Menu
A la une / Vie de maman

L’acceptation de son corps pendant et après la grossesse

Voici le sujet de ton épreuve de philo. Tu as quatre heures.

Je plaisante, évidemment ! J’écris cet article dans le but de m’auto-déculpabiliser ! Quand j’étais enceinte, j’en ai entendu des vertes et des pas mûres sur le changement du corps pendant la grossesse, et encore plus après l’accouchement. Alors je voudrais juste te dire comment ça s’est passé pour moi.

Avant la grossesse

Control freak de mon corps, je me pèse tous les jours.

Après avoir passé une enfance en mode bouboule (quand tu tombes, tu roules, et quand tu nages, tu coules), j’ai perdu une dizaine de kilos en à peine un mois avant d’entrer au lycée.

Je me trouvais bien jolie, mais la galère alimentaire a commencé : pesée le matin et le soir avant le repas, pour savoir quelle quantité je pouvais manger. Du coup, j’ai pris l’habitude de ne faire que deux repas par jour : un gros petit dèj et un déjeuner correct.

Cette spirale infernale me prend bien la tête, mais impossible d’en sortir. La seule solution serait de perdre le contrôle de mon corps, et je ne vois qu’un moment dans ma vie pour y arriver : la grossesse.

Ma grossesse

Dix ans plus tard, le jour du petit + : 52kg sur la balance.

Les trois premiers mois, je suis abonnée aux vomissements matin, midi et soir. Les seuls aliments que mon estomac accepte sont le pain et les pâtes. Je me dois de faire à nouveau un repas le soir, sinon la faim me réveille la nuit. Et puis, j’ai envie que mon bébé ne manque de rien. Autant te dire qu’à ce rythme-là, je prends vite cinq kilos !

Mon ventre s’arrondit, mais je me sens plus grosse qu’enceinte. Je déteste mon corps. C’est quoi, ces chiffres sur la balance ? Et pourquoi je ne peux plus fermer mes ceintures comme avant. J’ai hâte que mon ventre devienne vraiment rond, qu’il n’y ait plus de doute sur mon état.

Entre le troisième et le sixième mois, les kilos s’additionnent très vite, trop vite. Mon gynécologue me fait dépister pour le diabète gestationnel, et le test s’avère négatif. « Attention Madame, la prise de poids est importante les trois derniers mois, alors essayez de limiter ! » Pourtant, mon alimentation n’est pas si mauvaise. Je ne mange pas de sucreries, je ne grignote pas entre les repas.

À la fin du sixième mois, nouvelle pesée : + 10kg (en plus des 5 déjà acquis, donc 15kg au total). Pour le coup, mon ventre est vraiment très rond ! Mais je me sens bien : jolis cheveux, jolie peau, jolie poitrine. Et malgré cette importante prise de poids, pas une seule vergeture !

Les trois derniers mois sont plutôt compliqués. Je grossis encore, et la chaleur transforme mes frêles chevilles en pieds d’éléphant. Je suis une vraie baleine, et le dernier mois, des vergetures strient mon ventre de toute part : on dirait un tigre ou un zèbre, au choix ! Bref, je suis un zoo ambulant ! Je ne supporte plus cet énorme ventre, mon double menton et mes doigts boudinés.

Changements du corps pendant la grossesse

Crédits photo (creative commons) : Daniel Lobo

Je commence la préparation à l’accouchement, et ma sage-femme évoque l’allaitement. La question de la déformation des seins est inévitablement posée, et la réponse est sans appel : « Oui, l’allaitement peut déformer les seins, mais au pire, il y a toujours la chirurgie esthétique. » Voilà voilà.

À la fin de ma grossesse, dernière pesée : + 11kg (donc en tout 21). Moi qui voulais lâcher prise sur mon corps, voilà qui est fait ! Je me dis naïvement que je vais vite les perdre, ces vilains kilos. D’ailleurs, j’ai entendu dire que l’allaitement faisait perdre rapidement du poids, aussi.

Après l’accouchement

– 3,660kg de bébé, – 1kg environ de placenta, – 1,5kg d’eau. Mouais, c’est déjà ça !

Sauf que l’allaitement ne me fait pas du tout perdre du poids. Et puis, mes jolis seins fermes s’affaissent tout doucement. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’ils ont été abîmés par l’allaitement, mais ils sont moins toniques qu’avant.

Les premiers mois, je ne fais pas trop attention, surtout que faire un régime pendant l’allaitement est très déconseillé. J’ai besoin de me remettre physiquement de ma césarienne, et psychologiquement de mon accouchement marathon. Je badigeonne quand même mon ventre flasque d’huile nourrissante, comme pendant ma grossesse, pour atténuer les vergetures. Au 31 décembre, je n’ai pas perdu un seul gramme.

Prise de conscience. Je prends quelques jours pour me « réapproprier » mon corps. Je ne suis plus enceinte, je suis à nouveau une femme active. Dans quelques jours, je reprendrai le travail, alors il est temps de prendre des résolutions en tant que maman et en tant que femme.

J’essaie de faire la paix avec ce nouveau corps. Oui, je vais devoir perdre ces quinze kilos. Mais on va faire ça en équipe, mon corps et moi. Je dois trouver un objectif pour me motiver. Avant telle date, tel poids ? Rentrer dans ma jolie robe orange pour le baptême de ma fille ? Mieux ! Mon mari m’a promis de me payer un tatouage comme cadeau d’accouchement. Du coup, pas de tatouage avant d’avoir atteint mon objectif !

À l’heure où j’écris cet article, nous sommes fin mars et j’ai perdu sept kilos et demi depuis le 20 janvier. C’est difficile de mettre ma passion pour les pizzas de côté ! Mais je suis fière de moi et de mon mental d’acier ! Surtout en cette période de fêtes de Pâques !

Je ne suis plus du tout control freak de mon corps. Je fais attention sans me priver. J’ai fait la paix avec mon corps, qui a beaucoup évolué, qui a porté la vie, qui a été marqué par cet accouchement. J’accepte complètement mes vergetures encore marquées sur les hanches, je ne suis plus dégoûtée par la cicatrice de ma césarienne. Tout ça fait partie de mon histoire, de ma nouvelle vie de maman. Ma fille aura bientôt 9 mois : il fallait au moins ça pour que je me remette de la grossesse, de l’accouchement et du post-accouchement.

Si mon expérience me permet de te donner un conseil : chaque chose en son temps ! Oui, je connais des mamans ayant pris quinze kilos qui sont sorties de la maternité dans un pantalon taille 36. Mais je connais aussi des mamans qui, deux ans après la naissance de leur bébé, n’ont pas perdu un seul kilo. Nous sommes toutes différentes, nous avons toutes des grossesses différentes.

Ma collègue, qui est aussi en plein régime post-grossesse (sa fille a 15 mois), me rappelait l’adage : « Ce qui se fait en neuf mois, il faut neuf mois pour le défaire. » Mon gynécologue m’a dit que le corps d’une femme mettait entre douze et quinze mois à se remettre complètement d’un accouchement. Peu importe le nombre de mois, peu importe les statistiques. Chacune doit prendre le temps de se réapproprier son corps à son rythme.

Il y a enfin une chose à laquelle je ne m’attendais pas, c’est la « mémoire du corps ». Ton corps « se rappelle » la grossesse. Et parfois, il m’arrive de sentir encore les petits coups de mon bébé dans mon ventre…

Et toi ? Avais-tu des soucis d’acceptation de ton corps avant la grossesse ? Cette étape a-t-elle atténué ou amplifié le phénomène ? As-tu eu du mal à perdre tes kilos de grossesse ? Comment vis-tu tout ça ? Viens en parler…

A propos de l’auteur

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et d'un petit Barbouille né peu avant le printemps 2018. Tatouée, motarde, fan de foot mais aussi très coquette, addict aux robes et aux talons : je suis pleine de contradictions ! Je viens ici te raconter mon quotidien avec mes deux enfants et mes expériences de la parentalité. J'essaie toujours de positiver !