Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Miss Chat

Lectrice assidue des blogs de la famille Dentelle depuis l'organisation de notre mariage avec mon chimiste de mari en 2014, je suis surtout maman d'une petite fille née en avril 2015 et d'un petit garçon né en avril 2017. Auto-entrepreneur et salariée, passionnée de littérature, de pâtisserie, de langues étrangères et de cosmétiques, je viens partager ici mes impressions et mon vécu autour de la maternité, dans l'espoir de peut-être aider une autre (future) maman.

Ses contributions

Le point allaitement de Miss Chat : du parcours d’obstacles à l’idylle

J’ai lu un jour qu’on trouvait autant d’allaitements qu’il y a de femmes et d’enfants. C’est le cas de beaucoup de choses dans la maternité, au fond. Chacune vit sa propre expérience : essais, grossesse, accouchement, etc. L’allaitement n’est pas une exception.

En tout cas, c’est comme ça que je l’ai vécu.

Envisager un second accouchement sans péridurale

Si tu me suis (régulièrement ?) depuis 2 ans, tu sais peut-être que j’ai accouché de Croquette sans bénéficier de la sacro-sainte péridurale.

Aussi appelée « meilleure pote de la future mère de famille », la péridurale est une avancée médicale majeure dans le domaine de la maternité. Je t’avais expliqué à l’époque les raisons qui me poussaient à souhaiter la recevoir pour mon accouchement, la principale étant : quel intérêt à souffrir alors qu’il y a moyen de ne pas souffrir ?

L’arrivée d’un deuxième enfant : combien ça coûte ?

Un an plus tard, je suis devenue maman pour la deuxième fois et j’ai de nouveau voulu me prêter à l’exercice du point budget ! Je ne te ferai pas un détail sur l’année complète de Petit Sushi (première raison : à l’heure où je t’écris, le fripon est âgé de 6 semaines) mais plutôt sur les frais que son arrivée ont occasionné pour notre porte-feuille.

Mon deuxième trimestre de grossesse : le début de l’ascenseur émotionnel

Avec un premier enfant à la maison, il est clairement plus difficile d’optimiser ses temps de repos. J’ai donc profité de la moindre opportunité pour rester au calme, en laissant notamment Croquette à la crèche lors de mon jour de congé hebdomadaire (j’étais en 4/5e) ou aux bons soins de sa grand-mère lors de nos fréquents week-ends chez mes beaux-parents

Mon mari est déjà celui qui cuisine et fait le gros du ménage en temps normal (t’as vu un peu la chance ?). Ma seule attribution restante étant les machines de linge, j’ai pu les gérer à mon rythme : pas envie de pendre le linge maintenant ? Je le ferai après une sieste, no problemo.

Bébé n'a pas le sexe attendu

Quand le sexe de l’enfant n’est pas celui attendu…

Je ne peux pas honnêtement affirmer : « Nous voulions un garçon, mais nous avons eu une fille. » D’abord, parce que ce n’est pas tout à fait vrai, ensuite parce que je trouve la formulation bien trop violente par rapport à l’amour inconditionnel que nous portons à Croquette.

Mon mari et moi n’en avons jamais parlé ouvertement. Aujourd’hui encore, nous n’en parlons pas facilement (un reste de culpabilité, peut-être ?). C’était donc dit à demi-mots, mais nous pensions avoir un garçon (et nous avons eu une fille). Est-ce qu’on l’espérait ? Je ne saurais pas te dire, peut-être un peu, à la fin.

Maladie yeux bébé

L’anisocorie chez l’enfant

L’anisocorie, donc, ce trouble bien connu dont tu entends peut-être parler pour la première fois, est en fait une différence de taille entre les deux pupilles d’un individu. L’une des pupilles est donc plus petite ou plus grande que l’autre.

C’est un trouble ophtalmologique qui peut apparaître dès la naissance ou se développer avec l’âge. Dans tous les cas, il est impératif de consulter un médecin spécialiste des yeux, l’ophtalmologue, pour déterminer les causes éventuelles et aviser de la nécessité d’un suivi et/ou d’un traitement.

Deuxième grossesse : découverte et annonce

Mon premier trimestre de grossesse : secret, attente et découverte…

Eh oui, on a décidé de remettre le couvert, Monsieur Chat et moi. Croquette avait tellement bien répondu à nos attentes les plus folles en matière d’allaitement paisible et de caractère facile (tu la sens, l’ironie ?) qu’un deuxième petit bout est venu s’installer dans mon bidou en juillet dernier.

Je m’étais jurée de ne pas comparer les deux grossesses, mais j’ai réalisé très vite que ce serait impossible. Ne serait-ce que du fait de ce côté un peu énervant de ma personne qui compare tout à tout, même si c’est généralement dans un simple but informatif, de référentiel, disons.

Cosmétiques naturels pour la grossesse

Belle et naturelle pendant la grossesse

Avec ce titre racoleur digne des plus grands magazines féminins, je veux en réalité te parler de produits de soin et d’hygiène que tu peux utiliser de manière sûre pendant la grossesse. Je ne veux pas te mettre la pression, mais durant cette période, tu as la responsabilité du développement et de la survie d’un petit être qui dépend à 100% de toi (pas de pression, je te dis !).

Tu fais déjà attention à ce que tu manges (adieu camembert au lait cru), à ce que tu bois (adieu petit verre de vin), à ce que tu mets (adieu robe serrée à la taille), à tes déplacements (adieu heure de trajet en métro debout ?)… J’en rajoute donc une couche avec quelques petits conseils et idées ci-dessous sur les produits de soin !

Nom de famille en Belgique

L’incroyable histoire belge du nom de famille de ma fille

Croquette est née en Belgique, c’était donc a priori le système belge qui s’appliquait : elle allait s’appeler Croquette Garnier.

Sauf que. Nos politiciens ont eu une idée de génie il y a deux ans (si si) : une nouvelle loi révolutionnaire est sortie, permettant aux parents de donner le nom du père uniquement (rien de neuf), le nom de la mère uniquement (oh oh ?), ou les deux noms, dans l’ordre souhaité, avec ou sans tiret (oh ooooh !).

Budget bébé

Avoir un enfant, ça coûte un bras… Le point budget de Miss Chat !

Je dois t’avouer que je suis un peu maniaque de la comptabilité, à la maison : le moindre centime entrant ou sortant est noté dans ma feuille Excel préférée. L’arrivée de Croquette a été l’occasion pour moi de créer la catégorie de dépenses « bébé » (oui, je fais des catégories, ça permet de bien visualiser quel organe tu dois vendre pour survivre jusqu’au mois suivant).

Un an après sa naissance, je peux t’en dire un peu plus sur ce que ça nous a coûté d’avoir un enfant ! Alors, tu veux parier avec moi : bras, jambe ou orteil ?

Doutes pour un deuxième bébé

Comment envisager un deuxième enfant ?

Si tu as lu certains de mes articles (ou tous, soyons fous !), tu sais que j’ai déjà une petite fille, Croquette, qui a 1 an à l’heure où je t’écris. Et au vu du titre, tu auras compris de quoi je veux te parler aujourd’hui.

Je n’ai pas la prétention ici de partager mon expérience pour aider une autre (future) maman, mais j’aimerais te confier la marée de sentiments contraires qui m’assaillent depuis plusieurs mois à la perspective d’avoir un petit deuxième.

Tout donner pour la diversification alimentaire

Notre diversification alimentaire très permissive

Suite à mon article sur nos sacro-saints principes parentaux, quelques lectrices avaient relevé la manière dont nous avions instauré la diversification alimentaire de notre fille. J’avais donc envie de t’expliquer plus en détail le principe de cette diversification, et ce qui nous avait motivés à l’adopter.

Toutefois, c’est un sujet délicat : ce qu’on a appliqué tient plus du domaine médical que d’une préférence éducative.

Mère bébé principes

Avant, j’avais des principes. Maintenant, j’ai un enfant.

C’est en lisant l’article d’Urbanie sur son premier mois avec sa Princesse Kate que j’ai repensé aux grands principes auxquels nous tenions, mon mari et moi, avant l’arrivée de notre Croquette.

Et si je dois faire un bilan, huit mois après sa naissance, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est… mitigé. À toutes les mamans qui avaient déterminé à l’avance leur ligne de conduite, qui étaient persuadées qu’elles allaient tenir bon, ceci est pour vous.

Mère déprimée

Le cauchemar des suites de mon accouchement

Je vais partir aujourd’hui sur une note un peu moins rose que la dernière fois. Je n’avais jamais imaginé un seul instant qu’il serait si dur de passer ces premières semaines avec un bébé. Après une grossesse idyllique et un accouchement rapide, rien n’indiquait que j’allais vivre un petit enfer intérieur et extérieur.

Croquette était enfin née, à J+9, elle était en parfaite santé, j’allais bien : que demander de plus ?