Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Les prénoms secondaires : lesquels choisir, pourquoi faire ?


Publié le 20 janvier 2015 par Alice la lutine

Qui n’a jamais ricané après avoir mis la main sur la carte d’identité d’un copain, en découvrant ses seconds prénoms : Maurice, Robert. Et celui-ci grommeler « c’est les prénoms de mes grands-pères… ».

Est-ce pareil pour tout le monde ? Non, bien sûr. Car il n’y a pas de règles en matière de seconds prénoms. Ni pour ce qu’il doivent être, ni pour leur nombre (on peut très bien donner seulement un prénom, sans prénom secondaires !).

choix du prénom et des prénoms secondaires

Crédits photo (creative commons) : Gabriela Pinto

Quels prénoms secondaires choisir ?

Comme d’habitude, y’a pas de secret : ça dépend !

Des traditions

Il y a une tradition qui touche aux seconds prénoms dans ta famille ? (Marie pour tous les enfants, donner Albert à tous les garçons en référence à un ancêtre glorieux, le premier fils doit avoir le prénom de son père…) Ou même au premier prénom, d’ailleurs ! (Donner uniquement des prénoms commençant par les initiales des parents, toutes les filles doivent avoir un prénom composé avec Anne…)

La première question à te poser, évidemment, c’est : est-ce que tu aimes cette tradition, et est-ce qu’elle convient au deuxième parent ? Si oui, alors, tout va bien !

Si c’est un peu plus compliqué que ça, il faut prendre en compte plusieurs choses… Il est très tentant de dire « tu t’en fiches, c’est ton enfant, tu choisis les prénoms ce que tu veux ! ». (Et je ne peux que cautionner !)

Si tu es plutôt rebelle de nature et que tu as toujours fait ce que tu voulais (en témoignent tes cassettes d’AC/DC, ta période dreadlocks et tes nombreux tatouages, qui exaspéraient tes parents !), il est probable que ça n’étonne ni ne vexe personne qu’une fois encore, tu ne suives pas la tradition.

Néanmoins, cela pose diverses questions. La principale est de savoir si cela risque de créer des conflits dans la famille.

Si tu n’es pas sûre, tu peux aussi en parler avec les générations précédentes qui ont suivi cette tradition. Évoque le fait que tu ne te sens pas très à l’aise avec ça (et pourquoi : difficulté à trouver des prénoms qui vous plaisent et qui n’aient pas déjà été utilisés…), mais en évitant de critiquer la tradition (ça passe toujours mieux ainsi !). Tu seras peut-être surprise d’entendre ta grand-mère déclarer que tu as parfaitement raison et qu’il n’y a plus lieu, aujourd’hui, de suivre cette tradition !

Ensuite, c’est à toi de voir si tu es prête à risquer le conflit ou pas. Oui, tu as le droit de te ranger à la tradition, même si elle ne te plaît pas, parce que le conflit serait plus difficile à vivre pour toi que de faire complètement à ton envie !

Tu peux aussi essayer d’arranger la tradition à ta sauce, afin de ne pas l’abandonner complètement, mais qu’elle ne te gène plus non plus :

  • donner des prénoms dérivés du fameux prénom traditionnel, ou des prénoms qui y ressemblent sans avoir forcément la même étymologie
  • passer le prénom traditionnel en quatrième place (il est un peu « moins visible » ainsi)
  • élargir les initiales à celles des grands-parents et arrières-grands-parents…

Des prénoms-hommages

Que ce soit par simple tradition ou par volonté d’ancrer la nouvelle génération parmi tous ses ancêtres, souvent, les prénoms secondaires sont ceux d’aïeux ou de personnes importantes pour la famille.

Selon le sens que cela a pour toi, tu peux te limiter aux grands-parents, oncles, tantes, parrains et marraines, ou remonter à l’infini dans l’arbre généalogique ! (Si tu aimes les prénoms originaux, tu y trouveras peut-être quelques perles !)

Les prénoms de personnes décédées que tu as connues sont un cas un peu à part : il ne faudrait pas, plus ou moins consciemment, attribuer à l’enfant un rôle de remplaçant de la personne regrettée. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut surtout pas donner le prénom de ta grand-mère adorée, mais il vaut mieux y réfléchir en amont !

Si tu as envie de rester dans la lignée des prénoms-hommages, mais qu’aucun d’eux ne te plaît, tu peux trouver des alternatives :

  • Là encore, les prénoms dérivés peuvent mieux te convenir.
  • Si tu souhaites des prénoms en lien à des proches vivants, tu peux leur proposer de te préparer une liste de prénoms qu’ils aiment, puis choisir sur celle-ci. Ou en faire une petite sélection, et leur laisser faire le choix final parmi celle-ci : ainsi, ils auront vraiment donné et choisi quelque chose pour ton enfant !

Des prénoms que tu aimes ou qui ont une signification particulière pour toi

Il s’appelle Arthur, mais vous avez tellement hésité avec Gabriel que c’est comme si ce prénom lui appartenait aussi… Du coup, il portera Gabriel en second prénom !

Le papa et toi aviez chacun un gros coup de cœur, malheureusement non partagé. Votre enfant porte donc un prénom compromis. Pourquoi pas ajouter vos deux coups de cœurs en prénoms secondaires ?

Souvent aussi, on s’autorise plus de choses que pour le premier prénom ! C’est l’occasion de donner ce prénom que vous n’avez pas osé donner en prénom d’usage. Ou pourquoi pas un prénom plus symbolique, que vous n’aimez pas forcément en tant que prénom, mais qui a un sens fort pour vous (Argentine ou India parce que vous êtes tombés amoureux du pays, Luke parce que c’est votre passion pour Star Wars qui vous a réunit au départ, Liberté…).

À l’inverse, si tu as choisi un premier prénom très original, tu peux décider de donner un prénom secondaire plus passe-partout, au cas où ton enfant ait un jour le désir de passer un peu plus inaperçu.

Pourquoi choisir des prénoms secondaires ?

Dans le fond, ça ne sert à rien, non ? On ne nous appelle jamais que par notre premier prénom, c’est pénible de remplir les formulaires, on a l’air ridicule quand on présente ses papiers d’identité…

En effet, si tu n’as pas de coup de cœur non partagé que tu rêves de donner, si tu ne trouves pas d’intérêt à mettre ton enfant dans une lignée familiale… Tu peux ne pas avoir envie de donner plus d’un prénom. Et tu en as parfaitement le droit, c’est légal !

Malgré tout, les seconds prénoms ne sont pas sans intérêt.

Pour éviter des homonymes

Bien que n’étant pas obligatoires, avoir au moins un second prénom est pratiquement indispensable lorsqu’on a un nom de famille et un prénom courants. En effet, des Léo Dubois, il y en a forcément plus d’un ! C’est même très probable que plusieurs soient nés en France le même jour. Et peut-être dans la même ville… Tu vois venir l’embrouille ?

En s’appelant Léo Larroque, le nom est un peu moins courant et il y a déjà moins de risques… Mais ça reste toujours possible. Il l’est encore moins si le nom est Léo Fricottin. De même, il y a certes moins de risques d’homonymie en s’appelant Odin Dubois plutôt que Léo Dubois. Mais on n’est jamais à l’abri d’une coïncidence ! Ajouter ne serait-ce qu’un prénom réduit considérablement les risques.

On peut aussi imaginer qu’un homonyme devienne célèbre (artiste, politicien… ou criminel !), et ce peut être pénible à vivre. Avoir la possibilité d’utiliser un autre prénom sans aucune démarches peut s’avérer très pratique ! Dans le cas d’un prénom rare, une célébrité portant le même prénom lui sera immédiatement associé. Pour peu que ce ne soit pas une référence flatteuse, là encore, un « prénom de secours » peut être le bienvenu.

Parce que tout le monde a un second prénom

C’est paradoxal, mais de même qu’on peut se faire appeler Louise-Marie plutôt que Louise tout court parce qu’on a renseigné tous ses prénoms, on peut être embêté lorsqu’on n’a qu’un seul prénom : « c’est prénomS au pluriel, vous n’avez indiqué que votre premier prénom ! »…

Certes, ce n’est pas bien grave, mais on pense rarement que ce cas de figure existe aussi !

Et toi ? Tu as des prénoms secondaires ? Ils ont une importance particulière pour toi ? Tes enfants en ont ? Comment les as-tu choisi ? Raconte !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

45   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame B

Article qui tombe a pic puisque nous sommes en plein dans le choix du deuxième prénom. En ce qui nous concerne, pas de contrainte particulière, mais peut-être comme tu l’évoquais on se permettra d’être plus ‘personnel’ dans notre choix…. reste qu’il doit quand même nous plaire à tous les deux, alors c ‘est retour a la case départ 🙂

le 20/01/2015 à 08h25 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

En seconds prénoms, je porte les prénoms de mon arrière-grand-mère (je suis la première fille et j’ai hérité de l’aïeule adorée) et de ma marraine, il porte le nom de son père (il est le premier fils) et de son parrain. Pour notre fille, nous avons suivi à moitié la tradition, puisque nous lui avons donné le prénom de sa marraine en troisième prénom et un prénom choisi par le papa, étant donné que j’ai choisi l’usuel, en deuxième prénom (comme nos soeurs qui portent un prénom aimé et non un prénom symbolique en deuxième place). Elle a donc un prénom original, un vieux prénom un peu romanesque et un prénom plus classique… Du choix en somme si elle souhaite changer !

On nous demande parfois pourquoi lui en donner trois, on prétend que ça ne sert à rien (et effectivement, bien malin qui lui trouvera un homonyme !). Ma première réaction est d’avoir envie de répondre aux curieux qu’on fait ce qu’on veut et qu’ils peuvent s’occuper de leurs fesses. La deuxième est leur dire que nous-memes on a trois prénoms et qu’on aime avoir ces trois prénoms, plus ou moins jolis, mais porteurs de sens. Des prénoms en plus, c’est pour moi une richesse supplémentaire. Un petit luxe dont on peut se passer mais qui fait plaisir.

le 20/01/2015 à 09h06 | Répondre

Claire Gezillig

Merci de toutes ces infos.
Aux Pays-Bas, c’est un peu différent, ils ne parlent pas de premier, deuxième, troisième prénoms mais de prénom de baptême (rien à voir avec la religion, il me semble, juste baptisé dans le sens de nommé) qui est la manière dont on t’a nommé à la naissance et qui donc inclus tous tes prénoms…
Cette combinaison (même si on peut n’en avoir qu’un) donne lieu à tes initiales qui est l’élément qui sert beaucoup pour les papiers administratifs divers, sur ma carte de train, sur un de mes e-mails pro, je suis C.F.A (oui, mes parents ont pas pensé à ce que donner les initiales de mes différents prénoms) suivi de mon nom de famille.
Après, y a la question du prénom d’usage qui peut être : le premier prénom de la combinaison bien-sûr mais aussi le deuxième (je connais une famille où le père et le fils s’appeller Pieter Erik et le père est appelé Erik, le fils Pieter) ou quelque chose de différent du nom officiel… Je suis tombée sur la boite de faire-part de mes beaux-parents et c’est vraiment monnaie courante… Il y a écrit « nous sommes heureux de vous annoncer la naissance de XXX que nous appelons Y »
Souvent parce que le prénom est un hommage, une tradition… Par exemple, les Cornelus appelé tous les jours Kees, ou Hubertus devient Bert mais parfois, c’est bien plus éloigné de ça encore.
Pour résumer, avec un exemple, si je demande à ma belle-mère quel est son nom, elle va dire « mon nom de baptême et Henrika Jaccoba mais mon nom d’usage et Rita » (et ce fut choisi par les parents, ce n’est pas l’enfant qui change plus tard).
Après, ça peut aussi être aussi comme mon amoureux, un prénom seulement, pour le baptême, pour l’usage.

le 20/01/2015 à 09h15 | Répondre

Alice la lutine

Wow, c’est sacrément complexe ! 😮
C’est un peu comme aux USA non ? C’est un format que l’on retrouve souvent, first name, middle name, surnom, nom de famille.

le 20/01/2015 à 11h12 | Répondre

Claire Gezillig

Ben en fait, en général, on ne connait pas les noms officiels des gens… mais oui, je trouve ça pas très pratique !
Et oui, ça parait similaire à ce qui se fait aux états-unis…
(et grrr, je viens de relire mon message, c’est quoi ces fautes ? bien-sûr, il faut lire  » mon nom de baptême eSt Henrika Jaccoba mais mon nom d’usage eSt Rita »)

le 20/01/2015 à 11h45 | Répondre

valicka

ça existe aussi pas mal en France, cette habitude de nommer quelqu’un parun prénom autre que les officiels…

le 21/01/2015 à 13h57 | Répondre

Mme Kahlessi (voir son site)

Ma fille et moi-même n’avons qu’un prénom, et on ne s’en plaint pas ! Mon mari en a 3, bien ringards, mais bon, s’ils ne les aiment pas il ne s’en plaint pas non plus en fait !
Cependant, je crois que si nous avions un 2ème enfant il aurait 1 ou 2 autres prénoms secondaires et je piquerai l’idée d’amis qui ont donné en 3ème prénom à leur enfant le lieu de conception. Ce qui donne « Australe » pour une petite conçue au sud Chili et « Cerise » pour une autre conçue sous un cerisier aux branches chargées ! Je trouve ça très mignon et très sympa comme anecdote ! Encore faut-il être vigilant où les galipettes se passent ! lol

le 20/01/2015 à 09h16 | Répondre

Louna

Pour nous, les deuxième et troisième prénoms permettent de mettre en avant les origines multiculturelles de notre enfant : un prénom usuel choix des deux parents, puis un deuxième prénom arabe pour les racines maternelles et un troisième prénom breton pour les racines paternelles. Ce sont aussi des prénoms qui nous plaisent mais qu’on n’aurait pas forcément donné en premier prénom. D’ailleurs, un prénom breton qui nous plaisait un peu trop a été gardé sous le coude, peut-être pour la prochaine fois ! 😉

le 20/01/2015 à 09h16 | Répondre

Penny

Je fais partie d’une fratrie où le deuxième prénom est absent. Autant je suis assez contente de ne pas être affublée d’un deuxième prénom qui aurait fait l’hilarité chez mes camarades de classes, autant, pour ma sœur, cette situation pose un problème : elle a été la cible de très nombreuses moqueries tout au long de sa scolarité (de la maternelle à l’école de commerce !) en raison de son prénom (merci à une certaine marque de voiture qui se complaît à affubler ses produits de prénoms de filles !!!!), à tel point qu’elle a voulu changer de prénom à l’état civil… sauf que c’est un vrai parcours du combattant quand on n’a qu’un seul prénom, et encore faut-il remplir les conditions pour y être autorisé… elle a dû abandonner, mais du coup elle est extrêmement sensible à ce sujet. Bref, je trouve que les parents ne devraient pas n’en faire qu’à leur tête quand ils choisissent les prénoms de leurs enfants, et qu’ils devraient penser avant tout à l’enfant qui va devoir le porter toute sa vie, et en particulier toute sa scolarité (on sait combien les enfants et ados peuvent être cruels et combien cela peut nous affecter toute notre vie). Un prénom ce n’est pas anodin, on le porte à vie et surtout aux yeux de tous. Donc en ce qui concerne plus particulièrement le second prénom, il me semble plus important de permettre à l’enfant d’avoir un second prénom qui pourrait lui être utile, plutôt que de se servir de cette option pour satisfaire ses propres envies. Après à la limite il peut toujours y avoir un troisième prénom qui peut être celui d’un ancêtre ou un prénom symbolique, si on y tient vraiment.

le 20/01/2015 à 09h19 | Répondre

Alice la lutine

Ça a du être pénible pour ta sœur ! 🙁

Néanmoins le « problème » (qui n’en est pas vraiment un) est qu’on n’a aucun moyen de savoir comment les enfants vivront leur prénom. 😉
« Il faut penser à l’enfant » est un argument qu’on m’a souvent ressorti lorsque j’évoquais mon souhait de donner des prénoms très rares et originaux…
Or, je crois que la majorité des parents pensent bel et bien à l’enfant en faisant leur choix ! Certes, certains ne réfléchissent peut-être pas assez longtemps, n’ont pas toutes les clés en main pour comprendre le préjudice qui peut en découler. Mais on ne peut que supposer, et non pas prédire.

Pour revenir à mon exemple personnel (qui est forcément celui que je connais le mieux et que je ne risque pas de restituer faussé ! 😆 ), cette phrase m’a toujours fait grincer des dents. On essayait en somme de me convaincre qu’un prénom plus classique, aux sonorités plus familières pour tous, était forcément bien mieux. Sauf que ça ne colle pas du tout à mon vécu. Mon prénom correspond en tout point à ce fameux « prénom idéal » qu’on voulait me vendre. Or, j’ai toujours mal vécu tous ces fameux pseudo points positifs, dès l’âge de 3-4 ans. Je le trouvais déjà trop banal, trop connu… et pourtant, j’étais la seule de ma classe (et même de mon école). Je suis donc bien placée pour savoir qu’on peut très mal vivre un prénom classique, et ce même sans avoir eu besoin de se faire appeler « Alice A. » pour être différenciée de « Alice B. » et « Alice C. ».

Par ailleurs, mon mari porte un prénom relativement original, et souvent mal orthographié (son prénom est pourtant écrit avec l’orthographe classique française, mais beaucoup de gens sont tentés par une version espagnole, nordique, ou un mélange…). Et même si les fautes à son prénom l’agacent, il a toujours apprécié d’avoir un prénom original, que tout le monde ne connaît pas forcément, qui surprend.
Donc on peut bien vivre un prénom classique. Mais aussi mal le vivre. On peut mal vivre un prénom original. Mais on peut aussi très bien le vivre !

Je suis également très sensible aux seconds prénoms, car mes 3 prénoms sont tous du même acabit (connus, classiques, courants). Or, même sans forcément changer de prénom d’usage, j’aurais aimé pouvoir me raccrocher à un prénom moins convenu qui serait le mien aussi.
Du coup, je me fais de sacrés nœuds au cerveau pour le choix des prénoms secondaires ! 😆 Mais il faut dire que j’aime ça, puisque les prénoms sont une passion pour moi. 😉
(Ainsi, si le premier prénom est mythologique, je ne veux pas de prénoms mythologique/légendaire ensuite, par exemple. Et je tiens absolument à ce que chaque enfant ait un prénom plus passe-partout parmi ses prénoms secondaires, pour qu’il ne soit pas obligé d’assumer un prénom super original si ça ne lui convient vraiment pas. Bon, ces passe-partout ne sont pas systématiquement de grands classiques – ils sembleront peut-être originaux à certaines personnes –, parce que je ne veux pas non plus donner des prénoms qu’on n’aime pas : j’attache une trop grande importance aux prénoms pour choisir « par défaut ». Mais ils sont bien plus discrets que les autres.)

Et puis, il ne faut pas oublier aussi que les meurs changent : aujourd’hui, on a l’habitude d’entendre de « nouveaux » prénoms (que ce soient des prénoms inventés ou des prénoms historiques qui ont toujours été peu usités). Ce qui jouera aussi beaucoup dans le fait que nos enfants pourront vivre les choses très différemment.

Bref : c’est bien de réfléchir, mais au final, il faut choisir avec le coeur, car il n’y a pas de mode d’emploi qui marche à tous les coups ! Et les seconds prénoms peuvent en effet permettre de choisir (puisque le premier prénom reste dans l’immense majorité des cas le seul qui sera utilisé quotidiennement)… sans complètement trancher. 🙂

le 20/01/2015 à 11h04 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Quand tes enfants seront nés, il faudra nous dire les prénoms… Trop de suspense, on a envie de savoir (moi en tout cas) 🙂

le 21/01/2015 à 10h18 | Répondre

Valicka

Je te rejoins complètement pour la question du choix d’un prénom « original ». De toute façon, on est toujours l’original de quelqu’un, je pense…
Mais j’essaie dans la mesure du possible de penser un peu à l’enfant, parce que ça me semble aussi important. Ainsi, ma témoin a un prénom très original qu’elle adore mais elle passe son temps à devoir l’épeler ou à l’expliquer et, pour cela, elle a voulu donner à son fils un prénom original mais bien connu, qui ne pose ni de problème de compréhension ni d’orthographe… J’ai choisi un prénom extrêmement original (et un peu long au goût de certain) mais « normalement », l’orthographe est évidente… je dis « normalement » car nous avons tout de même dû l’épeler 3 fois de suite lors de notre dernière visite médicale (comme quoi 😉 )
Pour plus de sécurité, nous n’avons jamais évoqué les prénoms envisagés pendant ma grossesse, et à la naissance de ma fille, seules une ou deux personnes ont osé dire quelque chose. Même si je suis convaincue que de nombreux proches n’apprécient pas notre choix… une fois que la « personne » est là, le prénom passe plus facilement.
(l’expérience d’une amie, qui a donné un prénom très très original à son fils) m’a refroidie : elle avait dévoilé son idée avant la naissance et a passé ses dernières semaines à entendre tout le mal que les gens pensaient de ce prénom…).
Comme tu le dis, Alice, on ne peut rien prédire et après la naissance, le prénom de l’enfant devient ce que l’enfant en fait. Si ma fille est quelqu’un d’original, son prénom lui ira comme un gant et elle l’assumera. Si elle préfère au contraire quelque chose de plus classique (ou plus commun, son prénom est assez classique, en fait), son troisième prénom est plus « passe-partout »…

le 26/01/2015 à 15h31 | Répondre

Alice la lutine

Pour l’orthographe en vérité, sorti de quelques classiques, il y a souvent beaucoup d’hésitations.
Même un prénom connu, écrit correctement, devient sujet à diverses propositions orthographiques loufoques. Une copine qui voulait inscrire à l’école son fils Achille, a ainsi eu droit à Achylle, Achil, Hachille… -_-

Du coup, je pars du principe que, sorti de quelques prénoms vraiment bien trop courants à mon goût, les gens hésiteront. Finalement, avec un prénom carrément inconnu, on ne se dit pas qu’on sait l’écrire, donc on attend qu’il soit épelé, au moins ça évite des erreurs. 🙂 (Mon mari Joachim a un prénom « trop connu » pour qu’on lui demande spontanément de l’épeler. Et quand il décide de l’épeler directement, souvent, on n’écoute pas… Bref, 9 fois sur 10, il est orthographié Joakim, Joaquim, ou même Joackim. Pourtant Joachim est l’orthographe traditionnelle française !)

Pour ma part, je n’aime pas les orthographes trafiquées… Mais j’aime certains prénoms dont l’orthographe française admise depuis des siècles n’est pas forcément intuitive. 😉 Et les problèmes d’écriture n’ont pas dégoûté mon mari des prénoms de ce genre, alors… Y’a plus qu’à voir ce que nos enfants en penseront, eux, quand ils seront adultes ! 😆

le 26/01/2015 à 18h02 | Répondre

Mme Kahlessi (voir son site)

Mouais, il est vrai que les parents ont leur part de responsabilité… Ca me rappelle quand j’étais animatrice y’avait 2 soeurs de 2 ans de différence il me semble, on n’en revenait pas du choix des prénoms qu’avaient osé donner les parents : Mégane et Mercedes. 2 très jolis prénoms en soi, sauf que voilà…

le 20/01/2015 à 12h09 | Répondre

Alice la lutine

Heureusement qu’elles ne passeront pas leur vie ensemble ! 😮

le 20/01/2015 à 12h20 | Répondre

Madame Nounours

Article intéressant. Pour ma part, je porte en second prénom celui de ma grand-mère maternel mais par contre mon mari et sa soeur n’ont pas de second prénom, c’est un choix de mes beaux-parents. PErsonnellement si j’ai des enfants, j’aimerai bien donner en second ou troisième prénom celui de mon grand-père maternel que j’aimai beaucoup à mon fils ainsi que celui de mon beau père et pour une fille, ce serait celui de ma mère et de ma belle mère mais bon d’ici-là on aura peut-être changer d’avis.

le 20/01/2015 à 10h56 | Répondre

Athénadora

J’ai pour ma part 3 prénoms et je ne m’en plains pas, j’ai mon prénom d’usage, suivit du prénom d’une de mes arrières grand mère et le prénom que mon père voulait me donner mais que ma mère n’a jamais voulut (merci maman lol).
Dans la famille de mon conjoint (italien croyant) il et de tradition que les hommes porte un prénom qui commence par J et si possible en 5 lettres (voyez le rapport avec Jésus). C’est le cas de mon homme et de son frère mais c’est apparement aussi le cas de plusieurs ancètres et cousins que je ne connaitrais surement jamais.
Du coup si nous avons un jour un fils il est déjà tout décidé de l’appeler James suivit de Gabriel car c’est un prénom que j’adÔre et un troisième prénom encore non définie.
Pour les filles bien entendu un Marie est de rigeurs, ce sera donc Abbygaëlle, Marie, ? .

J’ai connu une personne qui fut embêté a cause justement d’une autre personne qui portait le même nom et prénom, donc pour moi il est clair que mes enfants auront plusieurs prénoms.

le 20/01/2015 à 11h54 | Répondre

Yaelle

pas de second prénom pour moi, par contre ma fille porte le prenom de sa marraine et mon fils celui de son parrain et d’un ami tres proche né le meme jour ^^

le 20/01/2015 à 12h04 | Répondre

sarah

c’est une question intéressante en effet, j’ai le prénom de mon parrain féminisé et du mari de ma marraine féminisé aussi car celui de ma marraine était trop moche lol. Je ne me suis jamais posé la question d’utiliser mon deuxième prénom en usage courant mais je trouve ca sympa quand même d’avoir plusieurs prénom quand ceux ci ont une vrai symbolique derrière 🙂

le 20/01/2015 à 13h03 | Répondre

Croco

Nous sommes également en plein dans les recherches de prénom, et pour moi, donner plusieurs prénoms est une évidence. Je n’ai jamais eu honte de mes deuxième et troisièmes prénoms, pourtant vieillots. il s’agit de ceux d’une de mes arrière grand-mères et d’une de mes grand-mères. pour nos enfants, on pense choisir en premier prénom un nom que nous aimons tous les deux, puis en deuxième et troisième prénoms le prénom du parrain ou de la marraine et celui d’un grand-parent ou arrière grand-parent. Si l’ainée est une fille, nous avons une combinaison complète (à condition que la marraine accepte), avec deux prénoms originaux (du moins en dehors de notre région d’adoption) et un courant. Si c’est un garçon, c’est un peu plus difficile… on n’est pas encore fixé sur le premier, les autre, à priori on sait ce qu’on veut, mais bon, ça a le temps de changer…

le 20/01/2015 à 14h22 | Répondre

Anne-Charlotte

Nous avons choisit pour notre premier fils de lui faire porter le prénom de nos papas ! Cela nous a paru très naturel !
Pour notre second fils , qui n’est pas encore né , il portera certainement des prénoms « hommage » ! Pour le grand père de monsieur qu’il aimait énormément … Et le prénom en version masculine du prénom d’une de mes tantes décédées que j’aime énormément également et qui avait une affection particulière pour moi …

le 20/01/2015 à 14h49 | Répondre

Mlle Moizelle

Arf, je ne savais pas que l’on pouvait plus facilement changé de prénom en prenant le second si on avait des problèmes avec le premier!
Pour nos enfants (pas encore en route! ^^) on a trouvé des prénoms-compromis (qu’on aime quand même hein, mais c’est pas nos coups de coeur) parce que j’ai des goûts très différents de ceux du futur papa. Ni lui ni moi n’avons de 2è prénoms, et on s’en porte très bien. Je pense que l’on donnera des seconds prénoms, sûrement nos propres coups de coeur: donc pas forcément classiques, mais j’ai toujours pensé qu’il valait mieux s’appeler Orion qu’être le 3è Antoine ou Maxime de sa classe (c’est pas que j’aime pas ces prénoms, mais c’est justement « trop » passe-partout pour moi!). Cependant, là où ça me pose problème, c’est que j’ai peur de jouer toutes mes cartes avec le premier bébé quand il faudra ensuite nommer le 2è! ^^ Sinon, il y a une tradition effectivement dans ma famille, c’est que le premier enfant de la fratrie (moi) choisit ensuite le 2è prénom des suivants. Ainsi, lorsque j’étais dans ma période Alice aux pays des merveilles, j’ai appelé ma petite soeur Adèle Alice, et lorsque ma chanteuse préférée était Loreena MacKennit, j’ai appelé ma seconde petite soeur Jeanne Loreen! ^^

le 20/01/2015 à 14h57 | Répondre

Mlle Moizelle

D’autant plus qu’il y a eu des grossesses gémellaires dans chacune de nos familles, il nous faudra peut-être choisir 2 premiers prénoms et des prénoms secondaires en même temps! Qui vont ensemble qui plus est! ^^

le 20/01/2015 à 15h01 | Répondre

Alice la lutine

Hé oui, n’importe lequel des prénoms peut servir officiellement, sans avoir besoin de faire des démarches. 😉

J’aime bien Orion !
C’est mignon cette tradition. Je connais aussi quelqu’un qui a fait choisir un 3e ou 4e prénom à sa fille pour le petit frère (pas par tradition, juste par envie). Mieux vaut se garder un droit de véto : Alice, Loreen, ou même Mulan, pourquoi pas… Mais Caca-Boudin, c’est moins chouette. 😆

le 20/01/2015 à 15h41 | Répondre

Mlle Moizelle

Je pense effectivement que ma liberté d’expression n’aurait pas été validée par les parents si j’avais été jusque là! ^^

le 20/01/2015 à 15h45 | Répondre

Philyra

Dans ma famille, c’est « fait comme tu veux » alors que dans la famille de mon chéri, c’est « le prénom des grands-mères pour les filles, celui des grands-pères pour les garçons ». Pour notre fille, nous avons choisi… de faire de ce que nous voulions et de lui donner des prénoms que nous aimions beaucoup mais que nous n’aurions pas donner en premier.
Dans la famille de mon BF, il faut (IL FAUT !!) donner « Marie » en deuxième prénom, que le bébé soit un garçon ou une fille ! Ma BF et ma BS l’ont fait pour leur fille, mais je ne sais pas pour leur garçon, il faudrait que je demande 🙂

le 20/01/2015 à 15h24 | Répondre

Alice la lutine

Oui Marie est souvent donné comme prénom protecteur dans les familles catholiques, aux filles comme aux garçons. 🙂

le 20/01/2015 à 15h33 | Répondre

Pivoiline

L’Homme n’a qu’un seul prénom justement, alors il ne comprend pas bien mon envie d’ajouter un deuxième prénom..!

La question du 2ème prénom a été plus compliqué que celle du prénom d’ailleurs.
On avait en tête de donner le prénom du parrain/marraine, sauf que bébé est une fille, et que la marraine à le même prénom qu’une des grand mère. Alors si on met le prénom de la marraine, il « faut » mettre le prénom de ma mère également pour « équilibrer », et on ne voulait pas mettre les prénoms des grands parents…!
Du coup coup, je crois que c’est le prénom de son arrière grand mère (ma grand mère paternelle) qui arrive en tête de liste. Ca reste un prénom hommage comme je le souhaitais, et pas de jaloux 🙂

le 20/01/2015 à 16h22 | Répondre

Ornella

Dans ma famille, et plus généralement dans les ethnies de mes parents, on a des coutumes bien précises quant aux prénoms, déjà il doit avoir un sens et un sens avec lequel on ( en tant que parents ) sommes d’accord. Ça parait idiot mais quand tu fais la liste bah ça en élimine un paquet.
le deuxième prénom est en général dans la langue maternelle ou paternelle, et peut être un prénom hommage ( obligatoire dans les familles royales ) ou juste un que l’on trouve joli.
Ensuite, on donne un prénom en fonction du jour de naissance. (Beaucoup de traditions animistes considèrent que ton jour de naissance aura une importance particulière tout au long de ta vie).
Un prénom est également donné dans certaines régions en fonction de l’ordre dans la fratrie.
Les parrains marraines se mettent d’accord pour un prénom de baptême ( ce qui veut dire qu’ils sont choisis souvent avant la naissance), mais ça reste optionnel, alors que pour les trois autres c’est plus compliqué de faire sans.
Ça fait une moyenne de 4 à 5 prénoms, ce qui parait énorme en France mais pas la bas, car c;est souvent un signe de noblesse.
Ah et j’allais oublié mon critère personnelle, il faut que le prénom aille avec le nom de famille, qu’il y ait une certaine harmonie ( ou plutôt qu’il n’y ait pas dysharmonie en le prononçant. )

le 20/01/2015 à 16h27 | Répondre

Mlle Moizelle

Eh bien! ça en fait des critères… Tu ne précises pas de quelles ethnies sont tes parents, je suis curieuse! ^^

le 20/01/2015 à 18h45 | Répondre

Ornella

Ma mère est principalement Ewe,Mina et Ho, ce sont des tribus qui naviguent autour de la volta et qui correspondent actuellement au Togo et au Ghana. Mon père est igbo et Fon ce qui correspond aujourd’hui en partie au Nigeria et au bénin.

le 20/01/2015 à 22h19 | Répondre

Mlle Moizelle

Merci pour les précisions! 😉
Quand tu veux tu nous en dis plus sur ces cultures et leurs conséquences sur ton quotidien! 🙂

le 26/01/2015 à 18h12 | Répondre

Valicka

tout à fait d’accord pour l’harmonie avec le nom de famille… j’ai « abandonné » (pour le moment) un prénom masculin que j’adore parce qu’avec le nom de famille de l’enfant, c’était une catastrophe…

le 26/01/2015 à 15h33 | Répondre

Gayelle

De notre côté, nous avions choisit le prénom avant même les essais et on est tombés tout le 2 d’accord très rapidement.
Mon mari étant portugais, je tenais à ce que le prénom de ma fille s’écrive et surtout se prononce de la même manière dans les 2 langues (ma belle famille n’arrive pas à prononcer mon prénom donc je voulais éviter cela pour ma fille…). Helena est donc son premier prénom. Ce prénom a une symbolique forte puisque c’est un prénom présent dans nos 2 familles.
Elle a aussi 2 autres prénoms, le 2ème français et le 3ème ayant aussi un lien familial (prénom de la gd mère de mon mari et raccourcit de celui de ma marraine). Le choix des prénoms a été très simple pour nous.
Nous avons choisit de lui donner 3 prénoms car si notre ainé avait été un garçon, nous avions déjà décidé de 3 prénoms. Donc avec un peu de chance, ma fille aura un frère et je ne voulais pas de déséquilibre dans le nombre de case à remplir : 3 prénoms plus 2 noms de famille, ça c’est pour respecter la tradition portugaise (mes enfants vont me haïr le jour où ils devront donner leur état civil au complet mais bon..).

le 20/01/2015 à 17h15 | Répondre

anais

Nous sommes en pleine réflection pour le second et troisieme prenom de notre second garcon ! Mon mari a des origines basques, alors leurs prénoms sont basque, mais je souhaite qu’ils portent des prénoms « français classiques, voire vieux prénoms » pour adoucir cela…et aussi au cas ou un jour ils souhaitent changer…En ce qui me concerne, mes parents ne se rappelaient plus des deuxième et troisième prénoms qu’ils avaient choisis, alors je porte le prénom de la sage femme (Anne au lieu de Monique ) et je m’en sors beaucoup mieux comme ça ! 🙂

le 20/01/2015 à 23h48 | Répondre

anais

*réflexion pardon.

le 20/01/2015 à 23h48 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Ma petite porte aussi le prénom de la sage-femme en deuxième prénom mais c’est un hasard, il était choisi avant 😉 D’ailleurs vu que c’est celle qui m’a fait une perfusion qui m’a fait souffrir plus de 12h (jusqu’à ce que je supplie un autre sage-femme de m’en refaire une ailleurs), je crois que je ne lui aurais pas volontairement rendu hommage, même si elle était très gentille 🙂

le 21/01/2015 à 10h13 | Répondre

Rachel

Alors nous pour le coup, quand je suis tombé enceinte on s’etait dit que si c’etait une fille elle porterais en second prénom, le prenom de ma grand mere décédé et si c’etait un garcon, le prenom du grand pere de Monsieur. Sauf que je trouvais ça finalement moyen …Alors j’ai poposé le systeme qu’a utilisé ma mere pour moi : les parents choisissent le premier prénom (normal), les grands parents maternel choisissent le second prénom et les grands parents paternel le troisieme. Et je trouve l’idée génial ! Car meme depuis le deces de ma grand mere je garde un truc tres fort puisqu’elle m’a choisit un prénom. C’est ainsi que ma fille à 3 prénoms : Sara Loreleï Amélia !

le 21/01/2015 à 11h00 | Répondre

valicka

j’aime beaucoup cette tradition … mais si elle est assez originale ! vous aviez droit à un veto oupas du tout ? et sinon, je suis fan de Lorelei, jel’aurais bien mis en premier, mais monmari s’y est opposé !!

le 21/01/2015 à 18h36 | Répondre

Maelisa

J’aime également beaucoup cette idée, Rachel ! J’en ai parlé à mon mari il y a deux jours (ainsi que d’autres des idées/traditions lues en commentaire), et il m’en a reparlé ce matin. JE pense que c’est une belle façon d’avoir des prénoms qui ont chacun un sens, le premier pour les parents, les suivants pour les grands-parents… On attend de connaître le sexe, et peut-être qu’on leur proposera de choisir les deuxième et troisième prénoms 🙂
Comme Valicka, je me demande si vous aviez un droit de véto, ou si on vous les soumettait à l’avance. Je pense notamment aux prénoms qui peuvent nous paraître connotés négativement, ou qui nous rappelle trop quelqu’un…
Même si à notre mariage, nous demandions à nos invités quels prénoms ils imaginaient pour nos enfants… Et nos parents n’avaient pas trop mauvais goût !

le 24/01/2015 à 18h00 | Répondre

Rachel

J’ai pas mis de veto car deja j’avais confiance en mes parents et je comptais sur mon fiancé pour en parler à ses parents au cas ou. Mais j’étais plutot confiante. Apres je voulais justement leurs laisser le choix de donner un prénom qui rapel quelqu’un.
Mes parents ont choisit un prenom qui leur plaisait juste pour ca. Et mon beau père a choisit de donner le deuxième prenom de sa mère qui était décédé pendant ma grossesse (la grand mere de mon compagnon).

Et puis je me dit que meme si ils avaient donner un prenom horrible c’est eux qui auraient dû se justifier devant elle lol.

En tout cas je compte bien recommencer pour les suivants.

le 24/01/2015 à 20h21 | Répondre

Floconnette

Je souhaitais un deuxième prénom pour mon fils, comme ça, sans trop de raison. Je voulais lui donner le prénom de ses grands-pères (oui ils sont prénommés pareil, d’un prénom très classique). Mais mon mari n’était pas très motivé, ils n’ont qu’un prénom dans sa fratrie (deux dans la mienne). J’ai laissé tomber. Des fois je regrette légèrement, des fois je m’en fiche. Et par contre on a fait classique pour le prénom de mon fils, on voulait un prénom classique, connu en français, mais peu fréquent et pas du tout à la mode. Et bien sûr, qui nous plaise à tous les deux. Au final, on avait un seul finaliste ;-). Aie aie aie si on a un autre petit garçon un jour!

le 25/01/2015 à 16h08 | Répondre

Valicka

Nous avons décidé de donner plusieurs prénoms à ma fille… Moi-même je n’en ai qu’un, assez original bien que très connu mais j’ai toujours eu envie d’en avoir plusieurs. Mon mari en a trois, très ancrés dans la tradition catholique (nom du parrain + Marie) et nous ne souhaitions pas suivre cette tradition… D’ailleurs, ça a posé des problèmes vis à vis de ma belle-famille qui n’a pas compris notre choix… mais qu’importe, c’est notre fille !
En deuxième prénom, nous lui avons donné le prénom d’une grande personnalité scientifique à laquelle nous étions attachés, à cause de notre profession, de notre domaine de recherche et de son histoire (c’est une grande biologiste anglaise qui a été spoliée de ses recherches dans les années 1950 avant d’être réhabilitée dans les années 2000). En troisième, nous avons donné le prénom de la mère de mon mari, décédée il y a 12 ans, afin d’inscrire ma fille dans cette filiation « manquante ». C’était très important pour mon mari, qui voulait ainsi rendre hommage à cette femme essentielle pour lui et pour moi, qui voulait que ma fille sache que cette grand-mère veillait sur elle, à sa façon…
Et quand je vois les trois prénoms de ma fille, le premier très original, le second aussi (c’est un prénom anglo-saxon qui a un équivalent assez rare en français) et le troisième plus « commun » mais tellement important, je suis très heureuse de nos choix…
Comme quoi, chacun a sa raison de donner plusieurs prénoms.
Pour nos prochains enfants, nous envisageons de faire de même : donner des prénoms secondaires qui se rapportent à des grandes personnalités qui nous ont marqués ou à des personnes importantes dans nos vies. …

le 26/01/2015 à 15h21 | Répondre

KOMASSA

Quelqu’un peut-il me répondre sur les seconds prénoms.
Est-il possible de mettre les mêmes que ceux attribués à mon premier enfant.

le 13/04/2017 à 12h04 | Répondre

Croco

Oui, bien sure, tu peux donner les prénoms que tu veux, l’officier d’état civil n’ira pas vérifier si ce sont les mêmes que ceux de l’ainé ou pas.
Il y a des familles où un certain prénom est donné à tous les garçons ou toutes les filles. Et comme le dit Valicka, dans certaines familles catholiques, tous les enfants (garçons et filles) ont Marie parmi leurs prénoms secondaires. A vous de choisir, en pensant toujours à ce qu’il y a de mieux pour votre enfant !

le 25/04/2017 à 15h33 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?