Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Témoignage

Les trop longues journées de nos enfants

Mes enfants font des journées chargées. Quand tu liras mon article tu te diras surement que les tiens font des journées bien plus longues mais la petite pique sur les journées à rallonge, je l’ai entendu plusieurs fois… J’ai repris le travail à 100% et je ne pensais pas être une mauvaise mère en mettant mes petits en garde tous les jours de la semaine jusqu’à ce que je me prenne une multitude de réflexions dans la tête.

Quand je suis maman d’une fratrie !

Alors voilà, Merwyn est né, et Ellana est devenue grande soeur. Ma vie est doublement illuminée, par une Lueur et un petit Lampion. J’avoue que je redoutais un peu la réaction d’Ellana, quand elle comprendrait qu’elle devrait partager ses parents. Je viens te raconter un peu comment ça s’est passé !

La fin des nourrissons

Comme je te l’ai déjà dit à maintes reprises je ne veux plus d’enfants. On a eu beaucoup de chance avec Monsieur Génial. On en voulait deux rapprochés et c’est ce que nous avons eu. Nous avons deux merveilleux petits garçons avec 18 mois d’écart. Et de plus en plus ce ne sont plus des bébés…

Avoir des enfants quand on a été victime d’abus sexuels

J’ai été victime d’abus sexuels quand j’étais petite, entre 10 et 13 ans. J’ai subi des attouchements, j’ai été sous l’emprise psychologique d’un pervers dans le cadre familial pendant plusieurs années. J’ai tenté d’avertir plusieurs personnes à ma manière d’enfant mais sans succès. En 2009, je suis tombée enceinte de mon fils, Korentin. Après plusieurs fausses couches, j’étais tellement stressée les 3 premiers mois que je ne pensais pas vraiment à l’après. Mais vers le 5 ème mois, quand nous avons appris que c’était un garçon, j’ai commencé à avoir des cauchemars. Je le voyais sur son tapis à langer , hurlant, seul. Ou bien il se noyait dans baignoire parce que je ne voulais pas le toucher pour le maintenir. J’avais des maux de ventre quand on parlait couches ou allaitements. Il était d’ailleurs hors de questions qu’il approche ma poitrine.

Le dilemme du prénom

Que celles qui étant petites choisissaient le prénom de leurs futurs enfants lèvent la main ! Oui, même moi qui a priori n’en voulais pas, j’ai joué à ce « jeu » avec les copines. A l’époque, j’adorais le prénom Jennifer (j’ai grandi dans les années 90 #mercilinfluencedessériesaméricaines).

Quand on s’est décidés à devenir parents, le prénom est l’une des premières choses dont on a discuté avec M. Chéridamour. Un peu pour plaisanter et dédramatiser, un peu parce que c’est une des choses qui rendait très concrète notre envie (beaucoup parce qu’on n’a pas les mêmes goûts en la matière alors mieux vaut s’y prendre tôt pour trouver !!)

Petit Prince et ses lunettes : un traitement qui a tardé…

Comme expliqué dans Sous Notre Toit, il y a eu pas mal de bouleversements pour notre famille (positifs bien sûr !).
Où en sommes-nous aujourd’hui ? Petit Prince va bien tôt avoir trois ans (déjà), et la grande nouveauté de ces derniers mois, c’est que mon petit garçon porte des lunettes. Un effet à retardement de sa plagiocéphalie ? Je ne saurai jamais.

Quand la rentrée ne se passe pas comme prévu

Ah, la rentrée… Quand tu es enfant, tu es intenable la veille, tu ne dors pas, tu te demandes quel prof tu vas avoir, si tu seras avec tes copains. Quand tu es parent, tu trouves ton enfant intenable la veille, il ne dort pas (et toi non plus), tu te demandes quel prof il va avoir, s’il sera avec ses copains.

La rentrée des tribulets : la première semaine

La rentrée a eu lieu, ça y est, ton tout petit ne l’est plus, il va maintenant à l’école. C’est aussi le cas de beaucoup de chroniqueuses. Et oui, plein de petits tribulets sont entrés à l’école pour la première fois cette année, pour d’autres c’est la deuxième ou dixième fois, mais c’est toujours aussi […]