Menu
A la une / Vie de maman

Les premiers mois : un bébé idéal malgré les pleurs du soir

Après mon séjour à la maternité, je vais te raconter les quatre premiers mois de Petite Fleur.

Le premier mois a été le plus difficile, à cause des pleurs du soir, qui pouvaient durer trois heures montre en main !!

Mais commençons par le début : à la maternité, Petite Fleur pleurait beaucoup, et se calmait vers 2h du matin. Puisqu’on venait nous réveiller à 7h pour la pesée du bébé, nous étions toutes les deux très fatiguées…

Le soir de notre retour à la maison, elle s’est endormie après le biberon de minuit. Victoire ! Ce n’était donc que la maternité qui provoquait ces pleurs ? J’avais de grands espoirs… qui ont été anéantis, piétinés même, le lendemain soir.

Ce jour-là, Petite Fleur s’est endormie en début de soirée, puis s’est réveillée à 23h. Et là, elle hurlait, hurlait !! Aujourd’hui, je ne comprends toujours pas comment un si petit corps peut faire autant de bruit !! Je l’ai câlinée, bercée et j’ai chantonné à plusieurs reprises, rien n’y faisait ! Elle continuait de hurler, qu’on soit là ou pas.

Alors, pour soulager mon homme, je suis partie dormir sur le canapé avec bébé dans les bras. Ça ne l’a pas empêchée de continuer de pleurer, jusqu’à 2h…

Le lendemain, j’étais très fatiguée. Petite Fleur, elle, a bien dormi toute la matinée… J’ai commencé à avoir très peur : et si toutes les nuits se passaient comme ça ? Et si je ne pouvais plus jamais dormir avec mon mari ??

Heureusement, l’après-midi même, j’ai eu la visite de la sage-femme à domicile. Je lui ai posé beaucoup de questions sur l’allaitement (qui a été un gros problème pour moi, mais c’est le sujet d’un autre article), et je lui ai demandé conseil pour les pleurs du soir. Elle m’a répondu avec désinvolture, en haussant les épaules : « Elle a juste besoin d’être rassurée, dormez avec elle. » Ah… J’espérais un conseil plus constructif…

La nuit suivante, nous avons tout de même suivi son conseil, et nous l’avons mise entre nous deux. Elle a dormi toute la nuit et ne s’est pas réveillée une seule fois pour un biberon, à 1 semaine de vie !! Je n’en revenais pas. Mais nous étions tous les deux d’accord pour ne pas retenter l’expérience. Nous voulions garder notre lit pour nous deux.

Pleurs du soir

Crédits photo (creative commons) : Tamaki Sono

La nuit suivante, nous l’avons couchée, elle s’est endormie et, comme si elle avait un réveil dans la tête, elle s’est mise à hurler à 23h pile. Nous avons vérifié qu’elle n’avait pas faim, pas la couche sale, pas mal quelque part, pas besoin d’un câlin… mais rien à faire, elle pleurait. La laisser pleurer a vraiment été très dur. Mais ces pleurs lui étaient nécessaires pour se décharger de sa journée, je ne l’ai compris que plus tard.

Petit à petit, les pleurs se sont décalés plus tôt dans la soirée (18h-22h), jusqu’à disparaître totalement vers 1 mois et demi. Cette période a été vraiment très dure. Je me suis posé beaucoup de questions sur le bien-être de mon enfant et ma capacité à être une bonne mère (les angoisses de la grossesse sont remontées…).

Heureusement, en dehors de ça, Petite Fleur a tout de suite été un bébé PARFAIT !

Je fais partie de ces chanceuses qui ont un bébé qui a toujours très bien mangé. Elle a toujours fini ses biberons ou presque, et elle n’a jamais fait de problèmes pour le boire. La seule chose, c’est qu’elle l’aime chaud et qu’il faut donc lui réchauffer sur la fin.

Elle a aussi commencé à faire ses nuits à 1 mois ! Aujourd’hui, à 4 mois, elle dort douze heures d’affilée, et elle fait une petite sieste (quarante-cinq minutes) le matin et une grosse (deux heures) l’après-midi.

Le sommeil et l’appétit, c’est génial ! Mais pour ce qui est de l’éveil ?

Petite Fleur tenait déjà sa tête à la naissance !! (Bien sûr, nous faisions tout de même attention.) Et aujourd’hui, c’est une championne : elle tient bien sa tête et suit tout du regard, en tournant la tête en haut, à droite, à gauche, une vraie girouette ! Elle a toujours été très tonique, et quand elle ne dort pas, elle gigote dans tous les sens. On en a reçu, des coups de pied dans le ventre, en la changeant !! (Aïe la cicatrice de césarienne…)

Très vite, elle a observé ce qui l’entourait. Elle était fan des guirlandes clignotantes de Noël, à tel point qu’on a toujours la nôtre. Elle adore la télé aussi (plein de couleurs qui bougent, wouaaah), mais ça, ça nous enchante moins… On la met donc dans son transat dos à la télé, pour éviter de cramer ses petits yeux. Aujourd’hui, quand elle fait une grosse colère, on l’emmène devant la télé, et elle se calme instantanément. Mais il ne faut pas en faire une habitude !!

Elle adore le bain, et si elle pleure, elle se calme dès qu’elle est dans l’eau. Aujourd’hui, à 4 mois, quand on la savonne, elle sait que ce sont les prémices du bain, et elle attend sagement sans rien dire. Je la trouve tellement intelligente !! Une fois dans le bain, elle donne de grands coups de bras et de jambes en souriant.

Dès sa naissance, comme tous les bébés, elle serrait très fort la moindre chose qu’on lui mettait dans la main, puis ce réflexe a disparu. Vers 2 mois et demi, elle a recommencé à serrer ce qu’on lui mettait dans les mains, mais cette fois, c’était volontaire. Aujourd’hui, elle attrape les objets, les apporte à sa bouche et frotte son doudou sur son visage. C’est trop mignon !!

Pour finir, ce qu’il y a de plus mignon chez un bébé : les interactions ! Ses premiers sourires sont apparus vers 1 mois et demi, plus ou moins volontairement, et sont devenus de plus en plus fréquents. À 2 mois, elle souriait dès qu’on lui parlait ou qu’on lui faisait des grimaces. Elle a commencé à s’exprimer vers 2 mois également (ça a vraiment été un grand cap dans notre cas) : elle faisait des gazouillis de bonheur et faisait areuh. Mais vraiment !! « Aaareuh reuh reuh » Ou comment faire fondre sa mère !

Lors de la dernière visite chez le médecin pour vérifier son développement, tout était ok, en dehors du fait qu’elle ne riait pas encore. Une semaine plus tard, en sortant du bain, on l’a mise face au miroir et on faisait des grimaces. Et là, c’est sorti tout seul, ça ne l’a même pas étonnée : un petit rire, adorable et craquant.

Nous étions tous les deux là pour son premier rire. On en avait les larmes aux yeux. On l’aime tellement, notre Petite Fleur ! Elle a fait de nous une famille à part entière et elle nous émerveille chaque jour par ses progrès.

Et toi ? As-tu subi aussi la tyrannie des pleurs du soir ? Comment les as-tu gérés ? Quels progrès de ton enfant t’ont le plus émue ? Dis-nous !

A propos de l’auteur

Je suis une passionnée d'histoire, de dessins animés et de pâtisserie. Après avoir quitté la région parisienne, je vis dans une maison en province avec mon mari, nos deux chats et Petite Fleur. C'est une petite fille gentille et malicieuse qui illumine chacune de nos journées.