Menu
A la une / Point budget

ChérieChou, les sous et nous : le point budget de Louna !

Cet été, les chroniqueuses de Dans Ma Tribu lèvent un tabou et te disent tout tout tout… sur le budget ! Régulièrement, une chroniqueuse sortira sa calculette et te dira ce qu’elle a dépensé pour accueillir et entretenir ce bébé qui n’a pas de prix. Mais, évidemment, tout ceci n’est qu’indicatif ! N’oublie pas que toutes les situations sont différentes 🙂 Aujourd’hui, c’est Louna qui fait ses comptes…

Bon alors, histoire de planter le décor, il faut savoir que je suis une autruche de compétition lorsqu’il s’agit d’estimer mes dépenses. Je suis du genre à ne jamais vouloir retirer du liquide et à plutôt payer en carte bleue, histoire de ne pas faire une syncope au moment de passer à la caisse avec mon énième petite robe noire et ma trente-troisième paire de ballerines (oui, trente-trois ! Chacun ses problèmes, hein !).

Bref, dans notre vie, heureusement que Mister F. est là pour veiller avec bienveillance sur le pot commun familial. (Wouaaah ! Dit comme ça, ça fait peur : le gros cliché macho. Franchement, j’ai honte, et ça la fout mal pour une féministe engagée comme moi, mais bon, je te parle sans fard de ma vraie vie !)

Bref, on n’est pas là pour faire mon analyse, mais plutôt pour te proposer un article budget à contre-courant : oui, oui, promis, la vie avec bébé peut bien se passer, financièrement parlant ! Et comme je serais tout bonnement incapable de te faire un bilan de nos dépenses réelles depuis le début de ma grossesse jusqu’à maintenant, rapport à mon handicap financier, j’ai décidé de te proposer un petit focus sur tous les postes sur lesquels on a économisé (oui, tu as bien lu : ÉCONOMISÉ) depuis l’arrivée de ChérieChou dans nos vies.

Les économies grâce à mon bébé

Crédits photo (creative commons) : Tax Credits

Nourriture

Commençons par du soft : en ce qui concerne la nourriture, on pense toujours au lait maternisé, cette précieuse poudre pour tout jeune parent en détresse qui, le dimanche soir, devant son bébé en manque, file en urgence à la pharmacie de garde pour acheter sa dope son lait à prix d’or.

Alors certes, ce n’est pas le meilleur exemple pour commencer : ça coûte cher, ce fichu lait, d’autant plus que n’étant pas une allaitante de compète, ChérieChou a été à ce régime dès son troisième mois. Mais bon, ça ne dure pas une éternité non plus : dès la fin de sa première année, elle est passée au lait de vache tout simple, qu’on trouve en supermarché. (Bon, comme on est des bobos assumés, on achète le sien en version bio et au marché. Zut, encore un mauvais exemple !)

Bref, ce que je voulais te dire, en fait, c’est que quand tu as un bébé, tu te surprends à vouloir profiter de la séance confection de purée maison pour mieux te nourrir toi-même dans la foulée. Et souvent, ça revient moins cher, en fait !

Ce qui a vraiment changé pour nous, au quotidien, c’est que nous cuisinons beaucoup plus de légumes frais et de bons produits. Depuis le début de la diversification, nous faisons des purées et compotes maison, avec les bons produits du marché. Et on profite d’être levés à l’aube et d’être les seuls au marché (avec les autres parents de bébés – parce que oui, aussi tôt, il n’y a même pas encore les vieux, avec nous, au marché !) pour faire des achats de bonne qualité pour nos repas de la semaine à nous aussi ! Fini les pizzas, les plats tout faits ou congelés : quitte à cuisiner une partie du weekend, autant que ça nous profite à nous aussi.

Au final, notre budget nourriture hebdomadaire est de l’ordre de 60 à 70€, tout compris (légumes, fruits, viande, produits laitiers, pain, etc.).

Et les soirées restos ou les sorties au bar avec les copains, on en parle ? Parce que la somme économisée sur cette ligne de budget est plus que considérable ! Je ne pourrais pas te donner de chiffres exacts, mais passer de deux à trois sorties hebdomadaires à deux à trois sorties mensuelles, forcément, ça fait du bien au portefeuille.

Loisirs

Bon alors, là, gros dossier. Il faut dire qu’avant l’arrivée de ChérieChou, les loisirs, c’était la folie, par chez nous : je capitalisais, à moi toute seule, un budget mensuel monstrueux de 350€. Oui, je sais, je suis grave : je faisais du piano, de la boxe, des claquettes et du yoga. Voilà voilà.

Maintenant, forcément, j’ai adapté mon emploi du temps, et c’est avec un grand bonheur que je passe mes soirées à jouer avec ma fille et à profiter de ma famille. Je me suis tournée vers le conservatoire public de ma ville, qui propose une inscription annuelle à la chorale pour… 90€ ! Je continue aussi la boxe, pour 150€ annuels.

Bref, il n’y a pas photo : merci ChérieChou pour les économies !

Voyages

Ben là aussi, forcément, on a dû mettre le holà. Je te rassure, on continue à voyager, avec ou sans ChérieChou, mais là où, avant, nous étions en vadrouille au moins deux weekends sur trois (quoi, on a la bougeotte ? Je ne vois pas de quoi tu parles !), on se contente de visites tous les deux mois à nos familles (et bizarrement, ça les motive pour venir nous voir chez nous : si on avait su plus tôt, on aurait pu arrêter de donner un rein par semestre à la SNCF).

Et puis, avantage non négligeable, grâce à ChérieChou, nous avons maintenant la carte Enfant + ! Avec quatre adultes accompagnateurs qui voyagent à des prix 50% moins chers et un bébé qui a un siège gratuitement, ça permet de faire de sacrées économies.

Shopping

Comme je te le disais en introduction, j’ai une certaine propension à apprécier aimer adorer être addict au shopping.

Mais à la naissance de ChérieChou, j’ai vécu un truc tout bizarre, comme une sorte de désintox vitesse grand V. Avec mon petit bébé adorable et tout mignon à la maison, l’envie d’aller piétiner tout l’après-midi dans des magasins surchauffés en laissant la chair de ma chair loin de moi, ça m’a paru complètement ridicule. Je te laisse imaginer l’ampleur de l’économie (je te rappelle que j’ai trente-quatre paires de ballerines. Eh oui, j’en ai acheté une depuis le début de la rédaction de cet article. C’est comme ça, on ne juge pas, je fais ce que je peux pour me soigner… !).

Bon, et puis, avec le bidon tout bizarre d’avoir été autant étiré, l’allaitement et les derniers kilos squatteurs, ben pendant plusieurs mois, je n’avais de toute façon pas bien envie de m’acheter des choses pour moi.

Alors certes, je me suis un peu rattrapée avec les habits de bébé, mais non seulement ça coûte quand même moins cher, mais en plus, avec tous les habits récupérés des copains, de la famille ou encore des autres parents de la crèche, mon désir de jouer à la poupée avec mon petit bébé était déjà bien assouvi.

Bilan

Tu l’auras compris, chère lectrice, l’idée ici n’est pas de te donner un ordre de grandeur précis de mes dépenses et/ou économies depuis l’arrivée de ChérieChou dans nos vies, mais d’aborder sur le ton de l’humour ce sujet parfois tabou du budget.

Ce que j’ai surtout réalisé, c’est que finalement, la vie des parents s’adapte lorsqu’un petit bébé décide de venir s’incruster dans leur quotidien, et que le budget fait partie des modifications indispensables (dans les deux sens, hein ! Parce que même avec des Louboutins aux pieds, tes cernes de jeune maman, on ne pourra pas les louper !). Mais en toute sincérité, les dépenses se distillent dans le temps, et très vite, tu réalises que le budget de la famille a évolué sans que tu t’en aperçoives.

Et toi ? Tu as l’impression que finalement, tu fais des économies en ayant un enfant ? Dans quels domaines ? Ça a été dur d’adapter ton budget ? Viens nous raconter !

A propos de l’auteur

Jeune mariée presque trentenaire et maman depuis l'été 2014, j'essaie de concilier la vie de famille, un boulot passionnant et ma passion pour les voyages. Mister F. et ChérieChou me comblent de bonheur, même si parfois on ne sait plus où donner de la tête ! Mais bon, ça me va bien : je suis plutôt du genre à ne pas tenir en place.... Danse, lecture, piano, mais aussi boxe ou yoga, la vie à 100 à l'heure, j'aime ça !