Menu
A la une / Témoignage

Au bout d’un an d’essais, une première grossesse arrêtée

J’écrivais l’année dernière disant que ça y est on se lançait dans les essais bébé ! Je me voyais bien écrire ici les différentes étapes, l’annonce de la grossesse, les doutes, les joies, tout ça tout ça.

Un an pile après l’arrêt de la pilule, j’ai enfin (!) fait un test de grossesse positif (en fait 12 tests en tout, j’en ai fait plusieurs jours de suite, histoire de voir la petite barre se foncer jour après jour, après 12 mois d’attente, c’était une vraie joie à chaque fois !).

Bien stressée après toute cette attente, je me suis dépêchée d’aller chez ma gynécologue de ville. Lui disant notamment, que tant que je n’avais pas fait d’échographie, je ne me sentais pas enceinte. Mon 15 de tension et mes demandes ne l’ont pas plus alerté, elle m’a répondu, « Non, pas de ça chez moi, vous ferez votre première écho à 12 semaines et puis c’est tout. ». Je lui ai donc fait une infidélité et suis allée voir un autre gynéco.

Première écho à 4 semaines de grossesse : 2 sacs vides. « À ce stade de la grossesse, c’est normal, il peut y avoir une erreur dans vos dates, ne vous inquiétez pas. Soit c’est un décollement, soit des jumeaux, mais là, no panic ! ». Ce premier rendez-vous ne m’a pas complètement rassurée, vu qu’on n’avait rien vu, mais je me suis dit, au moins je vais savoir, et si ça se trouve, ce sont des jumeaux ! Après un an d’attente, deux bébés pour une grossesse, chic !

Rendez-vous la semaine suivante, à 5 semaines de grossesse : on ne voit plus qu’un seul sac, qui a grossi… mais toujours vide. Bon, ma hantise des semaines précédentes s’est confirmée. On attend encore une semaine pour être bien sûrs (à mon avis, c’est plus pour que je me fasse à l’idée), et programmer un curetage.

mains bulle de savon

Crédits photo (creative commons) : Denise P.S.

Que la grossesse s’arrête, je suis certes déçue, mais comme je ne m’étais pas encore vraiment projetée, ça va. Par contre, deux points pas cool, que je veux partager ici :

  • Toute cette atteeeeeeeeeeeeeeeeente ! Ça c’est long. Encore une semaine pour être bien sûre que la grossesse est arrêtée, puis fixer une date pour le curetage (ça, l’anesthésie, ça me fait flipper), puis attendre le retour de couches voire plus pour reprendre les essais (je vais voir ce que me dis le gyneco, car je suis capable de recommencer avant même le retour de couches si ça ne craint rien !). Et j’espère vraiment ne pas attendre de nouveau un an avant que ça ne marche !
  • Et le pire, on ne peut en parler à personne ! C’est très frustrant. J’avais quand même prévenu quelques amies, mes parents, demandé conseil à une cousine maman de jumeaux, et là, il faut dire à tout le monde que c’est rappé. Et gérer les gens déçus ou tristes pour moi (alors que moi, je suis frustrée, mais pas triste !).

Pour le moment, je ne m’inquiète pas, j’espère juste que dès le prochain mois valable, ça marchera. (Enfin j’espère que mon mari et moi aurons des calendriers compatibles ET que du coup ça marchera.) Et puis je serai dans l’action. C’est vraiment l’attente qui est délicate. Je pense que je n’ai pas encore trouvé le ou la gynécologue idéal(e). Je vais continuer à chercher pendant cette attente, mais à part ça, je ne peux pas faire grand-chose.

À bientôt pour de meilleures nouvelles j’espère !

Et toi, tu as fais plusieurs tests pour le plaisir de voir le « + » s’afficher, après des longs essais ? Tu avais un mauvais pressentiment ? Tu étais plus frustrée que triste à l’annonce d’une mauvaise nouvelle en début de grossesse ? Viens en discuter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

A propos de l’auteur

Je suis Pommaleau, mariée en 2012, trentenaire, un peu touche à tout et qui a envie de poster par ici toutes ses questions existentielles ( et en ce moment, surtout bébé) pour partager avec les autres lectrices !