Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Comment envisager un deuxième enfant ?


Publié le 11 juin 2016 par Miss Chat

Si tu as lu certains de mes articles (ou tous, soyons fous !), tu sais que j’ai déjà une petite fille, Croquette, qui a 1 an à l’heure où je t’écris. Et au vu du titre, tu auras compris de quoi je veux te parler aujourd’hui.

Je n’ai pas la prétention ici de partager mon expérience pour aider une autre (future) maman, mais j’aimerais te confier la marée de sentiments contraires qui m’assaillent depuis plusieurs mois à la perspective d’avoir un petit deuxième.

Doutes pour un deuxième bébé

Crédits photo (creative commons) : Haylee Sherwood

Un deuxième enfant comme une suite logique

Depuis que mon mari et moi, on a décidé de fonder une famille, on sait que celle-ci se composera d’au moins deux pitchous, voire de trois. Il est impensable pour mon mari comme pour moi de s’arrêter après un seul enfant, pour une raison qui englobe au final toutes les autres : éviter la solitude de l’enfant unique. On a un frère chacun, et on a toujours adoré ça. Mieux, avec ces deux-là, on a chacun eu l’impression de gagner un deuxième frère ! C’est te dire l’importance qu’a pour nous le principe de fratrie.

Depuis que ma fille a 8 mois, je me suis rendu compte que je voulais un deuxième enfant. Quand je vois des tout petits bébés, des photos de ma fille à la maternité, ou même des émissions sur la naissance, ça me plonge dans une atmosphère douce, empreinte de tendresse, d’émotions, de souvenirs. J’ai envie de revivre ça, de resserrer un tout-petit contre moi, un qui ne sait pas se mettre debout seul et qui sait à peine bouger sa petite main pour la poser contre mon sein !

D’après tous les standards de la société actuelle, mon mari et moi avons fait les choses « dans l’ordre » : il a acheté un appartement, on a emménagé ensemble, on s’est mariés, on a eu un premier enfant, on va acheter une maison… Dans l’ordre, quoi. (Je signale quand même que je ne suis absolument pas attachée au fait de respecter ou non ces standards, mais il s’avère simplement que ça correspondait à nos envies.)

La prochaine étape « logique » serait donc le deuxième enfant.

Un deuxième enfant, sauf que…

Sauf que j’ai une part de moi qui me crie haut et fort qu’il n’est pas question d’avoir un deuxième enfant dans l’immédiat…

Croquette était une enfant voulue depuis plusieurs années. J’étais sûre jusqu’au plus profond de moi, j’avais rêvé d’elle (enfin, de l’idée, disons), on était obsédés par son idée avant de lancer les essais bébé. Elle était une certitude et une envie avant d’être quoi que ce soit d’autre. Elle s’est imposée à nous, tout naturellement.

Mais ce deuxième enfant, il ne s’impose pas à nous : nous nous l’imposons à nous-mêmes, pour toutes les raisons citées plus haut.

Croquette a 1 an, et pour mon mari, ça marque le signal du départ de la course au deuxième enfant. Il veut qu’ils soient proches en âge, car lui a une très bonne relation avec son frère de deux ans son aîné. Mais moi, j’ai aussi une très bonne relation avec mon frère, qui a quatre ans de moins que moi ! Je sais que la différence d’âge ne veut rien dire, donc je refuse de me presser pour ça. J’ai encore envie de profiter de ma fille, de la découvrir, elle et juste elle, de lui accorder encore un peu toute mon attention et mon amour entier.

Ce qui, en soi, est égoïste aussi : le deuxième n’aura jamais l’attention entière de ses parents, parce que justement, il sera le second et qu’il devra tout partager. Pourquoi faire un autre enfant si on ne peut lui accorder toute l’attention qu’il mérite et qu’a pu obtenir le premier ? Je sais que la réalité ne ressemble pas à ça, que l’amour que l’on porte à ses enfants ne se divise pas, qu’il est entier pour chacun. Mais je ne parviens pas à passer outre cette sensation…

J’ai l’impression que cet enfant, on n’en veut que parce qu’il servira d’accompagnateur à Croquette ! On ne le désire pas pour lui-même, en tant qu’être à part entière, mais pour ce qu’il sera pour sa grande sœur, pour son utilité dans sa vie à elle. Je n’ai pas envie que mon deuxième enfant soit juste le compagnon de jeux de ma fille aînée.

Mes craintes plus ou moins rationnelles

Puis, j’ai peur d’une nouvelle grossesse et d’un nouvel accouchement. Si tu as lu mes deux articles sur ces sujets, tu sais qu’ils se sont tous les deux très bien passés. Alors pourquoi est-ce que j’aurais peur de repasser par ces deux étapes merveilleuses ?

Parce que justement, tout s’est bien passé et qu’il me semble impossible que ça puisse se passer de la même manière une seconde fois. Et si ça se passait mal ? Et si j’endurais des nausées, du diabète gestationnel, un arrêt de travail ou une MAP (Menace d’Accouchement Prématuré) ? Ou tout en même temps ? Et si j’avais épuisé tout mon quota de chance avec Croquette ? Et si, cette fois, mon taux ridiculement haut de risque de trisomie 21 n’était pas que le hasard des hormones ou une coïncidence médicale ? Et si l’accident, la maladie ou la mort passaient par là ? Et si…

De plus, Croquette est une fille (si si, je t’assure). Quand on l’a appris, ça m’a fait un choc (je m’attendais à un garçon, va savoir pourquoi), mais je m’en suis remise, évidemment, et actuellement, je n’imagine absolument pas avoir un garçon. Je me suis habituée à avoir une fille, j’aime ça, c’est ma petite merveille ! Je sais ce que vivra une fille/femme dans sa vie, je sais maintenant comment élever une fille… Mais je ne sais pas comment faire avec un petit garçon ! Et en même temps, on a décidé de n’avoir que deux enfants, alors si on a encore une fille, est-ce qu’on ne regrettera pas toujours un peu ce garçon ? Les deux situations m’inquiètent !

Enfin, ça nous arrange d’avoir un deuxième enfant maintenant. Oui, « ça nous arrange ». Je veux rester avec la gynécologue qui m’a accouchée de Croquette, et faire ça dans le même hôpital, à quinze minutes de chez nous. C’était un contexte rassurant, que j’ai apprécié et que je souhaite conserver. Sauf que nous voulons déménager dans une autre région. Ce serait donc bien que le deuxième enfant arrive avant ce déménagement. Il y a mieux comme motivation pour avoir un enfant…

En plus, s’il arrivait maintenant (enfin, dans neuf mois, au moins), nous serions dans une situation délicate. Je viens de changer de travail et, même si mes employeurs ont tous des enfants et sont compréhensifs, ils comptent sur moi pour plusieurs projets. Je ne dis pas que je suis brillamment efficace, indispensable ou quoi que ce soit… mais je suis leur seule travailleuse ! Si je pars en congé maternité, il n’y aura concrètement personne pour faire mon travail !

Comme tu vois, ça bouillonne dans mon esprit. J’additionne les pour et les contre, parfois tous plus absurdes les uns que les autres ! Je ne suis pas assez sereine pour envisager paisiblement une nouvelle grossesse et un nouvel arrivant, mais en même temps… il est si mignon, ce petit bébé tout juste né. Et cette famille avec plusieurs enfants, comme elle a l’air épanouie !

Alors dis-moi, lectrice, tout ça… tu crois que ce sont des raisons suffisantes ?

Et toi ? Tu veux un deuxième enfant rapidement ? Pour quelles raisons ? As-tu aussi des doutes sur ta motivation réelle ? Viens en parler !


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !

Commentaires

68   Commentaires Laisser un commentaire ?

weena (voir son site)

Ou l’alarme, que de questionnements !
À quelques semaines de mon deuxième accouchement, je comprends tes craintes. Ma deuxième grossesse se passe sans problème (Quoique un peu plus fatiguée) ms j’ai peur d’avoir un moins bel accouchement que mon premier …
Et les premiers mois avec deux m’inquiète aussi, 20 mois d’écart, on est fou !!! D’autant plus que nous avons avancé notre projet de deuxième « à cause » de la conjoncture économique …
J’espère que vous trouverez les réponses à vos questions et l’écart « idéal » entre vos deux enfants ; -)

le 11/06/2016 à 08h16 | Répondre

Miss Chat

Tu me comprends donc bien pour le deuxième accouchement 😉
Oui, c’est vrai que les premiers mois avec un aussi petit bébé et un aîné pas encore complètement autonome doivent être particuliers à vivre ! Voilà, je vais rajouter un « contre » dans ma liste du coup…

le 11/06/2016 à 15h32 | Répondre

Maelisa

Je suis maman d’une fripouille de 11 mois (déjà presque 1 an, c’est fou !!!), et je m’interroge aussi beaucoup pour le deuxième.
Au départ, on souhaitait trois enfants, et rapprochés si possible (environ deux ans d’écart).
Maintenant, on pense plutôt deux. Trois, si vraiment on pense être capable de leur apporter ce qu’on souhaite de mieux, aux trois.
Mon mari est né longtemps après ses deux soeurs. Il ne souhaite pas reproduire un décalage d’âge important, car s’est senti longtemps très seul.
Avec ma profession libéral, et la difficulté à trouver des remplaçants, j’ai pu mesurer le « contre-coup » financier d’un congé maternelle de quatre mois (1 mois avant, 3 mois après la naissance). Et je sais que je vais devoir attendre de me remettre correctement sur pied, et prévoir le coup/coût pour un prochain enfant.

Donc pour nous, il y a ce facteur financier en plus.
Et on commence notre construction de maison courant/fin 2016; avec l’idée d’en faire par nous-mêmes. Vu ma forme physique pendant la grossesse (même pas capable de peindre la chambre de notre fille), je veux que la maison soit plutôt sur la fin de chantier.
Bref, d’ici deux ans, peut-être… Ce qui fera environ 3 à 4 ans d’écart.

Mais là où je te rejoins, c’est sur le sentiment d’avoir dû mal à se projeter aimer aussi fortement un second enfant. Lui apporter la même attention, le même maternage (pro-portage, câlins, allaitement…)
J’ai souvent pensé « plusieurs enfants », pour penser à la fratrie qui existerait, pour les jeux partagés, les balades en tribu, les chamailleries aussi…
Mais aujourd’hui que l’enfant est réellement là, existant, lui et pas un autre…
Je pense également vouloir attendre d’avoir ENVIE de ce second enfant. Pas d’un frère ou d’une soeur pour ma fille. D’un second enfant pour nous, pour compléter cette famille que nous créons.
Je sais que l’envie viendra, mais je ne sais pas quand.

Je crois que quand on le veut, on doit le ressentir en nous, comme pour ce premier enfant tant désiré, même s’il y a moins de mystère et d’inconnu.

Peut-être à bientôt pour des articles sur un deuxième en route… Ou non 🙂

le 11/06/2016 à 08h34 | Répondre

Miss Chat

Je nous retrouve beaucoup dans votre situation !
L’argument financier ne joue pas chez nous mais c’est clair q/u’il s’agit parfois d’un aspect important pour certains parents pour envisager sereinement un enfant.
Tu as très bien résumé mon article en disant qu’il nous fallait une envie d’un « enfant » et pas d’un frère/soeur pour l’aîné !
Vous vouliez des enfants rapprochés : comment est-ce que vous vivez le fait qu’ils auraient plus d’écart que ça ?

le 11/06/2016 à 15h42 | Répondre

Popie

La partie du commentaire sur le fait de vouloir 3 enfants au départ et de se dire « on verra déjà avec 2 », m’a fait sourire. On est dans le même cas (bon minus à que 5 mois donc pour le moment on va pas mettre en route numéro 2, mais on veut environ 2 ans et demi – 3 ans d’écart !)

le 11/06/2016 à 16h38 | Répondre

Miss Chat

Oui, je pense que ça arrive souvent ce genre de réflexions a posteriori 😉 Une fois qu’on sait ce que c’est d’avoir un enfant, on réfléchit plus au fait d’en avoir plusieurs !

le 12/06/2016 à 11h29 | Répondre

Marie Obrigada

Attends un peu et tu verras que tes questionnements vont évoluer. Pour le 2e, puis le 3e et pourquoi pa un 4e sont une évidence et pourtant je me suis sentie prête plus tard que je pensais (1 an aussi alors qu’au final, là 17 mois après la naissance de ma fille, je commence tout juste à avoir vraiment envie d’un autre enfant). J’ai désormais le sentiment d’avoir laissé le temps à ma fille d’être un bébé et je me sens prête à accueillir un autre bébé, pas dans le recommencement, ni la continuité mais différent dès la grossesse. Il m’a aussi fallu un peu de temps pour admettre que ce ne sera pas pareil, même si tout (ou presque) a été super.

le 11/06/2016 à 09h06 | Répondre

Miss Chat

Ca sonne très juste ce que tu dis 😉 Je pense effectivement que les questionnements ne sont pas les mêmes en fonction de l’ordre de l’enfant dans la famille !

le 12/06/2016 à 09h13 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Peut être que si tu as ces questionnements c’est que justement tu n’es pas encore tout à fait prête.
Mais cela viendra sans doute plus vite que tu ne le crois. Laisse toi le temps tu verras et tout sera naturel ?

le 11/06/2016 à 09h52 | Répondre

Miss Chat

Oui, j’attends 😀 Pour le moment comme tu dis, je ne me sens pas encore prête !

le 12/06/2016 à 09h14 | Répondre

Claudia

Mes enfants ont 3 puis 4 ans d’écart (une fille puis 2 garçons) et je n’ai jamais envisagé de les avoirs plus rapprochés (enfin, 3 ans puis 3 ans m’auraient convenu aussi). Pour plusieurs raisons, mais la première est que je voulais avoir le temps (???) d’ accueillir le petit nouveau comme il se doit, et donc de ne pas avoir 2 bébés à la fois. je voulais un écart suffisant pour que chacun ait un statut unique dans la famille, l’ainé immédiat allant déjà à l’école donc pouvant être valorisé dans son statut de grand, et pouvant comprendre que le tout petit qui accaparait les parents avait vraiment besoin d’une aide très rapprochée. Assez grand aussi pour que les siestes du petit libère du temps ensemble avec l(es)’ainé(s). et bien qu’ ils ne soient pas très proches en âge, il y a eu une belle complicité entre mes enfants, qui perdure maintenant qu’ ils sont adultes. Bien sûr, l’adolescence venant, ils avaient plus d’activités et d’intérêts séparés, mais tout en restant proches.

Et puis, il était hors de question d’en avoir é en couches en même temps 😉

le 11/06/2016 à 09h54 | Répondre

Miss Chat

Ton histoire me conforte dans mes impressions de vouloir attendre encore un peu. C’est très intéressant ce que tu dis sur le « statut unique » de chaque enfant d’ailleurs. Mon mari lui justement ne veut pas que l’écart soit trop grand parce qu’il ne veut pas « replonger » dans la toute petite enfance quand on en sera sorti pour la première…
Ah l’adolescence, c’est un des passages que je redoute le plus… Tu as des bons conseils à donner pour survivre à cette étape ? 😉

le 12/06/2016 à 09h22 | Répondre

l0uanne (voir son site)

ON est à fond dedans en ce moment. On a décidé de retenter à la fin du mois, mais j’ai eu un entretient pour un poste sur 3 ans donc si je suis prise va falloir reporter…

le 11/06/2016 à 10h22 | Répondre

Miss Chat

Rien n’est joué évidemment mais si vous avez déjà pris votre décision d’un deuxième, comment est-ce que tu vis le fait de peut-être reporter d’autant de temps son arrivée ?

le 12/06/2016 à 09h35 | Répondre

l0uanne (voir son site)

Franchement assez mal car j’ai vraiment très envie de ce 2éme bébé, et c’était déjà assez dur de prendre la pilule en sachant que j’attends que ça, mais si je suis prise (ce qui est peu probable) je peux arriver et être enceinte…

le 12/06/2016 à 20h50 | Répondre

Miss Chat

J’imagine bien… Je ne sais pas ce qu’on doit te souhaiter alors mais j’espère que tu seras heureuse avec ce choix 😉

le 14/06/2016 à 09h47 | Répondre

l0uanne (voir son site)

Merci beaucoup 🙂 Oui dans tous les cas je ferai avec 🙂

le 14/06/2016 à 16h09 |

Banane

Notre deuxième était prévu depuis le départ. Un compagnon de vie pour notre aîné, la 4me roue du carrosse sans laquelle on ne se sentait pas au complet, une réparation pour une première grossesse tes compliquée, etc…
Je suis surprise du nombre de gens qui envisagent des enfants rapprochés. J’avais l’impression que 3 ans d’écart c’était la norme depuis toujours. Les nôtres ont 3 ans d’écart puis 4 ans. Pour le coup, 4 ans ça me paraît beaucoup (enfin, surtout 7), mais il y a de très beaux moments entre eux.
Moins de 3 ans on n’aurait pas pu car pas de crèche et payer 2 nounous en région parisienne… ça voulait dire la fin de mon statut de salariée.

le 11/06/2016 à 10h33 | Répondre

Miss Chat

Ah c’est drôle, j’entends souvent que la norme est plutôt 2 ans mais j’ai toujours été entourée de gens dont les différences étaient plutôt de 3-4 ans (peut-être pour ça que ça ne me choque pas).
Qu’est-ce qui vous a donné envie d’un troisième alors, si ce n’est pas indiscret ? 🙂

le 12/06/2016 à 09h38 | Répondre

Banane

🙂
Nous avions toujours imaginé une famille de 5, pour être honnête. Mon mari parlait même d’avoir 4 enfants.
Après les 2 premiers, c’était quand même moins évident. On a fait ce dernier pour ne pas regretter, parce que c’était compliqué de renoncer à l’image de notre famille rêvée. Mais il y a eu bcp plus de questions (dans ma tête) : dans le monde actuel, est-ce bien raisonnable? Puisqu’on en est à être super honnête, je me disais aussi que si l’un des grands disparaissait jeune, l’autre aurait toujours un membre de sa fratrie pour l’épauler dans la vie (oui, c’est glauque, mais c’est toi qui voulais savoir) 😀
Autour de nous il n’y a que des familles de 3 enfants, alors que là encore je pensais qu’on sortirait du cliché « un garçon/une fille ».

le 12/06/2016 à 12h24 | Répondre

Miss Chat

Rho c’est vrai que c’est un peu glauque mais en même temps, je comprends tout à fait ton point de vue ! C’est rassurant en fait de se dire ça 🙂

le 12/06/2016 à 19h32 | Répondre

Mme Musaraigne

Quelque chose me chiffone beaucoup dans cet article ….
Je n’ai pas le temps de répondre dispendieusement alors je serai brève ( en espérant ne blesser personne par le style direct).
Pour me présenter rapidement , j’ai 24 ans , j’ai un petit garçon d’un mois ( la plus belle surprise de ma vie ) et un super mari depuis un an.
Je trouve que cet article laisse à croire que les mères d’enfants surprises sont de mauvaises mères , car elles ne se sont pas posé 1000 questions avant , qu’elles ont accueilli l’enfant qui venait au moment où il venait ( indépendamment de considérations sociales , financières, familiale …). Ces enfants sont ils plus malheureux ? Franchement je ne pense pas.
Par ailleurs , je trouve qu’on a une logique « d’hyper programmation » en ce qui concerne la venue d’un enfant aujourd’hui. Il faut que absolument toutes les conditions soient réunies , ce qui met une pression de dingue aux parents. A la maternité , j’étais la plus jeune des mamans et pourtant la plus zen, les puéricultrices m’ont même demandé si c’était vraiment mon premier enfant ou si je travaillais dans ma petite enfance ! Bah non, juste on ne se met pas de pression pour être à la hauteur de nos rêves ou d’idéaux. On essaie d’être nous , du mieux qu’on puisse, c’est déjà pas mal. Alors certes , c’était pas  » le bon moment » tant qu’on raisonnait comme la société , mais la vie est imprévisible. Et on ne vit qu’une fois ! Alors autant élargir notre cœur ( dans la limite du raisonnable ) enlever de notre tête l’idée qu’on serait de mauvais parents. Vous parlez du numéro 2 , mais n’est ce pas normal de ne pouvoir l’envisager que comme compagnon du premier ( bien réel celui la ) car il ne s’agit que d’un fantasme pour le moment ? Nul doute que quand le 2 eme sera lâ , vous l’aimerez que pour lui même du même amour fou que le premier ! J’imagine que rares sont les parents qui ne voient en leur deuxième enfant qu’un compagnon du premier, mais plutôt leur enfant-chéri au même titre que numéro 1 !
Ma petite expérience de la parentalité « surprise quand il ne faut pas  » m’a appris à me débarrasser de la pression des « il faut  » pour vivre ce qui nous est donné !
Je ne sais pas si je suis claire ( bébé est en train de téter, il doit me pomper qq neurones en même temps) , mais en gros : pourquoi réfréner les élans de son cœur s’il n’y a pas de raison très sérieuse ? Faut se faire confiance , on ne peut que aimer un enfant a faire de son mieux avec les conditions qui sont les nôtres !

le 11/06/2016 à 11h42 | Répondre

Miss Chat

Je vais essayer (aussi) de répondre en essayant de ne pas te blesser, surtout parce que je crois qu’il y a un malentendu 😉
Déjà, je pense que tu compares des chiens et des chats. Entre une grossesse désirée et une grossesse surprise ou non-désirée, il y a un monde de différences dans la façon dont on apprivoise celle-ci. Ce n’est absolument pas comparable et je le dis sans jugement de valeur. Dans un cas, tu as le temps de te poser des questions, dans l’autre cas, non. Ca ne dévalorise pas l’une par rapport à l’autre, ça rend juste leur approche (forcément) différente.
Ensuite, comme il est bien indiqué au début de l’article, je n’ai fait que décrire mes sentiments : ça ne veut pas dire que mes conclusions sont des vérités absolues ou la seule manière valable d’envisager un enfant mais juste que ce sont celles auxquelles je suis arrivée pour MA vision de MA maternité, de MA/MES enfants, dans MA situation personnelle. C’est d’ailleurs le principe de ce blog de partager des expériences différentes. Parfois on s’y retrouve, parfois pas, mais je ne pense pas qu’il faille dévaloriser les expériences qui ne correspondent pas à ta vision des choses. Là, on pourrait par exemple lire dans ton commentaire une dévalorisation de la mère qui a l’occasion de se poser des questions.
Tout comme je ne te reproche évidemment pas de ne pas t’être posée de questions avant la grossesse surprise (ce serait stupide, n’est-ce pas ?), je ne vois pas pourquoi on me reprocherait de m’en poser 😉
Le reste de ton commentaire est très vrai, surtout quand tu dis de ne pas « réfréner les élans de son coeur » ! Je suis d’accord qu’aujourd’hui, il y a plus de pression par rapport au bon moment de faire un enfant et que peut-être (probablement) que les futurs parents y pensent trop. Mais il me semble normal de vouloir espérer faire au mieux pour ces enfants 😉 Ca ne veut pas dire qu’on se met la pression pour tout, (très) loin de là !
Pour information, toutes les conditions n’étaient pas réunies quand je suis tombée enceinte de ma fille. Je venais de terminer mes études, j’étais en pleine recherche d’un boulot, on n’avait qu’un seul revenu, etc. Mais l’envie était plus forte que n’importe quelle considération et je pense que c’est la seule chose à considérer 🙂

le 12/06/2016 à 11h11 | Répondre

Fleur bleue

Je suis enceinte de mon deuxième et nos enfants auront 13 mois d’écart. Pour moi le désir d’un 2e est donc venu très (très) rapidement. J’ai toujours voulu que mes aînés soient rapprochés parce que je trouve que ce qui se vit dans une fratrie ne se vit nul part ailleurs. Il est certain que l’aîné ne recevra plus autant d’attention mais comme tu le dis bien aucun enfant suivant dans la fratrie ne pourra en recevoir autant non plus et personnellement je suis même soulagée de sortir de cette relation fusionnelle avec notre grande.

le 11/06/2016 à 14h27 | Répondre

Miss Chat

J’admire ton courage ! Je n’arrive pas à m’imaginer avec deux enfants si petits en même temps. Tu devrais nous raconter comment ça se passera 😉
J’avoue que ce n’est peut-être pas plus mal qu’il y ait moins de fusion avec la grande ! Je n’avais pas pensé à cette perspective…

le 12/06/2016 à 11h24 | Répondre

Virginie

J’adopterais un raisonnement plus simple : pour le premier, avant de se lancer, on se pose plein de questions. Clairement, quand sait-on qu’on est prêt ? Quand toutes ces questions prennent moins d’importance, quand on arrive à se dire « on trouvera une solution », quand tout ça passe en second plan.
Pourquoi ne serait-ce pas la même chose pour le second ? Peut-être que toutes tes peurs/craintes/questions révèlent tout simplement que tu n’es pas prête pour le deuxième. Où serait le mal ?

le 12/06/2016 à 09h31 | Répondre

Miss Chat

C’est exact, tu rejoins ma conclusion en fait 🙂 Je ne suis probablement pas encore prête. Ce n’est pas mal en soi mais puisque mon mari est déjà sûr de lui, je fais office d’obstacle dans un sens !

le 12/06/2016 à 11h27 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

J’ai beaucoup aimé cet article et je m’y suis un peu retrouvée car j’ai aussi eu un mari prêt avant moi 😉 . Finalement l’envie ne revient que maintenant car à 18 mois je trouve que mon fils a vraiment franchi un cap dans son autonomie. Alors laisse lui le temps de revenir chez toi aussi, à cette envie !

le 12/06/2016 à 12h08 | Répondre

Miss Chat

J’attends, j’attends 😀 Ah ces hommes… je me demande ce qui fait qu’ils le sont souvent avant nous…

le 12/06/2016 à 19h34 | Répondre

Marlène

Comme ton article sonne fort en moi …
Ici, notre premier garçon a 19 mois, l’idée du second est là depuis quelques mois mais que de doutes, de questions, …. vais-je revivre une grossesse si difficile ? Vais-je étre encore être arrêté dès le début de ma grossesse ? Comment notre fils va vivre l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur ? Comment allons nous gérer l’arrivée d’un second enfant ? Surtout avec les horaires atypiques de monsieur, …bref encore tout un cas de questions , je ne vais pas tout lister (je pourrai aussi en faire un article ?), malgré tout je sais, je sens que nous ne sommes pas au complet et on pense lancer le projet du second fin d’année ou début d’année prochaine ?

le 12/06/2016 à 14h42 | Répondre

Miss Chat

Effectivement, tu sembles te poser beaucoup de questions (je ne vais pas te le reprocher !). D’autant que si tu as déjà vécu une grossesse difficile, ça doit être particulièrement anxiogène… Mais comme tu dis, on sent qu’on n’est pas « au complet », ça joue beaucoup 😉

le 12/06/2016 à 19h50 | Répondre

Weena (voir son site)

Hum ..; au hasard, surtout pour un deuxième : ce ne sont pas eux qui les portent pendant 9 mois !!! XD

le 12/06/2016 à 20h08 | Répondre

Miss Chat

Hum je crois qu’il y a aussi de ça, oui ! :p

le 14/06/2016 à 10h57 | Répondre

Nelya

Bonjour tout le monde ! J ai vraiment adoré cet article car je me retrouve bcp ! Avec mon conjoint l idee du 2eme est la également bien que dans 3mois nous nous marions et donc j y pense moins meme si l envie est la mais en meme temps y a des jours où ma fille m epuise totalement et je repousse cette idée en me demandant comment je vais faire avec un deuxieme ? Heureusement que le papa est la pour me soutenir meme si son travail en 3/8 ne le lui permet pas de façon ponctuelle . Et comme toi j avais qu une idee celle d avoir en premier un petit garçon dû à mon histoire personnelle or j ai eu une fille et je me dis aujourd’hui est ce le fait d avoir eu une fille qui me pousse inconsciemment à faire mon deuxième aussi rapidement à mes yeux ? Mais en meme temps j aime ma fille plus que tout et l idée d avoir une deuxième fille ne me fera pas le mal que cela m a fait pour ma première je pourrai meme reparer l erreur de mon ressenti lors de ma première grossesse. Ma fille a 18mois maintenant elle croque la vie à pleine dents et fatigue aussi un peu par moments ses parents mais j ai le sentiment qu il y a un vide donc je suis mon instinct et mariage ou pas si je dois tomber enceinte je me dis c est tant mieux car c est voulu et meme si c etait accidentel c est un cadeau de la vie 🙂

le 13/06/2016 à 00h40 | Répondre

Miss Chat

Ah réparer l’erreur du ressenti de la première grossesse, ça me parle ! Je sais qu’on fera « mieux » la prochaine fois 😉
Et oui, un enfant, c’est un vrai cadeau ! Je me dis qu’avec un deuxième, on s’adapte différemment à la fatigue et à l’épuisement. Peut-être. J’espère !

le 14/06/2016 à 09h52 | Répondre

Melimelanie

Alors pour le coup moi j’ai eu une grossesse pas facile donc le seul truc qui me motive à en faire une autre c’est que « aucune grossesse ne ressemble à une autre ». hi hi hi

Et je pars du principe qu’à partir du moment ou on dresse une liste des positifs et négatifs sur : « est ce qu’on devrait faire ça maintenant » la réponse est plutôt positive. Mais c’est ma façon de voir les choses :-p

le 13/06/2016 à 08h44 | Répondre

Miss Chat

Haha zut ça ne me rassure pas du tout du coup :p
Peut-être, je ne sais pas… Ca indique peut-être aussi qu’on n’est pas prêt ?

le 14/06/2016 à 09h53 | Répondre

Camomille (voir son site)

2 points que je voudrais partager avec toi : certes, le 2ème ne bénéficiera pas de toute l’attention comme Croquette. Par contre, il bénéficiera de votre expérience et sera dans une ambiance plus sereine dès le début. Ca compense un peu, non ?
Tu dis que tu n’envisages le 2ème que pour Croquette. J’ai l’impression que c’est faux. Sinon, tu ne serais pas guimauve devant les gros bidons et les petits bébés, tu ne te poserais pas toutes ces questions.
Bref, je rejoins ta conclusion et les commentaires qui disent que si tu te poses autant de question, c’est que tu n’es pas prête… et c’est tout 🙂

le 13/06/2016 à 08h46 | Répondre

Miss Chat

Merci pour ton gentil commentaire 😉 Oui, tu as raison, ça compense en effet (en tout cas, mon mari pense comme toi). C’est vrai qu’on dit souvent que le premier est un brouillon pour les suivants… Et je me dis qu’on peut toujours faire mieux !

le 14/06/2016 à 10h35 | Répondre

Hermy

Je me retrouve beaucoup dans ton article et j’ai presque les mêmes questionnements que toi. Le choupi a 19 mois et même si je ne me vois pas avec un seul enfant pour l’instant je sens bien que je ne suis pas encore tout à fait prête à recommencer.

le 13/06/2016 à 10h16 | Répondre

Miss Chat

Je crois que, comme pour un premier, on n’est jamais vraiment prêt à (r)avoir un enfant (dans le sens où on se posera toujours des questions) mais qu’il faut juste attendre ce moment, ce déclic où les questions deviendront moins importantes que les réponses 😉

le 14/06/2016 à 10h37 | Répondre

Chacha d'avril

Je comprend tout à fait tes questions. Même si je n’en suis pas encore à vouloir un deuxième (Petite Fleur n’a pas 8 mois !) je sais que j’en veux un, un jour. Mais je me demande si je le veux pour lui ou pour offrir un compagnon à ma fille et je trouve cela affreux.
Merci pour ton article qui me permet de comprendre que je serai prête quand je voudrais un deuxième car je veux un autre enfant et non un frère/sœur pour Petite Fleur.

le 13/06/2016 à 10h16 | Répondre

Miss Chat

Nous arrivons toutes les deux à la même conclusion 😉 (même si je suis aussi d’accord avec certains commentaires qui insistent sur le fait qu’il s’agira forcément d’un petit(e) frère/soeur !)

le 14/06/2016 à 10h38 | Répondre

Madame D

Je crois que j’aurais pu l’ecrire cet article (même si je n’aurais jamais trouvé les mots comme toi).

le 13/06/2016 à 10h47 | Répondre

Miss Chat

Mais si, mais si 😉 Un traitement de texte puis tu tapes juste ce qui te passe par la tête !

le 14/06/2016 à 10h39 | Répondre

Étoile (voir son site)

Super article ! Je pense pour ma part qu’il faut se laisser du temps. L’envie reviendra sans doute comme pour le premier ? Pour ma part, j’ai parfois envie d’un deuxième, mais ce n’est pas encore assez viscéral pour y penser sérieusement. Cela m’a interpellé quand tu parles d’avoir un deuxième pour ne pas avoir d’enfant unique. Je comprends tout à fait et je peux comprendre tes craintes par rapport au maternage, à l’exclusivité que tu as avec ta petite fille… Je pense que c’est pour cela que je veux attendre que Petit Prince soit autonome. Ok, bébé 2 n’aura pas cette exclusivité, mais il aura l’amour d’un grand frère en plus. L’équilibre sera différent, et je pense que c’est lorsqu’on est prêt à bouleverser son équilibre actuel que l’on peut se lancer ? Bref, on verra bien. Merci d’avoir partagé tes questionnements 🙂

le 13/06/2016 à 13h23 | Répondre

Miss Chat

Oui, c’est difficile de « se détacher » de son premier enfant pour faire une place à un deuxième. Mais comme le dit très justement Madame Vélo plus bas, c’est peut-être aussi pour un mieux ? Pour ne pas que l’aîné soit trop « enfant unique » justement ?
Et tu as tout à fait raison, il ne faut pas oublier l’affection que portera (j’espère) l’aîné à son petit(e) frère/soeur !

le 14/06/2016 à 10h44 | Répondre

Madame Vélo

Hum hum… ton article me donne du grain à remoudre ! en lisant le début je me suis dit : oh exactement tout pareil ! et puis après j’ai vu de grandes différences dans nos façons d’appréhender le deuxième enfant ! Personnellement je ne vois pas de mal à envisager le deuxième enfant comme un compagnon de jeux pour le premier, comme une façon de créer une fratrie (car chez nous aussi on sait ce que c’est la richesse d’une fratrie), car avec l’expérience de quelques copines je sais que le deuxième on l’aimera pour ce qu’il est, pour un être exceptionnel et entier. J’ai compris, avec l’arrivée de Crapouillou, la différence entre le bébé « fantasmé » tant qu’il est encore dans le vendre et le bébé « réel » une fois qu’il est né. En plus, au contraire de beaucoup, je n’ai pas spécialement besoin ou envie d’attendre longtemps entre les deux premiers pour « profiter » du premier, et ce pour plusieurs raisons : déjà Crapouillou reçoit énormément d’attention de ses parents (d’autant plus que je ne travaille pas) et je ne voudrais pas qu’il devienne égocentré à force d’être seul, j’ai envie qu’il apprenne rapidement à « partager ses parents », et aussi à faire attention à un autre enfant (son frère ou sa soeur donc), et d’un point de vue « égalité » je sais pertinemment que le deuxième n’aura jamais « l’exclusivité » comme le premier et pour ça je ne veut pas donner trop d’avance d’attention au premier. ça peut paraître un peu bizarre écrit comme ça, mais tu le sais, j’ai du mal à m’exprimer ! Et puis on a 17 mois d’écart avec ma soeur, et je sais que l’une comme l’autre on n’a jamais souffert d’être si rapprochées, au contraire !
Ceci dit, tout comme toi, une deuxième grossesse me fait peur, gérer la fatigue, les hormones ET le 1er enfant… aaaaah ! Sans parler de la situation financière, professionnelle, le logement, etc.
Par contre ici c’est bizarre, je suis prête avant mon mari pour le deuxième 🙂
Bref, je suis d’accord avec d’autres, si toutes les questions que tu te posent prennent le dessus sur l’envie c’est que tu n’es pas encore totalement prête !

le 13/06/2016 à 14h58 | Répondre

Miss Chat

Comme dit plus haut, j’aime beaucoup ton argument sur le fait d’éviter justement cette exclusivité du premier enfant 😉 J’aime le fait d’être uniquement avec ma fille mais je ne voudrais pas qu’elle prenne des habitudes « d’enfant unique ».
Perso je lis avec attention les articles des chroniqueuses en deuxième grossesse ! 😉 Ca m’aide à dédramatiser (ou pas).

le 14/06/2016 à 10h56 | Répondre

Doupiou

Etant dans le même état d’esprit que toi, j’ai lu avec beaucoup d’attention ton article. Je réfléchi aussi au pti deuz sachant que PetitePerle aura 1 an dans 2 semaines. Mais la raison l’emporte ! Je me ferais retirer mon DIU l’année prochaine pour ses 2 ans !

le 14/06/2016 à 13h39 | Répondre

Miss Chat

Déjà un an PetitePerle, ça passe vite…!
Ah oui ça demande un peu plus de réflexion s’il faut faire retirer un DIU évidemment (enfin, dans le sens, où il faut prévoir le retrait, le rdv médical pour ça, etc.)

le 14/06/2016 à 14h02 | Répondre

Mlle Mora

Je viens seulement de lire ton article, plein de sincérité, de questionnement, merci de nous confier tes pensées, même celles qui peuvent déranger !
On te l’a déjà dit et je pense que tu en as pleinement conscience : tu sauras quand tu seras prête, et quelque soit la raison qui te poussera à franchir le pas, l’important c’est que tu seras prête à accueillir un nouvel enfant dans votre famille. Et une fois qu’il sera là, comme pour ta fille, ce sera comme une évidence !!

le 14/06/2016 à 17h27 | Répondre

Miss Chat

Merci pour ton gentil message 😉 Avec le temps…

le 17/06/2016 à 13h54 | Répondre

Alexandra

Alors je ne sais pas où vous en êtes actuellement,s’il y a eu BB2 ou non. Mais je veux vous dire que je me retrouve à 100% dans votre article. Chaque détail !! De la grossesse merveilleuse au bb1 incroyable jusqu’à la crainte de ne pas pouvoir se consacrer au 2eme enfant. Cela m’a beaucoup ému !!! Mon fils va avoir 6 ans , on pense à faire un 2eme enfant, mais je suis terrifiée. J’aime notre équilibre a 3, le fait de pouvoir partir en vacances (nous avons des petits revenus), gâter notre fils…… j’ai peur de perdre tout ça avec un 2ème. Merci en tout cas pour cet article.

le 09/02/2018 à 21h11 | Répondre

Miss Chat

Il y a bien eu BB2 et même plutôt rapidement puisqu’il aura bientôt 11 mois 😉
Ce que je peux te dire du coup, a posteriori, c’est que les réticences que j’avais ne sont pas insurmontables et je trouve qu’elles n’étaient pas un frein suffisant au fait d’avoir un deuxième enfant. Maintenant que mon fils est là, je n’ai pas l’impression d’avoir perdu quelque chose (à part de l’énergie !) mais plutôt d’y avoir gagné 😉

le 13/03/2018 à 10h52 | Répondre

Anna-na

Merci pour ton article, il m’aide a réaliser que mes « reticences » à moi sont bien différentes. Mon fils vient d’avoir 2 ans, pour des raisons de calendrier pro je pensais attendre la fin de l’été, car étant prof, et dans l’incapacité financière de prendre 1 congé parental j’avais la possibilité de passer plus de temps avec le futur bébé s’il arrive au printemps 2019 (vive les conges de 2 mois l’été,lucky me ! ). A la base, on les voulait très rapprochés ! La réalité du quotidien ma fait vite changer d’avis( papa voulait remettre ca dès ses 1 an ! OmG! Je n’aurais pas pu et j’admire celles qui peuvent,,on a tous nos limites 😉 ) ! Du cp on se disait, 3 ans c’est bien 🙂 mais le truc en fait, cest que de notre côté de parent, l’envie du 2eme se fait de plus en plus présente, quasi viscérale. Pour dire vrai jy pense tous les jours, j’en reve la nuit, je compte les mois hypothetiqued qui me separent de cet enfant qui nexiste que dans mon esprit !! Alors que faire? Ajouté à ca les inquiétudes de l’arrivée du deuxieme pour mon fils, ( bon je vois bien que cest monnaie courante….😁.) Bref, l’envie est bien là, mais je n’arrive pas à faire fi de ce calendrier qui m’obsède ( et je sais que ca peut choquer certaines personnes, qui ont du mal a imaginer de « prévoir/calculer » l’arrivée d’1 enfant mais j’assume dans le sens ou tous les ressentis sont propres a chacuns ! ). J’espère y voir plus clair bientôt ! 😃

le 08/03/2018 à 15h29 | Répondre

Miss Chat

Je comprends tout à fait que le calendrier te freine… Mais… il y a beaucoup de mamans (dont moi !) qui n’ont eu que le congé maternité pour s’occuper de leur loulou et on ne le vit pas forcément plus mal 😉 Donc je ne crois pas que ça doive être votre critère principal si vous avez à ce point envie d’un autre enfant, même si c’est vrai que le long congé serait la cerise sur le gâteau !
En ce qui concerne l’impact sur le second enfant, je peux en tout cas te dire que chez nous, ma fille a très bien vécu l’arrivée de son petit frère (elle avait pile 2 ans), que ça n’a retardé aucun apprentissage, provoqué aucune régression à part plus de câlins à papa et maman, et qu’aujourd’hui, nos deux loustics s’adorent et sont comme larrons en foire 😉

le 13/03/2018 à 11h38 | Répondre

Anna-na

Merci pour cette reponse Miss chat. Après quelques jours à ressasser ns tentons le deuxième ! Maintenant ya plus qu’à ! En espérant que tout ira bien aussi, mais je me dit que la manière dont l’arrivée du 2eme est préparée avant joue sur la manière dont le 1er vit la chose donc ya plus qu’à essayer de faire ca bien 😉

le 13/03/2018 à 17h52 | Répondre

Miss Chat

J’espère que vous aurez vite une jolie surprise ! Ou alors qu’elle attende septembre pour s’installer comme ça tu auras ton long congé 😀

le 13/03/2018 à 22h37 | Répondre

Anna-na

D’ailleurs ? Comment as tu préparé l’aîné de ton côté ? Merci !

le 13/03/2018 à 17h54 | Répondre

Miss Chat

Alors je crois que ça dépend un peu de l’âge et de la compréhension de ton enfant. Notre fille avait 15 mois quand je suis tombée enceinte. On a parlé librement avec elle de la grossesse, sans trop insister avec des phrases type « alors, tu es contente d’avoir un petit frère ou une petite soeur ?! » que je trouve oppressantes pour un si petit enfant. Mais on lui disait qu’elle allait être grande soeur, qu’un petit bébé nous rejoindrait bientôt. On n’a pas trop insisté sur le fait que nous aurions moins de temps pour elle après la naissance parce qu’à son âge, je n’étais pas sûre qu’elle allait pouvoir autant se projeter. On a essayé le livre de Jeanne Ashbé, « Et dedans il y a », mais ça n’avait pas du tout l’air de lui évoquer quelque chose ! On lui disait aussi que le petit frère était dans le ventre de maman et parfois elle venait faire des bisous. On a vraiment essayé de garder le sujet léger et sur le ton de la conversation à chaque fois, pour ne pas qu’elle ait l’impression que ça allait être le pire des chamboulements ! Il m’est quand même arrivé de lui dire que même quand le petit bébé serait là, maman l’aimerait toujours très fort 😉
Quand elle est arrivée à la maternité, elle avait un air très sérieux, elle a grimpé sur le lit directement puis a fait des bisous à son frère, c’était adorable. Elle a passé l’heure suivante à le serrer dans ses bras ^^ Et à part un regain de câlins les premières semaines, on n’a pas vraiment vu de différence pour elle ! Elle n’a jamais semblé jalouse, ni en colère contre lui en tout cas (maintenant qu’il faut partager les jouets, c’est un autre débat haha).

le 13/03/2018 à 22h35 | Répondre

Anna-na

Je croise les doigts pour que ca se passe aussi bien le moment voulu. Oui comme tu dis peut être que la surprise viendra plus tard et que je n’aurais plus a me soucier du calendrier, ce qui finalement me fait dire qu’il y aura du positif si jamais on doit attendre quelques temps avant de voir notre projet se concrétiser 😁 ( bon okay jsuis surexcitée et j’ai hâte mais de manière très….raisonnée et intérieure 😂) merci pour ta réponse !

le 14/03/2018 à 18h18 | Répondre

Audrey

Bonjour, je viens de lire cette article qui me rassure  » je ne suis pas seule !  »

J’ai lu également tout les commentaires.

La question qui me fait le plus douter ( la seule vrai raison de notre doute pour le 2ème )
Est ce que le 1er est mis de côté,forcément vu quo y a un 2ème non?

Mon fils a 2 ans et demi donc mettons 3 ans et demi à l’arrivé du 2ème .
Je suis très fusionnele avec mon fils maman au foyers je passe mes journées avec lui <3
Il est très sociable donc je l'emmène régulièrement voir des copains.
Bref, j'ai tellement peur qu'il ai l'impression de passer en second alors que je sais pertinemment que je ne le mettrai bien évidemment pas à l'écart.

Bref j'ai lu que bb2 était arrivé, comment ça c'est passer ?

le 08/04/2018 à 21h49 | Répondre

Miss Chat

Je réponds avec 2 mois de retard mais… l’arrivée du petit frère s’est très bien passée. Notre aînée n’a jamais eu l’air chamboulée et nos deux enfants s’adorent (ça n’empêche pas les chamailleries sur tel ou tel jouet, entendons-nous). Ils ont pile 2 ans d’écart.
On a bien quelques comportements « jaloux » de temps en temps, comme par exemple réclamer les bras quand le petit frère est déjà dans les bras ou faire semblant de boire un biberon « comme un bébé » mais c’est vraiment le plus qu’on ait eu. Typiquement, notre fils a aussi des réactions semblables, genre il repousse parfois sa soeur quand je suis occupée avec lui. Du coup, on met plus ça sur le compte d’une jalousie fraternelle ‘habituelle’ que d’une vraie jalousie née de l’arrivée d’un autre enfant.

Alors, l’aîné est-il mis de côté : oui et non. Surtout les premières semaines, il doit en effet apprendre à patienter et à constater qu’il n’a plus l’exclusivité. Et jusqu’à ce que le cadet soit plus autonome (typiquement le 4 pattes, je trouve), je pense quand même qu’il passe « en deuxième ». Parce que voilà les besoins d’un bébé sont ce qu’ils sont.
A côté de ça, je pense qu’en verbalisant, surtout avec un enfant de 3 ans et demi, il devient assez facile de désamorcer en expliquant la situation : non, je ne peux pas te prendre dans les bras parce que je dois changer Cadet, tiens tu m’aiderais à préparer sa couche et le liniment ? (ça a bien marché ici ! 😉 )

le 08/06/2018 à 15h38 | Répondre

Steph

Bonjour,
Je viens de tomber par hasard sur votre page et vois que moi aussi ne suis pas la seule…
Petit tour rapide : j’ai 31 ans et maman d’une princesse de 5 ans.
Monsieur à beaucoup envie d’un n°2 mais moi, bah…je me pose énormément de questions.
Ma 1ère grossesse s’est plutôt bien passée malgré un arrêt dès 4 mois. Accouchement bien passé également (ça aurait pu être pire va t’on dire)
Mais j’ai accumulée énormément de fatigue lors de cette grossesse, puis baby blues et postpartum. Je n’ai pas souhaitez aller consulter, à tort ou à raison ??
Bref beaucoup de questions se posent :
– financièrement d’abord car nous avons de petits revenus
– l’équilibre avec notre fille me va bien je pense
– j’aime ma « liberté » – je bricole, jardine…beaucoup tout en voulant faire le maxi maison côté cuisine/entretien…donc tout cela me prend énormément de temps.
– on doit changer très prochainement de mode de garde pour ma puce; qui est très vite déboussolée au moindre changement. ça va donc peut-être faire beaucoup à gérer
– peur de « délaisser » ma fille qui ressent, comprend et interprète beaucoup les choses (un peu trop pour une enfant de 5 ans…)
– niveau boulot aussi peur d’être complètement à la masse voir remplacée totalement. La conjoncture est assez dure chez nous…
– la 2ème grossesse/accouchement se passerait aussi bien que la 1ère ??

Bref une montagne de questions : prête ou pas ??? that is the question

le 17/05/2018 à 11h23 | Répondre

Miss Chat

Tu te poses en effet beaucoup de questions !! 😉
Rétrospectivement, je souris en relisant mes doutes (et les tiens) quant à l’équilibre qu’on avait avec notre fille… parce qu’au final, on s’adapte, tu sais. On s’adapte toujours ! Vous tâtonnerez peut-être pendant quelques temps puis ça deviendra aussi naturel que ça l’est avec juste votre fille.
Pour le reste, je pense que tu dois le « sentir » : à quel point un nouveau bébé dans votre vie vaudra tous ces doutes que tu cites ? 🙂 Est-ce que tu es prête à faire des concessions et jusqu’où ?

le 08/06/2018 à 15h44 | Répondre

Anna-na

Bonjour à toutes !
Petit message pour donner des nouvelles… bébé 2 est en route 🙂
On aura pas beaucoup attendu… 3 essais et bingo ! C’est encore assez opaque pour l’instant, ! Tout début de grossesse. .. mais comme prévu, dans ma tête rien ne se passe comme pour le 1er où j’avais surtout envie de garder cette nouvelle pour moi… de m’enfermer dans mon petit cocon familial, là j’ai envie de le crier partout… il faut dire que j’étais peu convaincue que ça marcherai si vite, et que je n’ai rien laissé au hasard…. ( j’entends encore certains me dire oh mais moi je ne prevois rien, je laisse venir…. ca finira par venir… oui mais le truc c’est que parfois le besoin imperieux prend le dessus sur lanm raison, et cela devient presque obsessionnel. J’avais pourtant laché un peu prise dans ma tete, après quelques deceptions et test négatif ….peut etre pour ça pour que ca a fonctionner ?? Bref, pour l’instant, pas trop d’inquiétudes concernant mon fils mais je pressens que les doutes et les peurs vont vite arriver, je saurai venir chercher conseil sur le sujet de l’arrivee du deuxième… bref, je suis sur 1 petit nuage, gardant bien en tête qu’avant 3 mois rien n’est vraiment joué… mais en tout cas je suis pleine d’espoir, et je croise les doigts pour être moins malade pdt 3 mois que pour mon fils, histoire de bien profiter de lui pendant les vacances, ce possible dernier été à 3, qui m’emplit de joie 🙂 bises à toutes ! Anna

le 29/06/2018 à 07h19 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?