Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Devenir Maman, lorsque la mienne me manque


Publié le 20 septembre 2019 par Flash

J’ai perdu ma mère il y a presque 10 ans… et lorsque je vois ma toute petite grandir, ou que je fais le bilan de ses premiers mois… la mienne me manque, et j’aurais eu tant à lui dire, à lui demander…

Crédits photo : Pixabay

Maman,

Ta petite fille est née, il y a quelques mois déjà. Tu n’as pas vu mon ventre s’arrondir, ni mon sourire lorsque j’ai senti ses premiers coups… Tu n’as pas entendu la réaction de Papa, lorsque je lui ai appris qu’il allait être grand-père et pourtant toi seule aurait pu comprendre qu’il était heureux, toi seule aurait pu comprendre aussi combien ce décalage me troublait…

J’ai pensé à toi, lorsqu’on a cherché un prénom. J’avais toujours pensé, depuis que tu es partie, que mes enfants auraient tes prénoms, toi qui en avais deux, un féminin et un masculin. Puis, finalement, nous en avons choisi un qui ne portait pas de fantôme, qui parlait d’avenir et pas de passé.

J’ai pensé à toi, lorsque la mère du Doud a pleuré de joie de savoir qu’elle serait grand-mère, j’ai imaginé ta réaction à toi. Toi, la sensible; toi, la généreuse…

J’ai pensé à toi, Maman, lorsque j’ai vu la frimousse de Minipuche le soir où elle est née. Je me suis demandée ce que ça t’aurait fait de la voir, de la porter, de sentir son odeur de petit bébé…

Tu m’as manqué lorsque j’avais peur. Peur de ne pas savoir l’allaiter et que chaque mise au sein n’était que stress et douleur, peur lorsqu’elle ne prenait pas assez de poids, peur lorsqu’elle pleurait le soir et ne voulait que nos bras.

Tu m’as manqué lorsque tout le monde me disait que ce n’était pas normal qu’elle dorme avec moi. Je me suis demandé ce que tu aurais dit toi. M’aurais tu dit qu’il fallait la laisser pleurer ? Que nous faisions ce qu’il fallait ? Et moi, est-ce que je t’aurais écouté ?

Je vois Papa regarder Minipuche grandir, son air gauche et son impatience qu’elle parle, qu’elle marche. Il se sentira sûrement plus à l’aise alors. Et toi, tu lui aurais raconté des histoires, chanté des chansons, caressé les cheveux pour l’endormir le soir ? Aurais tu fait pour elle toutes ces choses que tu faisais pour moi lorsque j’étais enfant ?

Mini ne connaîtra jamais sa grand-mère, ailleurs que dans mes mots et dans mes souvenirs. Mais je lui raconterai… je lui raconterai les histoires d’une petite fille qui aimait sa maman et lui faisait des bouquets de fleurs des champs, je lui raconterai les histoires d’une maman qui apprenait à sa petite fille à dessiner ses rêves, qui lui lisait des contes qui jamais ne s’achèvent…

Mini ne te connaîtra jamais, Maman, mais je te reconnais en elle lorsqu’elle dort… un petit quelque chose au niveau de la bouche, qui me rappelle que tu n’es pas loin, et que peut-être tu veilles un peu sur elle.

Maman, tu manques à la petite fille que j’étais, tu manques à la maman que je suis devenue…

Est-ce que toi aussi, lorsque tu vois tes enfants tu penses à quelqu’un qui est parti trop tôt ?

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

Jeanne

Tu m’as fait pleurer… Quelle magnifique lettre pour ta Maman. On percoit bien ta douleur et ton amour infini pour elle.

le 20/09/2019 à 07h45 | Répondre

Soazig

Comme ce texte me parle. J’ai perdu mes parents au début de ma seconde grossesse et cette douleur et ces questions sont présentes. J’ai eu la chance d’avoir pu bombarder ma mère de question les 16 premiers mois de vie de ma fille aînée mais maintenant l’ainée a deux ans, je patauge et j’aimerai avoir son avis. Et savoir ce qu’elle me dirait actuellement, sur l’arrivée du 2° enfant, moi qui suis son 2° bébé. Bref, je pensais l’avoir un peu plus facile puisqu’elle a assisté à mes débuts de mère et finalement c’est quand même très dur de ne pas pouvoir lui parler de mes enfants qui grandissent.
Coeur sur toi et ta jolie famille, en parler ça marche, l’ainée me parle spontanément de mes parents.

le 20/09/2019 à 08h24 | Répondre

Lumi (voir son site)

Un article très émouvant que je termine les yeux embués…
Douces pensées pour toi…

le 20/09/2019 à 09h06 | Répondre

dubmel

Quelle belle lettre. Je suis en larmes au boulot! je t’envois plein de douceur

le 20/09/2019 à 10h46 | Répondre

la brune

Je me reconnais dans tes mots, j’ai la gorge serrée et les yeux mouillés.
J’ai perdu la mienne à 5 mois de grossesse, après un long parcours pour devenir maman je perdais la mienne, fauchée en quelques semaines par la maladie.
Elle a eu la joie de me voir enceinte pour de bon, s’inquiétant pour moi que je perde encore ce bébé. Elle avait tellement hâte de le rencontrer. C’était une grand-mère formidable avec mes neveux et nièces, elle était douce et aimante comme elle l’était avec nous, jamais un mot plus haut que l’autre, jamais de jugement. Elle vit à travers moi, ma maternité est l’héritage de ce qu’elle m’a appris. Je lui ressemble comme deux gouttes d’eau, je la reconnais en moi c’est troublant.
J’ai compris tout son amour en devenant moi-même maman. Et comme elle me manque quand je dois me battre face aux jugements de nos familles sur notre maternage. J’aurais pu tout lui dire elle aurait pu me conseiller.
Ca fait 4 ans qu’elle n’est plus là, pourtant ma fille la connait à travers mes mots, on en parle régulièrement, l’idée fait son chemin au fur et à mesure qu’elle grandit. Pendant longtemps elle imaginait qu’elle habitait loin, s’amusait à lui téléphoner, s’interrogeait sur nos visites au cimetière. Aujourd’hui elle me demande des détails sur sa maladie, pourquoi elle n’a pas guéri. Ca m’aide aussi à avancer dans mon deuil mais peu importe le temps, on ne remplace jamais une maman

le 20/09/2019 à 12h31 | Répondre

Emilie

Tes mots m’ont fait pleurer tant le manque de ta Maman est palpable.

le 20/09/2019 à 16h17 | Répondre

Plume

Très bel article, très émouvant…
Je me souviens avoir mesuré la chance d’avoir mes parents quand je suis devenue maman. Du coup, quand une amie est devenue mère, sans avoir la sienne, j’ai essayé de l’entourer…
Douces pensées pour celles qui vivent avec cette absence…

le 20/09/2019 à 17h46 | Répondre

Workingmutti (voir son site)

C’est vraiment une lettre des plus belles <3. J'ai encore ma maman, mais nous n'entretenons pas de bonnes relations. Il y a pas contre une amie plus âgée que moi et qui est mon repère dans la vie, mon modèle. Son manque est tellement palpable. Là je me suis reconnue dans tes mots sur certains points.

le 20/09/2019 à 20h50 | Répondre

Flash

Merci à vous toutes pour vos gentils mots. Et désolée pour les larmes… Bonne journée à vous

le 25/09/2019 à 15h45 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?