Menu
A la une / Vie de maman

Ma toute petite fille

Le temps file à toute vitesse, et même si l’idée que ma ChérieChou n’est plus un tout petit bébé s’installe progressivement dans ma petite tête de maman débordée, j’ai encore du mal à admettre que les progrès continuent à vitesse grand V.

Dans la première année, ça paraît normal que les évolutions s’enchaînent jour après jour. Pas besoin d’avoir fait de longues études pour comprendre qu’un bébé de 8 mois ne fait pas les mêmes choses qu’un bébé de 4 mois ou d’1 an.

Mais là où c’est vraiment pernicieux, c’est qu’on se dit que ça ne peut pas durer, cette impression de courir après le temps, que forcément, ça va se tasser… et en fait non ! Il y a encore et toujours des tas de merveilles à découvrir quand on prend le temps de regarder son enfant grandir.

C’était il y a seulement quatre mois, la dernière fois que j’ai eu besoin d’appuyer sur le bouton « PAUSE » et de venir te raconter ici les progrès de ChérieChou. Et me revoilà donc déjà, pour te faire un petit bilan sur l’évolution de mon bébé, pardon, de ma toute petite fille de 20 mois. Alors, quoi de neuf ?

Progrès bébé 20 mois

Crédits photo (creative commons) : Joel Olives

Côté motricité

Pas énormément de différences depuis la dernière fois : ChérieChou marche et adore marcher. Elle est de plus en plus résistante, et la portion de trajet réalisée à pied sur le chemin de la crèche a tendance à s’allonger. Par contre, nous avons réussi à éviter la case frustration au moment de retourner s’installer dans sa poussette, en se mettant d’accord en amont sur la distance à parcourir (jusqu’à l’arbre au bout de la rue, jusqu’au prochain carrefour, etc.) et en la laissant s’installer et s’attacher toute seule sur son siège.

Côté escalade, c’est la folie ! Mon petit ouistiti grimpe sur le canapé, puis, comme ça ne lui suffit plus, elle essaie d’atteindre l’étagère derrière. Elle escalade sa chaise haute quand elle a décidé qu’il était temps de passer à table. Elle s’est récemment essayé aux arbres : quoi de plus naturel, pour mon petit singe ? Et dernièrement, elle a décidé de grimper sur chaque muret qui passe dans son champ de vision. Je ne comprends vraiment pas comment elle n’a jamais eu l’idée d’escalader la barrière de son lit de bébé, mais bon, ce n’est qu’une question de temps, je suppose… !

Pendant nos dernières vacances, nous avons aussi pu voir toute l’ampleur de sa témérité dans une situation nouvelle : ChérieChou était persuadée de savoir déjà nager. Donc lorsqu’on la prenait dans nos bras pour la baigner dans la mer, elle nous repoussait de toute la force de ses petits bras pour nous faire comprendre qu’elle voulait nager toute seule.

Fatigués de nous battre pour l’empêcher de se noyer, nous lui avons, à plusieurs reprises, fait expérimenter par elle-même le fait que, quand nous la lâchions, elle coulait ! Comme si ça lui faisait peur ! Elle est ressortie de cette nouvelle expérience ravie, et n’avait qu’une envie, y retourner !

On a tout essayé : la bouée (elle essaie de passer par-dessus pour en sortir), les brassards (elle est encore trop petite, et sa ligne de flottaison arrive au-dessus de sa tête), la faire jouer uniquement sur le bord de la plage (elle court dans les vagues et fonce vers le large). Bref, notre dernier espoir réside dans cet article de mode incontournable pour tout beachy baby : le maillot à boudins ! Pas encore testé, mais je reviendrai t’en dire des nouvelles…

Côté motricité fine, elle continue à progresser tranquillement : elle s’installe à son petit bureau pour dessiner, colorier, coller des gommettes (activités particulièrement reposantes lors de nos longs voyages en train ou en avion !). Elle est toute sérieuse, bien concentrée, et fait preuve d’une application remarquable. Sauf quand une méchante gommette ne veut pas la lâcher, et qu’elle finit par venir me voir en gémissant pour que je la lui décolle de ses petits doigts.

Elle est également fascinée par le bricolage. Déjà toute petite, on pouvait la laisser plusieurs dizaines de minutes s’occuper à faire le contrôle technique des poussettes, vélos et autres trottinettes qui passaient à portée de ses mains. Mais d’où lui vient sa fascination pour les boulons et les vis ? Du coup, elle traîne joyeusement dans les pattes de son papa quand celui-ci s’évertue à monter un meuble ou à faire quelques bricolages dans la maison. Elle vient de recevoir un petit établi avec tournevis, écrous et clé à molette. Mais bizarrement, c’est tellement plus drôle avec les outils de papa !

Côté langage/échanges

Déjà la dernière fois, c’était côté langage que les progrès avaient été les plus impressionnants. Et ChérieChou continue à m’épater !

J’ai l’impression qu’elle emmagasine plusieurs nouveaux mots par jour, et depuis peu, elle essaie non seulement de faire des progrès sur la prononciation, mais elle tente aussi de les réutiliser en situation, en quémandant notre validation. Je suis fascinée par sa capacité à repérer le mot le plus important de la phrase : elle répète alors le verbe ou le nom nouveau qu’elle ne connaît pas encore.

Ça n’a vraiment rien à voir avec la technique d’un adulte (ou d’un enfant plus âgé) qui cherche à apprendre une nouvelle langue, en détaillant la signification de chaque mot d’une phrase. C’est tellement impressionnant de la voir évoluer dans sa langue, de voir les rouages qui se mettent en place dans sa petite tête, et d’être surpris par ses drôles de réflexions !

On découvre le bonheur des vraies phrases : « Lé caché ! », « Lé pas là ! », « Gâteau Chouchou ! » quand son estomac parle à sa place, « Y pweur. » pour « Il pleure. », ou encore « Chouchou baboum. » lorsqu’elle vient de tomber.

Elle fait aussi beaucoup d’associations de mots : « voler » + « kia kia » (c’est sa manière très personnelle de dire « oiseau »), « cuisine » et « manger », « cuillère » et « counga » (ça veut dire yaourt. Ne cherche pas le rapport. On s’est creusé la tête des heures, mais il faut se rendre à l’évidence : elle a développé son propre vocabulaire pour cet élément indispensable de son régime alimentaire), ou mieux encore « pain » et « Chouchou » (qui ne tente rien n’a rien !). Bref, Mister F. et moi prenons un vrai plaisir à discuter avec elle et à la faire parler.

Nous avons découvert qu’elle chantait de petites comptines devant ses livres musicaux : ça reste plus du baragouinage qu’autre chose pour l’instant, mais elle cherche vraiment à reproduire les paroles qu’elle entend.

Maintenant, elle est aussi capable d’intervenir au milieu d’une conversation d’adultes, et de revenir sur un mot ou une phrase pour nous montrer qu’elle a compris. Hier soir, à table, je parlais avec Mister F. d’une des mamans de la crèche, quand ChérieChou nous a interrompus pour répéter le prénom de la maman, et nous dire que c’était la maman de Totor. Tout ça en affichant un énorme sourire rayonnant !

Elle commence à faire de petites blagues, lit toute seule en se racontant des histoires à voix haute, joue à faire semblant de nourrir ses peluches, se déguise pour rigoler et nous faire rire.

Côté rythme

En ce qui concerne les nuits, on continue sur la bonne lancée de la dernière fois. Les nuits complètes sont devenues notre quotidien, et je crois pouvoir affirmer qu’on a trouvé un bel équilibre.

Après, il ne faut pas se voiler la face : cet équilibre reste fragile, d’autant plus qu’on a un peu abusé ces derniers temps, en l’emmenant à l’autre bout du monde, avec un sacré décalage horaire à gérer. Mais à ma grande surprise (et à mon immense soulagement), ChérieChou a accusé le coup sans broncher, et a réussi en quelques jours à retrouver son rythme. Bon, je ne dis pas que j’étais sereine pendant cette période de transition, hein… On ne se refait pas !

La semaine dernière, une poussée dentaire monstrueuse s’est invitée dans notre quotidien. ChérieChou était grognon toute la journée, et la douleur la réveillait la nuit : ça me brisait le cœur de la voir si mal sans pouvoir la soulager. Elle continuait à somnoler en pleurant, et criait dans son sommeil, mais nous repoussait parce qu’elle était tellement épuisée qu’elle ne voulait qu’une seule chose : retourner au lit pour dormir.

Il n’y avait pas grand-chose à faire, mais ça fait un sacré pincement au cœur de se sentir si impuissante devant la douleur de son enfant. En quelques jours (bon ok, dix jours, au bout desquels j’étais à deux doigts de me jeter par la fenêtre, ou d’appeler mes parents en pleurs pour qu’ils viennent s’occuper du petit monstre que j’avais pondu !), la poussée dentaire s’est apaisée, et les nuits sont redevenues normales.

Contrairement à ce que je te disais la dernière fois, les problèmes au moment de l’endormissement ont disparu : ChérieChou va au lit sereinement, et nous réclame parfois son petit rituel de la lecture dans les bras avec tétine au bec.

Elle continue à nous offrir trois heures de sieste quotidiennes, en début d’après-midi (un luxe pour tout parent épuisé par sa semaine de boulot !), mais elle a maintenant suffisamment d’endurance pour supporter d’être bousculée dans cette habitude : lorsque la sieste rate, parce qu’on doit prendre les transports, parce qu’une cousine est venue nous rendre visite ou parce que le voisin a décidé de sortir sa perceuse au moment le plus opportun, le reste de l’après-midi ne se transforme pas forcément en parcours du combattant.

Côté propreté

Ça va être LE sujet des prochains mois ! Pour l’instant, ChérieChou ne nous a pas montré de velléités particulières pour aller s’installer sur le pot, qui reste un objet de jeux.

Elle nous signale gentiment lorsqu’elle remplit sa couche, puis se carapate pour nous empêcher d’aller la changer. Bon, c’est un début comme un autre…

Et sinon, du nouveau ?

ChérieChou montre un réel besoin d’organiser son espace : ranger les choses à leur place, ou associer tel objet à telle personne. Elle a été littéralement choquée lorsque ma belle-mère est venue nous rendre visite et que je lui ai prêté une paire de chaussons que je porte habituellement : elle a passé la soirée à lui signaler que ces « saussons » étaient à « Maman » ! D’ailleurs, quand la semaine suivante, mon père a eu la prétention d’utiliser les chaussons de Mister F., ChérieChou les lui a retirés pour les rendre à son père !

S’il y a un changement dans son quotidien, elle a besoin d’en parler longuement. Quand nous avons laissé notre chat chez mes beaux-parents au moment de notre départ en vacances, ChérieChou nous a questionnés de manière incessante pour savoir où il était, et tous les jours, elle nous signalait, très sérieuse : « Chat lé pas là ! »

Bon, tu l’auras compris, la première année est magique, mais je découvre avec bonheur et surprise que cette belle aventure continue, à un rythme toujours aussi effréné, à me changer la vie. J’assiste, émerveillée, à la naissance d’une vraie petite fille, qui se crée son univers, son petit monde, qui interagit avec son entourage, qui explore son environnement et qui continue de me surprendre jour après jour.

Et toi ? Pensais-tu que ton enfant continuerait à grandir si rapidement après 1 an ? Quels sont les progrès qui t’ont marquée ? As-tu vu des améliorations sur les petits points qui posaient problème ? Viens nous dire !

A propos de l’auteur

Jeune mariée presque trentenaire et maman depuis l'été 2014, j'essaie de concilier la vie de famille, un boulot passionnant et ma passion pour les voyages. Mister F. et ChérieChou me comblent de bonheur, même si parfois on ne sait plus où donner de la tête ! Mais bon, ça me va bien : je suis plutôt du genre à ne pas tenir en place.... Danse, lecture, piano, mais aussi boxe ou yoga, la vie à 100 à l'heure, j'aime ça !