Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon deuxième trimestre de grossesse : le début des complications


Publié le 6 novembre 2014 par Floconnette

Je t’avais laissée lors de mon écho intermédiaire de 4 mois. Le médecin arrive enfin à voir le sexe de notre bébé et… c’est un garçon ! Comme je l’avais senti dès le début ! Je m’exclame « je te l’avais diiiiiiiiiiiit » à mon mari, et le gynécologue nous demande de quoi nous parlons. Nous lui expliquons. Et là, je ris bien, car il répond « ohlala, mais il fallait me la dire votre intuition Madame, JAMAIS je ne contredis des mamans ! Elles ont TOUJOURS raison ! ».

Bref, j’attends mon premier enfant, un beau petit garçon en pleine forme. J’avais une secrète préférence pour un petit garçon en aîné, mais une fille m’aurait tout autant comblée. À vrai dire, je m’en fiche royalement, tout compte fait. Même pour mon prochain bébé, je serai tout aussi heureuse d’avoir un autre petit garçon aussi mignon que le premier, qu’une charmante petite fille.

Nous ne sommes que joie : tout va bien ! J’achète la première gigoteuse, Vertbaudet, avec des chats dessus. Je continue la piscine, le travail… Mais je me sens « pesante ». Tu me diras que c’est normal, je suis enceinte !!! Mais je me sens quand même très lourde, alors que j’ai pris un poids normal.

Nous faisons l’échographie officielle du 2ème trimestre : ah, bébé est très bas. Il a déjà la tête en bas, et il est vraiment placé bas. Bon, ça n’est pas grave, mais cela explique les lourdeurs. Mon gynécologue me prescrit le test du diabète.

séance photo femme enceinte

Crédits photo (creative commons) : Heather Williams

Je fais ce test et reçois mes résultats le jour même : je suis ravie, tout à l’air bon ! J’ai évacué le sirop largement sous une heure, et encore mieux sous deux heures. Seulement, ma glycémie à jeun est habituelle (semblable à ce que j’avais hors grossesse), mais c’est bizarre, le seuil pour les femmes enceintes n’est pas le même, et selon mon labo, je serais au-dessus. Je ne m’inquiète pas, car j’ai éliminé le sirop, c’est ça l’important non ?

Eh bien… non. Au rendez-vous suivant, une semaine après, mon médecin sort mes résultats et m’assène un « bon, vous avez du diabète gestationnel ». « Euuuuuh pardon ?! » Je lui explique que ma glycémie est la même hors et pendant grossesse, que mon métabolisme n’a pas changé. Mais le seuil de 1.10 g/L hors grossesse passe à 0.92, voire 0.90 g/L enceinte Or je suis à 0,94 ! La poisse…

Je manque me mettre à pleurer dans le cabinet. J’allais à ce rendez-vous comme un rendez-vous de routine durant lequel j’aurais discuté de mes petits maux, et voilà qu’on me classe diabétique. En fait, une seule des trois valeurs hors catégorie suffit à poser le diagnostic.

Je ressors de là avec mon protocole : hospitalisation d’une journée à prévoir sous une semaine, avec revérification de ma glycémie 6 fois (avant et après chaque repas), rendez-vous diététicienne pour la marche à suivre, et apprentissage de la machine à mesurer la glycémie.

Je suis complètement perdue, je ne m’attendais pas à ça! J’appelle mon mari en pleurs…

Pendant une semaine, je ne sais plus quoi manger en attendant ce rendez-vous. Je me dis que ce sont de bien grosses restrictions pour pas grand-chose finalement… Mais la santé de mon tout-petit me retient de manger du sucre.

Puis cette hospitalisation de jour arrive. Mon mari me dépose à l’hôpital avant son travail. J’ai posé un jour de maladie grossesse.

On me pique, puis on m’amène le petit déjeuner. Je suis toujours vers 0,92. On me repique après. Le limite et à 1,20, je suis à 1,18, presque à la limite. Et ce toute la journée. Je m’ennuie. Je pleure. Je sais, c’est ridicule, mais j’ai l’impression qu’avec toute cette médicalisation, on me vole ma grossesse, que je n’ai plus le droit de décider moi-même de ce que je peux faire ou non à mon corps…. Je me sens comme une chose à qui on dit « fais ci » mais surtout « ne fais pas ça »…

La diététicienne arrive. Elle est vraiment gentille, elle me pose beaucoup de questions. Évidemment, elle est embêtée, car partout je réponds que je préfère le sucre, que je mange beaucoup de sucre… Bref, tu l’auras compris : je suis une droguée du sucre (et donc NON, les astuces de grand-mères disant qu’une femme attendant un garçon préfère le salé ne fonctionnent pas !).

On m’explique comment piquer mes doigts, et je reçois l’ordonnance pour l’appareil.

La journée se passe…. Mon chéri me rejoint le soir avec un petit cadeau : une peluche en forme de chat. Ben oui, il ne peut pas m’apporter à manger… Je finis le dîner, je suis piquée 1h30 après, et nous rentrons.

J’essaie de me dire qu’au moins, je ne prendrai pas trop de kilos, mais je suis assez anéantie. Je sais, c’est stupide, il y a bien pire que de gérer une petite frustration. Mais je me sens mal. J’ai peur pour mon enfant (qui est déjà un grand modèle aux échographies). J’ai peur que mon stress ne se ressente sur le bébé. J’ai peur de manger. Et j’ai aussi terriblement envie de manger. Je n’ai au aucun dégoût, ni aucune lubie alimentaire durant ma grossesse : juste l’envie de manger.

Ajoutons à cela que j’ai quand même de plus en plus souvent mal au ventre, et que bébé d’amour pèse de plus en plus bas, au point que j’ai des fois du mal à marcher.

Au final, j’apprends à vivre avec ça. Je pleure souvent durant mon petit déjeuner (mon repas préféré et le plus sacrifié sur l’autel du diabète gestationnel). Mais bon, ma silhouette et ma prise de poids me consolent, car même au régime diabétique, je prends assez vite, et je me demande ce que ça aurait été sans le diabète… (Jusqu’à 7 mois environ, j’ai tenu la prise de poids à 1 kg de plus que le mois : environ 7kg à 6 mois, 6kg à 5 mois, etc. Le 3ème trimestre a un peu accéléré les choses par contre !)

Le seul restaurant que nous faisons post-diabète, je suis la seule avec un plat spécial combo gagnant « toxo + listéria + diabète », avec un Perrier en apéro (ben oui, ni alcool ni sucre, il ne reste pas grand chose, si ce n’est l’asparthame).

Mais bon, il y a des gens qui vivent avec ça tous les jours de leur vie… Finalement ça n’aura été que quelques mois, même si sur le coup, ça m’a paru une éternité.

Fin novembre, mes douleurs et mon inconfort augmentant, mon gynécologue décide de m’arrêter et de me mettre au repos. Bon, au moins je peux mieux préparer mes repas et me piquer les doigts en privé (je travaille en open space, donc à faire dans les toilettes, c’est peu pratique).

Je me repose, mais les douleurs augmentent quand même. Un vendredi soir de décembre, je dis à mon chéri que nous devons aller aux urgences, « je ne le sens pas ». Je pense à des contractions, mais je ne suis pas sûre. Je suis à peine à plus de 6 mois.

Bon, finalement, fausse alerte. Je me sens un peu bête mais les sages-femmes sont très gentilles. Je n’avais pas de contractions en fait. Tout va bien, nous rentrons, mais je dois me reposer. C’est le bébé bas qui pèse.

Le mois de décembre se passe, je suis fatiguée et le bébé grossit très vite aux échographie. À la dernière écho, à 32SA, le bébé est vraiment très, très bas. On a du mal à voir sa tête, c’est dire. La sage-femme me dit qu’il n’y a pas de problème tant que j’en fais le minimum, mais pas d’inquiétude à avoir, tout va bien. Nous sommes contents ! Qu’il est beau notre bébé sur ces images !

Mais le weekend suivant l’échographie, donc à même pas 33SA, juste après le nouvel an, je me sens très mal. Mal au ventre en non stop, ventre dur… J’ai une sensation, une intuition que quelque chose ne va pas. Je sens comme mon bébé descendre, encore…

Mes beaux-parents sont là. Ma belle-mère, du métier, me recommande d’aller à l’hôpital. Mon mari se prépare pour m’y emmener, il est tard…. Ma belle mère me conseille gentiment de prendre une petite valise. Je lui dis que non ça ira, ils ne me garderont pas..

Et nous partons. Dans la voiture, j’ai de plus en plus cette impression que le bébé va sortir, je panique ! Je me mets à crier que non, je ne suis pas prête à accoucher, je n’ai pas eu les cours, je suis à 7 mois tout pile, ce n’est pas possible ! Je me voyais déjà accoucher ce soir-là, en mode hystérie totale !

La suite au prochain épisode…

Et toi, tu as fais du diabète pendant ta grossesse ? Tu adores le sucré comme moi, ou tu as réussi à t’en passer sans trop de mal ? Tu avais toujours envie de manger quand tu étais enceinte ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !


Nouveauté de cette rentrée 2019 : de nouvelles chroniques seront publiées tous les jours, du lundi au dimanche, à 7 heures sur Dans Ma Tribu. Ne manque pas le rendez-vous ! 🙂

Psst ! Tu souhaites nous rejoindre comme chroniqueuse ? Les candidatures sont actuellement ouvertes : clique par ici pour en savoir plus !


 


Guide accouchement

Commentaires

15   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Nounours

Je connaîs plusieurs personnes qui ont fait comme toi du diabète gestationnel durant leur grossesse et c’est vrai que c’est un peu la galère mais bon après quand bébé est là on retrouve une alimentation comme avant la grossesse y compris les produits sucrés. On peut dire que tu as eu une grossesse assez difficile.

le 06/11/2014 à 09h58 | Répondre

Floconnette

Oui j’ai reçu une tablette de mon chocolat préféré dès le lendemain de mon accouchement ;-). Qu’il est gentil mon chéri!!!
Sinon oui j’ai eu pas mal de soucis, le pire n’était même pas le diabète mais la suite, les 2 derniers mois…..

le 06/11/2014 à 10h53 | Répondre

Gayelle

Alala le diabète gesta… le mien a été détecté non pas à la suite du test de glucose mais lors du RDV avec la sage femme de l’hôpital soit à 4 mois de grossesse (fin mars). Quand elle a vu mon résultat de prise de sang datant de mi décembre, elle m’a directement dit que je devais faire le protocole alors que ni mon médecin généraliste ni ma gynécologue m’avaient tiqué sur le résultat… Donc j’ai fait aussi la journée à l’hôpital pour m’apprendre à me contrôler et avoir le régime spécial. 5 mois à avoir aussi le combo diabète + toxo + listeriose mais apparemment contrairement à toi je l’ai plutôt bien vécu. Je dis pas que le fait de me contrôler 6 fois / jour (la plus enquiquinante étant la dernière de la journée car je ne pouvais pas aller me coucher alors que j’étais morte de fatigue) a été une partie de plaisir mais j’ai pu ré-équibilibrer mon alimentation et même en me faisant des petits plaisirs de temps en temps, mon taux de glycémie n’a jamais dépassé le max autorisé. L’autre point bénéfique c’est qu’avec le régime, j’ai perdu du poids (je suis en surpoids et j’avais assez peur de prendre trop de poids pendant ma grossesse). Depuis que j’ai accouché fin août par contre, je ne fais pas attention à ce que je mange car j’en profite pour remanger tout ce qui m’était interdit mais là je dois faire attention car la prise de sang des 3 mois post accouchement approche et je ne voudrais pas avoir de mauvaises surprises.
Si j’ai plutôt bien vécu mon diabète gesta c’est aussi que mes taux étaient bons malgré quelques écarts et que je n’ai pas du avoir des piqures d’insuline ni me prendre trop la tête avec les quantités (je sais que certaines femmes en sont à compter le nombre de grains de riz qu’elles peuvent manger et ça c’est plus que frustrant).
Je sais très bien combien un diabète gesta peut être pénible (j’en ai aussi pleuré à l’annonce) mais on fait aussi ce qu’il faut pour que nos petits bouts arrivent en pleine forme et puissent grandir correctement. Voir ma fille en pleine forme depuis 2 mois et demi c’est la plus belle des récompenses 🙂

le 06/11/2014 à 09h58 | Répondre

Floconnette

Je n’ai aucun regret non plus de mes sacrifices (j’ai dû en faire au 3ème trimestre aussi). Mon fils a 8 mois et demi et est en parfaite santé et c’est un sacré gaillard, très grand et très costaud. Je suis même plutôt fière de moi d’avoir fait tout cela pour lui 🙂
Pour l’alimentation moi je n’ai pas attendu j’ai fait une overdose de sucré pendant 2 mois ! Mon poids stagnait et j’ai plus ou moins freiné quand j’ai recommencé à grossir, je ne voulais pas reprendre de kilos! Mais maintenant je ne me prive plus vraiment, finis les régimes, j’essaie de ne pas varier de poids sans chercher à maigrir. Je me dis qu’en faisant ça je vivrai mieux la prochaine grossesse (car je suis sûre de refaire du diabète vu que ma glycémie est toujours la même, très stable, et donc hors des clous enceinte).
Ne t’en fais pas, je n’ai eu aucun souci post naissance avec la glycémie.

Je suis d’accord l’insuline c’est vraiment le pire! Pour les piquages j’avais limité à 4/jour à la fin je ne faisais plus avant le déjeuner et le dîner car ils étaient toujours bas. Je n’ai même pas dépassé à Noël je m’étais limitée à fond! Ca a été dur de voir les autres manger mais c’est comme ça et cette année je me rattrappe hihi!

Et avec le recul, si je suis honnête je dois quand même dire que ces frustrations m’ont pesé car je suis en effet une très grande gourmande, MAIS j’étais bien contente en voyant ma prise de poids finale et j’ai également récupéré mon poids initial relativement rapidement. Donc là en effet je suis plutôt contente 😉

le 06/11/2014 à 10h59 | Répondre

Yaelle

par chance j’y ai echappé, pas de test pour mon ainée et pour mon dernier il est resté a peine 5 min dans mon estomac :/ . ca ne doit pas etre evident de gerer les frustrations et j’aurais eu un peu peur de vivre ma grossesse comme une maladie ( pas en tant que telle mais vu la relation de cause a effet je pense que ca m’aurait paru pareil ) , l’essentiel c’est que tout soi rentré dans l’ordre 🙂

le 06/11/2014 à 13h11 | Répondre

Floconnette

Oui tout est rentré dans l’ordre mais je n’étais pas très inquiète! Maintenant c’est plutôt mon choléstérol que je dois surveiller 😉
En effet à présent ça me semble loin mais à l’époque, j’avais vraiment ce sentiment d’être une couveuse qu’on dirige… Je suis bien contente d’avoir été suivie de cette façon car j’ai rencontré d’autres soucis par la suite et le suivi médical m’a rassurée, mais niveau empathie y’a du boulot. Certaines SF à l’hôpital étaient super mais certains médecins expédient un peu la patiente… Quand on me demandait mo nétat lors des visites et que je disais que j’avais pas le moral, c’était balayé direct pour les « vrais  » soucis de santé quoi…. Alors que je trouve que le moral joue beaucoup!
j’espère être mieux « armée » pour le prochain enfant, et mieux réussir à vivre les examens de façon plus rationnelle.

le 06/11/2014 à 14h14 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Ça me rappelle que moi aussi j’ai dû m’asseoir sur mes tartines/jus d’orange du matin pendant toute ma grossesse, mais ce n’était pas à cause du diabète mais de mon estomac qui les renvoyait systématiquement à l’expéditeur… Je n’ose pas imaginer ce que ça doit être d’être complètement privée de sucre. Décidément ta grossesse n’était pas un sinécure ! J’ai eu la chance que moi, au contraire, tout le monde ait voulu m’engraisser au maximum alors tout ce qui pouvait passer, ça passait 🙂 Je me souviens aussi du plaisir de retrouver une alimentation normale après l’accouchement… Les repas de l’hôpital me semblaient merveilleux !

le 06/11/2014 à 14h19 | Répondre

Floconnette

Haha, j’ai été hospitalisée enceinte et je détestais les petits déj diabétiques!!! Un yaourt nature, un petit pain à l’eau et une plaque de beurre. Moi et mon appétit d’ogre, on était pas rassasiés!!!
Par contre après l’accouchement, j’ai réclamé direct de la confiture hihihi et là, les plateaux petit déj sont devenus un réel délice. Je rebuvais du café aussi, j’avais ma confiote, et mon bébé dans son berceau, le paradis total!

Bref en tout cas, l’adage « enceinte mange ce que tu veux » est devenu très obsolète, car même sans diabète, la toxo et la listeriose te limitent déjà énormément!!

Et je précise juste, je n’étais pas privée de sucre mais je ne devais pas abuser des glucides, surtout hors repas, et surtout à index glycémique très élevé.
En gros j’avais droit aux féculents à midi si je mangeais des légumes. Associées aux légumes, les glucides font moins un pic dans le sang. Mais au petit déjeuner c’es tplus difficile et ce sont des sucres rapides donc là oui, je n’avais droit à rien de sucré. En gros je mangeais un fromage blanc non sucré et des tartines de beurre et de pain complet ou aux céréales (le pain blanc fait plus monter la glycémie). j’avais eu le droit d’ajouter un fruit par la suite car le régime avait bien marché j’avais une glycémie relativement basse après le petit déj.
Mais impossible de craquer sur 3 carrés de chocolat à 16H par contre.

le 07/11/2014 à 09h29 | Répondre

Nathanaëlle

J’ai aussi fait du diabète gestationnel lors de mon dernier trimestre de grossesse. Assez surprise des résultats du test, moi c’est la valeur à 2h qui ne redescendait pas. Par contre, j’ai moins accusé le coup que toi, même si bien sûr il faut se faire à ces nouvelles contraintes. J’ai bien aimé la prise en charge en diabéto car je n’ai pas été hospitalisée, j’ai seulement été convoquée un après midi pour un atelier en groupe : d’abord un speech du médecin sur le diabète, un atelier avec la diet, et un autre avec une infirmière d’éducation thérapeutique pour apprendre à se servir du lecteur de glycémie. C’était vraiment très bien de pouvoir échanger avec d’autres patientes, surtout que je faisais partie des plus chanceuses vu que j’étais déjà 6 mois de grossesse, alors que d’autres étaient à 2 mois !! certaines en avaient déjà fait lors de grossesses précédentes, c’était vraiment intéressant d’avoir leur point de vue. Sur la fin j’ai aussi pu passer à 4 glycémies par jour au lieu de 6, car j’étais bien équilibrée sous régime. Et puis j’avais une copine de galère, une de mes amies, enceinte de son 2e, a déclaré son diabète dès le début de sa grossesse et directement mise sous insuline – je ne pouvais pas me plaindre par rapport à elle ^^ Au final j’ai perdu 5 kg par rapport à mon poids de départ (je suis plutôt contente d’ailleurs), je rentre dans mes pantalons habituels, faut bien rendre un peu jalouses les copines 🙂 et j’essaie aussi de garder quelques bonnes habitudes alimentaires, même si j’avoue des fringales de sucre post accouchement… d’ailleurs pour ne pas être trop frustrée, je prenais du sucralose pour les yaourts et le thé du petit dej, ça m’a bien aidée. maintenant il ne reste qu’à croiser les doigts pour que l’HGPO de contrôle à 3 mois soit normale !!

le 07/11/2014 à 15h15 | Répondre

Floconnette

Tu refais une HGPO?
Pas moi, juste une glycémie à jeun que j’ai refaite deux fois de mémoire depuis la naissance de mon fils. Je me souviens plus bien car je fais souvent des prises de sang à jeun pour mon cholesterol et des fois il y a la glycémie.
6 mois ça va oui, je l’ai eu à 5 mois et demi du coup moi mais avec Noël dedans ça m’a fait mal! Mais bien sûr, c’est un mal pour un bien 🙂

le 12/11/2014 à 10h40 | Répondre

Nathanaëlle

oui je dois refaire une HGPO complète, surtout que c’est ma valeur à 2h qui n’était pas bonne.. je vois quand même que les prises en charge varient beaucoup d’un endroit à l’autre et même d’un médecin à l’autre !!

le 17/11/2014 à 16h23 | Répondre

Mlle Mora

A l’époque de ma mère, ils surveillaient la prise de poids, et pas de bol, ma mère avait pris un peu trop, alors elle a fait un séjour à l’hôpital quand elle était enceinte de moi, pour éviter qu’elle grossisse… Ca ne lui avait pas du tout plu, comme toi, le sentiment qu’on lui « volait » sa grossesse…
Ça n’a pas dû être marrant, déjà à cause de la toxo on peut pas trop manger ce qu’on veut, mais là…

le 07/11/2014 à 17h09 | Répondre

Floconnette

Oui voilà c’est ce sentiment qui m’a un peu attristée, qu’on me volait ma grossesse… Et j’étais trop anxieuse pour prendre du recul comme c’était mon premier. J’espère mieux gérer le 2ème 🙂

le 12/11/2014 à 10h42 | Répondre

Louna

Oh la la ! Je me reconnais vraiment dans ce que tu racontes sur l’annonce du diabète gestationnel, ma chère Floconnette !
Alors bien sûr, c’est pas la fin du monde, et si on est suffisamment rigoureuse, il n’y a pas de raison qu’il y ait de soucis, ni pour la maman ni pour le bébé, mais comme toi, j’ai trouvé la prise en charge tellement médicalisée que je suis tout à coup retrouvée dans la case des « malades » et plus dans la case des « futures mamans bienheureuses ».
Le régime n’est pas si terrible, mais le fait de savoir que l’on est limité est tellement frustrant alors qu’il y a déjà pas mal de contraintes par ailleurs !
Et j’ai trouvé le personnel soignant assez infantilisant : contrôle du cahier de glycémie (et des valeurs enregistrées sur l’appareil : comme si j’allais inscrire de fausses valeurs !) tous les 15 jours, dépouillage systématique de tout ce que j’avais mangé tel ou tel jour, etc…. Alors que j’étais déjà tellement stressée que j’étais hyper rigoureuse (j’ai perdu 5kg la 1ère semaine du régime et comme je n’avais pris que 7kg à 6 mois de grossesse, je faisais un peu peur à voir, toute maigrichonne avec mon groooooos bidon….).
En fin de grossesse, monitoring toutes les semaines et écho supplémentaire où on m’a prédit un bébé bien gros. Du coup, déclenchement prévu à J-5 ! Tout ça à cause de cette fichue étiquette « diabétique », alors que mes glycémies étaient bonnes, mais bon « c’est la procédure! » : j’étais complètement dépitée !
Heureusement, ChérieChou n’en a fait qu’à sa tête et a pointé le bout de son nez 12h avant le déclenchement prévu. Et ce n’était pas le gros bébé qu’on me prédisait (3kg2) !
Du stress jusqu’au bout, puisque la glycémie de ma ChérieChou a été contrôlée à 2 reprises après la naissance et qu’on m’a carrément culpabilisée de ne l’avoir pas réveillée pour la nourrir pendant sa 1ère nuit (« déjà que vous êtes diabétique, si en plus vous ne la nourrissez pas bien! »).
Et comme l’HGPO de contrôle n’était pas terrible, nouveau gros stress avec médecin généraliste, sage-femme et gynéco qui se renvoient la balle avant de m’envoyer, toute perdue et perturbée, voir un endocrinologue qui a enfin pris le temps de lire mon dossier et qui s’est rendu compte que comme j’allaitais encore, c’était normal !
Bref, gros stress d’un bout à l’autre, mais principalement à cause d’un personnel soignant un peu alarmiste. J’appréhende une éventuelle future grossesse !

le 07/11/2014 à 18h23 | Répondre

Floconnette

Ben dis donc! Non moi j’ai quand même pas eu ça, ils regardaient vite fait mes valeurs notées en me demandant si y’avait des anomalies, et dépouillaient jamais la machine!
J’ai aussi eu des échos supplémentaires et on me prédisait un grand bébé mais finalement les approx étaient assez juste (estimé à 3,6kg 4 jours avant sa naissance à 3.440 kg). Pour le déclenchement j’y ai échappé de justesse aussi mais pour une autre pathologie.
Vraiment tu n’as pas eu de chance, même après! ils sont nuls de t’avoir faite stresser pour rien…. Moi là je galère avec le choléstérol qui monte avec la contraception et pareil j’ai pleins de rdv pour trouver ce qui ne va pas alors que je me TUE à leur dire que c’est les hormones de synthèse…. Rageant de ne jamais être écoutée.

le 12/11/2014 à 10h49 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?