Menu
A la une / Récit d'accouchement

Mon séjour à la maternité !

Je suis de retour. Je t’avais laissée en salle de naissance, juste après mon accouchement avant de disparaître pendant neuf mois dans la nature ! Je te rassure : tout le monde va très bien mais j’ai eu pas mal de péripéties côté professionnel qui ne m’ont pas laissé énormément de temps ! Mais me voilà enfin de retour.

On reprend à la fin de l’épisode précédent ? 😉

Lundi :

Il est environ 16h quand nous remontons dans la chambre. Petit Viking est toujours dans mes bras à oilpé.

On est dans un état un peu second, j’ai une patate d’enfer, une grosse dalle, on envoie des textos dans tous les sens et on répond aux appels. Je veux me lever mais je dois attendre encore un peu à cause de la péridurale.

Je donne même le feu vert à mes parents pour qu’ils passent nous voir et ils arrivent en pleurs tellement ils sont émus.

Une auxiliaire de puériculture arrive pour habiller Petit Viking et lui mettre son beau pyjama.

Comme le bain n’est pas tout de suite il a de magnifiques croûtes de sang sur le crâne pour les premières photos (est-ce qu’on peut au moins lui mettre un bonnet ou comment ça se passe ?)

Les mises au sein se passent bien. Les deux trois premières fois Petit Viking galère un peu pour bien se positionner mais très vite il trouve le truc, et emballé c’est pesé (enfin presque, mais je te ferai un article spécial allaitement).

Mes parents repartent, on apporte le lit de l’Amoureux, tout le monde se couche et s’est parti pour notre première nuit à trois.

Et là c’est le drame…

La première nuit est atroce.

Petit Viking hurle tout le temps. J’ai très mal aux seins et je suis un peu paumée concernant l’allaitement. Comment faire pour que la montée de lait se passe au mieux ? Combien de fois je dois lui donner le sein ? Est-ce qu’il faut alterner ? Est-ce que le colostrum le nourrit assez ? J’ai mis dans mon sac de maternité mes notes des cours d’accouchement mais je ne retrouve rien sur les premiers jours.

Les auxiliaires de puériculture se succèdent et sont toutes très sympathiques mais elles semblent un peu débordées elles aussi et ne sont pas d’une très grande aide. On entend des bébés hurler dans tout l’étage et je crois qu’il n’y a pas que chez nous que c’est la panique.

Petit Viking régurgite plusieurs fois. On panique car on a peur qu’il s’étouffe. On ne sait plus quoi faire et on finit par s’endormir tous les trois d’épuisement…

Première nuit : fail

Crédit photo : pixabay

Mardi :

Le deuxième jour arrive et je suis beaucoup moins fraîche que la veille.

Toute ma zone du bas est doublement douloureuse, à la fois car l’accouchement m’a déplacé le coccyx (enfin replacé plus exactement après une chute dans l’escalier au 5ème mois de grossesse), et que mon épisiotomie me fait beaucoup souffrir.

Les douleurs lors de la mise au sein sont atroces et je me mords les lèvres pour ne pas hurler tellement la douleur est forte. (Je te rassure tout de suite ça n’a pas duré et j’ai pu allaiter en toute sérénité pendant plusieurs mois).

L’Amoureux continue de répondre aux milliers d’appels et de textos qu’il reçoit et raconte l’accouchement environ 357 fois ce qui commence à m’agacer fortement. De mon côté j’ai coupé mon téléphone.

Autre souci : les visites se multiplient…

Il faut savoir qu’au départ j’avais souhaité limiter (voir interdire carrément) les visites à la maternité. Je ne savais pas dans quel état nous serions bébé et moi et je savais qu’avec les soins, les journées à la maternité sont suffisamment rythmées pour ne pas en rajouter.

Les parents de l’Amoureux qui sont séparés avaient initialement prévu de ne pas venir car ils seraient en vacances… avant de changer d’avis et de débarquer. Compliqué de leur dire non ! Plus des amis de L’Amoureux qui font l’aller-retour de Paris dans la journée et à qui L’Amoureux n’a pas non plus eu le cœur de dire non…

Du coup entre les soins, les visites, L’Amoureux non dispo et la douleur je vis assez mal cette deuxième journée. J’en ai marre, je fatigue, je voudrais que les gens partent et qu’on me laisse tranquille avec mon bébé.

Vers 18h heureusement une infirmière passe pour me faire mes soins. Voyant qu’il y a du monde dans la chambre elle se propose de repasser plus tard. Et là je m’effondre en larmes, je dis que non on va faire les soins tout de suite et je mets tout le monde dehors en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Cette infirmière a été un vrai miracle. Elle m’a écoutée mais elle m’a également trouvé des solutions pour tous mes désagréments et je lui en suis très reconnaissante (Madame l’infirmière si tu passes par là je t’envoie des cœurs avec les doigts). Elle m’examine, me confirme que j’ai un bel œdème au niveau de ma cicatrice et me donne des anti-douleurs. Elle me montre une position pour allaiter allongée ce qui soulage mon coccyx et m’aide à installer des « bouts de sein » : deux petits bouts de plastique qui vont sauver mon allaitement !

Et du côté de Petit Viking ? Et bien tout va bien : il tête, il dort, et recommence. Zéro souci. (Tu vas vite comprendre que « zéro souci » c’est un peu le « moto » de mon bébé !).

La deuxième nuit se passe très bien.

Petit Viking semble avoir du mal à trouver le sommeil dans son berceau alors je le prends avec moi et je lui fais un petit nid avec le coussin d’allaitement. Il s’endort très bien mais comme j’ai peur qu’il tombe je passe ma nuit à le regarder dormir.

Il est beau. Apaisé. Je suis tellement heureuse.

L’Amoureux de son côté fait une nuit quasi complète près de nous.

Mercredi :

Troisième jour et Petit Viking n’a perdu que très peu de poids. Si ça se stabilise le lendemain on pourra sortir. Youpi !

L’Amoureux donne son premier bain tout seul et se débrouille très bien.

On limite les visites et surtout j’ai trouvé une nouvelle solution : je demande à L’Amoureux de ne plus laisser rentrer les gens dans la chambre.

Il y a un petit salon d’invités à l’entrée de l’aile de notre maternité où nos proches peuvent s’installer et discuter. Comme ça j’arrive avec Petit Viking quand c’est le bon moment pour nous… et surtout je repars quand je veux.

J’ai encore mal mais ça va mieux et la troisième nuit se passe tellement bien que nous sommes tous les 3 réveillés par la sage-femme à 10h30 ! « Je suis désolée, ça fait trois fois qu’on passe, on a attendu le plus longtemps possible mais là il faut vraiment vous faire les soins ». La grasse mat’ à la maternité : qui l’eut cru ?

Jeudi matin :

On a le feu vert du pédiatre et de mon gynéco. C’est aujourd’hui qu’on sort. Mes parents embarquent les affaires et partent devant.

Je prends le temps avec L’Amoureux de faire une petite pause et de savourer cet instant : nous allons rentrer chez nous avec notre bébé tout neuf, nous sommes trois maintenant et une nouvelle vie commence !

Ce que j’ai aimé :

Je ne regrette absolument pas le choix de ma maternité. Tout a été parfait. Elle était juste à côté de notre maison donc très pratique pour nos proches qui logeaient chez nous mais surtout tous les professionnels étaient vraiment top. Le pédiatre, les infirmières, mon gynéco, les sages-femmes, les auxiliaires de puériculture… Je suis tombée une seule fois sur une auxiliaire qui m’a un peu martyrisé le téton pour aider Petit Viking à prendre le sein mais quand j’ai vu qu’il se débrouillait tout seul j’ai arrêté de les appeler pour les mises au seins.

J’ai beaucoup aimé l’équilibre aussi : les soignants n’étaient vraiment pas intrusifs. Ils se sont complètement adaptés à notre rythme et quand ce n’était pas le bon moment pour le bain, pour les soins, pour la pesée… ils repassaient. Ils ne nous ont mis aucun pression (notamment sur l’allaitement) et, hormis la première nuit un peu chaotique, ils étaient toujours disponibles pour nous renseigner ou nous aider. Rien ne nous a jamais été imposé et c’était très agréable.

J’avais pris une grande chambre avec la climatisation ce qui en plein mois de juillet et plutôt agréable même dans le Nord et j’ai aussi très bien mangé ce qui n’est pas essentiel, certes, mais ça fait toujours plaisir !

J’étais contente que mes parents soient là aussi car car ils ont géré pas mal de trucs : le chat, les machines, les allers-retours pour rapporter ce qui me manquait, etc. Quand nous sommes rentré à la maison tout était propre et le frigo était plein. Ils ont aussi géré les coups de fils du côté de ma (grande et invasive) famille ce qui m’a bien soulagé.

Ce que je changerai pour le deuxième :

Clairement les visites. Je limiterai uniquement à nos parents et à nos frères et sœurs et je retiens l’idée du petit salon dès le début ! Je pense également que je balancerai le portable de L’Amoureux par la fenêtre à la première contraction.

Concernant la présence de L’Amoureux et le fait qu’il dorme avec nous avec le recul je ne sais pas si c’était la meilleure option. Clairement la nuit il ne pouvait rien faire et finalement, une fois passée la première nuit, il aurait aussi bien pu rentrer faire une nuit complète à la maison. C’est d’ailleurs le rythme que nous avons mis en place dès notre retour à la maison mais ça, ça sera pour un prochain article. 😉

Et toi ? comment as-tu vécu ton séjour à la maternité ? as-tu réussi à limiter les visites ? comment se sont passées les relations avec le personnel soignant ?

A propos de l’auteur

Lilloise d'adoption, j'ai 27 ans, un poste à responsabilité dans le domaine de la culture et une légère tendance à l'hyperactivité ! En couple avec L'Amoureux, Petit Viking nous a rejoints en juillet 2016. J'aime les journées bien remplies, l'automne, la pluie, faire ma valise et les films de zombies !