Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Essais bébé

Le stérilet, mon mari et les vacances

Tu te souviens peut-être que dans un de mes articles précédents, je t’expliquais pourquoi nous n’avions pas lancé le deuxième (pour des raisons financières en grande partie) et que cela me pesait énormément.

Le temps est passé, nous avons construit d’autres projets et l’envie du deuxième s’est un peu estompée pour mon mari comme pour moi. Mais pas au point de l’oublier. Il était toujours évident qu’un jour nous aurions deux enfants. Pour moi en tout cas. Pour l’Homme, la certitude devenait de plus en plus floue.

A toi qui n’est pas encore là

Ce serait chouette, non ? Tu ne crois pas ?

Il y aurait toi, et nous.

Il y aurait Biquette, PetitChou, Papa, Maman, et toi.

Il y aurait nous, notre famille.

Ça te tente ?

Notre parcours d’adoption : Le bilan de l’agrément

Et voilà. Les rendez-vous avec les travailleurs sociaux se sont terminés un mois et demi avant la commission d’agrément.

Honnêtement, et même si les choses se sont plutôt bien passées pour nous, j’ai été sujette à une anxiété assez forte et qui m’a pourrie quelques semaines. Maux de tête, malaises, anémie, hypotension… J’ai parfois eu l’impression de traverser ce moment comme dans un brouillard. Il faut dire qu’à ce moment-là les choses se sont précipitées : il y a eu l’angoisse l’agrément, le contrecoup de ce projet, une grosse charge de travail et un achat immobilier !

Notre parcours d’adoption : les entretiens avec la psychologue

Un mois et demi après avoir rencontré l’assistante sociale, j’ai reçu un coup de fil. « Bonjour, je suis la psychologue en charge de votre dossier pour la procédure d’agrément, on peut se rencontrer mercredi prochain ? » Heu… c’est pas un peu rapide ? Mais au moins je stresserai moins longtemps en attendant le rendez-vous surtout que de ce que j’ai lu et entendu, c’est un passage quasi unanimement décrit comme très éprouvant.

Notre parcours d’adoption : les rdv avec l’assistante sociale [2]

Chose promise, chose due ! Après t’avoir raconté nos premiers rendez-vous avec l’assistante sociale, voici les suivants.

Moins d’une semaine après le rendez-vous avec Schtroumpfette, nous avons donc une nouvelle rencontre avec elle. Encore une fois, elle vient chez nous. Contrairement à la première fois nous avons fait le ménage mais pas en profondeur, nous avons compris que ce n’est pas ce qui l’intéresse.

L’hospitalisation pour diagnostiquer l’hyperplasie congénitale des surrénales

La dernière fois je t’avais laissée sur une note pessimiste : mon hospitalisation n’avait pas pu être avancée et je m’apprêtais à attendre fin janvier.

Ce n’était pas très sympa de ma part parce que l’histoire ne s’était en réalité pas arrêtée là. A peine une semaine plus tard, en pleine réunion je reçois un appel d’un numéro que je ne connais pas.

Notre parcours d’adoption : les rdv avec l’assistante sociale

Un mois après avoir envoyé notre demande d’agrément nous avons reçu un courrier de l’assistante sociale fixant les 3 rendez-vous que nous aurions avec elle. Ils étaient espacés les uns des autres de 8 semaines environ et le dernier avait lieu 2 mois avant notre passage en commission d’agrément. Les deux premiers seraient à domicile, le troisième et celui avec Schtroumpfette au bureau de l’assistante sociale.

Diagnostics génétiques et don d’ovocytes: quand le projet d’enfant questionne notre propre éthique

Cela fait un moment que je n’ai pas écrit ici, mais si tu me suis sur mon blog, tu sais déjà que nous avons perdu un bébé en janvier dernier. Une Interruption Médicale de Grossesse. La deuxième en 4 ans.

Tu dois penser, en lisant ce titre, que je me pose des questions sur l’IMG. Ce n’est pas tout à fait le sujet de cet article, j’ai d’ailleurs déjà abordé ce point  ici, si cela t’intéresse.

Non, là où je me questionne, c’est plutôt sur l’ « après ». Sur les possibilités qui s’offrent à nous pour redevenir parents un jour.

Notre parcours d’adoption : la réunion d’information

Ça y est on y arrive ! La fameuse première réunion, le rendez-vous qui va nous permettre de lancer notre projet. La convocation est pour 10h00. Nous sommes en vacances, nous connaissons le lieu où ça se passe, c’est à moins de 10 minutes de la maison. Pas de stress mais de la prévoyance : nous arrivons donc à… 9h30.

Nos premiers pas vers l’adoption

Une fois la décision prise d’adopter les événements se sont vite enchaînés. Tellement vite même au début que cela nous a paru assez étrange. Mais j’étais plutôt contente : j’avais envie de foncer après les années de PMA durant lesquelles la lenteur était la norme (« vous voulez refaire tout de suite un essai ? Ah non madame il faut attendre 6 mois parce que le docteur est en vacances en Thaïlande / parce que c’est Noël / parce que 2 mois de repos c’est trop court » ne rayer aucune mention inutile).

Lorsque nous avons commencé à parler sérieusement de l’adoption avec mon mari, certains points ont émergé et marqué le début de nos réflexions.