Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Je ne veux pas faire croire au Père Noël


Publié le 11 décembre 2014 par Anne Delacour

Il parcourt le monde toute la nuit, jovial et rond. On le reconnait à sa hotte, sa barbe et son beau costume. Ses bras chargés de cadeau. Ses rennes magiques. Son rire musical et sonore.

Ah le Père Noël ! Une bien jolie histoire. Une histoire que j’aime énormément !

Mais une histoire que je refuse de faire croire à mes enfants.

Non, je ne fais pas croire au Père Noël. (Sacrilège ! Horreur ! Brise-rêves !) Voici pourquoi.

père Noël et petit garçon

Crédits photo (creative commons) : USACE Europe District

Je n’aime pas mentir à mes enfants

Est-ce qu’il m’arrive de mentir à mes enfants ? Oui, bien sûr, comme tout le monde, il m’est déjà arrivé de prendre un air innocent pour répondre « non non, je ne sais pas où est ton dessin ! » à ma fille, alors que je sais pertinemment où est son « œuvre » encombrante aux couleurs criardes (merci la maîtresse) qui a trainé 5 mois, orpheline, dans le placard de l’entrée. (Indice : à la poubelle.)

Je suis humaine. Parfois, oui, je prends un raccourci pour m’éviter une crise de larmes et une petite fille qui insiste pour que j’aille chercher dans la grande poubelle qui de toute façon est déjà partie avec les éboueurs il y a 2 semaines. Et je n’en suis pas fière.

Mais le mensonge collectif autour du Père Noël m’a toujours éberluée.

  • Que les adultes usent de subterfuges plus sophistiqués les uns que les autres pour que les enfants ne découvrent pas le pot aux roses.
  • Qu’ils se lancent des clins d’œil amusés quand un petit enfant s’inquiète parce que sa maison n’a pas de cheminée.
  • Que la Poste paie des gens pour répondre à des enfants de la part d’un personnage imaginaire !

Surtout que de l’autre côté, on passe notre temps à dire à nos enfants qu’il ne faut pas mentir.

  • Que non, ce n’est pas bien d’accuser à tort sa petite sœur d’avoir mangé le chocolat en cachette (surtout quand on a encore des traces autour de la bouche).
  • Que non non, les sorcières et les dragons qu’il imagine sous le lit ne sont pas vrais. (« Pour de vrai de vrai ? » Oui oui, pour de vrai de vrai.)
  • Que non, il ne peut pas poser de la vraie viande sur le sol de sa chambre pour nourrir son lion imaginaire, qui n’existe pas, bin non, mon chéri. (Ça sent le vécu, hein ?)

La différence entre l’imaginaire et la réalité est déjà bien difficile à comprendre pour un enfant de 3, 4 ou 5 ans. Et quand tu ajoutes tous les mensonges socialement obligés (« oui, il faut dire à Mamie que tu aimes bien le pull qu’elle t’a fait, même si c’est un peu un mensonge »), c’est encore plus confus.

Alors pourquoi est-ce qu’on se complique encore la tâche en mentant à nos enfants juste pour le plaisir ?

Quand je m’étonne de cette histoire de Père Noël, on me rétorque : « mais, c’est une belle histoire ! C’est pour la magie de Noël ! »

Certes. D’ailleurs comme je disais, je trouve effectivement que c’est une belle histoire. Mais comme celle de Kirikou !

Ce n’est pas pour autant que je vais aller affirmer à mon enfant qu’il existe vraiment un petit bonhomme minuscule qui a su marcher dès qu’il est sorti (tout seul) du ventre de sa mère ! Ni que j’attends que le centre commercial du coin embauche des enfants noirs avec des problèmes de croissance pour que mes enfants puisse prendre une photo avec le « vrai » Kirikou.

Alors non, je ne fais pas croire au Père Noël

Je ne cache pas les cadeaux.
Je ne dis pas que le père Noël arrivera par la cheminée (surtout qu’on a pas de cheminée).
Je ne demande à personne de se déguiser en Père Noël le soir du 24.
Et je n’hésite pas à dire que oui, le Père Noël, en vrai, « c’est les parents ».

Est-ce que mes enfants sont quand même émerveillés par la magie de Noël ? Bien sûr que oui ! Les lumières, les calendriers de l’avent, les maisons en pain d’épices, la promesse d’une montagne de cadeaux et de chocolats à volonté, ça suffit largement à ce qu’ils aient des paillettes dans les yeux quand on évoque Noël !

Et parfois, mes enfants y croient quand même !

Parce que le Père Noël est partout en cette saison.

Un jour, ma fille de 3 ans est rentrée de l’école en me disant : « Il existe, c’est sûr ! Je l’ai vu !! » Et c’était vrai : le directeur s’était déguisé.

Comment pouvais-je lutter ?

Parce que oui, j’ai longtemps lutté. Avec mes deux aînés, j’expliquais chaque fois qu’il s’agissait de personnes déguisées, que c’était juste « pour de semblant ». Je dépensais beaucoup d’énergie pour contrer le mensonge généralisé que je vivais comme du lavage de cerveau. Sauf qu’ils y croyaient quand même.

Alors aujourd’hui, je ne lutte plus. Je dénonce pas systématiquement tel ou tel Père Noël comme un faux. Il m’arrive d’ailleurs souvent d’expliquer à mes enfants que c’est un secret à garder, histoire de ne pas avoir (trop) de soucis avec la majorité des autres parents, qui eux, n’apprécient pas toujours que je ne joue pas le jeu.

Mais je préfère toujours ne pas présenter le Père Noël comme faisant partie de la réalité.

Finalement, je me comporte avec le Père Noël comme avec n’importe quelle autre belle histoire. Il vient nourrir notre imaginaire, et c’est déjà un joli cadeau.

Et toi, tu fais croire au père Noël ? Est-ce que tu joues cette carte à fond (messages du père Noël, déguisement d’un complice…) ? Ou au contraire, tu as fait le choix de ne pas dire à tes enfants que le père Noël existe ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

34   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Biologie

J’aime bien l’idée de ne pas alimenter plus le mensonge qu’il ne l’est mais de ne pas non plus systématiquement revenir à la réalité en expliquant que tout le monde ment.
Je n’y suis pas encore, il est encore un peu petit donc on verra bien. Mais j’avoue que moi c’est pas le père noël qui me faisait rêver. Ce sont les décorations !! J’adorais quand mon père nous emmenait faire un tour de voiture dans le centre-ville pour voir toutes les lumières 🙂

le 11/12/2014 à 08h57 | Répondre

Mme Kahlessi (voir son site)

Ah la la, grande question qui s’est posée à nous aux 3 ans de notre fille… quand elle a commencé à capter l’histoire du père noël. On a beaucoup réfléchi, car nous avions d’un côté de la balance les mêmes arguments que toi. Et d’un autre, on se disait que ça faisait partie d’un certain processus pour grandir, que l’enfant découvre par lui-même que les adultes peuvent lui mentir, et que donc il peut à l’avenir remettre sa parole en doute. Du coup, on a laissé faire sans non plus alimenter des masses le conte. Elle a dû y croire jusqu’à ses 6-7 ans (elle en a 8 mais je ne me souviens plus si déjà l’année dernière elle y croyait encore), elle a fini par nous poser la question frontalement, mais déjà à ce moment je crois qu’elle connaissait la réponse. Et on lui a expliqué, que c’était pareil pour toutes les croyances : « ça existe à partir du moment où ça a été imaginé et que c’est dans l’esprit de beaucoup de personnes, ça fait partie d’une culture, c’est présent. Après le personnage en chair et en os… qu’est-ce que t »en penses…? »
Voilà comment elle ne croit plus au père noël, mais se plaît, comme tes enfants et comme beaucoup d’autres j’en suis certaine, à jouer à y croire un peu, à alimenter toute seule cette magie « et t’imagines il existe en vrai? ». Mais quand elle est avec ses copines, il est bien clair que le père noel n’existe pas et que c’est les parents, comment ça t’y crois encore toi ?
Bon, ensuite, comme chez toi, noël est très joyeux, plein d’une autre magie et d’excitation. J’adore faire le sapin, préparer un pur repas de fête, se mettre sur son 31 et cacher les cadeaux pour que chacun les découvre le matin de noel.

le 11/12/2014 à 09h00 | Répondre

Madame Vélo

Je pense agir comme mes parents l’ont fait : laisser les enfants y croire, sans en faire trop. Pas de père noël déguisé le soir du 24, pas de messages, etc. Mais leur laisser croire que c’est le père noël qui apporte les cadeaux, oui. Je ne trouve pas que c’est vraiment leur mentir. Et puis ça ne dure vraiment pas longtemps, 5-6 ans maximum ! Quand j’étais gamine j’aimais bien laisser des bonbons au père noël et découvrir qu’il les avait emporté. Et quand j’ai compris que c’étaient mes parents qui les mangeaient ça m’a bien fait rire ! Et j’ai bien aimé continué à jouer la comédie quand mon frère était encore assez jeune pour y croire. Pour moi ça fait partie des souvenirs magiques de mes noëls d’enfant. Mais ceci dit je comprend aussi ceux qui ne veulent pas faire croire au père noël : on a déjà eu cette discussion avec des amis (et eux c’était plus compliqué car ils n’étaient pas d’accord dans le couple… !).

le 11/12/2014 à 09h11 | Répondre

Maelisa

Comme les commentaires ci-dessus, j’ai aimé croire au Père Noël, et j’ai aimé jouer le jeu plus tard devant ma petite soeur (12 ans d’écart). Pour moi, ça reste magique, que l’on y croit ou non.
Suite à ton article, j’en ai discuté avec mon mari au petit déjeuner, et on est d’accord là-dessus : les laisser croire, oui, mais sans agrémenter. Personne ne venait déguisé en Père Noël chez moi. On se couchait le 24 en espérant entendre le Père Noël arriver (je me rappelle même m’être endormie dans le salon pour le voir une fois… Mais je dormais trop profondément !)

Mais je vois ma belle-soeur, qui entretient la croyance au Père Noël pour mon neveu de six ans, tout au long de l’année, et je n’adhère pas du tout. Il reçoit au printemps un courrier lui disant qu’il est dorénavant un « lutin du père noel », donc qu’il peut faire des cadeaux à ses parents, à sa soeur, et qu’il doit se montrer sage et gentil. Je ne comprends pas le principe, c’est pour moi un chantage de noel. Et parler du Père Noel de novembre (pour la lettre au père noel – une vraie lettre, que l’on écrit ou dicte, et non pas juste découper/coller les images des magazines) jusqu’au lendemain de Noel, puis on n’en parle plus jusqu’à l’année suivante.
Car j’ai peur de la réaction de mon neveu, qui parle de noel toute l’année, écoute les chants de noel en été… Lorsqu’il apprendra la vérité.

Bref, laisser croire, oui, donner de la magie, mais ne pas trop en faire. Et surtout pas un chantage « attention, sinon le père noel ne passera pas ! »

le 11/12/2014 à 10h23 | Répondre

Mme creamy

J adhère totalement au commentaire de maelisa !

le 11/12/2014 à 18h39 | Répondre

anais

moi je joue le jeu, mais pas dans le côté marketing : pas de photo avec le père noël, pas de liste à envoyer…Par contre, on va préparer un chocolat chaud et des sablés, pour qu’il y ai le petit côté magique quand même et je fais les paquets quand il dort !
J’ai découvert à 7 ans que le père noel n’existait pas, et j’ai obligé mes parents à l’avouer à ma soeur et mon frère au même age. Pour moi c’était la limite avant d’avoir l’air ridicule !
Une petite astuce que ma mère utilisait pour ne pas me mentir, et me laisser dans le flou sans que je m’en rende compte : « le père noel : c’est une belle légende! »

le 11/12/2014 à 11h00 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Décidément, c’est la semaine polémique sur Dans ma Tribu 🙂

Je suis plutôt d’accord avec ton analyse et je trouve aussi un peu ridicule de mentir aux enfants « pour le plaisir », surtout quand il s’agit d’un mensonge aussi gros, susceptible de modifier leur perception de la réalité. Pour l’instant, à vrai dire, on n’a pas trop à se poser la question : elle a 7 mois, la pile de cadeaux trône au milieu du salon (ça l’amuse beaucoup d’aller tripoter les cadeaux de ses cousins) et on ne s’est pas hasardés à lui parler du Père Noël. Quand on voit qu’elle comprend son prénom, « Papa », « Arya » (le chat) et « manger », on est déjà contents !

Mais je pense que, malgré nos réticences, le temps venu, dans un an ou deux, on lui parlera aussi du Père Noël. Pas spécialement pour elle, mais pour les autres. Un enfant de 7 ou 8 ans qui a compris seul (ou aidé par ses copains) que le Père Noël était une invention est capable d’entrer dans la supercherie pour maintenir ses petits frères ou cousins dans l’illusion. Mais un enfant de 3 ou 4 ans, qui entendrait ses cousins s’émerveiller des « cadeaux apportés par le Père Noël » n’est-il pas naturellement porté à rétablir la vérité : « Mais n’importe quoi, c’est papa et maman qui achètent les cadeaux ! » ? On parle beaucoup de « choix d’éducation » à notre époque, et de les respecter, mais est-ce qu’en faisant ce choix-là, on ne s’oppose pas à celui de plein d’autres ? Comment ça s’est passé dans votre cas ?

Dans mon idée, on ne tombera pas non plus dans l’excès, on ne déguisera personne (parce que c’est ridicule et souvent très peu crédible !), on ne se noiera pas dans une explication compliquée à base d’usine et de lutins, on ne fera pas des chantages au Père Noël toute l’année (enfin, en théorie, après on sait que l’éducation en pratique, c’est toujours loin de la théorie…) mais on fera une liste, on l’enverra et on ne dira pas que les cadeaux viennent des parents. On passe déjà assez pour des originaux dans nos familles (« Figure-toi qu’elle l’allaite encore, » haussement de sourcil, « et qu’ils ne lui donnent pas de viande… » re-haussement de sourcils, grimace entendue) pour prendre le risque de briser les rêves des petits cousins…

le 11/12/2014 à 11h47 | Répondre

Anne Delacour

Oui, ne pas faire croire au Père Noël, cela peut poser des soucis avec l’entourage. Pour ma part, de la même façon que je vivais mal le fait qu’on impose ce mensonge à mes aînés, ma famille vivait mal le fait que j’impose ma vision des choses à leurs enfants. Ce que je comprends. Avec le recul, c’est vrai que ça devait être pénible ! 🙂

Aujourd’hui, mes enfants croient au Père Noël parfois, mais ils voient aussi que je ne participe pas à l’histoire et cela me suffit. Je me sens donc ok pour leur dire de garder le secret pour les autres enfants (et ils arrivent à le faire parce qu’en général, ils comprennent le truc vers 4 ou 5 ans).

Et quand j’y pense, les seuls soucis que j’ai eu avec d’autres adultes, c’est quand MOI je disais trop fort ou de manière trop insistante que le Père Noël n’existait pas (devant d’autres enfants, par exemple). Pas quand mes enfants le disaient à leurs copains.

Parce qu’à la maternelle, il y a toujours des plus grands enfants (ou des enfants qui ont des grands frères et soeurs qui on révélé le pot aux roses) qui ne croient plus au Père Noël. Cela n’empêche pas la majorité des enfants de croire tout de même.

le 11/12/2014 à 12h19 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

C’est vrai qu’il doit y avoir une hiérarchie des paroles et que les dires des parents doivent prévaloir sur ceux des autres enfants, quand ils sont petits (et innocents). Et il y a aussi le fait que l’absurdité de la chose ne leur saute pas encore aux yeux et qu’ils n’ont donc pas plus de raison de croire une version que l’autre. Sans compter que le reste du monde se met d’accord à Noël pour leur faire croire à cette histoire… Mais je ne sais pas si je serais à l’aise avec l’idée que ma fille devienne une Cassandre (pour ne pas dire une casse-pied) :p

En tout cas c’est courageux et louable de ne pas vouloir mentir à ses enfants et ça ne m’étonnerait pas que dans quelques années tout le monde ait la même démarche. On parle de plus en plus d’éducation respectueuse, et l’honnêteté me paraît une preuve de respect. Les enfants savent que les contes de fées n’existent pas, et ça ne les empêche pas de rêver….

le 11/12/2014 à 13h06 | Répondre

Kinine

Comme sur les commentaires précédents je me suis posée la question quand ma fille aînée a ete en age de comprendre. Je n’aime pas mentir et ne l’ai jamais fait… Sauf pour ca. Bien que je n’ai pas l’impression de lui mentir car elle sait que le
Pere Noël du centre commercial n’est pas un vrai. Elle est revenu hier de l’école en me disant qu’une copine lui avait dit que c’était les papas qui se déguisaient en pere noel le soir de noel. Chez nous ca ne s’est jamais fait, pas de déguisement, par contre je lui ai dit qu’effectivement c’etait les papas qui se déguisaient car on ne pouvait pas voir le pere noel.
Cela reste une croyance et c’est tellement beau de voir leurs yeux briller quand le
Pere noel nvoi une lettre ou une vidéo (oui j’ai craqué et j’ai fait la video sur le net).
Je sais très bien que prochainement ma fille aînée cessera d’y croire et qu’il me reste encore 3/4 pour que la seconde n’y croit plus.
Mais j’aime cette magie de noel.
J’essaie juste de ne pas mentir et surtout je n’ai jamais dit et déteste entendre « si tu n’es pas sage le pere noel ne passera pas » j’ai dailleurs dit le contraire à mes filles … Le chantage je n’aime pas.

le 11/12/2014 à 11h52 | Répondre

Inno

Pour ma part, j’ai très très mal vécu le fait d’apprendre que le père noel n’existait pas quand j’étais petite (bon je m’en suis remise quand même…quoique…) Pas parce que mes parents m’avaient menti, mais parce que tout un monde magique s’envolait. Du coup, quand j’aurais des enfants, je n’ai pas envie de leur faire croire au père noël, mais je me demande comment faire par rapport aux enfants de mes sœurs qui eux, y croient. Les fêtes de Noël en famille risquent d’être compliquées.

le 11/12/2014 à 11h56 | Répondre

Mlle Mora

Ma fille n’est pas encore en âge de comprendre, mais je ne pense pas que je lui dirai de but en blanc : non ça n’existe pas. Parce que ça existe justement, Noël et tout ce qui va avec existe. Alors oui, en vrai y a pas un gars qui fait le tour du monde pour déposer des cadeaux, mais bon, si les enfants ont envie de croire à ça, je dis pourquoi pas ? (y en a bien des adultes qui croit bien au prince charmant alors…) Ca donne un peu de « magie » à Noël, un truc un peu mystérieux, où on ne sait pas trop où est la réalité. Ca change du reste de l’année, ça marque. Après, je n’alimenterai rien, je pense la laisser voir par elle-même et décider elle-même ce dont elle a envie. Mes parents ont fait comme ça, et ça m’allait très bien : j’ai cessé d’y croire naturellement et j’ai aimé prolongé la magie avec ma soeur plus jeune…

le 11/12/2014 à 12h09 | Répondre

Christelle

Merci Anne pour cet article ! Je ne suis pas encore maman mais je ne compte pas faire croire au Père Noël à mes enfants non plus. Comme tu le dis, on apprend à nos enfants à ne pas mentir et on leur sort un des plus gros mensonges de tous les temps. J’ai été déçue que mes parents me mentent sur son existence alors je n’ai pas envie de faire subir ça à mes enfants, je préfère leur dire clairement qu’il n’existe pas mais que la magie de Noël se trouve partout ailleurs, le sapin à décorer, les illuminations, les chocolats, les cadeaux, les téléfilms à regarder avec un bon chocolat chaud et surtout les cadeaux à ouvrir !
Il en va de même pour la Petite Souris et les Cloches de Pâques.
Après c’est vrai que lorsqu’il y a d’autres enfants cela peut être compliqué mais le temps d’avoir les miens, mes neveux et nièces seront plus grands et n’y croiront plus 😉

le 11/12/2014 à 12h40 | Répondre

Mathou

Moi aussi je n’apprécie pas trop ce « mensonge collectif », surtout dans des temps difficiles où le mensonge est partout (politique, publicités mensongères…) et où l’on essaie malgré tout d’inculquer des valeurs à nos enfants. Je serai certainement obligée d’enrober la vérité quelques fois mais là c’est un « mensonge » qui revient chaque année et dure longtemps. Et tout les adultes s’y mettent. Je me rappelle de ma déception quand j’ai appris que le Père Noel n’existait pas, j’en voulais à la Terre entière!
Alors quand ma fille sera en âge j’aimerai ne pas lui « mentir » à ce sujet (tout est relatif dans le mot mensonge on est d’accord, ce n’est pas un gros mensonge traumatisant). Mais dans les faits, je pense un peu comme Chat-mille : comment ne pas nous faire pulvériser par nos frères et sœurs parceque notre minette déclame un « le Père Noel n’existe pas! » , laissant ses cousins ébahis et en larmes…?
J’ai déjà essayé d’aborder le sujet avec ma famille et ils ont été outrés: « mais c’est la magie de Noel!!! »- haussement de sourcils aussi – « vous ne faites jamais rien comme tout le monde, vous vous prenez bien la tête pour rien! » (oui nous aussi on est des originaux : on a rien contre l’allaitement long, on la porte en écharpe et hérésie fatale, on utilise des couches lavables!!!)
Alors vais-je céder aux pressions sociales et familiales et lui faire croire malgré tout que le Père Noel existe, ou alors comme le montre les commentaires ci dessus, trouver « la voie du milieu », lui dire « il existe, si toi tu décide d’y croire, comme les personnages de contes. » Ne pas mentir mais ne pas dire totalement la vérité, est-ce la solution?

le 11/12/2014 à 14h14 | Répondre

Claire Gezillig

Je n’ai pas d’enfants et je ne suis pas sûre de ce qu’on fera nous (avec la problématique supplémentaire que les cousins français croiront au père noël et les copains néerlandais et la société autour à saint Nicolas) mais je pense qu’on peut en effet trouver une voie au milieu.
Dire aux enfants que le père noël est un personnage de légendes, que c’est comme les dragons, les fées et les princesses des contes, ils n’existent pas en vrai mais ils font partie des histoires qu’on aime raconter et avec lesquelles on aime jouer. Les enfants aiment jouer à faire semblant (« on dirait que toi, tu es… », « on dirait qu’y a un monstre sous le lit et que tu dois faire ça… ») alors c’est un moyen pour vivre la magie de l’histoire du père noël sans leur mentir et sans doute sans qu’ils aient trop envie de crier à leurs copains « n’importe quoi, il existe paaaaas ! C’est papa et maman ! » (mais pour le coup, j’ai pas testé… Donc je reviens vous en parler dans quelques années ;))

le 11/12/2014 à 16h10 | Répondre

Claire Gezillig

il existe, le pluriel est soit une faute d’orthographe, soit un lapsus devant le nombre de faux pères noël présents en cette période de l’année…
D’ailleurs, ça me rappelle que petite, avec mon frère, on s’était dit qu’en fait les pères noël des magasins, c’était des faux parce que le père noël ne pouvait pas être partout et devait avoir une vraie barbe mais que c’était le vrai qui les avait embauchés pour l’aider !

le 11/12/2014 à 16h12 | Répondre

Emilie

Croire et faire croire ou non au père noël… la question passionne!
J’ai de merveilleux souvenirs de la période où je croyais au père noël, ce personnage magique me faisait agréablement frissonner! Allait-il venir, comment allait-il rentrer dans notre maison? Et si je l’entendais, le voyais! Et avec le recul, je me rends compte que les adultes complices de cette mascarade en famille s’amusaient beaucoup grâce à ce mythe.

Maman à mon tour, je souhaite simplement être attentive aux tournures de phrases que j’emploie pour parler du père noël: « il parait que », « d’après la légende »… Ce n’est pas moi qui soutiens à mon enfant que le père noël existe mais je me fais le relais de sa légende…

A chacun ses mythes!

le 11/12/2014 à 14h48 | Répondre

Maman poule

A la maison on aime noël pour décorer le sapin (les filles adorent regarder les guirlandes clignoter), voir les illuminations dans les rues, ouvrir chaque jour la case du calendrier de l’avent pour attendre le jour des cadeaux. Mes enfants croient au père noël mais on ne va pas voir celui du supermarché, personne ne se déguise. On fait une liste avec des photos découpés dans les catalogues et on prépare des gâteaux et une boisson le 24 au soir à la demande de ma fille aînée.
Enfant (et même ado quand je ne croyait plus au père noël) j’adorais me coucher alors qu’il n’y avait rien sous le sapin et me lever et voir tous les cadeaux. Et j’ai envie de transmettre cette magie là.
L’important c’est que chacun fasse comme bon lui semble même si ce n’est pas simple avec la pression sociale.

le 11/12/2014 à 16h08 | Répondre

Laura

Pour le moment, pas de petit bout à la maison mais sur le sujet nous avons déjà notre avis. Je pense que le mieux est de laisser faire et de ne pas entretenir tout simplement. Pas de photos payante avec le père noël de supermaché, pas de surenchère, et pour ce qui est d’engager ou de déguiser quelqu’un en Père Noël, hors de question. La magie du Père Noël comme celle de tout être imaginaire,c’est justement de ne pas le voir. Pour ce qui est des jeunes enfants et de leur difficulté pour faire la différence entre la réalité et l’imaginaire, c’est un processus normal. Certainement que mes enfants croiront au Père Noël à un moment, tout comme ils croiront aux fées ou aux sorcières et ensuite… ils grandiront :). Père Noël, les Rois Mages, la Befana ou encore Saint Nicolas, ce sont de jolies légendes, que nous raconterons, sans dire si elles sont fictives ou non, car ils finiront par comprendre d’eux-même. J’ai souvenir qu’à 4 ans, une petite camarade de classe m’avait dit qu’il n’existait pas, je ne l’ai simplement pas cru, pas parce que c’était entretenu à la maison mais parce que moi je voulais l’entretenir. Et puis deux ans après, sans que personne n’y fasse allusion, je me suis dit qu’elle avait raison.

le 11/12/2014 à 18h48 | Répondre

Ornella

Ma nièce de 8 ans y croit encore et s’est violemment disputée avec une petite de son âge qui l’a empoignée par le col pour lui faire entendre raison: ses parents sont des menteurs. J’ai été surprise par sa réponse, elle lui a juste dit, je crois en ce que je veux. Je ne vois pas ça comme un mensonge dans le but de cacher une vérité à l’enfant mais plus comme une façon d’ajouter de la magie à ces moments en famille.
Ce dont je me rappelle de ces moments moi, c’est plus la complicité de mes parents oncles, tantes et surtout grands frères sœurs ou cousins pour nous réaliser une surprise. J’ai toujours vu ça comme une belle attention, un peu comme quand on prépare une fête surprise, on ment sur ce qu’on fait réellement pour ne pas dévoiler la surprise mais ça ne dure qu’un temps. Ça doit dépendre aussi des enfants, j’aime bien tout contrôler et vu que je mets toujours un temps fou à me décider si j’avais su avant que c’était mes parents, j’aurais changé d’avis 20 fois avant noël.

le 11/12/2014 à 19h07 | Répondre

Ornella

Moi même je ne l’ai pas révélé à mes petits frères sœurs ou cousins car j’en gardais un bon souvenir, et que cette fois ci j’étais dans la confidence pour faire plaisir aux autres.

le 11/12/2014 à 19h11 | Répondre

Marjolie

A part le principe de mentir à ses enfants de manière institutionnalisée et d’en faire un instrument de chantage, autre chose qui peut gêner: quand on leur fait croire au Père Noël, les enfants ne disent pas merci à ceux qui leur offrent des cadeaux. C’est joli, la magie de Noël et penser que les cadeaux tombent du ciel, mais moi j’aime assez l’idée que les enfants disent merci et apprécient le fait que des adultes se soient décarcassés pour leur faire plaisir.
Une famille que je connaissais avait trouvé une solution qui peut être intéressante à ce titre: ils disaient que les parents/adultes choisissaient les cadeaux et les demandaient au Père Noël qui les appportait. Histoire de dire quand même leur implication.

le 11/12/2014 à 19h53 | Répondre

Ornella

Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de personne physique à qui dire merci que les enfants ne le disent pas. Je ne connais pas personnellement d’enfants qui ne le dit pas. Je pense que si l’enfant a pour habitude de le dire, il le dira.

le 11/12/2014 à 20h00 | Répondre

Yaelle

mes loustics sont encore trop petit pour y croire, mais je n’ai vraiment aucune envie qu’ils y croient ( et je fais….. tout le monde déjà ^^ )
et je m’explique, ce n’est pas pour le coté mensonge, parce que quand ma fille voit une eglise, elle hurle  » ohhhh maman regarde le chateau de princesse » les 1eres fois je lui ai dit que c’etait une eglise maintenant je la laisse dans son délire , elle est heureuse c’est super!
Non , en fait, je n’ai pas envie qu’ils y croient pour une raison très très egoïste! J’adore Noël, c’est ma fête préférée , et vraiment vraiment j’ai envie d’en profiter avec eux! je n’ai pas envie qu’un personnage immaginaire prennent ma place! j’ai envie qu’ils prennent par a la chasse aux cadeaux ( franchement c’est le meilleur moment non? ) qu’ils choisissent un cadeau pour leur frere/soeur/papa! qu’ils sachent aussi qu’ils n’auront pas tout ce dont ils rêvent et surtout, surtout qu’ils sachent que cette fête represente tout l’amour qu’on peut avoir dans une famille!!! Noël c’est LA fête pour dire je t’aime alors non je ne veux pas que le père noel prennent ma place…
mais bon apres , on verra au moment venu, j’ai décidé de ne pas mentir a mes enfants mais s’ils veulent y croire alors je ne briserais pas leur rêve…

le 11/12/2014 à 23h00 | Répondre

Yaelle

et j’ajouterais aussi que, ce n’est pas parce qu’on ne veux pas faire croire, que les enfants connaitrons leurs cadeaux ou les auront avant Noël! Ici c’est sacré et même les adultes ne savent rien ( enfin en theorie puisque je devine toujours mouhahahaha ^^ )

le 11/12/2014 à 23h04 | Répondre

Weirdbreizh

Pour le merci dans ma famille on encourageait les enfants à remercier Truc ou Machin « qui ont pensé à toi et commandé tel ou tel cadeau pour toi au Père Noël ». Je trouve que c’est un bon compromis qui permet aux enfants qui croient au Père Noël d’intégrer le fait que c’est grâce aux adultes qui les aiment (grands-parents, oncles, tantes etc.) qu’ils sont gâtés.
J’ai adoré croire au père Noël et ensuite j’ai adoré maintenir le mythe pour mes cousins (plus jeunes) parce que croire au Père Noël c’est croire à l’impossible et ça fait partie de l’enfance d’avoir cette capacité à croire aux histoires merveilleuses. En grandissant les enfants découvrent par eux-même l’impossibilité de cette histoire et c’est à mon avis une étape normale du développement des enfants de se rendre compte de certaines vérités par eux même quand ils acquièrent de la maturité (d’ailleurs ma mère instit en CP remarque chaque année que ceux qui y croient ne sont pas plus influencés que ça par ceux qui n’y croient plus, on ne croit plus au Père Noël quand on est « prêt » à ne plus y croire).
Je comprends les raisons évoquées pour ne pas faire croire les enfants mais je pense que pour mes (futurs) enfants je jouerai le jeu (sans chantage, sans catalogues de jouets de 100 pages et sans faux pères Noël, juste de belles histoires et des chansons) parce que dans le monde où on vie croire à une belle histoire d’un monsieur assez généreux pour consacrer sa vie au bonheur des autres ça fait du bien (et pas qu’aux enfants :).

le 11/12/2014 à 23h22 | Répondre

Marie Obrigada

Bébé n’est pas encore né donc c’est encore un peu tôt pour décider, mais je pense que nous n’entretiendrons pas la croyance dans le père Noël tout en insistant sur le côté « gratuit » des cadeaux. Et j’aimerais qu’assez vite il fasse eux aussi des cadeaux (un dessin par exemple, un gâteau…) J’imagine que ce n’est pas facile par contre d’expliquer que les autres enfants y croient et donc qu’il ne faut pas leur dire que ce n’est pas vrai…

le 12/12/2014 à 07h47 | Répondre

Mathou

Autre solution que je trouve sympa et que j’ai vu dans une famille : il y a des cadeau de la part du Père Noël et d’autres de la part des parents, frères, sœurs : c’est inscrit sur la paquet quel cadeau est de la part de qui. Du coup, pour ceux qui le souhaite, l’enfant peut recevoir des cadeaux du Père Noël, mais aussi de ses parents et en faire lui même à ses proches.

le 12/12/2014 à 09h13 | Répondre

AurelE

J’ai découvert que le Père Noël n’existait pas en trouvant ma mère la nuit du 24 entrain d’emballer les cadeaux alors que j’allais aux WC, résultat j’ai refusé de fêter Noël le lendemain parce que mes parents m’avaient menti !
J’ai 3 petites et je ne leurs fait pas croire du tout au Père Noël. Apres je n’achète pas les paquets avec elles, on dépose les paquets au pied du sapin la nuit du 25 mais on s’arrête la .

Ça devient difficile aussi d’expliquer comment on a pu avoir son cadeau le 22 alors que le Père Noël ne doit passer que dans la nuit du 24 (du vécu ) !

Certains pays de l’est garde la tradition du ST Nicolas comme fete pour les enfants avec des cadeaux et par contre Noël est juste un excellent repas en famille le 25 au midi.

le 12/12/2014 à 12h48 | Répondre

pouplette

je n’ai pas d’enfant mais je me souviens quand j’ai compris que c’était mes parents et ma famille en général en fait ca m’a fait vraiment plus plaisir! c’est vrai le père Noël on lui envoie une liste mais desfois qu’il la perdrait, ou l’inverserait avec d’autres enfants méchants (ce que s’amusaient à me faire croire ma famille quand j’étais pas sage) ca fout les petoches quand même! et maintenant quand je vois mon neveu qui a les yeux qui brillent quand il voit ce que MOI je lui offre et non pas le père noel je pense aussi que je n’essaierais pas de faire croire à un vieux mr tout barbu à mes enfants si j’en ai. C’est aussi selon moi une facon de les responsabiliser par rapport a l’argent et que non rien n’est gratuit et que si on n’a pas tous les cadeaux de la liste c’est pas parce qu’on n’est pas sage (ou parce que le père noel a oublié) c’est parce que papa et maman ne pouvaient (voulaient) pas.

le 12/12/2014 à 15h59 | Répondre

Mme beeboo

je n ai pas l impression qu on m ait menti en me faisant croire au Pere Noel: j en garde la magie et la naivete d enfant… j aimerai retourner parfois à cette époque.. je fetais aussi St Nicolas, on mettait des carottes pour son âne dans la cheminée et j etais toujours ébahie le natin , + parce que l âne avait vraiment mangé mes carottes que par les cadeaux… quand ma mère m a dit que St Nicolas et le Pere Noel n existait pas, je me suis sentie grande et digne de confiance, il ne fallait pas vendre la mèche á mon petit frère. Je suis trés contente de l avoir appris de la bouche de ma mère. cette époque est si rapide, je trouve dommage d en priver les enfants. pas la peine d en faire des tonnes et de se déguiser…

« Finalement, je me comporte avec le Père Noël comme avec n’importe quelle autre belle histoire. Il vient nourrir notre imaginaire, et c’est déjà un joli cadeau. » oui mais tu n as pas 5 ans… 😉 on na pas le même recul comme adulte… enfin c est juste mon avis… faire croire au Pére Noel n est pas un mensonge pour moi… ne pas le faire est triste je trouve… cela n engage que moi…

le 13/12/2014 à 18h39 | Répondre

Stéphanie

Coucou Anne,
Je viens de tomber sur ton article. On en a parlé l’autre jour au square. Je comprends et respecte totalement ton point de vue. Moi non plus je n’aime pas mentir à mes enfants. Et il y a une chose que je ne supporte pas, c’est le chantage au Père Noël (Le Papa Noël ne passera pas si tu n’obéis pas). Là, les parents se servent égoïstement de cela pour obtenir tout ce qu’ils veulent.
Et pourtant…, je crois en la magie de Noël et je suis contente que mes enfants y croient encore. A mon sens, le Père Noël n’est que le symbole de cette magie de Noël. J’ai beaucoup aimé cette période de Noël petite, j’en garde des souvenirs incroyables, et c’est ce bonheur là que j’ai encore envie de faire vivre à mes enfants. A mon sens, l’enfance, la naïveté et l’imaginaire qui va avec passe si vite, et encore plus aujourd’hui avec les enfants qui grandissent à une vitesse grand V comparé à notre époque où on se demandait encore comment on embrasse un garçon à 13 ans ;-), que si je peux les faire rêver encore un tout petit peu, j’en suis heureuse.
Chez nous, les enfants croient au Père Noël, aux cloches de Pâques et à la petite souris…et oui!
En revanche, pas de lettre au père noël à la maison (je préfère l’effet de surprise), Eyma sait que les pères noël dans les magasins sont des personnes déguisées. Elle l’a deviné toute seule en voyant des personnes différentes à chaque fois, et parfois même 2 pères noël en même temps (super la synchronisation!!!). Le jour où elle l’a deviné je n’ai pas du tout cherché à lui dire le contraire (surtout quand on voit la tête des pères noël dans les magasins qui pour la plupart ne décrochent par un seul sourire et passent leur temps à regarder leur montre…super la magie de noël!!!).
En revanche, quand ils ont reçu tous les 2 une petite vidéo du Papa Noël il y a 15 jours, ils avaient tellement d’étoiles dans les yeux quand ce dernier leur a dit qu’il était très fier d’eux que je ne regrette vraiment rien. Un petit mensonge pour un si grand bonheur, est-ce si terrible?
Le jour où Eyma découvrira la vérité, je suis certaine qu’elle comprendra le pourquoi du comment, qu’elle se sentira grande et sera fière de cacher la vérité à son petit frère pour le laisser rêver lui aussi encore un peu…
Est-on traumatisés aujourd’hui en tant qu’adulte par le fait que nos parents nous ont menti au sujet du Père Noël? Je ne pense pas.
La vie est tellement terre à terre, gardons un peu la tête dans les étoiles! 🙂
Ce n’est que mon humble petit avis de maman…qui en essayant de faire au mieux fait souvent des erreurs. Peut-être est-ce une erreur de laisser mes enfants croirent au père noël, mais dans ce cas là, je trouve que c’est une belle erreur! 😛
Encore une fois, je respecte l’avis de tout un chacun. Si on pensait tous pareil, la vie serait juste incroyablement triste! 😉

le 21/12/2014 à 11h41 | Répondre

Karen

Je suis Maman de 3 enfants de maintenant 6mois, 9 et 10 ans. J’ai decide des le premier jour de ne pas mentir a mes enfants et je m’y tiens. Quand je ne veux pas repondre je leur dis simplement que je ne veux pas et c’est mon choix. Pour le pere Noel, c’est pareil je ne mens pas, je n’alimente pas leur imagination. Ils entendent des histoires en dehors de la maison et je ne me bats pas activement contre ca mais si ils me posent une question je leur dis la verite. Bilan des courses, ma fille de 9 ans sais depuis ses 5 ans que le pere Noel, la petite souris et Saint Nicolas n’existe pas et que c’est papa et Maman derrière tout ca. Mon fils de 10 ans le sais aussi mais est vent me voir il y a 2 ans en me demandant si c’etait grave qu’il fasse toujours comme si c’etait vrai … Je lui ai repondu que c’etait son choix et que cela me me posait pas de probleme mais que je me lui mentirais pas si il me posait des questions. Depuis on sait tous les deux qu’il sait mais il fait comme ci le pere Noel et Saint Nicolas existaient vraiment et j’ignore. Je me dis que quand il en aura marre il me le fera savoir. Par contre on parole ouvertement des cadeaux de Noel mais cela reste une surprise.

le 04/12/2015 à 14h16 | Répondre

Stéphanie

Depuis que je suis maman, je ne suis pas très à l’aise avec ce « mensonge de Noël ». J’avais donc décidé (avec mon mari) de jouer le jeu, sans pour autant en rajouter. Cela passait par des phrases du type « il paraît que… », « je ne sais comment il fait, car je ne l’ai jamais rencontré en vrai », « j’imagine que… », « et toi, qu’en penses-tu ? » etc.
Pourtant, j’ai cédé à la photo de supermarché (mais sans faire croire qu’il s’agissait du vrai Père-Noël), à la lettre déposée au pied du sapin et au chantage du « si tu n’es pas sage » (sur ce coup là, j’ai honte).
Ma fille de 6 ans n’a jamais douté de l’existence du Père-Noël et j’ai le sentiment qu’elle s’accrochait de plus en plus au personnage : « je l’aime », « il me manque », je voudrais qu’il fasse partie de ma famille », « je voudrais que ce soit mon papa ». Ne sachant pas trop si cela présageait la fin de la croyance, j’ai décidé, à l’occasion d’une n-ième conversation, de lui dire la vérité il y a quelques jours. Et là, ce fut le drame ! Elle a été malheureuse et comme je le présageais, très fâchée. Elle ne comprenait pas qu’on lui ai menti. J’ai essayé de lui faire comprendre que dans un sens, le Père-Noël, c’est l’amour des parents et qu’il existe dans notre cœur. Elle comprend très bien ce concept, mais a beaucoup de mal à digérer ce qu’elle considère (à juste titre) comme un mensonge. Je dois aussi préciser que depuis ses trois ans, elle comprend ce qu’est la mort (sans pour autant y avoir été confrontée) et ne l’accepte pas. Je crois que le Père-Noël (immortel) était pour elle un réconfort car elle a aussi exprimé son désarroi sur cet aspect là : « ça veut dire que même le Père-Noël il ne vit pas pour toujours ? »
En conclusion, je pense que pour notre fils de deux ans, nous ne jouerons pas ce jeu tout en respectant sa croyance. Le Père-Noël, c’est l’amour de nos proches.

le 04/04/2016 à 15h12 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?