Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon Noël avec des parents divorcés vs mon Noël en tant que famille recomposée


Publié le 15 décembre 2019 par Charlotte Chocolat

[Aparté : j’ai pleinement conscience de la chance que j’ai d’avoir toujours pu fêter Noël dans de très bonnes conditions. Certains enfants n’ont pas cette chance et les « critiques » sont minimes face à la gratitude que je ressens vis-à-vis de mes Noël]

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé Noël – que dis-je – j’ai toujours ADORE Noël. C’est le jour que je préfère dans l’année. Dès le 24 juin, j’entre en mode « Noël c’est dans 6 mois ! Noël c’est dans 6 mois ! »

Ayant des parents divorcés, je vais te raconter mon Noël quand j’étais plus jeune et notre Noël actuel en tant que famille recomposée.

Mon Noël quand j’étais petite : parents divorcés = deux Noël

Comme certainement beaucoup de famille dont les parents ont divorcé, les modalités de garde étaient claires pendant les fêtes : une semaine avec chaque parent et on alterne Noël / nouvel an tous les ans.

Dès que décembre arrive, je rentrais dans une douce folie avec le calendrier de l’Avent et le sapin à faire. Je tannais mes parents (enfin surtout ma mère) pour qu’on le fasse le plus tôt possible à partir du 1er décembre.

Je ne me suis jamais entendu avec mon père et faire le sapin chez lui relevait surtout d’une obligation. Il y avait un protocole, aucune place à l’impro, on devait être là et le faire … ou tout du moins, c’est comme ça que je ressentais les choses. Le calendrier de l’Avent, n’en parlons même pas, on en avait un pour 3 (souvent un playmobile) que je détestais purement et simplement. Avais-je mon mot à dire ? Nullement, je devais me plier à sa volonté …

Avec ma Maman, c’était bien différent. Elle étais moins accro à Noël mais a toujours laissé vivre mon âme d’enfant totalement fan (FAN !!) de Noël. J’avais un calendrier de l’Avent comme j’aimais, on faisait le sapin dans une super ambiance décontractée, etc.

Alors : parents divorcés = deux fois plus de cadeaux ? Non pas chez nous. Disons que mon père faisait assez peu de cadeau. Donc on avait surtout des cadeaux (qui plus est, super chouettes !) avec ma Maman.

A une exception près, le Noël après la séparation de mes parents. Je n’ai aucun souvenir de ce que j’ai eu chez mon père mais je me souviens que j’avais eu TOUT ce que je voulais chez ma mère. J’en garde un merveilleux souvenir, notamment du fait que j’avais eu THE cadeau dont je rêvais.

Ce sont des considérations très matérialistes mais en tant qu’enfant, ça comptait pour moi (rassure toi, aujourd’hui je préfère faire les cadeaux que les recevoir … d’ailleurs il parait que c’est à ça qu’on reconnait qu’on vieillit grandit)

Mais alors, n’est ce pas trop compliqué de ne pas voir ses deux parents le jour de Noël ? En fait c’était surtout compliqué quand c’était Noël chez mon père. Avec ma mère, toujours parfait, les cadeaux le 25 au matin, un super dîner en mode « gros apéritif dînatoire » le 24 au soir, un super repas à table le 25 au midi cuisiné avec Amour par ma Grand-Mère.

Chez mon père, c’était messe de minuit (une obligation encore et même si j’adore la messe de minuit, j’y suis toujours allée à contre cœur avec mon père), on rentrait, les cadeaux étaient sous le sapin (comprendre qu’on poireautait 15 minutes avant d’aller à la messe pour qu’il dépose les cadeaux), on ouvre les cadeaux, on dîne dans une pseudo bonne ambiance et je ne me souviens même plus de ce qu’on faisait le 25 midi.

Et comme je te le disais dans ma 1ère chronique, j’ai toujours attendu avec impatience d’être moi-même Maman donc en tant que grande amoureuse de Noël, l’idée de faire cette fête avec mon enfant, ce n’est pas avec impatience que je l’attendais mais avec MEGA GIGA SUPRA [tout autre superlatif] GROSSE IMPATIENCE !

Mon Noël maintenant en tant que Maman et Belle-Maman

Aparté : je n’allais plus au Noël chez mon père depuis un moment quand je me suis mise en couple avec Mari Didou, ça n’a donc pas changé de ce côté là.

Je suis devenue belle-mère avant d’être Maman (logique …) et j’ai donc pu fêter Noël avec un rythme toujours particulier.

Mon beau-fils a la même garde que j’avais quand j’étais plus jeune, à savoir : une semaine avec chaque parent pendant les fêtes et on inverse l’année suivante.

1er Noël avec (futur mari) Didou : on n’a pas mon beau-fils à Noël. J’ai passé le 24 et 25 au matin seule dans ma famille et je suis allée retrouver mon amoureux le 25 midi dans sa famille.
2ème Noël : on a mon beau-fils et nous passons Noël entre nos deux familles : le 24 dans sa famille puisque traditionnellement ils font les cadeaux le 24 au soir et le 25 dans ma famille (puisque traditionnellement les cadeaux sont le 25 au matin … et parce qu’il y a le super foie gras de ma Grand-Mère le 25 au midi mais chuuut).
3ème Noël et les suivants : pareil !

Nous trois à Noël 😀
(Crédit photo (creative commons) : Barry Plott)

Alors qu’est ce que j’en pense ?

Bon je vais passer rapidement sur les points « négatifs », déjà, je déteste faire les cadeaux de Noël le 24 au soir. Je trouve que ça gâche l’esprit de Noël, c’est tellement chouette de pouvoir se lever le 25 au matin avec un beau sapin rempli de cadeaux.

Ensuite, la messe de minuit, comme je te le disais, j’adore cette messe ! Ma belle-famille n’est pas du tout croyante et ça me fend le cœur de ne pas pouvoir aller à la messe de minuit. J’ai eu vraiment du mal à ne pas pouvoir y aller l’année avant notre mariage (j’ai pu y aller l’année après – heureusement si je puis dire) surtout que mon (futur) mari étant divorcé, on ne pouvait pas se marier à l’Eglise.

Les points positifs sont, ceci dit, beaucoup plus grands et me font oublier ce que je n’aime pas dans les Noël d’aujourd’hui.

Déjà même si je n’apprécie pas certaines choses, ce n’est plus une réelle obligation d’aller dans tel ou tel endroit (un peu mais pas tant que ça non plus). Ensuite, je peux avoir le calendrier de l’Avent que je veux et c’est même ma Maman qui m’en achète encore un hihi (instant grosse gamine : off). Le sapin de Noël est fait dès le 1er décembre (oh que oui !) et on a même trop de décoration. Je me fais des après-midi films de Noël et je suis toujours une fan inconditionnelle de cette fête !

Et puis, avec mon beau-fils, j’ai trouvé que Noël avait une autre saveur, une meilleure saveur. Outre la magie de Noël que je m’applique à vivre encore et toujours, là il y avait un vrai enfant avec des yeux remplis d’étoiles. C’était encore plus magique !

Il faut aussi dire ce qu’il est : je passe Noël avec mon homme de ma vie et ça vaut plus que les cadeaux le 24 au soir (ou que les cadeaux tout court … hum … donc en fait on pourrait les faire le 25 au matin, non ?!).

Et alors, pour couronner le tout (avec une couronne qui ferait pâlir la Reine d’Angleterre), mon bonheur, ma fille, qui, même si elle n’a pas encore conscience de Noël, me rend la plus heureuse des Mamans juste parce qu’elle est là pour cette fête que j’aime tant. J’ai adoré lui acheter un petit pull de Noël pour son 1er Noël, lui choisir une petite tenue pour faire une photo de famille tous les 4, …. et la voir regarder le sapin illuminé de couleurs, ça me fait fondre d’Amour !

Sur ces petits mots, je te souhaite un très joyeux Noël !!!

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

Viviane

C’est d’une infinie tristesse, surtout pour ton père, qui s’est à l’évidence donné beaucoup de mal sans que jamais tu ne le voies.
J’espère pour toi et pour son père que le fils de ton mari n’ecrira pas les mêmes mots dans 20 ans.

le 16/12/2019 à 12h54 | Répondre

Rigel

Je ne comprend pas bien ce qui est triste ? Qu’elle ait préféré fêter Noël avec sa mère ? Que les choses semblaient plus forcées chez son père, qui même s’il se donnait du mal, n’a a priori pas réussi à restituer la magie du moment ? Elle écrit en intro « les « critiques » sont minimes face à la gratitude que je ressens vis-à-vis de mes Noël », donc je pense que les choses sont à relativiser. De la nuance, en somme, tant sur ce qui est écrit que ce que l’on peut écrire en commentaire.

le 16/12/2019 à 21h50 | Répondre

Viviane

Peut être parce que je ne trouve pas le texte très nuancé, justement. Le papa a coché toutes les cases : le calendrier de l’avent, la messe de minuit, le sapin, les cadeaux et le repas et toutes les appréciations sont négatives. J’ai surtout l’impression qu’elle a très mal vécu le divorce.

le 17/12/2019 à 06h50 | Répondre

Stéphanie

Moi c’est le jugement de ton commentaire que je trouve d’une infini tristesse…
Peut être que ce qui lui a manqué chez son père c’est ce qu’elle écrit dès le départ: elle n’est jamais bien entendu avec lui. A cause du divorce ou pas, les raisons lui appartiennent et je ne me permettrai d’émettre un quelconque avis.
Son papa à coché toutes les cases, mais au final la magie de noël ne vient elle pas des personnes avec qui on le partage plutôt que des traditions suivies?

le 17/12/2019 à 12h49 | Répondre

Viviane

Je vais donner un peu plus de détail sur mon ressenti de tristesse devant le texte de Charlotte.

Je vois bien que pour elle, Noël a été une fête non pas de joie mais de souffrance, une année sur deux, alors qu’elle était avec son père. Son texte reflète exactement les sentiments de l’enfant qu’elle a été. Or aujourd’hui, Charlotte est adulte, elle endosse plusieurs casquettes : être l’enfant de ses parents, mais aussi la compagne, la mère et la belle mère. Et ce difficile rôle de belle mère signifie que son conjoint est un père divorcé ou séparé, et que ce petit garçon, dont elle s’occupe avec beaucoup de coeur, porte peut être sur son Noël exactement le regard qui a été le sien quand elle avait son âge.

Oui, je trouve très triste qu’elle en ait souffert enfant, qu’elle n’ait pas vu les efforts de son propre père, et, alors qu’elle reproduit le schéma d’un Noël pour un enfant de parents séparés, mais du côté adulte, qu’elle ne réalise pas que les sentiments qui furent les siens sont peut être ceux de son beau fils.

Dans tous les cas, son beau texte montre bien que dans un divorce, tout n’est pas toujours rose pour les enfants (on s’en doutait !). Après le blog est évidemment à 95% féminin, tant dans les contributions que dans les lecteurs/lectrices. Pourtant, lire les expériences de paternité serait très certainement riche d’enseignement.

En tout cas bonnes fêtes à toutes 😉 dans l’esprit de partage qui est celui de Noël !

le 18/12/2019 à 11h52 |

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?