Menu
A la une / Essais bébé

Notre parcours d’adoption : les rdv avec l’assistante sociale

Un mois après avoir envoyé notre demande d’agrément nous avons reçu un courrier de l’assistante sociale fixant les 3 rendez-vous que nous aurions avec elle. Ils étaient espacés les uns des autres de 8 semaines environ et le dernier avait lieu 2 mois avant notre passage en commission d’agrément. Les deux premiers seraient à domicile, le troisième et celui avec Schtroumpfette au bureau de l’assistante sociale.

Avant même la rencontre

L’une des dates ne convenant pas j’ai dû appeler pour la modifier. Cette première conversation téléphonique m’a laissée une bonne impression. Elle a beau être eu courte elle a quand même duré plus que c’était nécessaire pour déplacer un simple rendez-vous. L’assistante sociale a une voix douce et assez plaisante, elle semble ouverte mais je réserve mon jugement.

Dans les 15 jours qui ont précédé le premier rendez-vous, M. Chéridamour et moi avons briqué la maison de fond en comble. Non pas que les choses soient sales mais la cuisine et la salle de bain par exemple méritaient un grand nettoyage de printemps même si nous étions en hiver. Nous avons tellement nettoyé, rangé, astiqué que la maison brillait comme un sou neuf ! J’avoue même avoir été mal à l’aise devant cette maison « trop bien rangée ». Ce n’était pas nous, on avait vraiment l’impression d’être dans une maison témoin. J’ai craqué 1h avant l’arrivée de l’assistante sociale en faisant traîner un ou deux livres (les livres, il y en a toujours partout chez nous : sur les tables, les meubles et les chaises…) afin de rendre notre maison plus naturelle et je me suis tout de suite sentie mieux.

Crédits photo (Creative Commons) : StockSnap

Première visite à domicile

A l’heure dite, l’assistante sociale est arrivée. Elle a aussitôt senti mon stress (palpable le stress, pour un peu on se serait cru dans une BD avec le personnage qui émet une espèce d’aura violette très inquiétante !) Elle a donc tout fait pour nous mettre à l’aise. Nous papotons sur beaucoup de sujets absolument pas en rapport avec l’adoption (notre passion pour le Japon, ses filles, notre amour des livres, son prochain voyage…) Cela lui permet je pense de « prendre le pouls » de notre couple. Nous faisons une visite très rapide de la maison durant laquelle elle ne fait que jeter un coup d’œil (non mais à quoi ça sert que Ducros il se décarcasse ? Elle n’a même pas vu qu’on avait lessivé le plafond !!) Ayant lu ici et là des témoignages d’assistantes sociales assez intrusives, je suis plutôt rassurée. L’entretien peut ensuite commencer.

Elle nous explique que les 3 rendez-vous seront bien distincts. Le premier servira à faire connaissance. Nous allons surtout parler de nous et de nos familles. Le second s’attardera sur notre couple, notre rencontre, notre envie d’être parents. Et le dernier sera consacré à notre projet d’adoption.

C’est donc parti pour 3h de questions sur nous, nos parents, notre enfance. Pas très à l’aise au début nous nous détendons petit à petit. M. Chéridamour fidèle à lui-même fait des blagues qui sont bienvenues car elles me décrispent. Nous racontons nos vacances, l’éducation que nous avons reçue, nos relations avec nos parents et nos frères et sœurs, parlons de leurs métiers, de nos études… M. Chéridamour décrit également sa vie avec son ex et l’arrivée de Schtroumpfette. En parlant, je redécouvre certaines choses sur M. Chéridamour, l’inverse est vrai également. Une fois l’assistante sociale partie nous échangeons nos impressions qui sont similaires. A moins d’être à côté de la plaque nous nous sentons confiants et il nous semble que le rendez-vous s’est bien passé. Nous avons ressenti une grande bienveillance de sa part.

Après avoir mangé je file au boulot. Pour être honnête je n’ai quasiment rien fait : je suis vidée, j’ai la tête en vrac et je n’arrive pas à me concentrer.

L’entretien de Schtroumpfette

L’assistante sociale a voulu rencontrer Schtroumpfette. C’est la procédure normale, les enfants d’un couple candidat à l’adoption sont entendus (s’ils sont assez grands bien sûr !) Il était important qu’elle puisse l’interroger sur notre démarche d’adoption car elle est partie prenante dans tout ça. Au premier rendez-vous elle nous avait demandé si elle était impressionnable, s’il y avait des précautions particulières à prendre pour lui parler et ne pas l’inquiéter.

M. Chéridamour n’était pas certain de pouvoir être présent mais arrive finalement à se libérer in extremis. L’assistante sociale nous reçoit et explique à Schtroumpfette pourquoi elle est là et la rassure car elle la sent un peu nerveuse. Elle lui indique que le rendez-vous prendra le temps qu’il faut : si elle n’est pas bavarde ce sera 5 ou 10 minutes mais que ça peut durer aussi 20 minutes.

Elle s’adresse donc directement à Schtroumpfette et lui pose des questions sur elle : dans quel établissement est-elle, a-t-elle des copains/copines à l’école, ce qu’elle aime faire, la manière dont elle se décrirait, ses activités à la maison et ailleurs… La conversation est facile et détendue. Viennent ensuite les questions sur l’adoption : comment imagine-t-elle son futur petit frère/sa future petite sœur, ce qu’elle fera avec lui/elle, ce qu’on lui a dit à ce sujet… On discute de tout : voyages, corvées, téléphone portable, lecture (entre autres).

Au bout du compte la rencontre a duré… 1h !! Sans pour autant que ça paraisse pesant. Nous avons souvent ri (Schtroumpfette par exemple disant qu’elle ne sait pas qui est le plus sévère de son papa ou de moi avant de se trahir 10 minutes plus tard de manière fort drôle !) Il y a aussi eu de très jolis moments qui nous sont allés droit au cœur : l’assistante sociale qui demande à Schtroumpfette comment elle réagirait si les gens insinuaient que notre futur enfant et elle n’étaient pas de vrais frère et sœur car ils ne sont pas du même sang et n’ont pas la même couleur de peau. Il fallait voir comment Schtroumpfette était remontée et a défendu ce petit bout qui n’est même pas encore dans nos vies ! De même, à la question de savoir comment elle imaginait l’éducation du petit à venir, elle a répondu qu’elle pensait et espérait que ce serait la même que pour elle. Quand on est parents et qu’on doute tous les jours de la manière dont on doit agir, ce genre de choses vous donnent des ailes !

Pour ce qui est des 2 rendez-vous suivants… Il faudra attendre une prochaine fois !

—–

Et toi, as-tu eu à faire avec des travailleurs sociaux ? Comment cela s’est-il passé ?

A propos de l’auteur

Coucou ! Moi c'est Mme Espoir. J'ai 37 ans, mon mari et moi sommes ensemble depuis 9 ans et je suis l'heureuse belle-maman d'une Schtroumpfette de 12 ans. Après des années de galère en PMA, mon mari et moi avons décidé de nous lancer dans l'adoption. La route est encore longue avant de devenir maman !