Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Essais bébé

Notre aventure « petit miracle » : sans père point de salut !

A ce moment-là j’avais presque l’impression d’être guérie de mon stress. En fait j’avais plus ou moins oublié ce que ça faisait de retrouver l’espoir déçu chaque mois. Et puis il y a une chouette légende chez les militaires : les bébés « retour d’opex ». J’y croyais ! D’autant plus que nous avions prévu de prendre une dizaine de jours dans les Cyclades pour prendre le temps de se retrouver. Bref toutes les conditions étaient réunies !

Et puis, en fait non. Encore une fois.

Et c’est parti pour les essais !

Un peu plus d’un an après mon mariage, je suis sur la fin de mes études. Enfin ! Je vois le bout du tunnel, ma vraie vie d’adulte va pouvoir commencer. Même si avec monsieur nous parlons bébé depuis plusieurs années, nous aimerions attendre que je décroche un travail pour se lancer. Malheureusement, le marché du travail verra cela autrement…

La conception

En tant que bons scientifiques (et psycho de la planification, mais c’est un autre sujet), Monsieur Tad et moi avions vérifié les statistiques avant de lancer la conception de Choupinette. Le délai moyen pour une grossesse est de 7 mois d’après l’INED, après l’arrêt de la contraception (évidemment !). Qu’à cela ne tienne, rétroplanning à la clé (j’avais un examen professionnel à passer donc nous avions déterminé LE créneau idéal pour une grossesse et une naissance), nous lançons les essais bébé sans AUCUNE pression. AUCUNE.

Tellement pas de pression que dès le 2ème cycle, mon utérus douillet hébergeait Choupinette. Tant pis pour les examens, peu importe la carrière, nous avons sauté à pieds joints dans l’aventure bébé 1, avec beaucoup de bonheur (et de stress).

Attendre un enfant

Bienvenue à Mme Espoir, future maman en procédure d’adoption

Moi, c’est Mme Espoir. J’ai 37 ans, je suis secrétaire administrative de profession et toute jeune mariée.

Je suis une femme un peu chieuse mais toujours prête à aider, contrôle freak et souvent stressée, un peu geek sur les bords, je montre rarement mes émotions et passe donc pour quelqu’un de froid, avec un côté « bulldozer » assez marqué. Rien de très original dans tout ça. En contrepartie, j’ai une imagination débordante (délirante disent les mauvaises langues) et je fourmille sans arrêt de projets ! Mes passions, en dehors de mon homme et du chocolat, sont la couture, la lecture et le Japon.

Quand on remet ça: Retour en PMA !

Alors voilà, suite à cet espèce de coup-de-tête téléphonique, nous voici le 17 mai, il est 9h, et je vais rencontrer le Dr Zabeille. j’ai un peu des noeuds au ventre. A la fois parce que bon, ça fait drôle de se dire que cette fois, ça y est, on « s’y remet », et puis aussi parce que c’est un nouveau docteur, alors est-ce qu’elle va être cool? Est-ce que je vais accrocher? Et puis surtout, parce que les RDV à l’Hopital royal, avec le Dr Pire, étaient tellement… horribles ! que vraiment, j’angoisse un p’tit peu quand même de revivre la même chose…

Mais en fait, non.

Quand la PMA re-surgit alors qu’on n’y pensait plus

Si tu es une fidèle lectrice de ce blog, tu as déjà vu passer quelques articles sur les paradoxes de la grossesse. Je n’ai pas échappé à cet étonnant phénomène: j’avais beau avoir hâte de rencontrer ma Lueur, je voulais garder mon gros ventre… c’est donc naturellement que, à peine accouchée, je n’avais qu’une envie: retomber enceinte! Notre bébé méga facile n’a pas aidé à changer d’avis… j’ai donc rapidement mis les choses au point avec Monsieur Loup:

en janvier 2017, on appellerait l’Hopital Royal… et on lancerait le projet « BB2! »

Les rendez-vous et leurs effets

Mes rendez-vous arrivent et avec eux, l’espoir ! Et je me dis qu’au pire ce ne sera pas perdu : j’ai vraiment besoin de prendre un peu soin de moi après m’être oublié pendant presque 6 mois.

Je sens aussi l’urgence de retrouver le Comte Bleu. Ce bébé on le veut à deux alors il n’y a pas de raison de le laisser de côté. Même s’il n’exprime pas beaucoup son ressenti sur toute cette histoire, je vois bien qu’il l’attend cet enfant.

J’ai testé les tests de grossesse de grand-mère

Juste pour rire, juste pour le fun et surtout pour ne pas avoir de regrets de ne pas avoir essayé, j’ai testé pour toi les tests de grossesse de grand-mère !

Je ne veux absolument pas accorder de crédit à ces tests de grand-mère, ni te motiver à les faire. Pour ma part, je les ai fait juste pour m’amuser ! Internet regorge de tests home-made, la plupart sont complètement loufoques ce qui m’a interloqué ou fait rire !

Notre aventure « petit Miracle » : quand je prends les choses en mains

J’espère que je retrouverai mes notes pour te parler des ovaires polykystiques parce que j’avais vraiment appris un tas de choses et relevé de nombreuses alternatives naturelles plus ou moins efficaces.

Aujourd’hui, je continue mon récit dans l’ordre chronologique. Comme je te le disais, j’étais prête à prendre les choses en main.