Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon 1er trimestre ordinaire


Publié le 24 novembre 2019 par Madame Ecologeek

Dans ma présentation, je t’annonçais la grande nouvelle pour nous d’un bébé attendu pour avril-mai 2020. Aujourd’hui, je te raconte les 1ers mois de notre aventure.

Quelques révisions sur la conception

Nous avons eu la chance d’être parfaitement raccord avec les statistiques : 25% de chance de concevoir par cycle puisqu’il nous a fallu 4 mois d’essais pour tomber enceinte. Or, moi, je m’attendais à un parcours du combattant parce que nous avons plus de 30 ans tous les deux et, en plus, nous avons des tas de kilos en trop ! Je suppose que nous avions quand même de notre côté notre hygiène de vie plutôt saine avec un peu de stress, avec de l’activité physique et puis avec une alimentation équilibrée et bio sans alcool, sans tabac et même sans hormone de synthèse puisque pas de contraception à part le préservatif (qui n’est pas encore compostable malheureusement). 

N’empêche, pour assurer notre coup, j’ai lu tout et n’importe quoi pour trouver de quoi augmenter nos chances de concevoir étant donné que mes cours de 4ème sur la reproduction humaine étaient bien loin et j’ai (ré)appris pleins de choses essentielles comme : 

  • faire des câlins de qualité tous les 2 jours pour laisser le temps aux spermatozoïdes de prendre des forces avant d’atteindre leur cible
  • identifier au mieux la période la plus fertile du cycle (avec l’aide du pronostic donné par une application dédiée, avec l’observation de la libido et de la glaire cervicale, etc.)

Et j’ai aussi rencontré des informations plus farfelues mais qui étaient rigolotes et peu contraignantes à mettre en place comme :

  • garder 5min les jambes en l’air après le câlin 
  • prendre une portion d’huile d’onagre chaque matin pour équilibrer les hormones de madame et de la vitamine C pour booster le métabolisme de monsieur
  • s’éloigner des sources de chaleur et des ondes (ex : pas de téléphone mobile dans les poches du pantalon de monsieur)
  • dormir la fenêtre ouverte pour bénéficier des rayons de la lune pour se connecter à la nature

(Crédit photo : Lee_seonghak)

Autour de 8 DPO (date post-ovulation… oui, j’ai appris beaucoup de vocabulaire au fil de mes lectures), je savais déjà que j’étais enceinte (quand je te dis que je suis une chanceuse !). D’abord j’ai eu le doute quand mon utérus s’est mis à pulser pour la 1ère fois de ma vie dès que j’étais détendue… ensuite quand j’ai fait un test pipi au réveil qui s’est révélé très pâle mais positif ! Je n’ai utilisé que des tests de grossesse les plus bas de gamme possible donc j’étais sûre qu’il avait bien détecté un taux d’hormones significatifs même si tôt après la conception. Le soir, avant de l’annoncer au futur papa, je me suis assurée qu’un nouveau test était bien positif (au cas où j’ai eu une hallucination le matin) et, cette fois, aucun doute car le trait était plus foncé !

Afin de ne pas sauter trop haut au plafond, en cas de “fausse-couche biochimique » (qui se confond souvent avec l’arrivée des règles si j’ai bien compris), j’ai attendu que la semaine présumée de mes règles n’arrive vraiment pas et seulement à 5 SA j’ai fait une prise de sang qui, évidemment, à confirmer à 2400 ui/ L que la grossesse était bien en route depuis 3 semaines. Pour nous, l’aventure commençait donc officiellement avec un futur papa heureux et une future maman rassurée que tout était bien réel et que les essais étaient déjà derrière nous ! Je ne m’attendais à rien de particulier pour ce début de grossesse, j’étais juste prête à entamer cette nouvelle étape comme elle viendrait.

C’est partie pour un tour gratuit sur les montagnes russes

Le 1er mois de grossesse, en août, a été top ! J’étais en pleine forme, j’ai postulé pour être chroniqueuse ici et j’ai même repris 2 séances d’aquagym par semaine avec de nets progrès de semaine en semaine. Finalement, tout de même, les douleurs ligamentaires ont fait leur apparition très légères mais… continues ! J’ai bien fait de prendre des notes sur le moment car à l’heure où je rédige ces lignes, je n’ai déjà plus aucun souvenir de ce moment. Pourtant, à l’époque, j’étais prête à échanger les douleurs contre les nausées… jusqu’à ce que les nausées débarquent elles aussi accompagnées d’une fatigue physique et psychique intense et soudaine qui annoncé un 2ème mois à plat…

Heureusement, la plupart des mes collègues de travail étaient en vacances pour ce 1er mois donc je n’ai pas eu de mal à cacher quoique ce soit. Et, ensuite, ce sont mes vacances d’été qui sont arrivées : 3 semaines à respecter le rythme du chamboulement hormonal sans rien n’imposer à mon corps… J’ai renoncé à toutes les activités physiques même le simple désherbage assise était devenu douloureux et compliqué. Jour et nuit, je ne faisais quasiment que manger et dormir par intermittence en petite quantité. J’ai même cru ne pas pouvoir reprendre le travail tellement j’étais exténuée. 

Et, finalement, la 10ème SA est arrivée avec la disparition progressive de ces symptômes assommants pour marquer le début du 3ème mois tout doux et un ventre déjà bien arrondi ! Au programme de ma rentrée : retour à la normale entre les journées de travail et mes séances hebdomadaires de yogas prénatals, Pilates et/ ou vélo d’appartement sans oublier mes activités bénévoles et les tâches ménagères. Les idées de nouveaux claires, j’ai commencé un journal de grossesse et à préparer l’arrivée de bébé mais, ça, je te le raconterai une autre fois !

(Crédit photo (creative commons) : somecomputer)

Et toi, tu t’attendais à quoi pour ton 1er trimestre ? Tu en gardes un souvenir clair ou plutôt flou ?    


Guide accouchement

Pendant la grossesse, tu t’imaginais épanouie, heureuse, avec un joli ventre rond, et bien sûr, il y a de ça. Mais tu n’étais peut-être pas tout à fait préparée pour les vergetures, les coups de pied dans la vessie à 2 heures du matin et les galères administratives. On ne te la refera pas deux fois. Avec le guide hyper complet et concentré de Dans Ma Tribu, tu sauras exactement ce qui t’attend après l’accouchement. Clique ici pour en savoir plus.

Commentaires

Aurélie B

Mon premier trimestre a été un peu chaotique aussi. J’ai appris 4 jours après mon mariage qu’un mini-nous s’était installé dans mon ventre et quasiment instantanément les désagréments de la grossesse sont arrivés : nausées en continu toute la journée et douleurs dans le bas du ventre surtout en fin de journée, sans compter la fatigue. Tous cela pendant le 1er mois (août, vive les vacances). Puis à la rentrée de septembre, les douleurs se sont atténuées mais les nausées sont restées bien présentes (mais sans aucun vomissement). De nombreux aliments ne me faisaient pas envie, ou parfois j’avais envie de les manger mais une fois cuits ils m’écoeuraient… Puis petit à petit les nausées se sont estompées durant les 3è mois. J’ai ensuite pu retrouver une vie « normale » avec juste un peu de fatigue…

le 26/11/2019 à 11h01 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?