Menu
A la une / Récit de grossesse

Mes mensonges et astuces pour cacher ma grossesse les 3 premiers mois

D’une nature joyeusement espiègle… il s’avère que « mentir » ou plutôt « cacher la vérité » à son entourage pendant 3 mois, n’a pas été si simple pour moi puisque j’avais surtout envie d’annoncer la bonne nouvelle au monde entier !

Mais, avec M. Ecologeek, nous avions décidé de garder le secret jusqu’à la fin du 3ème mois alors, en vrac et sans emballage, je te livre les mensonges et astuces que nous avons utilisé.

Crédit (creative commons) : Nick Youngson – thebluediamondgallery

– être enceinte pendant les vacances d’été… OK c’est un coup de chance mais le 1er mois, j’étais toute seule dans mon bureau au travail et le 2ème mois j’étais moi-même en vacances (très pratique quand on a besoin de s’isoler pour prendre tous les RdV médicaux et paramédicaux alors qu’on fait les mêmes horaires que les secrétaires) et le 3ème mois de l’été et de la grossesse… ça a été LE bonus quand j’ai découvert que la copine qui travaille au labo d’analyse sanguine était à son tour en vacances (pas de gaffe et pas de secret professionnel à garder pour elle puisque j’ai été accueilli par une inconnue pour la prise de sang de confirmation prescrite par la gynécologue) ;

– j’ai eu la chance d’avoir très peu de vraies nausées mais, en prévention, j’ai pris du gingembre infusé dans du thé vert tous les matins à distance des repas (pour faire attention à l’excès de thé qui empêche la fixation du fer), ce qui m’a permis d’avoir toujours quelque chose dans l’estomac… aucun risque d’attirer l’attention des collègues puisqu’elles ont déjà l’habitude de me voir me balader avec ma gourde et ma thermos (c’était juste pas du café dedans) ; en revanche, j’avais des rots et des hauts-le-cœur très fréquents mais discrets ;

– j’ai eu très tôt des douleurs ligamentaires dans le bas-ventre et je me baladais donc avec une bouillotte au travail… en expliquant que j’avais abusé du sport la veille et que c’était pour calmer mes courbatures dans le dos (une fois assise à mon bureau, personne pour voir que la bouillotte était en fait sur mon ventre)

– je ne bois pas souvent d’alcool sauf parfois en soirée… mais, là, curieusement j’avais pris un gros médicament pour la migraine (ou autre) qui m’empêchait d’être déraisonnable pour éviter les interactions louches et être encore plus mal demain ; d’autres décident d’éviter un maximum les fêtes et soirées pour garder le secret… et avec l’intense fatigue que les 3 premiers mois peuvent provoqué, je les comprends ! les 2 premières semaines de ma grossesse, à peine rentrée du boulot, j’enfilais mon pyjama et je ne bougeais plus jusqu’à l’heure du coucher (mais très vite j’ai été, au contraire, en grande forme avec l’envie de croquer la vie à pleines dents donc je n’ai raté aucune invitation estivale) ;

– qui dit été, dit barbecue ! pour ma part, je ne mange pas forcément beaucoup de viande au quotidien mais quand j’en prends c’est bien saignant… donc pas compatible avec la grossesse ; j’ai donc sortie l’excuse du “j’ai le ventre barbouillé aujourd’hui alors la viande, ça sera bien cuite s’il te plait”… excuse encore moins suspecte quand la demande vient du futur papa pour nous 2 (alors que tout le monde sait que c’est une hérésie à ses yeux) ;

– mon bidon a très vite gonflé surtout au niveau de l’estomac… en plein été quand tu portes plutôt des tops et robes près du corps évidemment et pas de gros pulls informes ; bon, si tu as l’avantage d’être déjà un peu enrobée comme moi, normalement, les gens ne feront pas trop de remarque pour ne pas être désagréables ; mais j’ai quand même fini par éviter au maximum les soupçons en passant à des Tshirts et robes amples (avec la limite qu’à la piscine dans le maillot de bain, ça ne marche pas sauf en s’entourant de la serviette jusqu’à être cachée dans l’eau mais bon…)

– je ne suis pas connue pour avoir une passion pour les conversations parentales mais, bizarrement, depuis que je savais que j’étais enceinte j’avais vraiment envie de parler bébé avec tout le monde… et, encore plus louche, j’avais un vrai intérêt pour ce que racontaient les mamans copines/ collègues sur le sujet ! ça venait compléter mes lectures du moment pour apprendre le jargon du monde de la puériculture alors c’était parfois compliqué de ne pas donner l’impression de trop en savoir ou de trop poser de questions ; autant je suis habituée à feindre l’intérêt pour la chose autant faire semblant de ne pas écouter ça a été un petit défi à relever mais, au final, personne ne s’en ait aperçu (cf. ma chronique sur l’annonce officielle) ; 

– quand je ne savais pas encore que j’étais immunisée à la toxoplasmose, il a fallu laver et éplucher les fruits du déjeuner (toujours au travail) alors que, bien sûr, jamais de la vie ça ne me serait venu à l’esprit (« en plus, ils sont bio et la peau est pleine de vitamines”) donc j’ai fini par choisir des fruits dont on ne mange pas la peau (ex : melon, banane, pastèque, kiwi, orange…) et par préparer à l’avance mes fruits à la maison dans une gamelle (en miam-ô-fruit, en fruit cuit, en compote ou en salade : pomme, mûre, framboise, fraise, poire, abricot, cerise, mirabelle…) insoupçonnable ! cette 2ème option fonctionne d’ailleurs aussi avec les crudités (tomates, radis, carottes nouvelles…) ;

– dernière astuce mais pas des moindres, répondre à la fameuse question « et alors, toujours pas enceinte ? » (qui ne regarde personne mais que tout le monde se permet quand même de poser parfois même avec un petit « enfin après c’est un choix, hein ? ») sauf que, là, le mensonge est obligatoire puisque TU ES ENCEINTE ACTUELLEMENT… pour ma part, je répondais quelque chose comme « on a toujours dit qu’on aurait des enfants maintenant ça viendra quand ça viendra » ;

Et toi, tu as des astuces de ce genre à partager ? ou tu as préféré annoncer ta grossesse très vite à tout le monde ? 

A propos de l’auteur

M. Ecologeek et moi attendons un heureux événement pour 2020 après 15 ans ensemble, un chat, un mariage (sur Mademoiselle Dentelle), une maison (sur Sous notre toit) ! Ici, je viens te raconter notre bébé en mode (presque) zéro déchet ! Préserver l'environnement coûte-que-coûte est un défi passionnant que nous essayons de relever à chaque instant en minimisant le jetable dans notre poubelle "noire" même avec un nouveau membre dans la famille.