Menu
A la une / Conseils / Prénoms

Ma mère n’aime pas le prénom choisi pour mon bébé !

Tu es enceinte… Avec le papa, vous avez eu un coup de cœur pour un prénom (disons Prune, pour l’exemple). Seulement, quand tu es allée annoncer ça, toute guillerette, à ta maman… Elle t’a tout de suite dit qu’elle n’aimait pas du tout ce prénom.

Du coup, tu es toute perdue et ne sais plus quoi faire. Pour toi, c’est très important que ta mère apprécie le prénom de ses petits-enfants. Mais en même temps, tu adores vraiment ce prénom, tu as envie de le donner à ta fille !

Alors… Comment se sortir de cette situation ?

photo bébé fille dans un panier dans l'herbe

Crédits photo (creative commons) : Inspired Photography CT

Avant toute chose, avant de se monter le bourrichon… Est-ce que ta mère serait vraiment embêtée que tu donnes un prénom qu’elle n’aime pas ?

Après tout, peut-être qu’elle t’a dit qu’elle n’aimait pas juste comme ça, pour te donner son avis, mais sans attendre pour autant que tu en changes !

Dans le cas où vous n’avez pas parlé du prénom plus que ça, demandes-lui clairement si ça lui poserait problème d’avoir une petite-fille dont elle n’aime pas le prénom, tu seras fixée.

Si elle t’a clairement dit que ce prénom serait difficile à vivre pour elle… Là aussi, il peut y avoir plusieurs cas de figure.

Elle n’aime pas CE prénom, et est généralement assez ouverte aux prénoms dont tu parles.

Il va falloir essayer de comprendre ce qui la dérange dans ce cas précis. Discute avec elle !

Va savoir, peut-être a-t-elle connu une Prune qui lui a mené la vie dure, et elle n’arrive pas à entendre ce prénom sans repenser à cette personne !

À moins que problème soit que, pour elle « ce n’est pas un prénom ! » ou « c’est ridicule ! »… Et en plus, elle est sûre que « ça sera difficile à porter ».

N’hésite pas à lui rappeler que les prénoms attribués aujourd’hui sont de plus en plus variés. On adhère ou pas, il n’empêche qu’un prénom original passe bien plus inaperçu maintenant qu’il y a 50 ou même 20 ans !

Elle pense peut-être à sa copine Marie-Lou. C’était très rare à l’époque. Et on se moquait d’elle tout le temps à propos de son prénom !

Bien sûr, inutile de nier que Marie-Lou a souffert de moqueries à l’école. Mais rappelle à ta maman qu’un exemple ne fait pas une vérité absolue ! D’accord, Marie-Lou aurait préféré s’appeler Marie tout court, ou peut-être Françoise ou Catherine.

Mais toi, ton amie Emilie a toujours détesté devoir être appelée « Emilie B. » pour être différenciée des deux autres Emilie de la classe ! Elle enviait beaucoup votre copine Flavie, en soupirant que « elle au moins, elle a un prénom original, on n’a pas besoin de l’appeler par son nom de famille… ». Et d’ailleurs, Flavie elle-même adorait voir la surprise des gens quand elle se présentait.

Eh oui, l’avantage avec un exemple… c’est qu’on peut facilement trouver des contre-exemples. Ta mère peut donc comprendre qu’on ne peut pas prédire comment réagira la personne qui porte le prénom.

Et puis, rappelle-lui un peu… Dans la cour de récréation, est-ce que Marie-Lou était la seule à se faire embêter ? Non, il y avait aussi Michel pour ses lunettes, Christine pour ses taches de rousseur, Alain parce qu’il zozotait, Martine parce qu’elle était la chouchoute de l’institutrice… et Annie avait été surnommée « Annie Pipi ». Pendant ce temps pourtant, Timothée était tranquille.

Quand on veut se moquer de quelqu’un, on trouve toujours un moyen. On se moque des personnes qui sont plus fragiles, et pas des autres. Le prénom n’y change rien, ce peut être un moyen pour se moquer, mais ce n’est pas la cause.

Enfin et surtout, dis à ta maman tout ce qui te plaît dans ce prénom ! En lui montrant à quel point tu adores ce prénom, elle le verra un autre angle, et, qui sait, peut-être même qu’elle commencera à le trouver plutôt plaisant, finalement ? Et puis, voir des étoiles dans les yeux de sa fille, même sans partager son enthousiasme… Ça fait réfléchir !

Elle critique tous les prénoms dont tu lui parles. Elle essaye en permanence de t’amener vers ses goûts, très éloignés des tiens.

Si ça revient sur le tapis seulement de temps en temps, quand tu abordes la question, c’est une chose. Tu peux essayer, comme je te le proposais précédemment, de voir si ça lui pose un réel problème, de comprendre ce qui lui déplaît, lui montrer pourquoi ça te plaît à toi, etc.

Mais peut-être qu’elle « descend » tous les prénoms que tu aimes, et revient à la charge très souvent, alors que tu n’as pas du tout commencé à parler prénoms de près ou de loin ! Elle fait du chantage affectif et t’assure même que « si tu l’appelles Prune, de toute façon, moi, je l’appellerais Lisa, c’est tout ! ». (Entre nous, si elle fait ça pour cette histoire de prénom… elle le fait sans doute pour plein d’autres choses…)

Là, malheureusement… Il va falloir mettre les points sur les i : quelque soit le choix que vous ferez, il est hors de question qu’elle l’appelle par un autre prénom que le sien. (Si tu souhaites tempérer et que tu n’as rien contre les surnoms, tu peux proposer qu’elle l’appelle plutôt « la puce » ou « Pitchounette », au moins ça ne remplace pas un prénom !)

Si malgré toutes tes tentatives, tu ne parviens toujours pas à apaiser les tensions, il faudra se rendre à l’évidence : un compromis est impossible. Soit tu te plies complètement à ses choix. Soit c’est hors de question de choisir selon ses goûts, et là… autant aller carrément dans les tiens ! Elle ne sera de toute façon pas satisfaite, donc fais-toi plaisir en donnant ton coup de cœur, plutôt qu’en essayant de trouver un prénom qui est vaguement « moins ceci » ou « plus cela ».

À toi de voir ce qui sera le plus difficile pour toi. Prononcer 100 fois par jour le prénom de ton enfant, choisi « par défaut » ? Ou risquer de te brouiller avec ta maman ? Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, chacun a une sensibilité différente !

Et toi ? Tu as été confrontée à ce genre de problème avec tes parents ? Leur avis comptait dans ton choix, ou pas du tout ? Raconte !

Toi aussi, tu es tiraillée par des questionnements autour des prénoms ? N’hésite pas à faire part de tes interrogations en commentaire, j’essayerais d’y répondre dans un prochain article !

A propos de l’auteur

J'ai 24 ans. Habitant une grande ville par nécessité, mon mari et moi faisons construire notre future maison à la campagne : objectif verdure ! Et puis après, on aura des enfants et un chat, pour remplir tout ça !