Menu
A la une / Vie de maman

Des vacances en Van avec un bébé de 11 mois

Chez les Gezellig, il y a deux traditions :

  • Le May surprise trip : quelques jours de vacances à l’étranger planifiés par l’amoureux pour notre anniversaire de rencontre.
  • Le November surprise weekend : un petit week-end pas loin de la maison mais plein de surprises pour égailler le mois de novembre, là, c’est moi qui organise.

Mais en 2018, c’est un peu compliqué comme nous venons d’avoir un enfant… Le week-end de novembre est finalement planifié pour février 2019 mais c’est parce que l’amoureux a été encore plus à la bourre et que nous avons fait le voyage de mai la première semaine d’octobre.

J’étais pleinement heureuse de renouer avec cette tradition (car en 2017, on n’avait fait un voyage en mai mais pas surprise car j’étais enceinte et je voulais donner mon avis sur le programme. Pour ce qui est du week-end de novembre… et bien la seule surprise était la date de la naissance de notre fille, la destination étant la maternité du voyage surprise étant la maternité !)

J’avais cependant mis une condition à notre voyage : dormir toute la semaine au même endroit.
Vois-tu, nous sommes partis deux semaines cet été, dans 5 maisons différents (c’est toujours un peu la course quand on va en France), et cela en pleine crise de séparation de la choupinette… Notre fille avait besoin d’être rassurée et de m’avoir auprès d’elle et le voyage a fait empirer la crise : elle voulait être dans mes bras et se mettait à hurler si je sortais de son champ de vision. Ah, et elle refusait de dormir aussi… Les vacances ont été un peu chaotiques et pas du tout reposantes.
Nous avions donc appris la leçon, cette semaine-là, un seul endroit pour dormir et on s’efforce de suivre son rythme, quitte à se coucher avec elle pour qu’elle accepte de lâcher prise et faire la sieste.

Une semaine avant le départ, on m’a dit qu’il ferait dans les 20/25 degrés et voilà, les éléments que j’avais pour faire ma valise (j’aurais bien aimé savoir que ce serait en mode camping pour la valise mais bon, au lieu d’un gros pull pour les nuits, j’ai multiplié les couches…)

Destination la Sardaigne

J’ai donc appris à l’aéroport que nous partions en Sardaigne !

La Sardaigne, c’est super chouette à cette période de l’année : mer, côtes diverses, montagne, nature sauvage, nourriture italienne, chaleur du sud. Je pense que l’été, ça doit être une expérience très différente : d’abord il doit y faire bien trop chaud et surtout, je pense que les touristes sont trop nombreux. Nous avons croisé pas mal de (gros) camping-cars d’allemands sur les côtes mais dès que nous rentrions un peu dans les terres, nous croisions majoritairement des locaux.

La diversité des paysages fait rêver (et nous n’avons fait que le nord) :

L’idée de base ? L’aventure !

L’amoureux avait bien entendu ma condition de ne dormir qu’à un seul endroit… Il avait donc loué un van.
Pas un camping-car, un van, un WV héritier un peu de des combi qui nous ont fait rêver (on devait en louer un pour notre voyage de noces), un petit véhicule qui passe partout, pratique pour les petites routes de Sardaigne.

Il avait donc pensé à prendre un vol compatible avec l’heure de sieste de notre pichounette et a loué un van pour qu’elle dorme toujours au même endroit…

Qu’avait-il fait d’autre ? Pas grand chose, regarder un peu la carte de la Sardaigne et pris des guides à la bibliothèque.

Réfléchir à où et comment on allait manger, comment on allait s’organiser dans les faits, comment on allait dormir en pratique, tout ça était un peu vague dans son esprit. Il ne s’est pas trop posé de question à vrai dire…

Alors quand on est arrivé très tard en Sardaigne (l’avion a eu du retard au départ, tant pis pour le rythme de la petite), affamés, fatigués, et qu’on s’est retrouvé avec un van inconnu dans la nuit et sur des petites routes, on était tous les trois un peu énervés et soucieux « mais qu’allait-on faire dans cette galère ?!? »

Le couple qui nous a loué le van nous a conseillé un endroit où attraper une part de pizza puis un parking de la plage pour passer la nuit… Première nuit un peu chaotique avec un bébé qui dort entre nous deux (oui, parce que le van était aménagé artisanalement, et le lit fixé sur les sièges n’était pas collé à un côté, la seule solution sécuritaire était donc de mettre notre fille entre nous deux).

Heureusement le soleil et la vue de la mer d’azur ont fait remonter notre moral en flèche, l’amoureux se sentait encore un peu mal de nous avoir embarqués là-dedans, mais mon optimiste a pris le dessus : tour du van pour voir de quel équipement on dispose, courses pour ne pas se retrouver sans nourriture, planification de comment gérer notre journée en respectant le rythme de deux siestes par jour de la choupette et en découvrant au maximum cette jolie île. Challenge accepted!

Le gros gros avantage de la Sardaigne, surtout hors saison, c’est que tu peux faire du camping sauvage presque partout, ça ne manque pas de petite crique et autre chemin de campagne où se garer et passer la nuit.
Nous avons 60L de réserve d’eau qui était aussi équipée d’une douchette et de quoi faire à manger. Sur les 8 jours sur place, nous avons donc fait deux nuits en camping (histoire de prendre une vraie douche et de remplir le réservoir d’eau), le reste, c’était dans la nature avec le jeu, tous les soirs, pas trop tard de trouver #thenightspot, l’endroit où passer la nuit, dans le calme, à l’abri du vent et bonus si la vue est belle.

Camping roots et sauvage avec un bébé ?

La question que tu te poses peut-être est : ce n’est pas trop galère avec un bébé ?

Pour être honnête avec toi, y a des moments on s’est un peu demandé ce qu’on faisait, surtout au début. Tout cela demandait de l’organisation – notre fille ne marchait et par exemple il fallait être deux pour mettre le lit, pour cela, il fallait enlever le siège-auto (oui, on avait pris notre siège-auto, le seul article de puériculture qu’on a emmené finalement), plier les sièges, déplier le lit, et on fait quoi du bébé pendant ce temps ? Et bien, on le pose par terre en vérifiant qu’il ne se carapate pas à 4 pattes !

Et comment on profite des repas camping quand on n’a pas de chaise-haute ? On s’installe dans le coffre avec bébé, de la place pour bouger sans risquer à tout moment de tomber et en plus, on peut aller fouiller les tiroirs pendant que papa et maman finissent le repas…

En ce qui concerne les siestes, on arrivait généralement à lui en faire faire une pendant qu’on roulait le matin et celle de l’après-midi, on s’allongeait avec elle… Ça prenait un peu de temps de l’endormir (et obligeait à plier et déplier le lit plusieurs fois par jour) mais généralement c’était sieste avec vue donc pas si terrible !

Pour ce qui est des balades, nous n’avons pas dérogé à nos habitudes puisque nous sommes partis avec notre écharpe de portage bien sûr. Les épaules de papa faisaient aussi l’affaire !

Et pour ce qui est de la nourriture, allaitement et D.M.E chez nous, rien à prévoir pour elle spécifiquement, sauf à faire attention d’avoir toujours quelque chose à manger en cas de petits creux (fruits et biscottes toujours dans le sac).

C’était de supers vacances, le fait d’avoir un bébé a rendu l’expérience un peu plus aventureuse mais c’est chouette de se dire qu’on peut encore faire ce genre de voyages avec un enfant. Elle n’en gardera elle aucun souvenir mais on espère pouvoir lui raconter à quel point c’était chouette…

Et puis, je pense que cette expérience nous a donné envie de retenter plus tard, avec notre aînée plus grande et le deuxième qui arrive très bientôt ! (Ceci est une annonce, oui, oui…)

Et toi, ça te tente les vacances en van avec un enfant ? Raconte !

A propos de l’auteur

Maman d'une petite fille merveilleuse née en novembre 2017 et d'un petit garçon fantastique né en juillet 2019, j'habite aux Pays-Bas avec mon amoureux, j'ai été prof de FLE et directrice d'une école de langue que j'avais co-créée... Aujourd'hui, j'explore de nouveaux horizons et si tu veux continuer à me lire, ça se passe sur www.claire-schepers.com