Menu
A la une / Récit d'accouchement

Accoucher à 35 SA

Porter une grossesse est une joie pour toute femme. C’est des instants magiques que l’on vit en tant que femme. Toutefois, cette joie peut vite se transformer en inquiétude quand tout semble vouloir se retourner contre vous. Ma première grossesse s’est bien déroulée au début, mais j’ai accouché à 35 semaines d’aménorrhée. Ce fut une grosse frayeur pour moi et mon mari. Écoute mon histoire.

Le déroulement de la grossesse jusqu’à 25 SA

Au moment où j’ai découvert que j’étais enceinte, j’étais très heureuse. Tu peux déjà imaginer mon état. Je me voyais tenir mon bébé dans les bras et m’amuser avec lui, mais j’étais dans l’ignorance de ce qui m’attendait sur le chemin.

Les premiers mois de grossesse se sont bien déroulés. Mes différentes visites chez le gynécologue montraient les signes d’une bonne santé pour moi et le bébé. Je prenais les médicaments selon la posologie indiquée. Tout était normal comme mon mari et moi le souhaitions.

Ce qui déclencha l’accouchement prématuré

J’étais dans le véhicule avec une amie quand nous avons eu un accident. J’ai commencé à ressentir des douleurs violentes et je hurlais. Je fus conduit d’urgence à l’hôpital où j’ai été admise au bloc opératoire.

C’est à ce moment que mon calvaire a commencé. Moi qui me suis fait plein de films pour l’accouchement de mon premier bébé, je vivais avec la peur. Je demandais constamment si mon bébé était en vie et s’il n’y avait pas de risques. J’étais aux abois, mais mon mari et le fautif me donnaient d’espoir.

A lire également  Gagne un abonnement pour recevoir chaque mois une activité pour tes enfants, avec Pandacraft

Le docteur est finalement venu m’apporter la nouvelle que le bébé vit encore, mais qu’il faudra attendre encore quelques jours afin de suivre le développement de la situation. Je suis resté à l’hôpital jusqu’à la 35ᵉ semaine d’aménorrhée où on m’informa que je devais accoucher pour sauver le bébé.

L’accident a déclenché de vives contractions pendant mon séjour à l’hôpital. Le gynécologue a souhaité que j’accouche prématurément sinon je risque de perdre le bébé. Mon mari a préféré que j’accouche pour sauver ma vie et m’éviter des douleurs atroces. J’ai accouché par césarienne et le bébé a été conduit à la crèche.

Les soins après l’accouchement

Pour augmenter les chances de survie du bébé, des soins ont été administrés sur 6 semaines après l’accouchement. Ce séjour a permis au bébé d’atteindre la maturité et d’avoir tous ces organes fonctionnels. Après avoir récupéré, je passais mes journées à l’hôpital pour pouvoir donner le lait au bébé.

Mon mari m’y déposait le matin et revenait le soir et nous rentrions ensemble. C’était une dure épreuve mais à la fin, la victoire a été nôtre.