Menu
Témoignage

Les joies de la famille recomposée

Comme tu as pu le lire dans mes précédentes chroniques, mon mari (houla, ça me fait encore tout drôle) et moi sommes à la tête d’une famille recomposée avec 5 marmots.

famille recomposée

Crédits photo : Blee Photography

La principale difficulté et particularité d’un couple qui est en train de commencer une deuxième vie, c’est que la phase « on apprend à se connaître, on profite de nous avant de faire des enfants », c’est impossible. Dans une famille recomposée, le couple est immédiatement propulsé dans le rôle de parents. Et ça, ceux qui débutent dans la vie ou qui ont un couple « installé » ne le réalisent pas. Et c’est dommage car cette situation si particulière entraine des modes de fonctionnement à part et pas toujours compris de certains.

Car oui, dans ce cas de figure, raisonner et fonctionner « couple » n’est pas une chose facile et je dirais même que c’est un lourd combat gagné sur ce que j’appelle « le bal des casse-pieds » : les enfants qui te font tourner bourrique, les ex qui te compliquent la vie, les traces de l’ancienne vie, les réflexions et comparaisons pas très adroites de la part de ta nouvelle belle-famille.

Donc, il va te falloir apprendre à faire avec toutes ces composantes et à vivre en format XXL, tout le temps, tous les jours.

Déjà, le logement.

Tout est fait pour des familles moyennes qui ont, au plus 3 enfants. Les premiers mois de ta relation, tu vas connaitre la période camping où ton appartement se transformera en immense dortoir d’un camp de scouts. Au début, tout le monde trouvera ça très drôle. Au début seulement, car rapidement la proximité créé des tensions. D’abord chez les enfants, et forcément chez toi et chez ton tout nouvel amoureux. Mais vous êtes motivés et vous y croyez à fond. Et puis, c’est pas les gosses qui vont faire la loi ! Non mais !

Et puis les « Ouinnnnnnnnn, j’en ai marre, c’est toujours Mickaella qui a le meilleur lit ! », entre autre multitudes de variantes, vont commencer à te chauffer les neurones. Surtout qu’au bout d’un moment, le père de Lucinda va prendre la défense de sa petite merveille contre la tienne. Et toi, de répliquer que oui Lucinda n’a pas le meilleur lit mais que ta petite chérie Mickaella la laisse dormir dans sa chambre et lui a même prêté un de ses doudous, ce qui est déjà un sacrifice admirable.

Ca y est ! Tu y es ! Tu sais enfin ce qu’est une famille recomposée ! Chouette, non ?

Donc à partir de là, tu vas voir vos enfants passer leur temps à se disputer, à se réconcilier, à se faire la tête, à se réconcilier. Là où ça passerait pour des rapports banals de frères et soeurs dans une famille « normale », ici ça devient une affaire de couple où chacun défend au qui mieux mieux son fragile petit face au sale gosse de l’autre.

Oui, l’autre c’est toi. Ou lui.

Et crois-moi si tu veux, testé et approuvé des dizaines de fois chez moi, tu es encore en train de te disputer avec ton (sans doute futur ex) chéri, argumentant de tous les sacrifices que font tes enfants, et lui en faisant autant, alors qu’eux, les sujets de cette dispute amoureuse sont déjà en train de rigoler ensemble ! Lucinda a tout à coup complètement oublié qu’il y a 1/4 heure encore elle chouinait et appelait son père au secours car Mickaella lui avait piqué sa poupée. Même pas vrai en plus !

Et toi, dans ce cas là, tu ne sais pas ce que tu préfères : qu’elles se battent comme des chiffonniers ou qu’elles rigolent ensemble quand toi tu es sur le ring avec ton amoureux.

Cette situation est bien entendu transposable dans une voiture. Déjà, tu as rarement l’occasion de rencontrer quelqu’un qui a une voiture 7 places. Donc avant de franchir le pas de cet achat commun, les sorties ensemble vont se résumer à chacun dans sa voiture, de son côté avec des marmots. 10 ou 500 km c’est pareil. Glamour non ? Et là aussi, Lucinda va se rouler par terre car « elle veut monter avec son Pôpa » qui bien entendu cèdera alors que non, hors de question, tu as passé une heure à installer les valises à la place de son réhausseur. Bon ben voilà, pas encore partis que ça crise déjà.

Et sur le trajet, c’est crêpages de chignon entre quasi frères ou soeurs (oui « demi », c’est quand il y a un lien génétique) qui te font risquer l’accident de voiture tous les kilomètres.

Mais le principal souci dans tout ça c’est que Lucinda gagne du terrain sur ton couple, mettant en place un chantage affectif très adroit envers son père qui culpabilise tant de ne plus la voir tous les jours… et te reproche d’avoir la chance d’élever tes enfants (et les lui imposer par la même occasion).

Et elle sait sacrément y faire la petiote à son Pôpa. Tu en serais presque admirative. Donc autant te dire que le « c’est ta fille ou moi » est non seulement complètement stupide et déplacé mais particulièrement dangereux. Quel parent sensé abandonnerait son enfant surtout pour quelqu’un qu’il connait et aime depuis quelques mois seulement ? Tu aimes cette homme car il a des valeurs, alors ne lui demande pas de les renier. Alors zou, on oublie ça très vite.

Donc soit tu te fais ta place insidieusement, pointant du doigt certains travers de ses enfants (et des tiens aussi), en argumentant et en lui laissant ouvrir les yeux, soit tu te barres. Il t’a plu ? Tu prends le package qui va avec, et dans le kit nouvel-homme-de-ta-vie, il y a aussi ses enfants. Et aussi son ancienne femme.

Ah oui, zut. Celle-là, elle va pointer son nez dans ma prochaine chronique, de façon aussi intrusive que dans tes weekends avec ou sans marmots. Car crois-moi qu’il va t’en falloir quelques années avant de la rayer de ta vie…

A propos de l’auteur

Je me suis remariée en avril 2012 avec l'homme de ma vie depuis presque 10 ans. Nous sommes une famille recomposée à la tête de 5 grands enfants et 2 chiens et vivons dans une grande vieille maison au milieu des vignes du bordelais ! J'aime cuisiner, recevoir, bricoler, jouer aux MMORPG et tant d'autres choses !