Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Éclampsie et prématurité : les premiers jours


Publié le 5 octobre 2016 par Madame Breizh

Après t’avoir raconté mon accouchement et les premières heures de mon bébé grand prématuré, je reviens te raconter la suite ! Comme la dernière fois, les mots que mon mari a notés au jour le jour sont en italique.

Jour 1

Maman et Papa ont passé la nuit à la maternité. Encore quelques bruits de tensiomètre et de pousse-seringue pour vérifier que Maman va bien. Premiers pas de Maman avec une aide-soignante du tonnerre ! Les pas pour se rapprocher plus vite de bébé…

Avec mon mari, on découvre les procédures d’entrée que l’on va devoir appliquer durant les prochains mois : stocker nos effets personnels dans un vestiaire, laver nos mains, puis les désinfecter au gel hydro-alcoolique, idem en entrant dans la chambre de bébé, port du masque dès qu’un rhume apparaît, se présenter à l’infirmière de jour qui s’occupe de notre bébé, limiter le nombre de visites… De bonnes pratiques à réaliser soigneusement pour le bien de tous les bébés présents dans le service.

Nous découvrons aussi le grand tableau blanc accroché près de sa couveuse. On peut y suivre son évolution quotidienne. Chaque jour (et/ou nuit), les équipes médicales y inscrivent différentes informations : poids, taille, alimentation, numéro de chambre de la maman, soins donnés…

Nous apprenons également que l’on peut ajouter notre touche personnelle sur ce tableau. À ce moment-là, nous n’y notons que nos numéros de téléphone, au cas où il y aurait une urgence, et nous laissons une place vide devant notre nom de famille…

Petit Homme n’a pas encore de prénom. Les infirmières, qui espéraient que nous leur annoncions son prénom, sont déçues. Le prénom n’est pas encore choisi. Avec mon mari, nous n’avions pas du tout abordé cette question, car nous pensions avoir encore quelques mois devant nous (bon, de mon côté, je dois t’avouer qu’à partir du quatrième mois de grossesse, j’avais commencé une liste de prénoms, dont beaucoup de versions bretonnes !).

En discutant pour choisir le prénom de Petit Homme, je comprends très vite que ce ne sera pas un prénom breton. Mon mari m’annonce qu’il aime bien le diminutif d’un petit garçon croisé lors d’un anniversaire une semaine avant. Pour ma part, ce choix me déplaît, car je trouve ce prénom trop répandu et il me fait penser à un légume rouge (imagination, quand tu nous tiens, et désolée pour celles qui aiment ce prénom)…

Mais, grâce à ma mémoire photographique, j’ai l’éclair qui décide du sort de notre fils (hi hi hi, oui oui !!). J’avais retenu un prénom avec un diminutif très approchant de celui aimé de mon mari. Et banco ! Mon homme adore : ce prénom commence comme le mien et se termine comme le début du prénom de sa grand-mère décédée quelques mois auparavant. C’est celui-là ! Pas de doute possible ! Le prénom de Petit Homme est trouvé !

Je voulais aussi deux autres prénoms secondaires. Et avec l’accord de mon homme, je les avais déjà sélectionnés secrètement. Ce sont les prénoms de nos frères respectifs. Je les propose et mon chéri valide.

Ça y est, les prénoms de Petit Homme sont retenus. L’émotion nous submerge !

Choix des prénoms : T… G… A… F…

bébé prématuré premiers jours

Crédits photo : Photos personnelles

Jour 2

Première montée de lait de Maman. La médecin en chef confirme que les analyses de Maman sont stables et s’améliorent…

Nous arrivons heureux dans le service, le prénom de Petit Homme est choisi ! Nous l’annonçons aux infirmières pour qu’elles l’inscrivent sur sa couveuse, sur le tableau et dans son dossier médical. Et dans la matinée, nous téléphonons à nos parents et nos frères respectifs pour annoncer notre choix.

Il y a beaucoup de larmes et de compliments au bout du fil. Notre émotion est à son comble, nos voix s’enraillent quand nous expliquons les significations personnelles que l’on a trouvées et données à ce prénom.

On remarque sur le tableau blanc que Petit Homme a perdu plus de 150g… 15% de son poids de naissance… Ça nous semble irréel. Mais on nous explique que c’est tout à fait normal.

Avec mon mari, on se soutient mutuellement et on dévore du regard notre bout de chou. On a le bonheur de pouvoir le prendre en peau à peau. Et dans cet hôpital, c’est fortement recommandé, ainsi que la participation aux soins. Donc mon chéri a la chance de pouvoir lui changer sa couche et de lui donner son premier “bain” (façon de dire : un passage ultra léger d’une mini lingette en coton légèrement humide). Nous sommes heureux et inquiets à la fois…

Une heure de peau à peau avec Papa… Bébé pèse 850g à 18h et fait une séance d’UV pour lutter contre la jaunisse… Un peu d’agitation dans la couveuse, calmée par la main de Maman… Papa assiste aux premiers soins avec Marie qui est d’équipe de nuit…

Jour 3

Rythme de nuit soutenu pour que bébé puisse avoir du lait en réserve au lactarium… Téléphone à Cathy, qui nous confirme que bébé a pris 20g et pèse ce matin 870g. La nuit s’est bien passée…

C’est le weekend. Certains de nos proches sont arrivés de très loin après plusieurs heures de route. Nous choisissons d’organiser de courtes visites à Petit Homme. Je considère que, même si Petit Homme est couché au fond de sa couveuse, nos familles doivent le voir, le découvrir, l’observer, l’entendre…. Car dans un élan de frayeur, je me dis que s’il arrive malheur à mon bébé, ils auront pu le voir au moins une fois et que Petit Homme ne sera pas un être sans “visage”, ni juste un prénom dans leurs mémoires et sur l’arbre généalogique.

Papy et Mamie F sont de passage aujourd’hui avec Tonton G… Peau à peau avec Papa et Tonton G, qui est là pour voir bébé et discuter avec son frère… 

Je ne me souviens pas vraiment de la visite de ma maman, à part ses larmes et les miennes. Elle a été très émue de découvrir son petit-fils. Je me souviens surtout de la visite de mon papa.

J’ai découvert une émotion discrète sur son visage, et j’ai su qu’à un moment, il me revoyait moi dans le passé, dans ma couveuse. Et il a souri, il était heureux. Il m’a dit que Petit Homme deviendrait un bébé comme les autres, tout comme moi. Rien que par ces mots, il a su me rassurer et m’apaiser…

Jour 4

Bébé a passé une bonne nuit, le respirateur a été changé et il fait moins d’apnées-bradycardies… 29 SA et 900g… Peau à peau avec Maman… Tonton A et Tata A sont passés voir Maman et bébé. Tata a été très émue de découvrir bébé…

Ce jour-là, tout avait donc bien commencé. Puis, le médecin est venu nous voir…

Une infection a été détectée et les médecins ont demandé un traitement antibiotique à spectre large. Plus de résultats dans quarante-huit heures…

L’équipe médicale nous explique qu’un protocole va être mis en place pour soigner Petit Homme mais qu’il y a un risque de complications, voire de décès. Avec mon chéri, nous nous effondrons en larmes. Pour ma part, c’est vraiment à ce moment-là que j’ai pris conscience de la très grande fragilité de mon bébé.

Nous allons dans la foulée frapper à la porte de la psychologue du service pour “déballer” ce que l’on a sur le cœur : notre joie d’être parents, nos “je m’en veux”, et nos peurs passées et présentes (peur de mon mari qui a failli nous perdre tous les deux et peur de la prématurité de notre bébé avec toutes ses conséquences).

Ça me fait du bien, je me ressaisis et me dis que même s’il est petit, il est quand même costaud, mon Petit Homme ! Optimiste un jour, optimiste toujours !

Papa fait une escapade à l’extérieur avec les grands-parents. Au retour, Papa et Maman vont souhaiter bonne nuit à bébé. Maman y va en marchant ! Pour la première fois…

Jour 5

Parents matinaux, bébé a passé une nuit assez calme. Pour ne pas l’embêter, les soins ont été limités au strict minimum… 950g…

Passage dans le service de l’état civil de l’hôpital : avec mon mari, nous donnons officiellement ses prénoms à notre Petit Homme. Youpi ! Hélas, dans l’après-midi, la secrétaire de la mairie nous annonce qu’elle n’a pas pu y inscrire Petit Homme, à notre grand étonnement ! Ceci est dû au fait que mon mari est déclaré comme étant une “fille” dans notre acte de mariage (ce que l’on n’avait jamais remarqué avant).

T… G… A… a maintenant des papiers… Enfin presque… La mairie de X appelle pour dire que Papa est une fille (!) sur le livret de mariage…

Au milieu de notre chambre d’hôpital, nous explosons de rire (aïe aïe aïe, la césarienne !) et ça nous fait un bien fou.

Jour 6

Ce matin, bébé a fait une bonne nuit, 970g à la pesée, pas encore de caca, on attend la mise en route du transit…

Bonne nouvelle, on nous annonce que c’est gagné. Petit Homme n’a plus d’infection et il commence à prendre du poids… Ouf, nous sommes soulagés, même si le transit n’a pas démarré. Nous reprenons plus sereinement notre rythme avec lui, entre les câlins, les peau à peau et les soins quotidiens…

Jour 7

La nuit a été bonne, bien dormi, bébé n’a pas fait d’apnée. Il est revenu à son poids d’origine et fait 1kg… Bébé a fait son premier caca : ça y est, la machine est en route…

Et c’est parti pour de nouvelles aventures… Petit Homme prend du poids. Je commence à ce stade à me projeter avec mon bébé et mon mari, à imaginer un futur en dehors de l’hôpital !

Jour 8…

Bébé a ouvert les yeux et écouté nos voix pendant plusieurs minutes. Première fois, c’est magique !

Que dire de plus ? Amour…

… et les suivants !

Au bout de dix jours d’hospitalisation, je sors en laissant Petit Homme dans le service de réanimation néonatalogie… C’est dur pour moi de partir sans lui, mais je sais que c’est pour son bien, donc je m’y suis résignée et ai fait le deuil d’une sortie rapide de l’hôpital.

Je m’organise pour être près de lui chaque jour du matin au soir, le papa ayant repris son travail…

1053, 1100, 1080, 1100, 1120, 1145, 1185, 1200g, ça grimpe !! Allez, on y va !

Malgré les bradycardies, les apnées et les autres soucis propres aux prématurés, Petit Homme prend du poids et de la vigueur. Les jours passent entre les tétées, les peau à peau, les soins, les piqûres, les radios, les IRM, les fonds d’œil, les problèmes digestifs, les transferts de service, les visites familiales et médicales…

Étape par étape, Petit Homme se développe :

  • Tétée au sein/biberon maîtrisée, on ôte la sonde gastrique.
  • Prise de poids suffisante, on passe en lit chauffant (finie la couveuse !).
  • On enlève le masque et on passe aux lunettes haut débit.
  • Fin des apnées, on enlève les lunettes et Petit Homme respire seul en ventilation spontanée.
  • Bonne prise de poids, voici un berceau de maternité…

Bon, parfois, il arrive que l’on fasse marche arrière, car Petit Homme n’est en fait pas prêt à passer à l’étape suivante. Je suis déçue, mais heureuse de me dire que mon bébé y est presque et qu’il grandit vaillamment…

Et finalement, au bout de très longues semaines, Petit Homme réussit à atteindre la dernière ligne droite : le test de la nuit complète sans une seule bradycardie… Ce qui revient à dire : retour à la maison !! Bon, Petit Homme loupe son premier test. Il n’est pas prêt, mais j’avoue qu’avec mon mari, nous ne lui en voulons pas, car nous-mêmes ne sommes pas prêts à l’accueillir à la maison (ni psychologiquement, ni logistiquement !).

Une semaine plus tard, un peu de poids en plus, et hop, le test est dans la poche ! La poussette arrive très vite dans la chambre, on range toutes ses affaires, on distribue sa photo à quelques personnes qui nous ont accompagnés depuis sa naissance, on dit au revoir les larmes aux yeux et on s’installe dans la voiture…

Drôle de sensation… Nous voilà parents à plein temps !!

Et toi ? Tu as eu un bébé prématuré ? Comment ton bébé a-t-il évolué les premiers jours ? Comment s’est passé le retour à la maison ? Raconte-nous !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

16   Commentaires Laisser un commentaire ?

Pineau

C’est beaucoup d’émotions de lire votre récit à 2 plumes…
Les larmes me montent…

le 05/10/2016 à 08h32 | Répondre

Melimelanie

Ton article m’a bouleversé. Comme les deux premiers d’ailleurs.
Lorsque que ton premier article est sorti j’étais enceinte de petit habitant. 2 jours après j’avais acheté un tensiomètre pour chez moi.
Et ce retour sur votre histoire avec ces premiers temps de vie de votre bébé. Ces sentiments qu’ont ressent. Cette peur. Ça donne des frissons.
Je vous souhaite beaucoup de bonheur pour la suite après ces débuts chaotiques.

le 05/10/2016 à 08h51 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oh la la que d’émotion, merci de nous faire partager tout cela… Je suis très heureuse de savoir qu’aujourd’hui il va bien. Tu vas donner beaucoup d’espoir et de force à tous les parents de bébés prématurés avec ton récit. Si je calcule bien il a à peu près (en age corrigé) le meme age que mon fils 🙂 . En revanche ma curiosité n a pas été satisfaite, je n ai pas compris quel est son prénom 😉 .

le 05/10/2016 à 08h55 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Ah et j ai oublié un grand merci aussi pour les photos, c est toujours tres touchant de voir les vraies images de ceux qu on lit. Elles sont très belles et très douces.

le 05/10/2016 à 08h56 | Répondre

Madame Breizh

Merci… La plupart des photos sont celles du papa… 🙂

le 06/10/2016 à 21h09 | Répondre

Ars Maëlle (voir son site)

Merci pour cette belle série d’article, c’est très touchant, et on ne peut qu’être heureux que tout aille bien aujourd’hui.
J’ai été très sensible au passage sur le psy, aux frayeurs que vous avez dû exorciser, toi mais aussi ton mari qui a cru tout perdre d’un coup. J’ai une proche qui a fait de la pré-éclampsie (je ne sais pas quand ça passe de pré- à éclampsie tout court), et les médecins ont été très durs pour leurs projets futurs. Si cette question n’est pas trop douloureuse ou personnelle, je serais très intéressée par ton retour sur la façon dont ces épreuves ont ou non modifié vos projets de famille. Belle vie à vous 🙂

le 05/10/2016 à 09h05 | Répondre

Madame Breizh

Je peux te répondre sans problème sur nos projets futurs concernant notre famille… Sache qu’après un suivi sévère des médecins, on m’a annoncé que j’ai 50% de risques de récidiver sur la pré-éclampsie, tout en sachant que je peux aussi ne plus jamais en faire… C’est une maladie tellement peu connue et dont les causes restent malheureusement presque toutes inconnues ou supposées. Mais malgré ça, mon désir d’un second bébé est arrivé. Et après un long moment de réflexion avec mon mari, nous avons pris la décision de retenter un jour l’aventure sous la surveillance étroite du corps médical 🙂

le 06/10/2016 à 21h07 | Répondre

Doupiou

Merci pour cette petite bulle d’optimisme et de tendresse ce matin ! Je vous souhaite tout le meilleur !

le 05/10/2016 à 09h09 | Répondre

Chacha d'avril

Avoir le témoignage du papa et de la maman rend tout cela encore plus émouvant. J’ai eu les larmes aux yeux.
Ca a du être tellement dur de vivre cela et tellement éprouvant ! Je vous admire tous les trois pour avoir réussi à passer cette épreuve avec autant de force et d’amour.
Merci de nous avoir raconté votre histoire.

le 05/10/2016 à 11h26 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Là encore, ton récit est vraiment très touchant. Tu m’as beaucoup ému.
Je suis contente de lire que votre bonhomme va mieux. J’espère que tu viendras nous raconter votre retour à la maison.

le 05/10/2016 à 12h01 | Répondre

Tamia (voir son site)

Quel joli récit… C’est raconter avec beaucoup de tendresse, vos angoisses ressortent d’une manière subtile avec beaucoup de pudeur.
Je vous souhaite un bel avenir !

le 05/10/2016 à 12h24 | Répondre

Étoile (voir son site)

Mon commentaire est très intime, mais grâce à ton témoignage, tu me permets de vivre d’une certaine manière ce que mes parents ont vécu pour mon frère il y a 25 ans. J’avais 4 ans et ma maman est partie du jour au lendemain. Son éclampsie a eu lieu en milieu de nuit et elle est restée dans « le coma » pendant une bonne semaine. Mes parents m’en ont très peu parlé par pudeur et tabou, mais je sais que c’était très dur. Je me souviens être allée voir pendant des semaines ma maman puis mon petit frère à l’hôpital. Tous les jours après l’école. Aujourd’hui, ce tout petit est devenu une personne exceptionnelle et plein de vie 🙂 Alors merci pour ton témoignage !

le 05/10/2016 à 12h58 | Répondre

Louna

Que d’émotions que de lire ce récit à deux voix…. J’ai les larmes aux yeux à la lecture de ce si doux témoignage : merci de nous faire partager tout ça, et de donner de l’espoir.
J’espère que tu reviendras nous raconter la suite de votre petite vie à trois.

le 05/10/2016 à 13h51 | Répondre

Claire (voir son site)

Merci pour ce récit plein d’émotion. Je suis contente de lire que tout va bien pour ton petit bout.
Et du coup, le papa est redevenu garçon?

le 05/10/2016 à 14h16 | Répondre

Marie

Merci pour ce si beau témoignage, si touchant. Ecrit à 2 plumes, est encore plus poignant !
J’espère que tu nous donneras des nouvelles de votre vie à 3…
Je vous souhaite tout plein de bonheur…

le 06/10/2016 à 11h01 | Répondre

Miss Chat

Il est costaud ton petit bout ! Et vous avez été très courageux 🙂 Merci pour ce très beau et très émouvant témoignage…

le 06/10/2016 à 13h14 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?