en janvier. Elles prenaient toutes les quatre le train à Paris, moi à Lille, et je devais les retrouver là-bas.

J’avais bien évidemment demandé aux deux qui étaient au courant de ne pas gaffer, ce qu’elles ont réussi à faire sans problèmes… jusqu’à cinq minutes avant l’arrivée, où une amie a demandé si j’avais bu de l’alcool au réveillon. Pas si j’étais enceinte. Pas si elles avaient eu des nouvelles du projet bébé. Non, non : si j’avais bu de l’alcool. Du coup, les deux autres, prises par surprise par cette question décalée, se sont emmêlées dans des explications foireuses, et le secret n’a pas fait long feu ! Et j’ai moi-même beaucoup rigolé quand elles m’ont raconté tout ça !

Je garde vraiment un souvenir très fort de ces annonces, des câlins, des cris de surprise, des regards émerveillés, des bouchons de champagne qui sautent, de tous ces gens qui nous aiment et qui se réjouissent pour nous.

Beaucoup d’entre eux savaient que notre dossier initial ne vendait pas du rêve, certains avaient de longs parcours de PMA derrière eux, et on sentait, en plus de leur joie, un vrai soulagement de savoir que nous allions éviter toutes ces épreuves.

Et toi ? À qui as-tu annoncé la bonne nouvelle en premier ? As-tu réussi à attendre la fameuse première échographie ? Certains de tes proches ont-ils éventé le secret ? Raconte !

A propos de l’auteur

Lilloise d'adoption, j'ai 27 ans, un poste à responsabilité dans le domaine de la culture et une légère tendance à l'hyperactivité ! En couple avec L'Amoureux, Petit Viking nous a rejoints en juillet 2016. J'aime les journées bien remplies, l'automne, la pluie, faire ma valise et les films de zombies !