Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Les essais et le syndrome des ovaires polykystiques


Publié le 30 novembre 2019 par Lin Li-Aï

J’ai choisi de prendre le cytotec pour avoir le choix de redémarrer les essais (ou non) dès mon retour de couche. Et du coup, la question s’est posée assez rapidement avec mon mari : qu’est-ce que nous souhaitions ? Prendre le temps de digérer cette (non)grossesse ou redémarrer immédiatement pour se concentrer sur les joies d’une nouvelle ?

Et c’est parti

En réalité, la question ne s’est jamais posée plus d’une seconde : Chéri était de mon côté qu’importe ma décision…et moi j’avais besoin d’une nouvelle grossesse pour tourner la page. Quelques proches autour de moi n’ont pas compris que je ne veuille pas prendre le temps de faire le deuil, prendre le temps de me sentir en paix avec cette fausse couche alors j’ai mal vécu ce choix : est-ce que j’avais raison ? Est-ce que je n’étais pas en train de tout faire pour oublier ce qu’il s’était passé ? Est-ce que j’avais le droit de vouloir oublier ?

J’ai donc eu mon retour de couche 6 semaines après ma fausse couche : une éternité pour moi (mon deuxième prénom n’est absolument pas Patience, tu vas vite le découvrir…).

Mois 1

L’ovulation tombe pile pour mon anniversaire : c’est sûr que ça va marcher. Et puis j’entends autour de moi plusieurs histoires de proches retombées enceinte dans les 3 mois.

J’ai mes règles plus tôt que prévu… bon… Je me ressaisis : c’est normal que ça n’ait pas marché, mon corps doit encore se remettre.

Mois 2

Cette fois, mon ovulation tombe à Noel. Là aussi, c’est forcément un signe. Si je n’ai pas eu de « cadeau d’anniversaire », je vais forcément avoir mon bébé de Noël….

Malheureusement, on se trouve chez ma grand-mère avec mes parents…. Comment faire nos « travaux pratiques » ? Finalement, nous réussirons à le faire 3 fois dans la période pendant que mes parents courent les boutiques pour les derniers achats et que ma grand-mère regarde la télé à fond. OUF.

Crédit photo (creative commons) : Pixabay

Nous partons en vacances à l’étranger avec ma belle-famille pour le nouvel an et je décide de ne pas amener de tests de grossesse : j’attendrais mes règles.

Sauf que mes règles ne viennent pas. Nous revenons en France 6 jours après la date théoriques de mes règles…. Que faire ? C’est hors de prix ici. J’attends 1 jour de retard… 2 jours…3 jours…. le 4e jour, je suis sure d’être enceinte. Nous prétextons un mal de crane pour nous rendre à la pharmacie sans le groupe pour acheter le graal (équivalent à 10€ !). Je me lèverais à 5h du matin le lendemain…pour faire un test négatif et avoir mes règles à 6h du matin. En revanche, elles ne dureront qu’une journée. Bizarre…

Mois 3

C’est le « dernier mois » pour être enceinte dans les fameux 3 mois post-fausse couche. Donc je vais forcément retomber enceinte ce mois-ci. En plus, si ça marche ce mois-ci, je pourrais l’annoncer pour l’anniversaire de ma maman. C’est parfait. Les planètes sont alignées !

Je décide même de faire des tests d’ovulation pour vérifier que j’ovule bien et mettre toutes les chances de mon côté.

J’ai bien des smileys qui clignote, tout va bien. Sauf qu’ils clignoteront pendant 9 jours avant de retomber en « rond vide ». Je ne comprends pas : je suis sensé avoir un smiley fixe pour me dire LE jour d’ovulation. Qu’est-ce que cela signifie ?

La notice m’indique que je n’ai probablement pas ovulé, que ça arrive sans qu’il ne faille s’inquiéter plus que ça…

Ce mois-ci, mes règles ne durent qu’une demi-journée.

Mois 4

Je prends donc rendez-vous avec une nouvelle gynéco; mon ancienne ayant été inhumaine dans le traitement de ma fausse couche. J’ai pris rendez-vous car j’ai toujours ce doute en moi : est-ce que tout a bien été évacué ? (Rappelle-toi, je n’avais pas réalisé l’échographie de contrôle….)

J’explique tout à cette gynécologue : la fausse-couche… et mes angoisses de ne jamais avoir de grossesses qui fonctionnent. Je fonds en larmes… et là, je sais que j’ai trouvé ma nouvelle gynécologue : elle me rassure, me parle d’une voix douce, m’explique que les angoisses sont normales et que nous allons faire l’écho et même faire un bilan hormonal dès maintenant (plutôt que d’attendre 1 an) si ça peut me rassurer ou me faire démarrer un traitement.

Nous faisons l’écho qui révèlera que la cavité utérine est bien vide…. mais que j’ai 45 follicules répartis sur les 2 ovaires (contre 5-10 en moyenne) sachant qu’en plus, suite à 2 opérations à 18 ans, j’ai subi une ablation partielle des 2 ovaires (de moitié). Elle m’explique que j’ai tellement de follicules dans peu d’espace qu’aucun ne parvient à maturité pour ensuite déclencher une ovulation.

J’ai cru que le monde allait s’effondrer et pourtant, au contraire, j’ai été rassurée : ça a été détecté suffisamment tôt. Un traitement va m’être donné et ça va aller.

Elle me prescrit un bilan hormonal à faire et du duphaston à prendre pendant 3 mois et à démarrer dès ce mois-ci.

Je n’ai que peu d’espoir pour ce mois-ci et j’ai raison : j’ai mes règles 3 jours après l’arrêt du duphaston.

Mois 5

Le bilan hormonal confirmera le syndrome des ovaires polykystiques mais la gynécologue est confiante : ça arrive que pendant un cycle (pour une raison que les médecins ne s’explique pas), tout puisse fonctionner parfaitement.

Crédit photo (creative commons) : Pixabay

Elle me rassure à nouveau et me dit que si je n’ai pas démarré une grossesse après 3 mois de duphaston, elle me prescrira le clomid. Le clomid, c’est mon bout du tunnel : ma cousine ayant le SOPK (version hardcore) a réussi à démarrer 2 grossesses grâce au clomid en 3 mois. Le clomid, ça double mes chances d’avoir des jumeaux (notre famille ayant beaucoup de jumeaux et les SOPK ayant plus de chances également de faire des jumeaux). J’en rêve. Je suis prête à supporter les 2 prochains mois si je finis par avoir le saint-graal clomid.

On continue évidemment les essais assidûment.

Cependant, je vis de plus en plus mal les annonces de grossesses autour de moi. Tout autour de moi, mes proches annoncent leur grossesse qui a marché du premier coup ou presque. J’en veux aux statistiques : en France, je lis partout que la durée moyenne des essais est entre 6 mois à 1 an. Pourquoi tous mes proches tombent enceinte en 1 à 3 mois d’essais ?

Ce mois-ci est le plus dur. Je suis partagée entre « je suis prise en charge, ça va aller » et « pourquoi ça n’a pas remarché alors qu’on a été ultra régulier tout le mois et que je suis sensé avoir 30 % de chances de réussite.

Déjà 5 mois… et pourtant, ce n’est « que » 5 mois.

Un test négatif 2 jours avant me fera vriller complètement.

Mois 6

C’est le dernier mois de traitement du duphaston. C’est aussi le mois où mon moral est au plus bas. Je n’arrive pas à penser à autre chose que ce bébé qui ne vient pas. Tout mon esprit, tout mon corps a l’air de me crier que je ne serais pas mère.

J’ai besoin de partir, de changer d’air.

J’ai rendez-vous en mai (nous sommes en avril) pour démarrer le clomid…. mais je décide de le décaler en juin. J’ai besoin d’un mois sans traitement et loin de notre train-train quotidien. Je veux partir.

Ce même-mois, j’aurais 9 jours de retard, 2 tests négatifs (à J+6 et J+9) et 10 jours de règles : je me persuaderais (à tort ou à raison ?) que j’ai fait une fausse couche précoce. Je suis maintenant sûre que ça ne marchera plus jamais.

Mois 7

Sur un coup de tête, nous avons donc préparé 3 semaines au Japon le mois dernier. Et nous décollons vers le pays du soleil levant avec l’idée de ne se mettre aucune pression quant à la grossesse et surtout : de profiter !

Je passerais quand même la totalité du voyage à tirer des papiers porte-bonheur dans tous les temples pour me porter chance… mais ça, c’est une autre histoire !

Et toi, t’es-tu laissée du temps après ta fausse couche ou as-tu repris les essais immédiatement ? Comment as-tu vécu les mois d’essais qui ont suivi ? Raconte-moi !


Pssst : porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

Emilie

Il m’a fallu…4 ans 1/2 pour oser retenter l’expérience qui a marché du premier coup.
Puis 7 ans pour avoir envie d’une autre grossesse. 2 FC plus tard j’ai abandonné ce projet.

le 30/11/2019 à 14h03 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?