Menu
A la une / Témoignage

Retrouver un corps de rêve grâce à l’allaitement : mythe ou réalité ?

On espère toutes retrouver notre ligne rapidement après la grossesse. Et je pensais que l’allaitement m’aiderait à vaincre mes kilos en trop. Tu as sûrement déjà entendu que l’allaitement faisait perdre des calories. Alors, qu’en est-il quatre mois après l’accouchement ?

Perte de poids et allaitement

Crédits photo (creative commons) : PublicDomainPictures

État des lieux de départ

Tout d’abord, résumons un peu la situation. Ma grossesse a mis du temps à venir s’installer. La notion de temps est bien sûr relative : il a fallu seulement neuf à dix mois, mais qui m’ont paru une éternité.

Chaque mois, j’espérais une bonne nouvelle, et je n’ai vraiment pas du tout aimé cette période. J’étais beaucoup trop focalisée sur cette envie de maternité et sur la déception provoquée par ce petit + qui n’arrivait pas assez vite à mon goût. Alors, puisque j’étais stressée, mon corps a commencé à s’arrondir et à ne plus rentrer dans mes pantalons… Inconsciemment ou pas, je me suis mise à manger beaucoup plus, sûrement pour pallier ce stress que je m’infligeais.

Il y a une époque pas si lointaine (on va dire six ans environ) où j’étais plutôt grande et mince. Puis un jour, tout a basculé. Sans vraiment m’en rendre compte, au fil du temps, j’ai commencé à prendre du poids après mon installation avec Chéri. Eh oui, changement de régime, beaucoup plus calorique = bienvenue les kilos en trop !

Je me suis donc retrouvée avec quinze kilos en plus avant même de commencer ma grossesse.

La grossesse

Lorsque je suis tombée enceinte, comme tu peux l’imaginer, j’étais aux anges. Un bonheur immense. Je ne me suis pas vraiment inquiétée de mon poids, je me suis dit qu’on verrait après. Le principal était que ce petit être tant désiré soit bien et ne manque de rien. Mais j’espérais tout de même ne pas prendre plus de douze kilos.

Le premier trimestre, les nausées et la fatigue sont arrivées, et j’ai perdu trois kilos, youpi ! Je les aimais presque, ces nausées, je me disais que ça me laissait une marge au cas où je prendrais plus les mois suivants. Mais j’avais hâte que mon ventre s’arrondisse et que ma grossesse se devine, car je ne me sentais pas très en forme, et pas vraiment bien dans ce corps.

J’ai donc beaucoup plus apprécié le deuxième trimestre ! Mon ventre a commencé à se dessiner : plus de doute possible, bébé était bien présent. Ma prise de poids a été très correcte et constante : un kilo en plus chaque mois. Le dernier trimestre s’est déroulé de la même manière, sans faire aucun effort particulier.

J’avoue que j’ai eu beaucoup de chance de ce côté-là. J’ai pris uniquement six kilos par rapport à mon poids de départ. Mais tu te souviens du début de l’histoire ! J’avais pour objectif de perdre quasi vingt kilos après l’accouchement, car il fallait additionner ces six kilos à mes quinze kilos en trop du départ.

L’après-accouchement

Durant la semaine à la maternité, j’ai eu le sentiment d’être toujours aussi grosse qu’avant d’accoucher. Mon ventre était toujours là, beaucoup moins ferme pour le coup, et j’avais l’impression d’être toujours enceinte. Bébé faisait pourtant plus de 3kg à la naissance, alors en comptant le placenta… je pensais que j’allais vite retrouver ma ligne. D’autant plus que j’avais choisi d’allaiter !

Les trois premières semaines ont été assez difficiles, le temps que tout se mette bien en place, mais je me suis accrochée. Je savais que ce n’était qu’un dur moment à passer, qu’une fois le premier mois écoulé, il n’y aurait plus les inconvénients du début. Et puis, je me disais que c’était très bénéfique, aussi bien pour bébé que pour moi. Alors j’ai tenu, je ne me suis pas découragée, et quatre mois après, j’allaite toujours et tout se passe pour le mieux.

Lors de mon rendez-vous post-partum, j’ai été heureuse d’apprendre que j’avais retrouvé mon poids d’avant grossesse. Il faut dire aussi que les deux premiers mois ont été très sport : entre les tétées, le manque de sommeil, la maison à faire tourner… c’était un sacré rythme ! Puis, avec l’allaitement, j’ai commencé à avoir des fringales, et à me ruer sur le sucré pour tenir ce rythme et me donner des forces. J’avoue aussi que je suis plutôt gourmande et que je ne peux résister à l’appel du chocolat. Je suis vraiment trop addict.

Ceci étant, trois mois après l’accouchement, nouveau rendez-vous chez le médecin, et verdict : +3kg. Comment ça ? Déception, déprime… Je me suis rendu compte que j’avais fait trop d’excès. Il allait falloir prendre de bonnes résolutions…

Il faut que tu saches que je suis fâchée avec ma balance, et que je me pesais donc uniquement lors de mes rendez-vous médicaux. Et je détestais ces moments… Avant, je me fiais à mes vêtements, mais là, je ne pouvais plus continuer comme ça. J’ai décidé de manger plus équilibré, de limiter le sucré, d’arrêter le grignotage… et de me peser pour pouvoir suivre l’évolution de ma prise de poids.

Premier bilan

Bébé a 4 mois, je me suis donc re-pesée pour voir si mon travail avait payé. Je n’ai pas fait de régime, j’ai juste changé mes habitudes alimentaires, en gardant uniquement une collation à 16h. Et qu’ai-je vu ? Mon poids n’a pas bougé d’un iota.

Alors, je me dis qu’il faut que je persévère, que je reprenne le sport et que mes efforts finiront par payer. Je rêve de retrouver une belle silhouette pour cet été, et de pouvoir remettre mes vêtements taille 38. Car pour le moment, je n’envisage pas de refaire ma garde-robe, alors niveau look, ce n’est pas non plus le top.

Concernant l’allaitement, je pense que ça varie d’une femme à une autre. Ça m’a quand même bien aidée à perdre au début, et surtout, je pense que ça aide à remettre en place les organes et à affiner la silhouette. En effet, même si une bonne partie de mes kilos sont toujours là, je me suis affinée à certains endroits. Il me reste toujours ce petit ventre mou, mais je ne perds pas espoir !

Et toi ? Comment as-tu perdu (ou pas) tes kilos de grossesse ? Comptais-tu beaucoup sur l’allaitement pour ça ? Avais-tu un plan de bataille ? Viens nous raconter !

A propos de l’auteur

Jeune trentenaire et maman depuis peu, je viens partager avec toi mes états d'âmes sur la grossesse, mon parcours de jeune maman et la famille en général.