Menu
A la une / Témoignage

Et maintenant, j’ai 3 enfants

Après la naissance de Petite Merveille, nous sommes passés d’une famille « classique » avec deux enfants, à la fameuse famille nombreuse !

Le séjour à la maternité m’a paru terriblement long.

Déjà, je n’ai pas pu avoir de chambre individuelle, il n’y avait pas de place. Donc, chambre partagée. Heureusement, ma voisine de chambre avait accouché d’un petit troisième, du coup, tout comme moi, elle n’avait pas des tas de visites.

Étant donné que ma péridurale n’avait pas fonctionné, j’ai pu me lever dès mon retour dans la chambre, et j’étais en forme tout de suite. Je n’ai presque pas eu de douleurs utérines pendant mon séjour à la maternité. J’imagine que le corps ayant vécu bien plus douloureux avant, ne s’offusque pas pour si peu ?

J’ai eu droit à la question du retour du transit, tout comme ma voisine, c’est super, j’ai pu savoir qu’elle avait des hémorroïdes, la pauvre, et elle a dû comprendre que pour ma part, le transit était revenu assez vite.

Crédit photo : jty11117777 (Pixabay)

Quand c’est ton troisième enfant, tout le remue-ménage de la maternité, c’est plutôt agaçant. Tu as juste envie de rentrer chez toi avec ton bébé et revoir tes enfants ! On a quand même bien rigolé avec mon mari quand l’auxiliaire de puériculture a voulu absolument me voir, moi, la mère, donner le bain au bébé, pour être sûre que je savais le faire (c’était papa qui avait donné le premier bain, mais a priori, que le père sache le faire, c’est pas suffisant…) ou quand elle nous a expliqué comment préparer un biberon…

Poupoune et Little Girl sont venues rencontrer leur petite sœur dès le jour de sa naissance. Little Girl était contente mais se souvenait surtout que Petite Merveille arrivait avec un cadeau qu’elle a vite réclamé ! Poupoune est restée longuement dans mes bras, regardant sa petite sœur avec suspicion, puis elle a été séduite par son cadeau (voilà comment acheter l’amour fraternel !).

Au bout des 3 jours à la maternité, je trépignais d’impatience quand Chouchou est venu nous chercher pour rentrer chez nous. Surtout que la dernière nuit, Petite Merveille avait décidé de pleurer tant qu’elle ne serait pas emmaillotée contre moi toute la nuit… dans une chambre à 29 degrés… Ah oui, parce qu’il crevait de chaud début juillet, souviens-toi. Et dans les maternités, on ne met pas la clim pour éviter de rendre malade les bébés. Le petit ventilo était salvateur mais largement insuffisant…

Et c’est tout naturellement que Petite Merveille est rentrée à la maison, comme si elle avait toujours été là.

Little Girls, 4 ans et demi, a tout de suite adoré la papouiller, elle voulait la tenir dans ses bras, la caresser, et encore aujourd’hui, elle la regarde en disant : « je l’adore trop, elle est trop mignonne !  » – bon, ça, c’est parce que pour l’instant Petite Merveille ne menace pas son territoire de jouets.

Pour Poupoune, 2 ans, j’ai le sentiment que l’acceptation a été un peu plus difficile mais est passée très vite. Elle l’a tout d’abord observée de loin, elle ne s’approchait pas trop d’elle, ne voulait pas la toucher. Et très vite, en voyant son idole de sœur être aussi tendre avec la petite, elle s’est déridée et s’est mise, elle aussi à faire des câlins et des caresses.

A l’heure où j’écris, Petite Merveille a presque 4 mois, elle a ce statut de bébé qui dort beaucoup et qui gazouille quand elle est éveillée. Elle ne vient pas du tout perturber l’équilibre qui existe entre les deux grandes, qui sont tantôt meilleures amies, tantôt meilleures ennemies. Mais l’arrivée d’une petite sœur fait que nous passons d’une seule relation fraternelle à trois relations fraternelle, qui vont chacune se développer différemment. J’avoue que je suis curieuse de voir comment leurs caractères vont se dessiner et s’entendre (ou pas)…

Les grandes sœurs jouent ensemble et aiment venir m’aider pour le bain de la plus petite (j’appelle ça le bain de la reine !) ou pour apporter son biberon. Elles nous posaient des questions lorsque les premières semaines, quand Petite Merveille ne faisait pas ses nuits et qu’elle finissait dans notre lit, mais elles ont très bien compris pourquoi le bébé pouvait dormir avec nous et plus elles.

J’ai le sentiment que l’arrivée de Petite Merveille a apporté beaucoup de maturité à Little Girl, ou c’est son âge, tout simplement. En tous les cas, elle semble bien mieux vivre l’arrivée de Petite Merveille que celle de Poupoune. Elle n’est pas du tout jalouse, elle ne cherche pas à attirer notre attention ou nous rappeler qu’elle existe, au contraire, elle aide même la moyenne à accepter l’arrivée d’une petite sœur. Elle ne se sent pas menacée, elle le dit très bien d’ailleurs « Moi, je suis la plus grande sœur ». Et c’est vrai, personne ne peut l’ébranler de cette place de choix.

Poupoune, de son côté, a tendance à vouloir plus s’affirmer, comme si elle sentait que cette place du milieu n’était pas la plus évidente. Alors elle fait beaucoup le pitre, elle nous fait beaucoup rire, mais elle se vexe quand on lui dit qu’elle a fait une bêtise ! Elle n’a pas encore vraiment pris conscience qu’elle était devenue une « grande » sœur elle aussi. Elle est encore petite, et nous devons faire attention à ne pas trop lui en demander sous prétexte qu’il y a un bébé à la maison.

Avec Petite Merveille, tout se passe bien. C’est fou comme je me sens bien plus détendue qu’avec Little Girl, qui était la première. Je me pose beaucoup moins de questions. Avec Little Girl, on avait toujours peur de mal faire : on la laisse pleurer ? Si on la prend trop dans nos bras, elle va s’habituer… pourquoi elle finit pas son biberon ? Il faut qu’elle se couche à telle heure…

J’étais déjà plus détendue avec Poupoune, mais avec Petite Merveille, chaque geste me semble naturel. J’arrive à me connecter à ses besoins, je sens si elle a besoin d’être contre moi ou si elle veut être tranquille… Si elle mange moins, je ne m’affole pas… Je la couche quand je vois qu’elle est fatiguée, du coup, elle ne pleure pas au moment du coucher… Toutes ces petites choses que j’ai apprises au contact de Little Girl et de Poupoune, même si, bien sûr, elles sont toutes les trois très différentes et ce qui a été valable pour l’une ne l’est pas forcément pour l’autre.

Je sais, par expérience du coup, que leurs relations vont évoluer et que dans un an, Petite Merveille prendra beaucoup plus de place qu’aujourd’hui (déjà, elle sera à table avec nous !). Alors je savoure chaque moment passé avec mon dernier bébé, ces moments, qui, je le sais à présent, passent vraiment très vite. Tout va s’accélérer avec ma reprise du boulot, j’appréhende un peu car je sais que dans quelques semaines, je quitte mon bébé et le cocon du congé maternité, pour le retour dans la vie « active ». Heureusement, je me suis mise à 80%, ça me permettra d’avoir une parenthèse dans la semaine pour m’arrêter et me doper à mes filles !

Et toi, comment s’est passé l’arrivée à la maison du petit frère ou de la petite sœur ? Y a-t-il rivalité ou fusion ?

A propos de l’auteur

Trentenaire (eh oui !) mariée, maman d'une géniale Little Girl et d'une ravissante Poupoune, j'aime écrire, lire et commenter mes séries TV et films préférés. J'adore voyager, d'ailleurs, avec Chouchou, nous avons fait un tour du monde d'un an : que nous rêvons de réitérer, avec notre tribu !