Menu
A la une / Témoignage

Ma nounou, la semaine d’adaptation

Lorsque Minipuchette aura 4 mois, il me faudra reprendre le boulot… Et donc à 3 mois et demi, c’est le début de l’adaptation… Je laisse ma choupette te raconter !

On va où ?

Maman m’a dit que demain on allait chez « Tata », et que c’était ma « Nounou ». Qu’elle allait s’occuper de moi lorsque Maman irait au travail…. Soyons clairs, tout ça ne veut rien dire ! Maman, ton travail c’est de t’occuper de moi, et tu ne vas nulle part… et puis, c’est qui cette « Tata » ? Crois pas que ça va se passer comme ça, hein !

Le lendemain, Maman a mis des affaires dans un sac : une tenue de rechange, des couches, des biberons tout neufs, du lait, de l’eau, Doudou… et Hop, dans la poussette !

On est arrivées dans une nouvelle maison, pas très loin de la nôtre. Et il y avait une dame, que je ne connaissais pas. Elle souriait la dame. Maman m’a posé sur un tapis de jeu, moi j’aime bien les jeux mais j’aime mieux les bras de Maman. Elle m’a fait des câlins et m’a parlé doucement. Mais au bout d’un moment j’étais fatiguée, et je ne comprenais pas ce qu’on faisait là…

C’est qui ?

Le soir, Maman m’a expliqué qu’on allait y retourner. Non mais c’est bon oui, on a visité déjà, pas besoin d’y retourner ! Maman, c’est pas rigolo ! Est-ce qu’à la place on pourrait pas aller faire une balade ?

Du coup, on y est retourné. La dame m’a pris dans ses bras, elle me souriait. Mais moi je voulais Maman, et Maman avait l’air stressé…

Cela a duré quelques jours comme ça, on y allait un peu… Maman restait toujours avec moi. Parfois c’était l’heure du biberon, parfois l’heure de jouer… La dame souriait tout le temps.

Toute seule ?

Maman restait avec moi, tout le temps… et au bout de 4 jours, elle m’a dit que j’allais rester toute seule un petit peu. La dame est restée avec moi, et Maman n’était pas là. Je ne voulais pas de dormir, je ne voulais pas jouer… je voulais un câlin. Lorsque Maman est revenue, elle avait l’air contente de me voir, mais un peu stressée aussi. Ne t’inquiète pas Maman, la dame « Tata » elle sourit tout le temps…

La semaine suivante, je restais un peu plus avec « Tata », je trouvais mes marques. Je lui expliquais que je n’aime pas mettre des manches, que lorsqu’on me change j’aime bien qu’on me chante une chanson, et que j’aime qu’on me berce pour faire dodo, et que « Doudou » c’est mon grand copain. Elle comprend plein de choses cette « Tata », c’est juste que parfois il faut réexpliquer… Je parle chinois ou quoi ?

Crédits photo: Pixabay
« Jamais sans mon doudou ! »

Et elle, elle me montrait que j’avais un lit à moi dans sa maison, qu’il y avait des jouets rigolos différents de ceux de la maison.

On va s’entendre…

Un nouveau rythme

Et puis, pendant quelques jours, plus de « Tata ». On a été chez mon Papi et ma Mamie. C’était bien d’avoir mon Papa et ma Maman rien qu’à moi.

Et hop, on a repris le rythme « Tata » mais en différent :

  • Maman m’emmène le matin
  • Je passe toute la journée chez « Tata » avec mon copain « Doudou »
  • Papa vient me chercher le soir

Maintenant, je sais que le matin, si Papa n’est pas là, ça veut dire que je vais aller chez « Tata »; que lorsque la sonnerie sonne après la sieste, ça veut dire que mon Papa arrive…

Et je souris à ma « Tata » lorsque je la vois le matin, car elle est gentille et elle s’occupe bien de moi.

J’ai trouvé la semaine (2 semaines à vrai dire) d’adaptation longue… Mais, à y réfléchir, je referais la même chose car lorsque j’ai repris le boulot, Minipuchette avait pris ses marques, et moi aussi. La semaine d’adaptation, c’est aussi pour les parents…

A propos de l’auteur

Tout juste 30 ans, vivant en concubinage en région parisienne dans un petit F2 avec le Doud', et dans l'attente de Minipuche, notre mini peluche prévue pour février 2019. Bretonne d'origine, ascendant tétue comme une mule; globe trotteuse et ne tenant pas en place; passionnée de photographie; gourmande et attachée à ma famille et mes amis (qui sont ma deuxième famille). Voilà tout ce qu'il faut savoir de moi...