Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Sous la tente avec un bébé de 2 mois !


Publié le 16 mai 2016 par Madame Vélo

Depuis notre premier été ensemble, avec Monsieur Solex, nous partons tous les ans quelques jours en camping sous la tente. Au fil des années, nous avons étoffé notre équipement, et c’est vrai qu’aujourd’hui, ce n’est plus vraiment du camping « brut » comme avant. Mais même avec un certain confort (tout relatif, tout de même), j’attends tous les ans avec impatience ces quelques jours de retour à la nature.

J’adore ces vacances où l’on se déconnecte de tout. Pas d’ordinateur, pas de télé, presque pas de téléphone (comme on ne prend pas l’électricité, on économise les batteries en allumant le téléphone seulement quelques heures par jour).

Ce qui me plaît aussi, c’est de vivre au rythme de la nature :

  • être prêt à passer sous la couette dans le duvet à 21h30, puisque passée cette heure, le jour est tombé et on ne peut plus faire grand-chose, juste un peu de lecture à la lumière de la torche, avec le son des grillons/oiseaux/clapotis de rivière, au choix,
  • sentir l’odeur du gaz pour faire chauffer son eau le matin, et beurrer ses tartines sur une table bancale,
  • manger tous les repas dehors, quel que soit le temps, à transpirer à l’ombre, à se réchauffer au soleil, en maillot de bain ou en grosse polaire,
  • faire sa vaisselle dans une bassine, se brosser les dents en disant bonjour aux personnes qu’on croise aux sanitaires, aller aux toilettes avec son savon et sa serviette sur les épaules,
  • cuisiner des produits locaux, visiter de jolis villages, faire de belles randonnées, se baigner dans une rivière, faire tous les marchés du coin pour trouver des producteurs.

Bref, c’est vraiment un moment qu’on apprécie beaucoup. À tel point qu’on n’avait pas envie d’y renoncer avec l’arrivée de notre bébé. Et qu’on a décidé de camper avec notre bébé de 2 mois et demi.

Bon, ok, il a quand même fallu que je convainque mon chéri : oui, c’est un peu fou, mais oui, c’est possible. Nous nous sommes dit que si jamais ça n’allait pas, pour une raison ou une autre (trop chaud, trop froid, trop de pleurs à gérer, pas assez de confort, trop fatigués, etc.), il serait toujours temps de louer quelque chose au dernier moment ou de se réfugier chez la famille, qui serait en vacances à deux heures de route de là.

Nous sommes donc partis fin juillet camper pendant cinq nuits et quatre jours dans la Drôme.

Faire du camping avec un bébé de 2 mois

Crédits photo (creative commons) : Matthew Sheales

Choisir notre destination

Un bébé de 2 mois est encore trop petit pour réguler correctement sa température, et il est donc très sensible à la température extérieure. Ma plus grande crainte était donc qu’il fasse trop froid ou trop chaud.

Nos vacances tombaient juste avant le mariage de mon beau-frère, qui avait lieu en Isère. Pour limiter les trajets, on a donc cherché un lieu qui serait soit sur notre route, soit à moins de deux ou trois heures de route du mariage.

Au début, j’ai proposé d’aller dans le Jura, un peu en altitude, pour être sûrs qu’il ne fasse pas trop chaud en journée. Le problème, c’est qu’en altitude, même à 800m, les nuits sont fraîches, voire carrément froides. Et il était hors de question de prendre le risque de retrouver notre bébé en hypothermie au petit matin.

Finalement, j’ai proposé la Drôme, dans la vallée de la Drôme. Ce département nous garantissait une chaleur estivale, et la proximité de la rivière, une relative fraîcheur. Lors de la réservation, j’ai demandé au gérant du camping un emplacement ombragé aux heures de la journée les plus chaudes. Je me disais qu’il serait de toute façon plus facile de gérer des températures trop chaudes en journée que trop froides la nuit.

Au final, nous avons eu beaucoup de chance. C’était la canicule la semaine juste avant nos vacances, et il aurait fait beaucoup trop chaud sous la tente. Mais la veille de notre arrivée, il y a eu un gros orage, qui a rafraîchi l’atmosphère, et les jours suivants ont été moins chauds. On a donc eu deux jours de chaleur (très supportable) et deux jours un peu plus couverts. La dernière nuit a été un peu fraîche, mais j’avais prévu de quoi couvrir notre bébé.

L’avantage avec un bébé si petit, c’est qu’il ne bouge pas beaucoup, et qu’on peut encore se permettre de rajouter des couches de couvertures et de polaires sans grand risque d’étouffement (malgré toutes les recommandations qu’on nous donne, le risque est quand même faible avant 3 mois – en revanche, aujourd’hui qu’il a 8 mois, je ne prendrais plus ce risque !!).

S’organiser avec un bébé de 2 mois

À cet âge-là, notre bébé dormait encore dans son landau, que nous avons tout simplement installé à nos pieds, dans notre chambre de tente. Comme ça, il était auprès de nous, mais il n’y avait aucun risque d’étouffement ou d’écrasement.

Le change se passait sur notre table bancale de camping, avec le petit matelas du sac à langer. Je prévoyais toujours une petite couverture molle sous sa tête. On essayait de faire vite quand il fallait le changer le matin ou le soir et que les températures étaient un peu fraîches.

Pour le bain, il y avait un local bébé aux sanitaires, avec une baignoire et une table à langer. Ce n’était pas le critère principal dans notre choix de camping, mais finalement, c’était mieux ainsi. Au début, on pensait le baigner dans la bassine, mais elle aurait été bien trop petite !

LE critère principal pour le choix du camping, c’était la machine à laver. Eh oui, à cet âge, il y a beaucoup de fuites et de régurgitations, et il nous arrivait de devoir changer bébé entièrement deux ou trois fois par jour. En plus, parce qu’on est fous jusqu’au bout, notre bébé porte des couches lavables, et du coup, on doit faire des lessives tous les deux jours. Tu comprends mieux pourquoi la machine à laver était obligatoire !

Avantage supplémentaire de la machine à laver : comme on sait qu’on peut laver notre linge, on amène aussi moins de vêtements pour nous. Nos bagages sont donc moins volumineux, ce qui laisse plus de place pour les affaires du bébé. Ce qui n’était pas plus mal, puisque la voiture était déjà remplie à ras bord…

Concernant la nourriture, notre bébé était nourri exclusivement au sein, et pour camper, c’était quand même vachement pratique ! Surtout qu’il tétait encore la nuit. C’est comme ça que je me suis retrouvée à allaiter dans des lieux et des positions incongrues lors de nos différentes visites et balades.

Le landau s’attachait dans la voiture, nous pouvions donc laisser bébé dedans s’il s’était endormi dans la voiture, clipser le landau sur ses roues, et faire notre balade sans avoir à le réveiller.

Et sinon, bah, comme tout jeune parent qui se respecte, nous avons dû modifier nos habitudes de couple : à la piscine, on se baignait chacun son tour, et adieu les douches communes ou l’apéro en contemplant le coucher du soleil. Mais bon, à la maison, c’est la même chose !

Ce que ça nous a apporté

En ce qui me concerne, ça m’a pas mal libérée de mes angoisses de jeune maman : je me suis rendu compte qu’un petit bébé s’adaptait à tout et que beaucoup de choses étaient faisables. Comme :

  • changer son bébé sur le siège de la voiture,
  • lui donner le sein sur un banc en haut d’une tour moyenâgeuse,
  • se promener avec la poussette dans un village perché aux rues pavées (quoique ce jour-là, on aurait mieux fait de prendre l’écharpe de portage !),
  • trimbaler son seau à couches toute la journée,
  • et d’autres choses encore !

Le gros point positif, c’est que vivre sous la tente aide l’organisme à vivre avec la nature, et donc avec le soleil. C’est valable pour nous, adultes, et c’est aussi valable pour les bébés. C’est comme ça que notre bébé a appris à s’endormir plus tôt le soir, et à structurer un peu ses nuits.

Avant, il ne s’endormait jamais avant minuit, mais dès le premier jour de camping, il s’est endormi vers 22h, lorsque le soleil venait de se coucher. Moi qui craignais par-dessus tout les réveils nocturnes à rallonge ponctués de pleurs ingérables, j’ai eu la surprise d’avoir un seul réveil-tétée entre 3h et 5h du matin : endormissement au sein directement, retour dans son landau, et réveil suivant à 7h. Plutôt pas mal, non ?

(Bon, malheureusement, dès le retour de vacances, il n’a pas continué sur sa lancée, et comme pour nous punir des sept heures de route qu’on lui avait infligées, il se réveillait toutes les deux heures toutes les nuits, et ce manège a duré dix jours…)

Nous nous sommes aussi rendu compte qu’il y avait d’autres bébés dans ce camping ! Pas aussi jeunes, certes, mais des bébés quand même. D’un coup, je me suis trouvée moins dingue !

Pour conclure

Si c’était à refaire, je le referais sans hésiter. D’ailleurs, on cherche à acheter une tente plus grande, pour pouvoir continuer à camper avec notre – puis nos – enfant(s) !

Avec du recul, je pense que c’était beaucoup plus facile avec un bébé de 2 mois qu’avec un bébé plus grand. Parce qu’à 2 mois :

  • pas besoin de prévoir des petits pots, de les réchauffer, de les garder au frais,
  • pas de rythme à respecter : bébé dort et mange n’importe quand et n’importe où,
  • moins de matériel à emmener, comme une chaise haute (ou équivalent) par exemple,
  • bébé bouge moins et n’a pas besoin de ses séances de sport-découverte-je bouge partout-je porte tout à ma bouche. Ce qui rend l’emplacement en terre et poussière moins anxiogène !

Mais c’est vrai aussi qu’à 2 mois, on a quand même dû gérer des pleurs de décharge en fin de journée, alors qu’après 6 mois, les bébés sont généralement plus calmes. Ceci dit, j’avais encore l’arme ultime du sein pour le calmer, alors qu’après 6 mois, cette astuce fonctionne moins bien !

Et toi, aurais-tu osé partir en camping avec un bébé ? As-tu vécu une expérience similaire ? Comment ça s’est passé ? Raconte !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

26   Commentaires Laisser un commentaire ?

Doupiou

Je suis admirative ! Moi qui ne sortait même pas de chez moi les deux premiers je n’aurais jamais pensé partir en camping ! Comme tu le dis, je pense que l’allaitement est franchement pratique dans ce cas de figure. Avec des biberons c’est une tout autre organisation ! En tout cas chapeau et j’espère que vous profiterez encore des joies du camping (pour ma part une tente dans le jardin c’est déjà du camping alors…)

le 16/05/2016 à 08h30 | Répondre

Madame Vélo

Ben du coup comme je le disais ça m’a un peu décomplexée sur les sorties. Moi aussi je sortais peu, je trouvais ça compliqué et j’avais peur qu’il se mette à pleurer, mais le camping m’a bien décomplexée là dessus ! Et pour l’allaitement ça a été une de mes grandes motivations quand je galérais au début : réussir à allaiter pour pouvoir partir en camping lol !

le 17/05/2016 à 14h32 | Répondre

Freesia

Aaaaaaah comme j’attendais ton article ! Nous aussi on aime le camping, et on essaye de partir chaque année au moins un week-end 🙂
Du coup, cette année, avec cookie, on pensait éviter mais ton article me redonné envie et confiance ! Allaitement maternel ici aussi et je pense qu’il continuera de dormir dans son landau aussi, donc je me projete vraiment. Je te laisse, je file montrer cet article a l’amoureux ! 😀

le 16/05/2016 à 08h49 | Répondre

Madame Vélo

Hi hi chouette une copine de camping 🙂 Tu viendras nous raconter votre expérience ?!

le 17/05/2016 à 14h34 | Répondre

Freesia

Comme je l’imaginais, l’amoureux est emballé ! Du coup, faut trouver et s’organiser maintenant : pas question de partir sans prévoir du jour au lendemain pour le coup. Trouver un endroit cool (avec coin bébé, je note) où il ne fait pas trop chaud en juillet (mais on ne prévoit jamais le temps qu’il fera après tout…), pas trop loin de chez nous parce que ce serait pour un week-end seulement. Hiiii j’ai hâte !
Et au pire du pire, si le temps est trop mauvais (canicule ou grosse tempête par exemple), on se prendra une chambre d hôtel et pis voilà 🙂

le 17/05/2016 à 15h19 | Répondre

Madame Vélo

Cool 😀
Oh bah tu sais, j’avais un peu fait comme d’hab et on a cherché un camping seulement 1 semaine avant le départ ! Et du coup pour la météo c’était pas plus mal, j’avais déjà une idée du temps qu’il ferait, ce qui m’a aidé à décider définitivement la destination.

le 18/05/2016 à 10h50 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je suis bluffée.
Je ne m’y verrais pas du tout, mais parce que le camping c’est clairement pas ma passion alors avec un bébé, encore moins.
Vraiment bravo !!!

le 16/05/2016 à 12h23 | Répondre

Madame Vélo

Merci 🙂 Oui c’est sûr que si c’est pas ton truc à la base ça ne s’envisage pas du tout avec un bébé !

le 17/05/2016 à 14h36 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Nous aimons aussi beaucoup le camping ! Nous avons choisi l’option tout confort du bungalow l’an passé avec notre bébé de 8 mois et c’était parfait. D’ailleurs on y retourne cet été, et pas loin de la Drome… en Isère !

le 16/05/2016 à 14h21 | Répondre

Madame Vélo

Je connais pas mal de personnes qui sont passées de la tente au mobil-home quand ils ont eu un bébé, et c’est vrai que ça permet d’avoir un certain confort tout en gardant le côté camping 🙂
Vous irez où en Isère ? Nous cette année ça sera plutôt les Pyrénées. Mais faut qu’on s’achète une tente plus grande !

le 17/05/2016 à 14h38 | Répondre

Athéna

Ici pas encore de bébé, donc je parlerai exclusivement de l’expérience que j’ai eu étant moi même bébé, puis enfants et enfin adolescente.
Avec mes parents nous partions tous les ans en vacances au camping, ils détestent les locations, ils ont l’impression que le fait que ce soit des appart’ ou maison et bien ce ne sont pas des vacances….lol

Donc nous sommes parties en camping tout les ans, pourtant nous étions 3 enfants (moi la plus jeunes) et c’était en tente jusqu’à mes 5 ans environ, après mes parents se sont acheté une caravane, je dormais donc avec eux dans la caravane pendant que mon frère et ma soeur qui était eux bien plus âgé avaient déjà leurs tente a eux (sur le même emplacement bien entendu).

Tous ça pour dire que mes parents sont donc partie en vacances en tente pendant environ 15 ans en ayant à gérer 1, puis 2, puis 3 enfants.
Et que nous gardons tous de superbe souvenir de ces vacances, les batailles d’eau entre frère et soeurs au bac à vaisselle, les chansons dans les douches pour prouver qu’il n’y avais pas de souci et que l’on était pas partie, le repas en maillot de bain sur la table bancale entre deux aller-retour à la piscine….

Si je le peu c’est quelque chose que je ferai avec mes enfants.

le 16/05/2016 à 14h41 | Répondre

Madame Vélo

Merci pour ton retour d’expérience ! J’avais quand même hésité au début, je trouvais ça un peu fou, et puis je me suis souvenue que mes beaux-parents ont longtemps fait du camping avec leurs 4 enfants (puis 5), et que tout le monde en gardait un bon souvenir ! Le tout c’est de bien s’organiser, et ce qui m’a rassurée aussi c’était d’avoir une solution de replis au cas où. Il y a quelques années les gens se posaient beaucoup moins de questions !!

le 17/05/2016 à 14h41 | Répondre

Mlle Mora

On était parti en vacances quand elle avait 2 mois aussi, pas en camping mais notre gite était tellement humide et froid que c’était presque du camping ! C’est vraiment facile en fait quand ils sont tout petits comme ça, on appréhende toujours et ils s’adaptent bien mieux qu’on pourrait le croire ! Tu as bien fait d’avoir cette expérience, comme ça pour la suite vous ne serez jamais réticents à l’emmener n’importe où !

le 16/05/2016 à 18h55 | Répondre

Madame Vélo

Oui tu as raison, c’est dans ces cas là qu’on se rend compte que les bébés s’adaptent super bien (et sans doute beaucoup mieux que les jeunes enfants). Et j’ai trouvé que Crapouillou adorait (et adore toujours !) le grand air, et finalement il pleurait moins dehors qu’à l’intérieur !

le 17/05/2016 à 14h43 | Répondre

Maud

Ça donne envie de partir en vacances ton article ! Alors chez nous, notre fille est née en septembre l’année dernière. Alitée la majeure partie de l’été, j’avais hâte qu’elle naisse pour partir en vacances ! Nous sommes donc partis dans le sud à 3h de route de chez nous pendant une dizaine de jours en Mobil home (la tente ça n’a jamais été mon truc) alors qu’elle n’avait que 3 semaines. Nos proches se sont étranglés en l’apprenant ! Mais ça s’est très bien passé et nous avons adoré. Nous avons vécu à son rythme mais j’avais tellement besoin d’être dépaysée après tous ces mois cloîtrée dans mon appart sans balcon… et effectivement l’allaitement c’est génial, pouvoir partir en promenade sans s’inquiéter de l’heure du repas…. !

le 17/05/2016 à 07h36 | Répondre

Madame Vélo

Oh vous avez bien fait de tenter l’expérience et de faire comme vous le sentiez ! Et puis, comme tu dis, à cet âge on vit à leur rythme et pas au nôtre, alors que ça soit chez nous ou ailleurs, l’important c’est d’y être bien 🙂

le 17/05/2016 à 14h45 | Répondre

Miss Chat

Juste waw ! Je suis impressionnée que vous ayez fait du camping avec un si petit bébé ! Par contre, ça ne me donne pas du tout envie de tester ! 🙁
J’avais des a priori principalement au niveau du matériel et de l’organisation que ça représente (mais ton article montre bien que ce n’est pas insurmontable) mais je n’avais jamais pensé à l’hypothermie et ce genre de choses… Du coup, maintenant, c’est limite ça qui m’embête le plus et je ne crois pas que je pourrais le faire un jour…
Je trouvais ça sympa étant enfant (on l’a fait plusieurs années avec mes parents) mais j’avoue que maintenant j’apprécie un peu trop mon confort pour accepter de dormir en tente et surtout de partager des sanitaires (…je suis une chochotte, je sais). Comme Die Franzoesin, l’option bungalow me tente très fort par contre ! (j’y réfléchis déjà pour nos vacances 2017 : un bungalow dans les Landes hiii)

le 17/05/2016 à 10h23 | Répondre

Madame Vélo

En effet le bungalow peut être un bon compromis 🙂 Et si toi-même n’apprécie pas être en tente je comprends que tu n’envisage pas d’y être avec un bébé/enfant !
Comme je le disais, niveau matériel et organisation c’est presque « facile » avec un tout petit bébé. On re-fera cet été, mais Crapouillou aura 14 mois… on verra ce que ça donne mais ça risque d’être une autre paire de manche ! Je vous raconterais si vous voulez :p

le 17/05/2016 à 14h49 | Répondre

Melimelanie

Honnêtement chapeau!!
Comment te dire que déjà de base sans bébé je refuse de dormir sous une tente (mon mari me dit que je suis une princesse lol. Moi je dis que j’aime juste le confort moderne :-p ) alors avec petit habitant ce n’est pas prêt d’arriver.

Comme miss chat le partage de sanitaire très peu pour moi (j’ai déjà du mal avec les gens que je connais alors avec de parfaits inconnus…) donc pourquoi pas avec un bungalow un jour. Ou une maison de location un peu perdu dans la nature. Bon pas pour tout de suite mais dans quelques années pourquoi pas!

le 17/05/2016 à 11h36 | Répondre

Madame Vélo

Hi hi alors que moi c’est justement ce « confort basique » que je recherche en camping 🙂 Et cette sensation quand tu rentres à la maison qu’en réalité on n’a pas besoin de grand chose et qu’on vit dans beaucoup de superflus… ! Mais je te comprends aussi : au moment de faire les bagages j’ai toujours un pincement au coeur « mais comment je vais faire pendant une semaine sans tel ou tel objet ?!!! »
Effectivement pour les sanitaires si ça te dérange autant il veut mieux éviter le camping et opter pour un bungalow ou un gîte !

le 17/05/2016 à 14h55 | Répondre

Croco

Je voulais juste réagir à ta dernière remarque : après 6 mois, le sein peut encore être l’arme ultime pour calmer un bébé, avec le mien qui a 8 mois ça fonctionne toujours très bien !
(Et sinon, moi ce qui me faisait peur dans les vacances, c’était surtout le trajet en voiture, mais il a quand même fait 2h de route à 6 semaines pour être baptisé dans notre résidence secondaire, et ça c’est plutôt bien passé même si je préfère le train).

le 17/05/2016 à 15h41 | Répondre

Madame Vélo

Oui c’est vrai que le sein peut encore servir à calmer bébé après 6 mois, mais avec Crapouillou ça marchait quand même moins bien que lorsqu’il avait entre 1 et 4 mois 🙂
Tant mieux si vos trajets se sont bien passés. On a aussi fait beaucoup de trajet avec Crapouillou (5h de route à 1,5 mois ; 7h de route à 2,5 mois) et c’était un peu difficile quand même. Là on a béni la climatisation contre la canicule ! J’ai pas encore testé le train : comment ça s’est passé pour vous ?

le 18/05/2016 à 10h54 | Répondre

Croco

La voiture par forte chaleur, nous avons testé il y a 15 jours (Rennes-Bordeaux, avec heureusement 5h d’arrêt à Rochefort qui ont bien coupées la route), c’est effectivement assez compliqué !
Pour le train, nous avons fait Bayonne-Paris lorsqu’il avait 2 mois et demi, et ça c’est super bien passé. On s’est pas mal baladé dans les wagons avec notre petit bonhomme en écharpe, ce qui a beaucoup fait sourire les autres voyageurs. Petite astuce dans les TGV : il vaut mieux changer bébé dans les espaces nurserie de 2nd classe (voiture 10 ou 20) qu’en 1ère classe, car en 1ère il y a un WC dedans et pas en 2nd. Et autre petit truc, lorsqu’on va à Paris et qu’on doit passer de nombreux tunnels, penser à faire téter bébé à ce moment là pour qu’il n’ai pas mal aux oreilles avec les variations de pression (comme au décollage et à l’atterrissage en avion).

le 18/05/2016 à 14h58 | Répondre

Freesia

Ah tiens merci pour les conseils ! J’avais pas pensé aux tunnels !
Je dois prendre le train avec bébé dans 2 semaines et demi et du coup, ça me servira 🙂

le 18/05/2016 à 15h21 | Répondre

Charl (voir son site)

C’est vraiment génial de camper avec son bébé. J’adore tellement que j’en ai fait un blog !
Un grand bravo d’avoir en plus fait des transports en commun. Comme quoi tout est possible.

le 28/03/2017 à 14h00 | Répondre

Juz

Mais génialissime !!!
Ton article me booste ! Je n’ai jamais fait de camping en France, et je ne sais pas ce que ça donne… Mais nous sommes des baroudeurs de base ( la preuve, petit bout de chou a été conçu en plein bivouak au Canada ) et pensions partir en camping fin août/début septembre (5 jours, grand max) avec bébé, qui aura alors 3 mois. Je pense (et d’autant plus après avoir lu ton article ) qu’avec un minimum d’organisation, ça va le faire ! J’avais peur du risque d’étouffement à coucher le bébé avec nous dans la tente ! Mais l’astuce de le mettre dans la nacelle me rebooste !

Merci pour ton article 😀

le 26/01/2018 à 15h03 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?