Menu
A la une / Vie de maman

Ode à notre écharpe de portage !

À l’heure de la rédaction de cet article, ma fille a presque 9 mois, elle fait une dizaine de kilos. Et depuis plus de 8 mois, elle est portée en écharpe et il est fort probable que ça continue.

Pas de poussette !

Pour plein de raisons différentes (qui vont de raisons écologiques et éthiques à notre défaut partagé de ne pas être des fans de rangement), l’amoureux et moi essayons de limiter nos achats et le nombre de choses que nous possédons.
Et nous nous sommes méfiés très vite des listes d’indispensables d’objets de puériculture. Même si beaucoup sont là pour simplifier la vie, nous avons voulu nous mettre au défi de voir si nous pouvions nous passer du maximum de choses (et d’ailleurs avec le recul, il y a certaines choses que nous avons achetées dont nous aurions pu nous passer).

À cela s’ajoute que nous habitons au deuxième étage, sans ascenseur, dans un petit appartement d’une cinquantaine de mètres carrés. Je ne me voyais pas avec un bébé dans les bras et la poussette, monter nos escaliers. Et puis où ranger une poussette avec nacelle etc dans notre petit appartement ?
Et en plus, quand on a regardé les prix des poussettes trio par curiosité, on a trouvé ça tellement cher !

Enfin, j’ai toujours eu envie de porter mon enfant. Cela va sans doute de pair avec mon envie de maternage proximal dont je t’ai déjà plusieurs fois…
Mais ça date aussi de plus longtemps : il y a dix ans, j’ai passé un été au Burkina Faso et j’ai travaillé avec des femmes qui portaient leur enfant sur le dos et l’idée me plaisait, être là pour son bébé mais pouvoir continuer de vaquer à ses occupations, je trouvais ça chouette.

J’ai donc proposé à l’amoureux de tenter de ne transporter notre enfant uniquement en portage.
Au moins au début… L’idée était qu’une fois que l’enfant pourrait tenir assis, on achète une poussette canne, plus compacte, moins lourde, plus facile à monter et à stocker.
Mon mari avait un peu d’appréhension mais il était prêt à tenter l’aventure.

Quel moyen de portage ?

Nous aurions pu acheter un porte-bébé. Mais c’était l’idée de l’écharpe qui me séduisait, ça me paraissait plus intime, ça répondait au besoin de produit simple que j’aime bien… Et puis en lisant sur le portage, j’ai vite compris que c’était aussi ce qu’il y a de mieux pour respecter la physiologie de bébé, surtout quand c’est un nouveau-né.

Ensuite, j’ai essayé de comprendre les différences entre les écharpes, mei tai, sling, en coton jersey, tissé…

Pour finalement me décider pour une longue écharpe Néobulle en coton tissé.

Crédit photo : mamzelle Joe

J’ai pris ce qui me paraissait le plus multi-usages :

  • une longue écharpe pour pouvoir faire plein de nœuds différents,
  • pas en matière extensible pour pouvoir l’utiliser longtemps – les écharpes en jersey (comme les Jpmbb) sont plus faciles à positionner quand on est débutant mais quand le bébé devient lourd, ça peut se détendre et ça a un effet rebond pas du tout agréable pour le porteur.

Je n’étais pas du tout sûre de moi pour ce choix. Je l’ai fait finalement car une amie vendait une belle écharpe d’occasion et que je me suis dit que je verrais.
Mais comme d’autres amies porteuses m’avaient dit qu’il fallait plusieurs moyens de portage, j’avais aussi mis sur la liste de naissance un sling (comme portage d’appoint) et un mei tai (en pensant à l’amoureux qui avait très peur des nœuds).

Au final, on ne nous a pas offert ces cadeaux. Nous avons donc débuté seulement avec l’écharpe classique de Néobulle.

Quelques semaines après la naissance de notre fille, j’ai commandé La petite écharpe sans nœud, le sling de JPMBB. Elle m’a beaucoup servi en intérieur les 3 premiers mois, quand ma fille était en mode koala. Je ne maîtrisais pas encore suffisamment la grande écharpe pour la mettre rapidement dedans quand elle hurlait.

Crédit photo : photo personnelle
Cette photo me rend limite nostalgique de mon tout petit bébé et puis, je vois ma tête fatiguée…

Par contre, aujourd’hui, je ne l’utilise très très peu (je dis « je » car l’amoureux n’a jamais réussi à s’en servir de celle-là !)
Mais je ne regrette pas mon achat : la puce y a passait des heures et sur le moment, ça m’a vraiment bien aidée (même si pour un 2ème, je mettrais bien plus facilement dans l’écharpe).
Et puis, c’est bien encore aujourd’hui d’avoir une solution bis, quand on doit par exemple laver notre écharpe adorée. Enfin, le portage sling, permet encore du portage d’appoint pour éviter de se faire mal aux bras comme au baptême de notre fille où on a passé pas mal de temps debout… J’étais soulagée d’avoir cette option (et ça n’aurait pas été pratiques de la mettre dans l’écharpe à ce moment-là).

Pourquoi nous adorons porter ?

Finalement, donc, c’est à notre grande écharpe colorée que je voulais avant tout faire une ode.

Avec l’amoureux, nous disons souvent que c’est le meilleur achat que nous ayons fait (surtout en rapport prix / gain, les 40 euros les mieux rentabilisés de notre parentalité !)

L’amoureux avait peur des nœuds, peur de ne pas savoir faire. Je lui avais dit que s’il s’en sortait pas, nous pouvions nous rabattre sur le porte-bébé physio ou le mei tai. Mais acheter autre chose pour lui, c’était perdre le jeu que nous avions instauré de tenter d’avoir le moins possible, il s’est donc mis au défi…
Tout au début, suite à ma faiblesse générale, c’est lui qui a du porter mais je l’aidais à mettre l’écharpe et le bébé. C’est quand notre fille est rentrée à la crèche qu’il a du apprendre à se débrouiller seul.
Mais aujourd’hui, les appréhensions du début sont loin et il frime à mettre sa fille sur son ventre en quelques dizaines de secondes !

Surtout, il adore la porter, quand nous sortons tous les trois, c’est dans 90% des cas avec bébé sur papa.

Crédit photo : mamzelle Joe

Nous aimons tous les deux beaucoup cette proximité physique du portage avec notre fille.
Au début, c’était magique à quel point ça la calmait et l’endormait systématiquement.
Aujourd’hui, elle est plus tournée vers le monde extérieur et curieuse de regarder ce qui l’entoure mais pouvoir se réfugier contre papa ou maman en cas de peur, de fatigue ou de besoin de câlins semble beaucoup la rassurer.

Le portage nous permet aussi de ne pas être encombré : pas de problème pour aller n’importe où.

Et maintenant que je maitrise aussi super bien le portage sur le dos, j’ai vraiment l’impression d’avoir une grande liberté. Et ma fille qui rit, bat des pieds et des mains quand elle me voit sortir l’écharpe, c’est magique. C’est vraiment un bonheur partagé !

Les autres avantages de l’écharpe

J’avais conscience des avantages du portage avant de m’y mettre mais je n’arrive pas réaliser qu’il y a aussi une série de petits plus bien sympathiques :

  • Tu fais sourire les gens, tu attires une curiosité toujours bienveillante. Surtout l’amoureux, il dit qu’il ne compte plus le nombre de personnes (surtout des femmes – mais de tout âge) qui viennent lui parler quand il sort seul avec son bébé en écharpe.
  • L’écharpe, c’est bien aussi pour faire tapis d’éveil, couverture etc, bref, tu peux poser dessus ton bébé un peu n’importe où, ou couvrir ton bébé avec.
  • L’écharpe me permet aussi de me cacher un peu quand je dois sortir mon sein pour allaiter (je sors donc de plus en plus avec juste le bébé dans l’écharpe, pas de sac spécifique).
  • Quand tu portes ton bébé, un peu plus grand, tu as plus tendance à le poser pour qu’il explore l’environnement, ben oui, si tu as envie de te poser, tu sors bébé de l’écharpe (alors qu’en poussette, tu l’y laisserais plus facilement). Et donc beaucoup ma fille découvre l’herbe, les feuilles, les branches (bon et aussi le sol des cabines de change à la piscine, c’est un peu plus galère) en motricité libre.

Nous avons finalement (tout de même) une poussette-canne

Ça fait des semaines que notre fille tient bien assise. J’ai donc demandé à l’amoureux : « on cherche une poussette canne ? », il me répond « eh bien, je n’en vois pas l’intérêt pour le moment, on se débrouille très bien sans ».

Et puis, on a fait garder notre fille par une amie un jour et on s’est rendu compte que c’était un peu embêtant : l’amie en question a tenté le portage mais comme elle n’a ni la prise en main de l’écharpe, ni l’entrainement qu’on a depuis des semaines (on a du se muscler avec le bébé qui grandit), ce n’était pas très concluant. Et puis les grands-parents, eux, ne se voyaient pas porter en écharpe ou même en porte-bébé…
Et comme on compte faire appel à eux régulièrement pour s’occuper de la puce en journée… J’en ai parlé à ma belle-mère qui s’est gentiment proposée pour nous trouver une poussette-canne de seconde main – qu’elle nous a offerte.
Nous avons donc actuellement une poussette-canne Mac Laren à la maison, depuis environ un mois.
Elle a servi à deux reprises : une fois quand les grands-parents sont venus garder notre fille et une fois pour moi la semaine dernière car nous nous sommes dit qu’elle pourrait servir pour les vacances mais que ce serait bien de la tester avant.

Conclusion : je pense que la poussette n’est pas vraiment adaptée à notre mode de vie de tous les jours. C’est super galère de descendre/monter le bébé et la poussette.
En sortie, (sans doute parce que je ne suis pas habituée), je trouve ça encombrant et peu pratique, niveau encombrement, même une poussette compact, c’est plus galère que le bébé sur le dos. Et ma fille comme moi, nous nous sommes retrouvées un peu perdues sans le contact physique.
Bien sûr, ces inconvénients s’estompent sans doute avec la pratique mais comme je ne ressens pas l’envie de forcer l’habitude, je remets le bébé dans l’écharpe.

Cela dit, je pense que c’est bien maintenant d’avoir une poussette de secours ; pour faire garder le bébé, pour les vacances (où elle ne voudra sans doute pas dormir facilement loin de nous dans des chambres inconnues et où ça pourra être pratique de la poser dans la poussette quand on prend un verre sur la terrasse) et peut-être plus tard quand elle marchera (et pourra descendre les escaliers de nos deux étages) et que l’écharpe lui plaira moins…

Mais nous, nous ne sommes pas pressés d’arrêter de porter notre fille.

Et toi, tu as une écharpe de portage ? Tu t’en sers beaucoup ?

A propos de l’auteur

Maman d'une petite fille merveilleuse née en novembre 2017 et d'un petit garçon fantastique né en juillet 2019, j'habite aux Pays-Bas avec mon amoureux, j'ai été prof de FLE et directrice d'une école de langue que j'avais co-créée... Aujourd'hui, j'explore de nouveaux horizons et si tu veux continuer à me lire, ça se passe sur www.claire-schepers.com