Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

MON bébé, MA vie, MES choix !


Publié le 5 mars 2020 par Maman Kangourou

Aujourd’hui, je viens te parler d’un sujet qui m’a toujours touchée particulièrement : au quotidien j’appelle ce phénomène « le complot du jamais assez bien », ou la « tyrannie des mères sur les réseaux sociaux ».

Ce phénomène, je suis sûre que tu l’expérimentes tous les jours si tu es déjà maman (ou papa), voir même alors que ton petit bout n’a pas encore pointé son nez. Ce phénomène, c’est une hérésie sociétale terrible qui nous fait pleurer bien cachés dans nos foyers, qui nous fait courber le dos et nous cacher pour élever nos enfants, qui nous fait nous conformer à des normes qui ne sont pas les nôtres. Ce phénomène, c’est quand le monde entier (et notamment les autres mamans) te rabâche à longueur de journée, quoi que tu fasses, que tu ne fais PAS ASSEZ BIEN avec tes enfants, et que toi, tu finis par y croire. Ce phénomène, c’est quand plutôt que d’être la maman que tu veux être, tu deviens la maman que tous les autres attendent que tu sois.

Crédit : photo personnelle

Le complot du JAMAIS ASSEZ BIEN

Ah, tu l’allaites ? Tu sais, on n’a pas inventé le lait en poudre pour rien.

Ah bon, tu n’allaites plus ton bébé ? Tu le prives d’affection et d’une super immunité, c’est dommage.

Tu vas pas le voir là ? J’ai lu que c’est considéré comme de la maltraitance si tu le laisses pleurer.

Mais reste à table, il peut bien pleurer deux minutes, ça va pas le tuer !

Des couches lavables ? C’est un truc d’écolos intégristes ça, non ?

Comment ça tu lui as mis des couches jetables pour les vacances ? Non mais t’es trop faignante, fallait laver tes couches à la main plutôt que de mettre des cochonneries à ton bébé.

Ah, tu le promènes en poussette toi ? Non mais tu sais c’est hyper traumatisant pour lui de se retrouver seul dans son cosy.

Non mais arrête de le porter là-dedans, c’est pas du tout physiologique comme position.

T’as dit quoi là ? « NON » ? Mais tu vas le traumatiser si tu lui interdis des choses.

L’éducation positive tu dis ? Tu vas avoir un enfant roi, et tu t’en mordras les doigts.

Mais il est en plastique ton jouet là ! C’est pas top, tu sais c’est plein de perturbateurs endocriniens.

Quoi ? 40 euros dans un jeu en bois ?! Non mais on s’en fout que ce soit français, tu vas pas mettre autant d’argent dans un truc que ton bébé va utiliser 6 mois !

Tes purées, elles sont bios ? Tu sais, le mieux c’est quand même que tu les cuisines toi-même.

Oula attention, lui donnes pas des gros morceaux comme ça, il va s’étouffer en mangeant seul !

Et ce n’est qu’une minuscule partie de toutes les choses que j’ai un jour faites avec Bébé Loutre, et qui m’ont valu des remarques….

Donc, que dois-je en conclure ?
Que je suis une mauvaise mère, qui ne fait jamais assez bien pour sa fille, et que je devrais remettre en question tous mes choix ?
Ou que le monde entier se prend pour un monsieur-je-sais-tout alors qu’il n’y connait rien du tout ?
Désolée, moi je choisis la deuxième option !

Les mots qui blessent

Avant même que Bébé Loutre vienne au monde, je me suis heurtée à ces injonctions éducatives à tout bout de champ. C’est simple, prenez un groupe Facebook de mamans, et vous verrez assez vite transparaître l’irrespect total qu’on réserve à celles qui ne font pas selon les règles. Mais les règles de qui ? Les règles de quoi ? Est-ce qu’aller à l’encontre des choix d’une majorité, c’est vraiment à ce point de la maltraitance infantile ?

Pour ma part, je suis curieuse de nature. J’aime beaucoup lire, faire des recherches, expérimenter, tenter, me tromper et recommencer. Alors évidemment, je n’imaginais pas faire différemment dans ma maternité : je m’étais renseignée sur des tas de sujets, sur des méthodes éducatives, sur des concepts physiologiques ou psychologiques, je m’étais posée des questions et j’avais fait le choix de ne faire que peu de choix.

J’avais une ligne directrice de départ (allaiter, faire dormir bébé dans notre chambre mais pas dans notre lit, juste quelques semaines, tester le portage, mais sans prise de tête, favoriser la motricité libre, ne pas aller vers les couches lavables ou la DME), que j’ai adapté (très largement) aux besoins de mon bébé et aux miens en temps voulu, avec le résultat que tu connais en partie : j’ai allaité un mois et demi, bébé a dormi avec nous un mois uniquement puis a eu un lit au sol, j’ai rarement fait du portage sauf en randonnée, j’ai kiffé la motricité libre, et je suis finalement une fan inconditionnelle des couches lavables, tout en m’autorisant de temps en temps une jetable pour « les besoins de service ». Bref, je reste ouverte, et pas question de m’enfermer dans une case. Surtout pas POUR FAIRE COMME TOUT LE MONDE !

Parce que ce tout le monde, il m’énerve moi ! Il me donne envie de l’envoyer balader et de lui dire de se mêler de ses fesses.

Oui mais voilà, même avec toute la fierté du monde, il est parfois compliqué de ne pas être heurtée par les remarques, d’autant plus quand elles émanent de mères comme nous, avec leurs galères, leurs difficultés, et qui pourtant se permettent de nous juger, parfois même méchamment. Il faut savoir encaisser, et parfois, je n’ai pas encaissé. Parfois j’ai pleuré, parfois je me suis caché, parfois, l’espace de quelques instants, j’ai eu honte, mais jamais au grand jamais je n’ai remis mes choix en cause.

Droite dans mes bottes !

Je suis toujours restée fière de mes choix, parce qu’ils nous conviennent, et qu’ils conviennent à Bébé Loutre surtout. La preuve ? Elle vient d’avoir un an, et c’est une petite fille pleine de vie, très bien développée sur les plans moteur, expressif et sentimental. Elle marche, elle piaille toute la journée, elle dort bien la nuit, elle joue seule tout en demandant de l’affection, elle vient de décréter qu’elle voulait manger toute seule, et uniquement des morceaux alors qu’on avait toujours privilégié des purées, et elle sait dire sept mots ! Bref, c’est une petite fille bien dans ses baskets, et je dirais que ça tient beaucoup au fait d’avoir des parents droits dans leurs bottes !

Crédit : photo personnelle

Alors à toi, parent ou futur parent qui doute, qui te retrouve confronté à toutes ces injonctions, toutes ces théories sur la meilleure éducation à donner à ton enfant, toutes ces remarques désobligeantes que d’autres parents lancent sans réfléchir, respire un grand coup et tiens toi droit ! Tu n’es pas obligé de faire comme tout le monde, tu n’es pas obligé de choisir tout maintenant, tu n’es même pas obligé de te justifier. Tu n’as pas à avoir honte, jamais ! Tu peux essayer, et te tromper ; tu peux choisir de faire, ou de ne pas faire ; tu peux décider de ce qui te convient, et si pour les autres ce n’est jamais assez bien, alors ignore les !

Après tout, c’est TON enfant, TA vie, TES choix !

Et toi, à quelles remarques t’es tu retrouvé confronté ? Comment réagis-tu face aux injonctions ? Est-ce que tu arrives à rester fière de tes choix ?


 


Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

J’ai envie d’ajouter qu’il existe une façon de faire par enfant, toutes ces injonctions en reviennent carrément à nier l’individualité de chaque enfant.
Exemple : j’aurais aimé ne jamais mettre de produit autre que le stricte minimum sur les parties génitales de ma fille. Hum… on en parle des peaux atopyques ? L’érythème systématique ? Dans ce cas, on s’adapte et on met du liniment au lieu de l’eau et on passe 1h à bien bien essayer toute la peau de bébé à chaque bain.
Autre exemple, j’aimerais que ma fille soit propre. Elle a 3 ans et le moment du change nous gonfle toutes les 2. Quand je lui en parle, elle me répond « non, je suis trop petite » ou « à 3 ans et demi maman ». Qu’est-ce que je dois faire ? La poser sur son pot toute la journée pour faire plaisir à Mamie qui à chaque visite aborde le sujet de la propreté ? Ba non, j’attends que ma fille soit prête â passer ce cap.
Haut les coeurs les mamans ! <3

le 05/03/2020 à 08h58 |

Mme Espoir

L’un des avantages de mon parcours, c’est que devenir maman sur le tard me permet de beaucoup réfléchir sur ce que je souhaite/refuse et de ne pas me laisser influencer ou marcher sur les pieds. L’adoption ajoute un peu de complexité et être bien au fait des spécificités d’un enfant adopté me permettra de répondre aux donneurs.ses de leçon.

Mais je conçois que pour les jeunes mamans ce doit être vraiment compliqué de faire face à la déferlante de remarques qui peuvent être agressives ou intrusives (ou juste pénibles !) Comme tu le dis si bien, il faut juste se faire confiance.

le 05/03/2020 à 09h13 |

Elodie

Perso, je ne sais pas si je suis imperméable, sourde et aveugle ou entourée de gens bienveillants mais on n’a eu assez peu de remarques. Je ne fréquente aucun forum ou groupes de parents, je ne lis pas les commentaires sur les pages dédiées aux parents etc ça me sauve peut être…J’ai allaite 28 mois, couches lavables, il dort parfois encore dans notre lit etc je fais comme je peux et les autres je m’en moque!

le 05/03/2020 à 09h52 |

Madeleine

Oui, moi aussi, je n ai pas l impression d avoir beaucoup de remarques.
Mais l autre jour, ma belle sœur me dit:  » tu supportes les remarques que t a faite ta mère ? » Surprise, je dis « quelles remarques? »
« Bah, quand elle a dit que elle, elle donnait le bain comme ci quand vous étiez petits ».
Alors ma belle sœur prenait ça pour une critique, alors que franchement ma mère nous partageait juste ses souvenirs…

le 05/03/2020 à 19h47 |

Camille

Bravo.
Merci.
Comme vous dites l’essentiel, c’est que l’enfant soit bien dans ses baskets. ❤️

le 05/03/2020 à 10h24 |

Mère Renarde

quel bel article.
J’ai eu aussi pas mal des phrases qu’on t’as sorti. Et comme tu le dis, ce n’est clairement pas facile. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai pleuré à cause de remarques d’inconnus qui se permettent de te juger.

Mais comme tu dis également, le meilleur moyen de se rassurer reste encore de regarder comment évolue notre enfant. C’est le meilleur repère, et je dis souvent que j’adore etre la maman imparfaite de petit koala.

le 05/03/2020 à 10h28 |

Mélinda

Ça c’est l’article que j’aurais aimé écrire (et je sais que c’est le cas d’autres filles !). Tu l’as fait mille fois mieux que ce que j’avais en tête. Alors merci et bravo ! C’est tellement juste ! 7 mots à un an, elle est trop forte Bebe Loutre 😊 et la dernière photo est superbe !

le 05/03/2020 à 11h25 |

Freesia

AAAAAARGH j’ai horreur des injonctions…. Et remarques. Et erm, je crois que j’ai dû faire le fameux « regard noir qui tue » plus d’une fois pendant quelques semaines/mois/années 😛

le 05/03/2020 à 13h01 |

Freesia

Et en tout cas, merci pour ces mots.

le 05/03/2020 à 13h01 |

Mlle Mora

J’ai l’impression que ces remarques font partie des choses que les gens disent pour eux-mêmes. ils disent comment ils feraient à notre place. Quand j’ai commencé à annoncer autour de moi que je partais en tour du monde pendant un an (c’était y a 8 ans déjà…) j’ai eu beaucoup droit à : « oh lala moi, je pourrai pas… » : ça tombe bien, c’est moi qui pars et pas toi.
Pour l’éducation c’est la même chose, on pense tous avoir la meilleure façon de faire et quand on voit quelqu’un faire différemment, ça nous déstabilise, et au lieu de dire « ok, cette personne est différente », bah on part vite dans le commentaire polluant.
Et le pire dans tout ça, c’est que quand il y a des enfants vraiment maltraités, y a soudainement moins de monde prêt à dire aux parents qu’il faudrait y aller mollo…

le 05/03/2020 à 13h19 |

Vespale

Les pires pour moi, c’était les remarques de ma mère, car ignorer les remarques d’une personne que l’on voit pas souvent c’est facile. Pour ma mère c’est une autre histoire. Heureusement, dès que je me concentre sur mes enfants, je sais ce que je veux faire, pour leur bien être et le mien

le 06/03/2020 à 07h58 |

Les commentaires sur cet article sont fermés.