Menu
A la une / Témoignage

Une belle complicité

Comme tu le sais si tu as lu mes précédentes chroniques (et c’est purement scandaleux si tu ne l’as pas fait), Bibou et Titou ont un peu plus de deux ans de différence. Et, ça n’a pas toujours été le cas, mais, depuis quelques mois, ils développent une jolie complicité pour notre plus grand bonheur (ou à nos dépens parfois…)

Crédits photo (creative commons) : jatocreate

Au début, c’était pas gagné…

Bibou n’était pas seulement notre premier enfant. Il était aussi le premier petit-enfant de mes parents. Le premier petit-enfant de mes beaux-parents. Donc le premier neveu de nos frères respectifs à Mamour et à moi. Il était même le premier petit-neveu de nos oncles et tantes et le premier arrière-petit-enfant de la grand-mère de Mamour. Tu as compris où je veux en venir ? Pendant deux ans, Bibou a été le centre d’attention de toute la famille. Et ce n’est pas une simple façon de parler. 

J’imagine donc que, dans sa tête de petit garçon de 2 ans, le choc a dû être rude quand on a commencé à lui parler d’un petit frère ou d’une petite sœur habitant dans le ventre de Maman. Vers cette période, il a d’ailleurs commencé à se réveiller plusieurs fois par nuit… Mais en apparence il montrait surtout une profonde indifférence pour la question. Quand Titou est né il a pourtant eu l’air content, fier, curieux… Je ne sais pas bien quel mot mettre sur ce qu’il semblait ressentir. Mais nous avons une photo de l’instant précis où il se sont vus pour la première fois et cette photo est magnifique (en toute objectivité). Je ne te la montrerai pas parce que je ne veux pas mettre de photo de mes fils sur le net, mais l’expression du visage, le regard de Bibou y sont très parlants, je trouve. On dirait bien qu’on y voit… de la fraternité… oui, ça doit être ça.

En tous cas, à partir de là, l’intérêt pour ce petit frère a été réel. Mais disons que c’était un intérêt très… expérimental…

Voyons ce qu’il se passe quand je mets tout le poids de mon corps sur les jambes de ce tout petit bébé…

Nous surveillions donc Bibou comme le lait sur le feu dès qu’il s’approchait de Titou. La jalousie est apparue aussi. Dès que quelqu’un s’occupait de Titou, Bibou déboulait. 

Titou a lui aussi, comme beaucoup de bébés, rapidement développé un grand intérêt pour son grand frère. Dès qu’il a eu l’âge de rire, Bibou a été son clown favori.

Quand Titou a grandi, les choses se sont corsées. La jalousie de Bibou est restée et celle de Titou s’est faite sentir aussi et de la même façon.

Si tu t’occupes de mon frère, tu dois t’occuper de moi aussi. Maintenant. 

Et puis, Bibou n’aimait pas prêter ses jouets ou que Titou rentre dans sa chambre (ce qui ne l’empêchait pas d’entrer dans la sienne). Alors les conflits étaient assez fréquents et les bagarres aussi (et ce n’était pas forcément le plus grand qui gagnait…)

Et puis, c’est arrivé…

Depuis quelques temps donc, les choses se sont apaisées entre eux. Peut-être que c’est dû au fait qu’ils peuvent désormais plus facilement partager des jeux, peut-être au fait que Titou parle bien. Est-ce que nos comportements à Mamour et à moi auraient pu favoriser cette évolution positive ? (ça voudrait dire qu’on aurait au moins réussi un truc en tant que parents ? non, c’est pas possible, c’est sûrement pas ça…) Peut-être qu’on n’est pas obligé de trouver une raison non plus. Toujours est-il qu’ils jouent beaucoup ensemble et rient beaucoup ensemble, de choses qui ne font rire qu’eux (comme des frères quoi). Ils se font des câlins aussi. Titou en réclame souvent à son grand frère. 

Ils sont très complices également dans les bêtises et les effronteries… ce qui a le don de me mettre sur les nerfs… Si Bibou refuse d’obéir lorsqu’on leur demande quelque chose, il est certain que Titou n’obéira pas non plus. En revanche, si Bibou obtempère, on a une chance pour que Titou aussi (mais rien n’est certain pour le coup). Bibou a donc beaucoup d’influence sur son petit frère qui semble le vénérer d’ailleurs. Et Titou en a aussi sur son grand frère qui se laisse parfois très facilement entraîner dans la désobéissance alors qu’il s’apprêtait à s’exécuter. D’un autre côté, Bibou se comporte avec Titou presque comme un parent parfois, bien que nous lui rappelions souvent que ce n’est pas son rôle. Il peut se montrer très protecteur, voire professeur. Enfin, Titou répète tout que son frère dit et veut tout faire comme lui bien sûr.

Crédits photo (creative commons) : White77

Décrite comme ça, leur relation a l’air idyllique. Elle ne l’est pas bien sûr. Il y a encore des disputes et des bagarres. Il y a même des mesquineries maintenant qu’ils sont assez grands pour s’en faire. Il y a encore des moments où Bibou veut être seul dans sa chambre et où son frère le dérange. Il y a encore des moments où il se battent pour un jouet. Il y a encore une forme de jalousie. Et c’est normal. Mais je suis très heureuse de la belle complicité que mes deux amours ont développé. C’est un vrai bonheur de les entendre rire ensemble et de voir qu’ils aiment passer du temps l’un avec l’autre. Ça ne présage pas forcément de la relation qu’ils auront plus tard et peut-être même que, dans un an, ils ne se supporteront plus mais ce qui est pris est pris. 

Et toi ? Quel regard portes-tu sur la relation que nouent tes enfants entre eux ? Et, si tu en as plus de deux, quelles sont les différences de relations entre tous tes enfants ? Raconte !

A propos de l’auteur

Maman trentenaire de deux fistons nés en 2015 et 2017 qui font déborder mon cœur d’amour et ma tête de questions.