Menu
A la une / Témoignage

Mon parcours PMA : quand une pause s’impose…

Depuis le début je te raconte en long, en large et en travers toutes nos aventures médicales.

Il faut dire qu’on n’a pas chômé ! En presque deux ans d’essai, on sera passés par les cases spermogramme, bilan sanguin, stimulation ovarienne par cachet, stimulation ovarienne par injection, hystérosalpingographie, test post-coïtal… et une insémination a été annulée à cause, contre toute attente, de spermogrammes de MonsieurDeLaForêt qui n’étaient pas exploitables !

Alors voilà, après toutes ces étapes, que faisons-nous ? La réponse du corps médical est claire : une PAUSE !

Syper gygy nous dit cette phrase en consultation : « Si vous saviez le nombre de couples que j’ai vu exploser dans ce genre de parcours ! Faites une pause, recentrez-vous sur vous, pensez à vous. Et dans quelques mois, quand vous vous sentirez prêts, revenez me voir, on verra ce qu’on envisage comme solution ».

Amoureux

Crédits photo (creative commons) : Adán Sánchez de Pedro

La solution, on en a déjà un peu parlé avec elle, et elle n’est pas très réjouissante : quand l’amoureux se sentira prêt, il retournera au CECOS faire des prélèvements qu’ils congèleront. Comme ça, si le prélèvement n’est pas suffisant le jour de l’insémination, ils pourront se servir des « paillettes » (joli terme poétique et festif pour désigner le sperme congelé !). Pas de pression !

Cependant, cette perspective m’effraie à plusieurs niveaux :

  • ça impose à mon mari de faire un prélèvement plusieurs fois avant chaque insémination, ce qui l’a déjà freiné dans le passé,
  • ça repousse de plusieurs mois chaque tentative,
  • et les résultats d’insémination avec du sperme congelé sont moins bons que pour les inséminations avec sperme du conjoint (IAC) classiques.

Mais bon, chaque chose en son temps.

MonsieurDeLaForêt va d’abord voir l’échographiste et l’urologue, qui le rassurent : aucun souci médical ne causerait ce petit volume spermique… La gynéco semble donc avoir raison : ces mauvais résultats sont plutôt dus à la fatigue et à la pression qu’il se met.

Le moral est au plus bas, nous sommes tous les deux fatigués et tendus… Maintenant qu’on sait que tout est OK au niveau médical, il faut « simplement » que MonsieurDeLaForêt se détende. Je dois attendre qu’il aille mieux et se sente prêt à repartir d’attaque. Mais j’ai face à moi un MonsieurDeLaForêt fermé, qui refuse de communiquer sur le sujet…

Est-ce juste une saturation générale de nos échecs ? Un ras-le-bol qui fait qu’il a envie de tout mettre de côté quelques temps ? Est-ce plus profond que ça ? Comme tu le vois, beaucoup de craintes, de déceptions, d’interrogations (comme quoi la place de l’homme est cruciale en PMA).

Nous sommes déstabilisés. Non pas parce que nous n’avons plus les mêmes priorités, bien au contraire, mais parce que nous ne sommes pas au même niveau d’acceptation.

De mon côté, j’ai fait moult examens, pléiades de stimulations, et j’ai pris le parti de faire le nécessaire pour arriver à avoir enfin ce bébé que nous attendons depuis longtemps, car le souci vient plus de moi que de mon mari. J’ai passé ce cap, accepté cette situation.

De son côté, mon mari, lui, a désormais les pieds en plein dedans. Il vient d’avoir des résultats très préoccupants, qui ébranlent peut-être tout ce qu’il croyait sûr et certain, son chemin tout tracé en quelque sorte. Là, tout s’effondre…

Il va falloir que j’apprenne à prendre un peu de recul pour laisser le temps à MonsieurDeLaForêt de reprendre confiance en lui. C’est lui qui a les clés en main, qui a besoin de faire descendre ses appréhensions… Puis la fameuse phrase de ma gynécologue me revient en tête, comme un signal d’alarme : prends soin de ton couple, MadameDeLaForêt ! J’essaie de faire plus attention à mon mari, à son moral, de parler d’autres choses que de PMA et de bébé…

L’anniversaire de MonsieurDeLaForêt tombant le jour de la St Valentin je lui fais la surprise de réserver une nuit dans un hôtel 4 étoiles avec SPA et restaurant gastronomique. On profite, on rigole, on se câline, on ne pense plus à rien, si ce n’est au bon moment qu’on passe tous les deux… ça nous fait un bien fou ! La vie est belle, il faut en profiter, et ne pas s’engluer dans la tristesse et les épreuves…

Mais la vie n’est pas que belle, elle est aussi incroyable et pleine de surprises !

Deux jours après notre petite escapade amoureuse, je note que pour la première fois un retard de règles et j’ai une petite étincelle au fond de mon âme qui s’allume… Mais, qu’est-ce qui se passe ? Mais non… ce n’est pas possible voyons !

Eh si ! Après deux ans d’essai, j’ai l’immense plaisir de t’annoncer qu’un petit bébé miracle est venu s’installer naturellement dans mon bidou ! Après plusieurs mois de grossesse je n’en reviens toujours pas ! S’il y a bien un mois sur lequel on n’aurait jamais parié, avec toutes ces péripéties, c’est bien celui-là ! Et pourtant… Dans quelques mois un petit bonhomme va, pour notre plus grand bonheur, compléter notre foyer !

C’est donc un message plein d’espoir que je porte ici à toutes celles (et ceux) qui attendent aussi impatiemment, à mes copines galériennes : non ça n’arrive pas qu’aux autres ! Laissez vous surprendre par la vie !

« La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ». André Malraux.

Et toi ? Tu es passée par la case PMA ? Tu as ressenti cette saturation du médical ? Une petite pause a été l’occasion d’une grande surprise ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

A propos de l’auteur

Jeune mariée de 29 ans, working girl, amoureuse de la vie, de sa maison et surtout de MonsieurDeLaForêt, il ne nous manque plus qu'une chose pour parfaire notre bonheur : fonder une famille... Mais ce beau projet est devenu bien plus compliqué que prévu quand le mot PMA s'est invité à notre quotidien... Contre toute attente un bébé surprise est venu s'installer dans mon bidou après 2 ans d'essai : petit bonhomme est attendu pour l'automne :)