Menu
A la une / Prénoms / Témoignage

Comment on a choisi les prénoms de nos fils

Le choix des prénoms de tes enfants est très important. Souvent, on se réfère à notre propre expérience, à la tendance, à la tradition ou encore au milieu social. Certaines d’entre nous y pensent depuis l’enfance, d’autres n’ont pas encore arrêté leurs choix lorsqu’elles sont sur le point d’accoucher. Chaque prénom a son histoire. Je vais te raconter comment j’ai choisi les prénoms de mes fils…

Commençons par le début : tu t’en doutes, pour avoir à choisir des prénoms, il faut attendre un enfant ! Et le papa de mes enfants a passé toutes ses vacances dans sa famille à Saint Jean de Luz (le chanceux !). Il a donc un fort lien avec le pays basque, et a toujours voulu que ses enfants portent un prénoms basque.

À dix-huit ans, quand il me dit ça (nous nous sommes connus très jeunes), je me dis « on a le temps d’y penser ». Mais l’idée ne me déplaisait pas (puisque je n’y connaissais rien pas grand chose). Et quand le temps est arrivé d’avoir à y repenser, sept ans plus tard, nous avons j’ai besoin d’y réfléchir beaucoup !

Nous devons chercher un prénom de garçon. Je ne sais pas pourquoi, mais il y a très peu de prénoms masculins classiques que j’apprécie vraiment… En fait, si j’ai déjà rencontré quelqu’un avec qui le courant n’est pas passé, alors je me refuse de donner le prénom de cette personne à mon fils… Et je me rends compte que je suis pleine de préjugés un peu difficiles !

Comme, en plus, je ne veux pas non plus donner le prénom d’un proche pour éviter l’effet « hommage »… ça élimine quelques autres possibilités ! Par ailleurs, je souhaite quelque chose de court et d’original, mais qui ne soit pas inventé : je veux une histoire derrière ce prénom.

Du coup, je repense sérieusement à cette idée que j’avais mis dans un coin de ma tête : les prénoms basques. Et là, je dis vive internet ! J’y trouve plusieurs listes de prénoms d’origine basque, que je n’ai jamais entendu auparavant ! Pour te donner quelques exemples : Eneko, Unai, Julen, Iban, Jon, Xan, Oihan, Antton, Peio, Ellande, Esteban, Bixente, Txomin Imanol…

Quand je vois ces listes, je souris : super, ils sont courts et possèdent beaucoup de voyelles : j’adore ! Peut-être est-ce dû à mon prénom (Anaïs), ces sonorités me plaisent vraiment !

Par contre, j’ai quelques réticences : la prononciation n’est-elle pas trop ardue ? Que vont dire les gens (ah ! Ce fameux regard de l’autre…) ? Je ne veux pas que mon fils passe une enfance difficile pour un choix comme celui-ci ! Alors je mets cette idée de côté, et j’emprunte un livre de prénoms classiques. Dedans, je trouve des prénoms qui me plaisent… mais ils me paraissent bien fades à côté des premiers !

photo bébé petit train prénom

Crédits photo (creative commons) : Audrey Xavier Brulu

La signification des prénoms et l’impact qu’ils peuvent avoir sur la personnalité de l’individu m’intéressent. Même si ça ne définit pas une personne, on retrouve des similitudes assez souvent. Alors je passe là encore beaucoup de temps à étudier les sites internet dédiés. Grâce à ça, je peux mieux cibler, et j’enlève pas mal de prénoms sur mes listes.

Finalement, je demande au papa les prénoms qu’il préfère parmi que j’ai présélectionnés. (Nous fonctionnons ainsi : l’un étudie la question, l’autre tranche.) Et son choix est clair : Iban, Oilan, Paul et Thibaud. Il nous faut donc enlever une seule proposition, puisque traditionnellement, dans nos familles, nous portons trois prénoms. Oilan nous parait un peu compliqué à porter en dehors du pays basque…

Ce sera donc Iban Paul Thibaud.

Si tu as bien lu plus haut, tu sais que je ne voulais pas rendre hommage en prenant un prénom d’un proche… Mais en cours de route, j’ai un peu changé d’avis ! En effet Paul est le grand-père du papa, et Thibaud un ami. Mais ce sont deux personnes que nous apprécions beaucoup, et comme il ne s’agit que des deuxième et troisième prénoms, je me fais violence !

Maintenant, il faut l’annoncer : je ne crains pas que d’autres me prennent l’idée, c’est si original ! Mais quelle va être la réactions des gens ?

Nos proches accueillent bien ces choix, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Avant, on ne s’imagine pas que chacun pourra trouver à redire, entre les « comment ça s’écrit ? » ou « c’est o-ri-gi-nal… » (dits avec la mâchoire serrée et les yeux ronds)… Il y a aussi ceux qui travaillent en compta, pour lesquels IBAN veut dire autre chose… et j’en fais partie ! Mais heureusement, je ne reçoit toutefois aucune critique trop sévère.

À la naissance, Iban avait déjà réussi à conquérir notre entourage. Et bien qu’au téléphone, je sois obligée de préciser « B comme Brigitte », je ne regrette pas ce choix !

Pour mon second fils, le cheminement est plus simple : le premier prénom sera basque, les autres seront classiques, comme son frère. Sauf que nos prénoms préférés, a priori, on les a déjà donné à l’aîné !

Il faut aussi éviter beaucoup de prénoms qui sonnent bien, mais trop ressemblants à Iban : Oilan ou Ilan, par exemple. Nous refaisons nos listes, comme pour notre premier enfant.

Puis nous nous concertons avec la famille proche : on demande les trois préférés de chacun, afin de savoir quels sont les prénoms les plus populaires, et ceux qui déplaisent le plus. En effet, le papa et moi ne sommes pas d’accord cette fois-ci : nos préférences ne sont pas les mêmes. Ainsi, nous réduisons la liste à trois prénoms, puis nous nous mettons d’accord ! Le prénom choisi n’est le préféré d’aucun de nous, mais il nous plaît à tout les deux.

Pour les deuxième et troisième prénoms, nous impliquons le grand frère (de trois ans) en lui présentant deux prénoms pour chacun. Nous pensons que ça peut l’aider à devenir « l’aîné », et à accepter ce petit frère qui pointerait bientôt le bout de son nez. Mais nous souhaitons cadrer ses choix pour que ça nous convienne (on n’est pas fous !).

Au final, mon cadet s’appelle : Énéko Aïdan Flavien.

Là encore, les gens autour de nous s’habituent… mais ça surprend souvent au début ! Et puis juste au cas où, si jamais mes enfants n’aimaient pas du tout leurs prénoms ou avaient besoin d’en changer, nous avons choisi deux prénoms plus classiques.

Et toi, comment as-tu choisi les prénoms de tes enfants ? Tu fonctionnes aussi en sélectionnant de ton côté, puis en soumettant tes listes au papa ? As-tu toujours su comment tu les appellerais, ou bien le choix a été dur ? As-tu impliqué d’autres personnes pour faire ton choix ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

A propos de l’auteur

29 ans, maman de deux garçons de 3ans et 2mois , je suis douce patiente attentionnée et bonne cuisinière, (ah non, il ne faut pas mentir? ) alors disons très aimante, un poil râleuse, et un peu paresseuse : j'ai envie de plein de choses, mais le temps de ne rien faire !