Menu
A la une / Vie de maman

Et le zèbre redevint cheval

Ou presque.

Crédit photo (creative commons) : Alexa_Fotos

Comme je te l’expliquais dans mon précédent article, j’ai eu de nombreuses vergetures autour du nombril et sur le bas du ventre qui sont apparues lorsque j’étais enceinte de Numérobis. Peu de temps après la naissance, j’ai donc pris RDV avec un médecin esthétique pour voir le traitement que l’on pouvait mettre en place. Les vergetures étaient (bien) rouges et (bien) profondes. Le médecin me l’a bien expliqué : la médecine esthétique n’a pas pour but de rendre les gens parfaits, mais de les rendre mieux dans leur peau en corrigeant uniquement ce qui leur semble inacceptable. Et notre seuil d’inacceptable n’est pas le même pour tous ! Voilà pourquoi je voulais absolument atténuer ces vergetures, qui t’auraient peut être semblé tolérables. Il m’a conseillé d’entamer une thérapie à base de lumière LED, sur 15 séances. La photomodulation par les LED stimule stimule la production d’élastine et de collagène, ce qui vise à réparer la peau et effacer la vergeture. Les résultats attendus sont de l’ordre de 50 à 80% d’atténuation. Le médecin m’a bien prévenu que je ne récupèrerai jamais l’aspect esthétique d’avant, mais que cette solution permet d’améliorer. En attendant le début des traitements, il m’a prescrit une crème à base de silicone pour améliorer la texture de la peau, et je dois dire que j’ai été bluffée du résultat.

Comment se passent les séances de LED ?

Concrètement, tu ne peux pas, pour des raisons légales, entamer de traitement esthétique dans les deux mois qui suivent une grossesse. Parce que ton imprégnation hormonale est encore importante, et qu’il faut aussi laisser un peu de temps à ton corps pour se remettre. Deux mois et une semaine après, le devis et les conditions légales signées, je débarque donc. Je m’installe sur un grand fauteuil, et le médecin me donne une paire de lunettes occultantes garnies de compresses (les yeux ne doivent pas être exposés à la lumière des LED). L’illumination durant la première séance dure 17min, les suivantes 7min, la 5ème 17min, etc… Les séances sont réalisées à raison de 2 à 3 par semaine, afin de maintenir un niveau de stimulation des cellules important. Ensuite, j’ai fait une pause de 3 semaines afin de voir l’évolution, et de décider la poursuite ou non du traitement. J’ai décidé de faire les 5 séances suivantes, afin de ne pas avoir de regret. Les séances ne sont absolument pas douloureuses, on ressent à peine un échauffement. Ça chauffe moins que lorsque tu te mets au soleil à 18h en été, c’est dire !

Crédit photo : Dr Prunièras, au dessus du fauteuil, l’appareil à LED

L’investissement

L’investissement est double : financier et temporel. La consultation initiale est facturée 70€, puis chaque séance de LED 50€. Donc 820€ pour le traitement total, hors crème (le tube de 15g coûte quant à lui 25€, il m’a fallu 2 tubes). Rien n’est remboursé, parce que c’est de la médecine esthétique, donc de confort. Oui, ça représente une somme plutôt importante, mais c’est le prix que j’ai choisi de mettre pour ne pas avoir de regrets, et pour espérer avoir un ventre « montrable » les prochaines années. Sache que les séances laser, qui peuvent effacer partiellement les vergetures blanches coûtent 250€. Et il faut compter 3 à 5 séances de laser + LED pour espérer une bonne atténuation. Donc beaucoup plus onéreux et surtout beaucoup beaucoup plus douloureux ! Le médecin m’expliquait que pour favoriser la pénétration de la lumière dans les vergetures blanches, il utilise un « derma-pen », un truc plein de micro-aiguilles, pour trouer la peau ! Plein de bonnes raisons qui me font penser que j’ai fait le bon choix en commençant le traitement rapidement après l’accouchement. C’est également un investissement temporel, parce qu’il faut se libérer 2 à 3 fois par semaine pendant minimum 5 semaines, afin de réaliser le traitement. Si l’illumination est courte en elle-même, il y a quand même les temps de trajet à ajouter. Pas mal de temps donc. Si tu espaces trop les séances, c’est moins efficace (et d’ailleurs, le médecin a bien insisté sur ce sujet).

Le résultat

J’ai longuement hésité avant de te montrer le résultat. Parce que bon, je n’en suis pas satisfaite à 100%. Il me reste encore une séance et minimum 4 semaines d’attente avant d’avoir le résultat total du traitement et minimum un an avant la cicatrisation totale et le résultat définitif d’atténuation. Mais je me suis dit que lorsque je cherchais des informations sur le traitement des vergetures, j’aurai bien aimé avoir un comparatif avant/après sur ce que je pouvais attendre comme résultat.

Crédit photos : photos personnelles

Avant le début du traitement soit 9 semaines après l’accouchement/après 14 séances de LED, les deux photos ont été prises dans des conditions similaires, dans la pénombre avec flash (ce qui fait énormément ressortir les défauts)

Et après ?

Le médecin m’a répété sur tous les tons que je ne devais sous aucun prétexte m’exposer au soleil pendant tout le temps de la cicatrisation. Si jamais je prenais un coup de soleil sur les vergetures (et c’est valable pour tout le monde, pas seulement dans le cas d’un traitement), elles risqueraient d’être « teintées », et donc garderaient une coloration même lorsque le reste du bronzage aurait disparu. Donc cette année, maillot une pièce pour aller me baigner et écran total + t-shirt anti UV ou en coton épais pour tout le reste des activités en extérieur (oui, même sur la plage). Si dans un an je ne suis pas satisfaite du résultat, je peux envisager de passer au laser. Mon objectif était d’atténuer les vergetures pour ne plus les rendre visibles au premier coup d’oeil, et l’objectif me semble quasi atteint. J’ai mon seuil d’acceptable donc je pense en rester là !

 

Alors, que penses-tu du résultat provisoire ? Est-ce une méthode qui pourrait te tenter ?

A propos de l’auteur

Je suis Rigel, mariée, maman d'une Choupinette née début 2016, et de Numérobis, de début 2018. Je n'aime pas le matin et le dimanche soir. J'aime les plannings bien organisés, le sport et le chocolat.